Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2008

Et si Patrick de Funès avait raison ?

Dépistage Systématique du Cancer du Sein

 

 

Et si Patrick de Funès avait raison ?

Il est dommage que le livre de Patrick de Funès "Medecin malgré moi" soit si mal formulé. En effet, il me faut le reconnaître, je pense qu'il y a, quand même, de bonnes idées dans ce livre.

Je vais certainement me faire tirer dessus à boulet rouge parmi mes confrères, quand ceux-ci liront ce qui suit.

Je cite Patrick de Funès : "Les temps auraient-ils changés ? Alors que tous les pays pionniers du dépistage massif du cancer du sein ont fini par lui tourner le dos, les autorité françaises l'étendent aux coins les plus reculés du territoire."

Et s'il avait raison le Docteur de Funès, je l'appelle Docteur car, ne l'oublions pas, il est Docteur en Médecine, bien qu'il ne soit plus  inscrit au Conseil de l'Ordre des Médecins. On peut dire, pour schématiser, qu'il est Docteur, mais plus Médecin, bien qu'on pourrait discuter là dessus : comment peut on ne plus être Médecin (pour paraphraser les lettres persannes de Montesquieu : "comment peut-on être Persan").

Le dépistage systématique du cancer du sein est-il si "rentable" que ça ?

Et s'il avait raison le Docteur de Funès ? Le dépistage systématique du cancer du sein est-il si "rentable" que ça ? Ne serait-il pas plus judicieux que les femmes ait un examen clinique des seins tous les ans, par un médecin compétent, plutôt qu'une mammographie ?La mammographie ne venant qu'en second aprés l'examen clinique, ou en premier en cas d'antécédant familial inquétant.  Es-ce vraiment une hérésie que tenir des propos pareils ?

Dans le temps, la Caisse Primaire d'Assurance Maladie organisait des bilans de santé systématiques avec prise de sang, électro cardiogramme et examen clinique (pour les femmes, étaient prévus un examen gynécologique si le dernier datait de plus d'un an et si la patiente était d'accord). En bientôt trente ans d'exercice professionnel de la Médecine Générale Traditionnelle, je n'ai jamais vu revenir un de ces bilan avec un diagnostic de maladie. Je dis bien jamais ! Je crois, d'ailleurs, que ces bilans de santé ne sont plus à l'ordre du jour.

Comment fait-on le diagnostic d'une maladie ?

C'est tout bête, le malade viens voir son Médecin Traitant parce qu'il a remarqué des symptomes anormaux, plus ou moins récents d'ailleurs, parfois la découverte peut être fortuite lors de l'examen clinique du patient.

Le diagnostic se fait donc à l'interrogatoire.

En Médecine Générale, je pense que l'examen clinique représente 80 % du diagnostic, l'examen clinique ne représente que 10% du diagnostic et les examens para cliniques (bilan biologique et examens radiologiques) aussi, seulement, 10%. Je parle de ce qui concerne un Médecin Généraliste, pour le Médecin Spécialiste c'est différent, le tri a été fait, de préférence vers le bon spécialiste, et l'examen clinique prend une part beaucoup plus importante.

Que se passe t-il dans sa tête quand votre Médecin Généraliste vous examine ?

Voila ce qui se passe dans la tête de votre Médecin Généraliste. A l'interrogatoire vous lui décrivez les symtomes et cela lui évoque les signes d'une maladie qu'il a étudié pendant ses études ou plus tard d'ailleurs. Pendant que vous lui parlez, cela ne se voit pas, il réfléchit. Il réfléchit pendant qu'il vous écoute, c'est une écoute active. Un aphorisme pertinent dit que l'on ne peut diagostiquer que ce que l'on connait ; cela est lié a deux choses, d'une part l'évolution des connaissances et les connaissances tout court du Médecin, mieux vaut un Médecin curieux et intelligent et possédant les connaissances (pour cela il faut un minimum de travail, le Savoir Minimum Indispensable du Généraliste ou SMIG). Méfiez vous, parfois, des Médecins joviaux, on juge son Médecin à ses résultats.

Et s'il avait raison le Docteur de Funès ?

