Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2012

Le pouvoir du savoir n’est rien comparé à celui de la séduction

Médecine Classique

Crédit Photo : http://t3.gstatic.com/


Comme je le fais, parfois, je reprends dans mon blog, un commentaire, parfois remanié, ce qui est le cas en l’espèce, commentaire que j’ai laissé sur un blog ami.

En l’occurrence, c’est le blog d’ompha : « l’Omphalos de Zeus » dans son article « Tout le monde a ses problèmes ! ».

Il y a deux types de médecins, c’est un peu comme le rat des villes et le rat des champs de la fable de La Fontaine.

Voilà ce que l’on peut dire de ces deux catégories de médecins : celui qui connaît la médecine et celui qui connaît le patient. Pour plagier une citation de Coluche*.

Le premier médecin, est une sorte de technicien, plutôt un ingénieur (dans l’administration, on parlerait de cadre A+). Ce type de médecin considère le corps humain comme une voiture, et cela marche, aussi pour la psychiatrie. Enfin, là, il y a une certaine spécificité, mais la comparaison tient, quand même, à peu près, la route. Dans le meilleur des cas, ce médecin offrira, en fin de consultation, une datte fourrée si chère à Claire Brétécher dans sa BD "Docteur Ventouse Bobologue". Point de chichi, point de salamalecs, de l’efficacité avant tout. Le but étant de « réparer » la « machinerie » corporelle humain du patient.

Le second médecin connaît, lui, le… Patient. Il peut, ainsi, jouer avec lui, et travailler à la séduction.

Il peut exercer la « médecine traditionnelle », ou faire miroiter des Médecines magiques et extraordinaires, parallèles (personnellement, je les qualifie de médecines perpendiculaires)

La crédulité humaine est incommensurable.

De préférence, il fait, alors, revenir ses patients (pour consolider le traitement, bien sûr). Ce médecin, là, est, de préférence, un médecin en secteur II (s’il est médecin), il peut, aussi « exercer » une profession para médicale, voire, un diplôme plus ou moins reconnu. On frôle, parfois, l’exercice illégal de la médecine. Ou tout simplement, pour ses « compétences », là, il n’est pas remboursé du tout, il faut, au moins, alors, 80 € « la passe »** (pour supporter les gens. Dans ce cas, le mot patient a perdu tout don sens)… Veuillez excuser ma vulgarité.



*« Il y a deux sortes de justice : vous avez l’avocat qui connaît bien la loi, et l’avocat qui connaît bien le juge !  » - Coluche.

**Avida Dollar, est la contrepèterie sur Salvador Dali inventée, à son encontre, par André Breton (chef de file du mouvement surréaliste) concernant sa propension, dans la deuxième partie de sa vie à aimer l’argent.




Magicien

Crédit Photo : http://users.polytech.unice.fr/


17/08/2012

Petite histoire des Thérapies Cognitivo Comportementales (TCC) et de ses critiques infondées

Source : http://www.mieuxvivremavie.com/

 

Parfois, il m'arrive d'utiliser un commentaire pour en faire un article, c'est le cas ici.



Les Thérapies Cognitivo Comportementales (TCC), ont été inventées, au début, dans des buts purement pratiques. Les prémices de la technique de débriefing, très efficace et utilisée, maintenant, dans le traitement des Troubles de Stress Post Traumatiques, datent de la deuxième guerre mondiale. A cette époque, avant l’intervention des aviateurs anglais, avait lieu le briefing pour définir les objectifs, et, au retour, le débriefing pour énumérer les objectifs atteints et de parler des aviateurs atteints ou disparus en vol (une façon de débuter le deuil).

Les Théories des groupes, ont été inventées, à la même époque, lors de la deuxième guerre mondiale, pour étudier les comportements d’un équipage de bombardier dans le but de pouvoir créer des équipes sans qu’il y ait de conflit et pouvoir, ainsi, définir un leader.

Les Thérapies Comportementales et Cognitives ont été réellement mises au point dans les années 1950 - 1960.

En 1971, sort un film culte « Orange Mécanique » (« A Clockwork Orange ») de Stanley Kubrick d’après un livre d'Anthony Burgess, L'Orange mécanique (A Clockwork Orange), dans son édition originale britannique de 1962. Ce livre, et ce film, sont une critique des thérapies comportementales dans la mesure où il est montré «une « manipulation » Psychiatrique, utilisée, uniquement, à des fins politiques. En fait, ceci est impossible vu la masse de gens à "traiter", ce live et ce film montrent (c'est une pure fiction) de façon critique ces thérapies qui sont censées transformer un chef de bande violent, asocial et violeur en mouton. Cette fiction critique, cette utilisation de cette "manipulation uniquement à des fins politique, pour rassurer le citoyen vis à vis de la montée de la violence. La manipulation de masse s'appelle la propagande. Les techniques de propagandes allemandes (Joseph Goebbels), mais, aussi, alliées, ont été très efficaces durant la deuxième guerre mondiale.



Présentation d'Orange Mécanique



Orange Mécanique - Bande annonce



Freud était-il comportementaliste avant l'heure ?
Source : http://surrealisme.skynetblogs.be/tag/sigmund%20freud

28/01/2008

La révélation d'Arès, une vidéo faite par la secte d'Arès

03:25 Publié dans Secte | Lien permanent | Commentaires (4)