Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2021

La première radiographie, la radiographie de la main de madame Röntgen

Premier cliché radiographique - La main de Madame Röntgen (Röntgen - 22 décembre 1895)


Dans mon article du 31/03/2019 : « La découverte du Scanner ou quand l'utile naît du superflu » J’ébauche la découverte de l’EMI Scanner.

Dans cet article je vais aborder le sujet de la première radiographie faite par Wilhelm Röntgen.

Le soir du 8 novembre 1895, Röntgen observe qu'à la décharge d'un tube, complètement enrobé de carton noir, scellé pour en exclure toute lumière et ceci dans une chambre noire, un carton couvert d'un côté de baryum platino-cyanide devient fluorescent lorsqu'il est frappé par les rayons émis du tube. Röntgen en déduit qu’un rayonnement invisible d’origine inconnue est émis et lui donne le nom de rayons X (X étant la dénomination d’une inconnue en algèbre).

Le 22 décembre 1895. Röntgen l’expérimente sur la main de son. Au développement, il s'aperçoit que l'image est l'ombre des os de la main de son épouse, son alliance y étant visible. Les os sont entourés d'une pénombre qui représente la chair de la main, la chair est donc plus perméable aux rayons. C'est le premier « Röntgenogram ».

À la suite d'autres expériences, Röntgen constate que les nouveaux rayons sont produits par l'impact des rayons cathodiques sur un objet matériel. Parce que leur nature est encore inconnue, il leur donne le nom de « rayons X ». Plus tard, Max von Laue et ses étudiants démontreront qu'ils sont de nature électromagnétique, tout comme la lumière, et diffèrent seulement par une plus haute fréquence.

Cette découverte suscite chez les chercheurs une vive émulation, qui aboutira en France à l'affaire des rayons N (confer mon article très récent du 02/09/2021 : « Le Professeur Didier Raoult et le Professeur René Blondlot »).

Pour sa découverte des rayons X Röntgen reçoit le prix Nobel de physique en 1901.


Radiographie - La main de Mme Röntgen


Les rayons X - expérience de Röntgen - radiographie

 

Références :

 - Wilhelm Röntgen.

 - La radiographie (I) - Histoire de la découverte des rayons X et de leur application en médecine.

14/09/2021

La Médecine Quantique

Capture d’écran du site d’un ostéopathe utilisant le Physioscan, pour pratiquer la Médecine Quantique, dans la banlieue de la Grande Ville (double clic gauche pour agrandir l'image)

 


Cet article fait suite à celui que j’ai publié, hier, le 13/09/2021 : « Profession : Voyant ! ».

Comment ais-je découvert la Médecine Quantique ?

Ayant quelque peu épuisé l’Histoire de la médecine, je décidais, ce Week-end, de me tourner vers l’Histoire de la Physique.

Dans l’Histoire de la Physique, il faut distinguer deux périodes, la période de la Physique classique, à la fin du XIXème siècle et, à partir du début du XXème siècle, la période de la Physique Quantique.

Je m’enfilai donc trois à quatre vidéos sur la physique classique, puis je m’orientais vers l’Histoire de la Physique Quantique.

Quelques vidéos « Quantiques » plus tard, la tête un peu au carré, (j’ai dû m’accrocher et je n’ai pas tout compris) je tombe sur une superbe vidéo, enfin d’un bon niveau et abordable où un des deux protagonistes parle de l’utilisation du mot quantique. Est abordé en premier l’ordinateur quantique, il est admis que cette théorie est sérieuse. Par contre la deuxième utilisation du Mot Quantique s’avère être une abominable escroquerie.

Il s’agit de…

La Médecine Quantique.

Mais quel est donc cette Médecine Quantique ?

Je cite Wikipédia : « La médecine quantique est une pseudo-médecine reposant sur l'idée proposée par Fritz-Albert Popp en 1970 selon laquelle les cellules communiquent par signaux électromagnétiques, la biorésonance, concept pseudo-scientifique.

La médecine quantique ne résiste pas à l'analyse scientifique et abuse du public en reprenant la terminologie de la physique quantique pour des concepts décrits comme fantaisistes ».

Mais ce n’est pas tout, mes recherches auraient pu s’arrêter là.

Quand une idée perverse traversa mon esprit, et si je tapais sur Gogol les mots clés « médecine quantique Grand Ville ».

