Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2018

La source Saint Hubert

    La source Saint Hubert

 

Quand j'étais gamin, je passai toute mes vacances dans une station balnéaire très connue maintenant. Elle est très connue pour son spot de surf.

C'était une station balnéaire familiale totalement inconnue à l'époque.

Pour alimenter en eau la station, il y avait, sur un point haut de la ville, un château d'eau : le château d'eau Mathiot. Ce château d'eau était situé près de la maison de mes vacances.

L'eau du château d'eau était rempli par une source d'eau ferrugineuse car le sol était riche en alios* (concrétion de sable et de fer). Cette source, appelée source Saint Hubert**, était pompée tout les jours pour remplir le château d'eau.

Tous le soirs, Monsieur  Corneille quittait Le "Tuc du Landais"[1], sa maison, et descendait, accompagné de son chien Flup, vers la source pour déclencher la pompe.

Pour cela, il y avait tout un rituel. Tout les soir, Monsieur Corneille et son chien Flup, descendait prendre un copieux apéritif festif, au chalet Jackie Riri, la "maisonnette" du grand père de mon ami d'enfance,, lui aussi en vacances, puis il allait déclencher la pompe qui marchait toute la nuit. Tous les matin, il venait l'arrêter.

Pour accéder à cette source, il y avait un petit chemin d'aiguilles de pin tassées qui serpentait, entre les pins, vers une cabane qui protégeait la machine.

J'adorai, avec mon ami d'enfance, emprunter ce sentier qui, chez nous, suscitait à chaque fois, par cette balade dans les pins, un léger sentiment d'aventure.

Depuis déjà bien longtemps, l’abri qui protégeait la pompe a été détruit et le château d'eau abattu.

Ce chemin persiste, oui il existe encore, je l'ai pris récemment.

L'eau ferrugineuse - Bourvil

[1] Tuc, en patois gascon, désigne une hauteur.

 

Références :

*Alios.

**Saint Hubert est, outre le Saint des chasseurs, le Saint des forestiers.

Les commentaires sont fermés.