Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2010

L'avenir de la médecine générale

Lu sur 20minutes.fr

 

Les médecins de proximité réclamés d'urgence

31 commentaires

Créé le 09.06.10 à 07h25 -- Mis à jour le 09.06.10 à 10h44
Le Dr François Wilthien, généraliste à Aubervilliers, fait des semaines de 60 heures.

Le Dr François Wilthien, généraliste à Aubervilliers.

S. POUZET / 20 MINUTES

SANTE - La quasi-majorité des généralistes de ville ont plus de 55 ans, sans que la relève soit assurée...

L'alerte est générale, et pas qu'à la campagne. Pour trouver un désert médical, il suffit en effet de traverser le périphérique. A quelques encablures de la capitale, Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), ville populaire de 74.000 habitants, voit ses généralistes partir les uns après les autres. «On s'est recensés en 2007, raconte le Dr François Wilthien, également vice-président du syndicat MG France. Il y avait alors 106 médecins libéraux, dont environ 60 généralistes. Parmi eux, 50% prendront leur retraite d'ici à dix ans.»

Un phénomène qui va s'accentuer

Baisse du nombre d'entrées en activité et départs à la retraite, le cocktail est explosif et n'épargne aucune région française. Ainsi, pour la première fois, le nombre de médecins en activité régulière a baissé en 2009 (-2%). Un phénomène national et qui va s'accentuer pour atteindre son niveau le plus bas en 2019, selon une étude de la Direction de la recherche, des études et de l'évaluation des statistiques (Drees), et qui touche de plein fouet la médecine générale libérale.

Au point que début avril, le président de la République a confié une mission à l'ancienne ministre de la Santé Elisabeth Hubert, pour tenter de sauver une médecine de proximité bien mal en point. Car une remontée des effectifs n'est pas attendue avant 2030. La Drees l'écrit noir sur blanc, «la baisse du nombre de médecins attendue dans les dix prochaines années est inéluctable», conséquence de la restriction du nombre de places en école de médecine dans les années 1980-1990...

Commentaires

Une piste pour Mme Hubert: augmenter le nombre de places au concours d'autorisation d'exercice des médecins à diplôme hors union européenne (PAE).. Des milliers de médecins à diplôme étranger, dont la plupart sont de nationalité française, exercent dans les CHU et les hôpitaux français sous le statut d'étudiants... Ces médecins ont été formés en partie en France (AFS, AFSA, DIU...) ont une gande flexibilté et mobilté. Ils sont représentés par un syndicat le SNPADHUE, qui ne cesse de réclamer une augmentation du nombre de places au concours.

Écrit par : Medecin | 18/06/2010

@ Medecin - Effectivement, c'est une piste.

Écrit par : Dr Sangsue | 19/06/2010

Les commentaires sont fermés.