A ma grande stupéfaction je tombais sur le site Web d’un individu, un ostéopathe (j’ai caché son nom et son lieu d’exercice), qui exerçait cette « Médecine » dans la banlieue de la Grande Ville. En me baladant dans son site je tombais sur son « approche quantique-Biorésonnance » pour cela, il utilise  un appareil dénommé : Physioscan (confer la capture d’écran de son site Web que j’ai mis en en-tête), une superbe machine à sous.

Et hop de taper Physioscan sur mon pote YouTube et à ma grande stupéfaction, je tombe sur cela :


Attention les yeux ! Voici le commentaire publié sous la vidéo PHYSIOSCAN : " Le bilan énergétique : Evaluation simple et rapide du niveau de stress et des capacités d’adaptations des organes, tissus et cellules. Le Physioscan vous permet en quelques minutes seulement d’obtenir des informations précises sur l’état de tous les systèmes du corps humain : endocrinien, nerveux, osseux, digestif, lymphatique... La fonction "bilan comparatif "  permet le suivi du patient au fil du temps. Basée sur des calculs comparatifs complexes, l’interprétation des résultats s'avère en fait très simple et peut recourir à différents moyens de visualisation : par valeurs numériques, par icônes ou logos, par courbes comparatives d'écart aux normes-étalons, par niveau d'entropie ou par résonance spectrale".

Mon dieu qu’on est loin de la très sérieuse Physique Quantique qui m’a tant pris la tête !

 

Références :

 - Médecine quantique

 - Médecine non conventionnelle

 - Site de Physioscan ICI.

06/09/2021

La Fécalothérapie ou Transplantation du microbiote Fécal (TMF)

 

Voici une médication originale qui est loin d’être merdique (sauf si... Voir la dernière vidéo) !

La bactériothérapie fécale ou fécalothérapie, également nommée Transplantation de Microbiote Fécal (TMF), transplantation fécale, greffe fécale ou transfusion fécale est un traitement médical destiné à des patients souffrant d’une maladies intestinale résistant aux traitements antibiotiques classiques : La colite pseudo membraneuse due à une bactérie, le Clostridium Dificile.

Déjà, en guise de sirop contre l'angine, le médecin grec Galien prescrivait des excréments à mêler au miel.

Ensuite, l’utilisation de la Transplantation du microbiote Fécal (TMF) date de la médecine chinoise du IVe siècle pour le traitement des empoisonnements alimentaires et d’infections intestinales avec diarrhée.

En effet, cette thérapeutique est attestée dès le IVe siècle en Chine, où l'alchimiste et médecin Ge Hong prescrivait l'administration d'une « soupe jaune » (ou « soupe dorée ») pour le traitement de diarrhées sévères.

Le transplant fécal a été développé à la fin du XXe siècle par le Professeur Thomas J. Borody* et son équipe à Sydney, en Australie, principalement comme un traitement alternatif pour la colite pseudo-membraneuse. Cette maladie est causée par la bactérie Clostridium Difficile et est habituellement traitée par antibiotiques. 

Cette approche n'est pourtant pas tout à fait nouvelle. Elle a longtemps été utilisée chez les animaux d'élevage, par exemple, pour prévenir la salmonellose chez les poulets.

En 1983, le premier cas validé d’infection récidivante à Clostridium difficile traitée efficacement par TMF était publié.

Dans les 30 années suivantes, plusieurs centaines de cas similaires rapportant l’efficacité de la TMF dans les infections récidivantes à Clostridium Difficile ont été rapportés dans la littérature mais le premier essai randomisé contrôlé n’a été publié qu’en 2013.

Les premières études dans la Recto Colite Hémorragique (RCH) sont donc encourageantes tout en montrant la complexité de la mise œuvre de la TMF dans les Maladie Inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI) avec notamment des protocoles très variés d’administration, une variabilité de réponse importante, et un effet donneur encore mal compris. D’autres études sont nécessaires afin de déterminer la place et les modalités de la TMF dans le traitement des MICI.

Qui a dit que le caca c'est sale ?


La greffe fécale à l'IHU Méditerranée Infection

Mais mal utilisée, cette technique peut rapidement s'avérer vraiment merdique. En effet, de plus en plus de gens essayent, grâce à des tutos sur le Net, de faire une transplantation fécale “maison”, ce qui peut s'avérer très dangereux.

*Il faut signaler que le Professeur Thomas J. Borody a fait exactement la même erreur que Le Professeur Didier Raoult en recommandant un protocole de trithérapie utilisant l'ivermectine, la doxycycline et le zinc pour le traitement de la COVID-19 traitement qui n'a pas, non plus, été validé (confer mon article du 02/09/2021 "Le Professeur Didier Raoult et le Professeur René Blondlot").

