Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2008

SOS Médecins I

Logo SOS Médecins

http://www.sosmedecins.com/ 

 

Lu sur ladepeche.fr

 

Santé. L'antenne d'Agen cesse les consultations vendredi. Et après ?

Agen. SOS Médecins, c'est fini !

 

Extraits :
D'année en année, ces médecins de l'urgence dont le siège social était installé rue Lamennais avaient vu leur chiffre d'activités croître.

Quand ils sortent du cursus de formation en médecine générale, 14 % seulement s'installent comme généralistes.

SOS Médecins intervenait au domicile des particuliers mais également à la maison d'arrêt d'Agen ou lors des placements en garde à vue chez les gendarmes ou au commissariat de police.


 

Le Conseil de l'ordre des médecins se veut rassurant. Mais la disparition de SOS Médecins vendredi, à partir de 8 heures, va avoir un impact direct sur la vie quotidienne des patients qui faisaient appel à ces toubibs volants.

SOS Médecins est né en 2002 d'un besoin : la permanence de soins dans l'agglomération agenaise n'était pas satisfaisante. En clair, il était difficile d'obtenir une visite à domicile, les généralistes ayant visiblement du mal à trouver une organisation dans leur permanence. D'année en année, ces médecins de l'urgence dont le siège social était installé rue Lamennais avaient vu leur chiffre d'activités croître.

pénurie de toubibs

Ce n'est donc pas du côté d'une chute de l'activité qu'il faut aller chercher les raisons de cette fin inattendue du service médical à domicile. Selon Jean-Marcel Mourgues, le président départemental du Conseil de l'ordre, la disparition de SOS Médecins est due à une « pénurie subite » de médecins nécessaires à son bon fonctionnement. En arrière-plan, la récente agression d'un médecin qui a décidé d'arrêter et le départ du quatrième collaborateur exerçant en libéral laissent l'antenne agenaise avec des moyens humains trop limités, ses responsables se retrouvant, apparemment, dans l'incapacité de recruter.

« Il faut rappeler, explique Jean-Marcel Mourgues, que nous vivons une pénurie de jeunes médecins. Quand ils sortent du cursus de formation en médecine générale, 14 % seulement s'installent comme généralistes. Depuis dix ans, rien n'a été anticipé à l'échelon national pour pallier ce qui était prévisible, le déficit de généralistes au départ à la retraite d'une génération ».

Commentaires

ça c est des trucs qui m énervent ! c est pas juste on a besoin de tous les medecins !

Écrit par : Lenia | 25/04/2008

En même temps quand les gens comprendront que les médecins en ont marre d'être pris pour des prescripteurs d'arrêt de travail, des distributeurs de pillules magiques, des assistantes sociales, qu'ils ne verront plus la médecine comme un bien de consommation comme un autre et ne demanderont pas à leur médecin tout tout de suite parce que j'y ai droit. Quand les autorités arrêteront de rajouter encore des missions qui ne leur incombent pas aux médecins. Quand on arrêtera de vouloir obliger les médecins sous prétexte que c'est comme ça. Quand les médecins gagneront un peu plus de sous que maintenant.
Peut être qu'après tout ça, les médecins, ils repenseront à s'installer quand ils finissent leurs études.
Y a du boulot, croyez-moi, car il y a tellement d'opportunités sympas par ailleurs pour les jeunes médecins qu'il va falloir se remonter les manches pour les inciter à revenir vers les cabinets.
Et non je ne suis pas aigri, juste réaliste.
La médecine n'est pas un sacerdoce, et je n'ai aucune honte de ne pas pratiquer de manière "classique"...

Écrit par : zeclarr | 25/04/2008

- la médecine comme un bien de consommation comme un autre
- Quand les autorités arrêteront de rajouter encore des missions qui ne leur incombent pas aux médecins
- Quand les médecins gagneront un peu plus de sous que maintenant

++ Peut être qu'après tout ça, les médecins, ils repenseront à s'installer quand ils finissent leurs études.

- il va falloir se remonter les manches pour les inciter à revenir vers les cabinets

- La médecine n'est pas un sacerdoce

Voila la réponse à "Quand ils sortent du cursus de formation en médecine générale, 14 % seulement s'installent comme généralistes".

Et dire que moi Généraliste Libéral de terrain je fais partie de : "ce qui était prévisible, le déficit de généralistes au départ à la retraite d'une génération"


Tout est expliqué en détail.

Merci Zeclarr.

Écrit par : Dr Sangsue | 26/04/2008

Les commentaires sont fermés.