 

Commentaires

c'est sur , le SMIG me parait indispensable ...

et un médecin curieux et intelligent , grand connaisseur ,et si possible gourmand , épicurien , cultivé et ayant de l'humour .... c'est beaucoup mieux ....

mais comment trouve t-on ce genre d'ortelan ? :+)

tréve de plaisanterie , c'est vraiment un métier qui à mon sens demande toutes ces qualités ,avec une capacité d'écoute en plus importante .

si en 30 ans , vous n'avez jamais vu revenir de bilan avec un diagnostic de maladie ; alors le Dct de Funes a sans doute raison .... ou alors vous êtes particuliérement attentif et bon médecin en ce qui concerne puisque c'est le sujet la santé et la problématique des femmes ( même si vous n'en êtes pas une ! )...

Écrit par : helenablue | 18/07/2008

@ helenablue - je vais rougir.

Je pense que le dépistage systématique des maladies tout comme les campagnes de prévention contre les dépendances (alcool et tabac) ça ne sert à rien si ce n'est à nous faire croire qu'"on" s'occupe de nous, mais surtout qu'on continue à consommer alcool et cigarettes ! Je ne parle pas des campagnes de vaccination, là c'est différent.

A ce sujet, un lien vers le Blog du Petit Docteur :

http://leblogdupetitdocteur.blogspirit.com/archive/2008/07/17/trop-boire-com.html

Écrit par : Dr Sangsue | 18/07/2008

intéressant! ben voui en plus c'est pas neutre une mamo..

Écrit par : unegrossefeignassedefee | 18/07/2008

@ unegrossefeignassedefee - Des fois, je me demande si faire vivre les gens dans l'inquiétude, ne permet pas de diriger ceux-ci plus facilement. Mais je suis très mauvaise langue...

Écrit par : Dr Sangsue | 19/07/2008

Je vous livre ici une petite critique pour votre courrier des lecteurs, concernant le livre de Patrick De Funès : « Médecin malgré moi »


-Je viens de lire le livre du Dr Patrick De Funès »Médecin malgré moi »
La seule réussite du livre en est le titre, car il résume bien l’état d’esprit de l’auteur ; un médecin qui n’a jamais voulu l’être.
Page après page, on est de plus en plus consterné, par la médiocrité de la pensée, la complaisance dans l’étalage des ragots et des perfidies, et surtout sa détestation de tous les médecins, en particulier tous ceux qui ont un peu de ‘pouvoir’, dans le milieu hospitalier, ou administratif, avec mention haineuse toujours renouvelée contre le Conseil de l’Ordre….
Ses anecdotes pour tenter d’illustrer les travers des médecins se retournent contre lui : par exemple, quand externe, il croit rendre jaloux son maître de stage en garant auprès de la voiture de ce dernier les voitures prestigieuses de son père !!! quelle fatuité !

Cette véritable haine distillée au long des lignes cachent surtout une auto détestation de lui même ; comme il a du être malheureux d’exercer un métier qu’il n’aimait pas, avec des collègues qu’il n’aimait pas, des patients qu’il n’aimait pas (en particulier les odeurs corporelles de ses patientes…)
C’est quand même un cas d’espèce chez un médecin !
Il dénonce les médecins charlatans, véreux, cupides, médiatisés, etc.…certes toute profession a ses brebis galeuses, mais la description de ces exceptions est faite sans originalité, grossièrement, avec un humour gras, un cynisme facile.

Cette sainte horreur de la hiérarchie, proclamée, rabachée, à chaque page de l’ouvrage, finie par être suspecte ; on se demande s’il ne règle pas ses comptes aussi avec une image paternelle, si écrasante par sa réussite, son prestige, son autorité ?

Écrit par : Dr MGCB | 26/12/2008

Dr MGCB - Tout à fait d'accord voir mon précédant article :

http://unmetiercasappend.hautetfort.com/archive/2008/07/16/medecin-malgre-moi.html

Cependant, il faut nuancer sur les examens systématiques où, là, je pense qu'il a entièrement raison.

Mais c'est tout à fait vrai, son livre est nul.

Écrit par : Dr Sangsue | 26/12/2008

Les commentaires sont fermés.