P. S. : La TMF n’a rien à voir avec l’Urinothérapie, ou  amaroli, technique ancestrale dont l’efficacité scientifique n’a jamais été prouvée. Par contre, à Rome, l’urine était collectée dans les toilettes publiques pour le service des artisans tanneurs qui se servaient de l'ammoniaque dégagé par l'urine pour nettoyer les cuirs ou dégraisser les laines. Pour le tannage (et son odeur) lisez Le Parfum de Patrick Süskind.

 

Références :

 - "Bactériothérapie fécale".

 - "Transplantation fécale".

 - "L’être humain et le caca, une histoire commune".

05/09/2021

L’incroyable histoire de la médecine

Cette BD, pardon ce livre, est mon dernier achat !

Une BD, ce qui est assez inhabituel, de 286 pages.

Un livre d'Histoire de la Médecine sous forme d'une BD.

Le texte est du Professeur Jean-Noël Fabiani et les dessins de Pierre Bercovici.

Sous ses airs de BD se cache un vrai livre d'Histoire de la Médecine. En effet, le Professeur Fabiani est un ancien chef du département de chirurgie cardio-vasculaire de l'Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP) et ancien Professeur d’Histoire de la Médecine à l'Université Paris-Descarte.

A la fin du livre se trouve de nombreuses références bibliographiques (32), une mine d'or pour qui s'intéresse à l'Histoire de la Médecine.

Si le cœur vous en dit, investissez 23,90 € dans la nouvelle édition de cette BD « L’incroyable histoire de la Médecine » - Jean-Noël Fabiani & Philippe Bercovici aux éditions Les Arène BD.

La présentation de la première édition, parue le 17 octobre 2018, de « L’incroyable Histoire de la Médecine » à l’Académie Nationale de Chirurgie lors de sa séance du mardi 28 novembre 2018.

 

Références :

 - "Pr Jean-Noël Fabiani : L’histoire de la médecine, c’est incroyable!".

 - "Jean-Noël Fabiani".

02/09/2021

Le Professeur Didier Raoult et le Professeur René Blondlot


Professeur Didier Raoult

 


L’affaire du Rayon N

 

Attention cet article ne reflète qu’un avis purement personnel ! Mais… on ne peut qu'être interpellé par l’histoire du Professeur René Blondlot et son Rayon N.


Quel lien me dirait-vous entre le Professeur Didier Raoult et cet illustre inconnu qu’est le Professeur René Blondlot.

Tout le monde connait le Professeur Didier Raoult qui s’est illustré, en France pendant le premier confinement, avec son traitement de la COVID-19 avec la bithérapie HYDROXYCHLOROQUINE + AZITHROMYCINE. Ce traitement s’est avéré n’être pas très convainquant. En tout cas il fut loin d’être prescrit dans tous les services traitant la COVID. Pour se remémorer la saga Raoult se reporter à l’article : « Covid : un an après le #Lancetgate, retour sur la saga de l'hydroxychloroquine portée par le Pr. Raoult à Marseille ».

Mais qui connaît le Professeur René Blondlot ?

Blondlot fut à l’origine de l’affaire du Rayon N.

Le 23 mars 1903, René Blondlot, professeur de physique à la Faculté des sciences de Nancy, publiait une note dans les comptes-rendus de l'Académie des sciences, intitulée : «Sur une nouvelle espèce de lumière». Cette première note fut suivie de 25 autres publications du même Blondlot en moins de 3 ans ; il écrivit également un livre, qui fut traduit en anglais. Une centaine d'autres chercheurs lui emboîtent le pas aussitôt, ils écrivent près de 300 articles en 3 ans sur le même sujet. Ce nouveau rayonnement est baptisé par Blondlot : «Rayons n» tout d'abord, soit «Rayons nostri», puis, devant l'accueil enthousiaste qui est fait à sa découverte, «Rayons N» (majuscule), c'est-à-dire Rayons Nanceiensis.

Or ce nouveau rayon n’existait pas !

Blondlot jouissant d'une excellente réputation, à la suite de ses précédentes recherches sur la polarisation des champs magnétiques, cette découverte est accueillie avec enthousiasme. L'Académie des sciences publie de nombreuses notes dans ses comptes rendus hebdomadaires. Blondlot continue ses recherches et accumule les « découvertes », comme celles de nouveaux rayons N1 » en février 1904.

Blondlot perd peu à peu ses soutiens, l'illusion de l'existence des rayons N a en effet duré à peine une année. Gustave Le Bon, adhérant à la thèse de l'autosuggestion, conclut que :

"le public à l'avenir saurait à quel point un grand corps savant peut être victime de ses plus lamentables erreurs".

L’histoire de la Médecine est, comme je le dis souvent, un éternel recommencement (cf mon article récent du 20/08/2021 : "Le renouveau de la Psychochirurgie : Le nouveau traitement chirurgical du Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC)".

 

Références :

 - Rayon N.

 - RENÉ BLONDLOT ET LES RAYONS N.

 - René Blondlot.

 - Didier Raoult.

 

01/09/2021

L'incroyable découverte des gants chirurgicaux

 

Comme je le raconte dans mes deux articles :

 - 22/09/2012 : "Deux découverte due au hasard et à l’observation, l’ISONIAZIDE* et le VIAGRA*".

 - 31/05/2021 : "Comment Linus Thorvalds à découvert Linux : un hasard accidentel".

Très souvent, en médecine, les découvertes sont le fruit du hasard.

Mais la découverte des gants médicaux, par le grand chirurgien William Halsted, n’est, elle, pas le fruit du hasard mais bien de la nécessité : l'invention d’Halted est faite par amour du fait de la maladie de son instrumentiste.

William Stewart Halsted, né en 1852 et mort en 1922, était un très grand chirurgien américain.

Les innovations d’Halsted commencèrent très tôt. Muni de son diplôme, stagiaire à l'hôpital presbytérien de New York, y introduit l'usage de la feuille de suivi où sont relevés la température, le pouls et le rythme respiratoire du patient. 

Au XIX ème siècle, les médecins et chirurgiens américains allaient en Europe pour apprendre les nouvelles techniques médicales. L’inverse deviendra la règle au XX ème siècle.

Halsted part pour l'Europe où il poursuit son apprentissage, principalement à Vienne,.

Il ramène aux États Unis les techniques d’asepsie (se laver les mains avant les opérations, désinfecter la peau des patients avec des antiseptiques.

Il met au point plusieurs procédés opératoires, Il est parmi les premiers à pratiquer l'hémostase. Il formule les "principes de Halsted", principes chirurgicaux modernes concernant le contrôle du saignement, la dissection anatomique, la stérilisation, la suture des plaies. Il effectue la première mastectomie radicale pour cancer du sein opération connue sous le nom d’opération de Halsted.

Halsted fut un Docteur House avant l’heure.

En effet, Halsted étudie et démontre que la cocaïne a un effet anesthésique efficace et sûr. Expérimentant sur lui-même, Halsted devient dépendant à la cocaïne. Il doit suivre, alors,  une cure de désintoxication au sanatorium Butler, dans Rhode Island. Là, on essaye de le sevrer de la cocaïne en lui administrant de la morphine. Halsted devient dépendant aux deux drogues. Il finira, enfin, par s’en sevrer.

Halsted fut un des "Big Four", un des "quatre grands" médecins fondateurs de l'hôpital Johns-Hopkins.

En 1889, William Halsted est chef du service de chirurgie à l’hôpital John Hopkins, à Baltimore. Au bloc, il a, comme instrumentiste, Caroline Hampton. Très vite, les deux tombent amoureux, et se fiancent.

Pour désinfecter les mains du personnel soignant et les outils chirurgicaux, Halted, ayant ramené d’Europe comme nous l’avons vu, les techniques d’asepsie, utilisait du chlorure de mercure et de l’acide phénique. Mais ce procédé, bien que très efficace, avait un grave inconvénient, il était très irritant pour la peau et déclenchait des eczémas.

Caroline Hampton développe un important eczéma des mains qui pourrait la contraindre à renoncer à travailler avec Halsted.

Par amour pour son instrumentiste, Halsted à l’idée, pour protéger les mains de sa belle, de faire faire des gants en latex. Il va donc rencontrer Frank Seiberling qui a crée, en 1898,l’entreprise Goodyear Tire and Rubber Company qui, au départ, fabriquait des pneus en caoutchouc pour vélos et calèches. En effet, à l’époque, le caoutchouc était fait à partir du latex. Seiberling fabriquera les gants en latex que lui avait demandé Halsted.

C’est donc, au départ, pour protéger les mains qu’Halsted inventa les gants en latex.

En 1899, un élève de Halsted, le docteur Bloodgood a été le premier chirurgien de Joan Hopkins à porter ces gants pour chacune de ses opérations. Et il a fait le calcul. Sur cent patients opérés d’une hernie inguinale, un seul a souffert de complications par suppuration. 

L’ère des gants chirurgicaux, pour respecter l’asepsie, venait de commencer.

 

Références :

 - "Gant médical".

 - William Halsted.

 - "Caroline Hampton".

 - "Une histoire d’amour à l’origine des gants chirurgicaux".

 - "Quelle est l'origine des gants chirurgicaux ?".

 - "Histoire de la médecine : les gants de chirurgie".

 - "Qui a inventé les gants chirurgicaux ?".

25/08/2021

L'école de médecine navale de Rochefort

Crédit Photo – Archives Personnelles


Dans la même veine que le précédant, un petit article d’histoire de la médecine, sujet qui, comme vous le savez, me passionne même avant mes études de Médecine.

C’est un article facile à écrire car très court et se résumant simplement à trois vidéos.

J’ai, déjà, publié, sur ce sujet, un article 17/08/2008 : « Ancienne École de Médecine navale de Rochefort ».

L'école de médecine navale de Rochefort a été fondée en 1722. Elle forme les chirurgiens embarqués à bord des navires de guerre. Les officiers de santé de Rochefort participent activement aux voyages d’exploration autour du monde, ce qui explique, outre la collection d'anatomie, les collections d'ethnographie et d’histoire naturelle.

Je viens de trouver, sur mon pote YouTube, deux vidéos sur cette école de médecine navale de Rochefort.


Quelques références :

-  École de médecine navale de Rochefort.

 - Histoire de l'École d'anatomie et de chirurgie navale de Rochefort (1722-1964).

 - Une école de médecine navale à Rochefort.

Un site :

 - Rochefort - Ancienne école de médecine navale.

Et, pour finir :

Quelques articles d’histoire de la médecine que j’ai écrits en son temps :

 - 03/02/2009 "Petite histoire des vaccinations".

 - 09/04/2010 "L’inventeur du SAMU".

 - 16/12/2010 "Le Delysid".

 - 14/03/2011 "L'assassinat du Roi Henri IV". Cet article est "un peu", si l'on peut dire, romancé..

 - 10/04/2011 "Avec le Placebo, je plairai"

 - 13/05/2011 "Les débuts de la Médecine Triomphante, la médecine des années 50"

 - 02/10/2011 "La méthode Ogino : La petite histoire d’une méthode contraceptive écologique mais peu fiable"

 - 11/06/2012 "L’éminent professeur Charcot : où la neurologie face à la psychiatre".

 - 15/09/2012 "Le pouls de la vérole"

 - 22/09/2012 "Deux découverte due au hasard et à l’observation, l’ISONIAZIDE* et le VIAGRA*".

 - 14/12/2012 "L’Hymne national de la Grande Bretagne et sa petite histoire".

 - 03/06/2013 "La Veine Pouilleuse, une illustration de l’Anthropologie de la Santé".

 - 28/02/2014 "Histoire de la découverte des Anticoagulants, une histoire vache".

 - 10/03/2014 "La petite histoire de l'origine des vaccinations".

 - 04/10/2014 "Le crachat et la fenêtre".

 - 20/11/2015 "Trouble de Stress Post Traumatique TSPT), Post Traumatic Syndrom Desease (PTSD), Railway Accident, Névrose Traumatique et Névrose de Guerre, un bref exposé du Docteur Sangsue".

 - 31/03/2019 "La découverte du Scanner ou quand l'utile naît du superflu".

 - 08/05/2021 "Le crachat et la fenêtre, le retour !".

Pour tout les liens d'histoire de la médecine, c'est ICI.

23/08/2021

Histoire de l'anesthésie : l'histoire chloroforme et la mort de Raimu

Appareil à chloroforme du Dr Ricard


Déjà, très récemment, j’ai abordé, un peu, dans mon article du 20/08/2021 : « Le renouveau de la Psychochirurgie : Le nouveau traitement chirurgical du Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC) » un sujet ayant trait à une autre de mes passions : l’histoire de la Médecine.

Je visioné, par hasard, en flânant sur mon pote YouTube, la vidéo suivante.

Cette vidéo est un exposé, par un anesthésiste, qui raconte, à propos de la mort de Raimu, l’histoire de l’utilisation du chloroforme en anesthésie.

Cet exposé est remarquablement bien fait et avec plein de détails précis.

Attention, comme je l'ai dit, il s'agit d'une conférence la vidéo est assez longue, elle dure 35 minutes.

Je vous laisse seul juge :

 

P. S. :

J’ai, modestement, publié un article sur l’histoire de la Médecine le 14/12/2012 : « L’Hymne national de la Grande Bretagne et sa petite histoire ».

Nota Bene :

Si l’histoire de la médecine vous intéresse, tapez, comme le le fit sur YouTube : « Histoire de la médecine ». Je vous recommande, plus particulièrement, les vidéos du Professeur Fabiani, un véritable acteur et remarquable conteur, ancien professeur de chirurgie cardiaque reconverti en Professeur d’histoire de la médecine, mais aussi les vidéos de l’institut pasteur de Lille.

20/08/2021

Le renouveau de la Psychochirurgie : Le nouveau traitement chirurgical du Trouble Obsessionnel Compulsif (TOC)

La stimulation cérébrale profonde (SCP)

 


L’histoire de la médecine est un perpétuel recommencement.

Cela est parfaitement démontré par le renouveau de la Psychochirurgie.

Cet  article fait suite à mes précédant articles sur la Psychiatrie:

 - 18/06/2021 : « Le Syndrome de Noé ».

 - 26/07/2021 : « Le Syndrome de Diogène ».

 - 13/08/2021 : « La Syllogomanie ».

Dernièrement, j’ai vu un reportage, à la télé, sur le traitement chirurgical du TOC sévère. En effet, 10 % des TOC, ne répondent pas au traitement médicamenteux associé à une Thérapie Cognitivo Comportementale (TCC).

Le traitement par stimulation cérébrale profonde (SCP), pour le TOC, utilise des dispositifs médicaux implantés chirurgicalement, semblables à un pacemaker. Ce traitement délivre une stimulation électrique soigneusement contrôlée dans des parties bien ciblées du cerveau et peut aider à réduire certains symptômes du TOC. 

Les techniques par SCP, furent développées, depuis environ 18 ans, dans la maladie de Parkinson.

Elles sont utilisées, désormais, dans le domaine du TOC sévère ou résistant.

Je me souviens, quand j’effectuais un de mes premiers stages hospitaliers, cela devait être dans les année 75, avoir été dans un service de Neurochirurgie.

J'ai été le témoin d'un dernière Lobotomie.

J’assistai donc, un matin, à la visite du neurochirurgien.

Dans la chambre ou j’étais gisait une patiente, un peu dans le coaltar.

Elle venait d’être opérée d’une Leucotomie, le traitement chirurgical, de l’époque, des TOC sévères. En effet, elle se lavait les mains tellement souvent dans la journée, que la peau celles-ci en pâtissaient.

Cette technique est désormais interdite dans de nombreux pays et n’est plus considérée comme une bonne pratique dans la médecine actuelle.

Comme je vous le disais, l’histoire de la médecine est un perpétuel recommencement.

 

P. S. : Je vous conseille de visionner le film, avec Jack Nicholson en « toqué », "Pour le pire et pour le meilleur".

Un bref extrait de ce film génial :

Un autre film, toujours avec Jack Nicholson, se termine avec une Lobotomie : "Vol au dessus d'un nid de coucou".

 

Un conseil de lecture :

 - "De la leucotomie à la stimulation électrique profonde : aspects historiques et éthiques de la psychochirurgie".

13/08/2021

La Syllogomanie

 

Dans mes articles :

 - "Le syndrome de Noé"

 - "Le Syndrome de Diogène"

J’évoque un trouble psychiatrique que l’on regroupe, maintenant, sous le terme de Syllogomanie.

La syllogomanie ou accumulation compulsive (du grec ancien : σύλλογος / súllogos « rassemblement ») est le fait d'accumuler de manière excessive des objets (sans les utiliser), indépendamment de leur utilité ou de leur valeur, parfois sans tenir compte de leur dangerosité ou de leur insalubrité. 

Les personnes atteintes de syllogomanie (thésaurisation pathologique) ont toujours une telle difficulté à jeter ou à se séparer de leurs biens que les objets s’accumulent et encombrent les espaces de vie au point de les rendre invivables.

En 2013, la syllogomanie a été inscrite dans le  DSM-5 (version 5 du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux).

Les médecins diagnostiquent la syllogomanie lorsque :
    • La personne éprouve constamment des difficultés à se séparer de ses biens, quelle que soit leur valeur réelle.
    • La personne conserve des objets principalement parce qu’elle sent qu’elle doit le faire, peu importe la valeur de l’objet.
    • Les biens accumulés encombrent et obstruent les pièces à vivre (pas les sous-sols ou les aires de rangement) et interfèrent avec l’utilisation de ces pièces aux fins prévues.
    • La personne se sent très angoissée à l’idée de jeter ses biens quels qu’ils soient et/ou elle éprouve des difficultés à fonctionner (au travail, dans sa famille, ou avec des amis) en raison de la syllogomanie.

Les formes cliniques de la Syllogomanie :

Bibliomanie : La bibliomanie est un trouble obsessionnel compulsif impliquant la collection ou l'accumulation de livres à un point où les relations sociales ou la santé sont endommagées.

Syndrome de Diogène : Le syndrome de Diogène est un syndrome décrit par la gériatre américaine Allison N. Clark en 19751 pour caractériser un trouble du comportement conduisant à des conditions de vie négligées, voire insalubres.

Syndrome de Noé : Le syndrome de Noé, appelé en anglais animal hoarding (« accumulation d'animaux »), est un trouble mental qui consiste à posséder trop d'animaux de compagnie. Plus exactement, on possède plus d'animaux que l'on n'en peut héberger, nourrir et soigner correctement, le point commun des malades étant l'incapacité à saisir la gravité de la situation. Cette dérive peut-être le fait d'une personne seule, mais aussi d'un groupe d'individus, sous la forme d'un refuge pour animaux.

Cas célèbre :

Les frères Langley et Homer Lusk Collyer, dits « les ermites de Harlem », qui avaient accumulé 136 tonnes de bric-à-brac dans leur immeuble de trois étages à New York19, dont 25 000 livres moururent en 1947, victimes des traquenards qu’ils avaient installés dans leur demeure pour déjouer les voleurs, lorsque le cadet, Langley Collyer, fut écrasé par une valise et trois énormes liasses de journaux alors qu’il rampait dans un tunnel de journaux pour apporter à manger à son frère paralytique aveugle, lequel mourut à son tour de faim quelques jours plus tard. 

Références :

 - Syllogomanie

 - Syllogomanie

30/07/2021

Pansement « compressif – occlusif » - Fin – Guérison

Crédit Photo - Archives Personnelles (Deux clic gauche pour agrandir la photo)

 

La conclusion de mes deux articles :

 - Pansement « compressif – occlusif ».
 - Pansement « compressif – occlusif » - Suite.

9 jours après le début du traitement…

Une cicatrice qui sera pratiquement invisible. ce n'aurait pas été le cas s'il y avait eu des points.

 

Référence :
 - Site sur l’histoire du laboratoire Johnson & Johnson ICI.

23/07/2021

La médecine expérimentale et le gel hydroalcolique

 

Aujourd'hui, une fable façon Docteur Sangsue (n'oubliez pas que je suis un fan de Jean de La Fontaine et, tout naturellement, d’Ésope son mentor). A ce propos, si je suis un modeste moraliste, je ne suis pas un affreux moralisateur.

Pendant mes étude en médecine, lors de l’étude de la physiologie, une importance plus particulière fut portée sur la démarche scientifique du médecin, physiologiste et épistémologue Français Claude Bernard : La médecine expérimentale.

Dernièrement, le fils d’un collège de travail de ma moitié qui est un enfant HP (enfant à haut potentiel intellectuel) fit les frais de cette démarche scientifique.

Sa réflexion porta sur le gel hydroalcoolique.

Il voulait savoir si le gel hydroalccolique pouvait s’enflammer.

Il vérifia son hypothèse dans son collège.

Pour cela, sur son bureau, il versa du gel hydroalcoolique. Puis il alluma un briquet.

Le résultat fut immédiat le gel prit feu et ce de façon quasi explosive, ce qui eu pour effet collatéral de bruler la table.

Son hypothèse fut vérifiée mais lui valu…

Deux jours d’exclusion.

Moralité :

Si la curiosité est un vilain défaut, sans curiosité point de découvertes.

Une vidéo vaux mieux qu'un long discours, visionnons l'expérience:

Et, maintenant, un tour de magie :

22/07/2021

Pansement « compressif – occlusif »

Poupée du pouce

 

Préambule :

Hier, je me suis coupé profondément sur le dessus de la deuxième phalange (phalangine*) du troisième doigt de la main gauche (heureusement que ce n’est pas la droite car je suis droitier).

C’est en cassant une assiette en porcelaine (de Limoges, on aime la bonne cuisine chez le Docteur Sangsue qui dit bonne cuisine dit bons ustensiles) fendue contre la poubelle que je me suis méchamment coupé profondément.

Tellement profondément que, normalement, il m’eut fallu deux à trois points de suture.

Parfois, les études en médecine cela peut servir.

N’ayant pas du tout, mais pas du tout envie de me faire charcuter, je décidai, une fois de plus, de me soigne moi-même.

Si vous voulez savoir de quoi je suis capable, je vous renvoi à mon article du 01/04/2008 écrit dans le cadre d’un carnaval des Blogs Médicaux, la brillante époque des Blogs Médicaux** dans les années 20 non, pardon, des années 2008 : « Mes expérimentations Médicamenteuses ».

D’abord, commençons par quelques définitions :

1°) Le pansement :

« Le pansement est un dispositif médical (et non plus des médicaments depuis la circulaire juillet 1998) clé dans les soins infirmiers, il est utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d’une plaie. Tous les pansements, du pansement primaire (avancé) au pansement secondaire, sont destinés à maintenir un niveau d’humidité du milieu suffisant et contrôlé pour la cicatrisation sans provoquer une macération.

Les pansements sont aujourd’hui conçus pour favoriser la cicatrisation en milieu humide, il n’est plus forcément obligatoire de changer le pansement quotidiennement car leur fabrication a été pensée pour réguler l’humidité. On parle alors de pansements semi-occlusifs qui laissent passer les gaz comme la vapeur d’eau tout en bloquant le passage de bactéries au contact de la plaie ».
Référence : NM Médical.

2°) Les pansements occlusifs :

Pendant longtemps, il a été admis que les risques d'infection étaient prévenus en gardant la plaie aussi sèche que possible. Cette conception est aujourd'hui remise en cause, les pansements occlusifs démontrant leurs effets bénéfiques sur la cicatrisation dans un environnement humide. D'où l'apparition des pansements modernes tels les hydrocolloïdes, les alginates, les mousses, les hydrofibres ou les hydrogels.
Référence : Canal U (Canal-U est la vidéothèque numérique en ligne de l’enseignement supérieur.

3°) Les pansements compressifs :

Un pansement compressif est un pansement qui possède la caractéristique d'exercer une pression sur une plaie afin de juguler ou de prévenir une hémorragie.
Référence : Wikipédia.

Ambule :

Entrons, maintenant, dans le vif (c’est le cas de le dire) du sujet.

Le sang coulant (à flots, ce qui permis de me passer des étapes rinçage à l’eau et désinfection, merci les études en Médecine, d’autant plus que l’assiette sortait du Lave Vaisselle), je commençai par me bricoler un pansement compressif, de fortune, avec du Sopalin***.

Puis je passai, enfin, aux choses sérieuses : je demandai à ma moitié, de me trouver des pansements « Mercurochome » recouverte de plastique (et donc imperméable à l’eau) pour me bricoler un pansement de mon invention : un « pansement compressif – occlusif ».

Çà, c’est de la vraie chirurgie (bon de la petite, je vous l’accorde).

La vraie chirurgie, c’est du bricolage****.

Miracle, plus de sang !

Par prudence, pour plus de solidité (il faut que ce pansement tienne 8 à 10 jours), je doublais ce pansement avec un autre collé dessus. Cela avait, aussi, l’avantage de faire un pansement tout propre et de bloquer la flexion du doigt en position de fonction.

A prévoir, pour les courses à venir, des gants en Latex pour la vaisselle.

Postambule :

Rendez-vous dans 8 à 10 jours pour voir si le but est atteint et qu’ainsi je puisse faire breveter mon Pansement « compressif – occlusif ».

Je tiens à préciser que je suis à jour de mon vaccin anti tétanique (petit détail qui à son importance).

Pour finir, une vidéo de la Croix Rouge pour illustrer un acte de Premiers secours : comment traiter une plaie simple.

*Phalange. Anatomie artistique. Leçon 39.
**A propos des Blogs Médicaux je vous conseille de lire mes articles : « Bigard et le Docteur Sangsue » et « Je pleure ».
***Société du papier linge.
****A propos de la Chirurgie (avec un grand C) j’ai une histoire de chasse illustrant l’étymologie de ce mot qui vient de deux racines Grecques (χειρουργία / kheirourgía, formé à partir de χείρ / kheír, signifiant « main », et de ἔργον / érgon, « travail »). Une histoire que j’ai vécue lors de mon stage interné dans un service de chirurgie cardiaque de la Grande Ville. Cela pourra faire l’objet d’un autre article.

10/07/2021

Visionnaire !

Je viens de découvrir que je suis un visionnaire !

En effet,je viens de recevoir un mail de Vidal, car, même depuis ma retraite, je reçois toujours des mail du Vidal.

Depuis que les Visiteurs Médicaux m’ont présentés le vaccin contre LES Papillomavirus, je passai, auprès d’eux comme un zombie quand je leur disait pourquoi on ne vaccinait pas les garçons contre les papillomavirus.

Les papillomavirus humains (HPV) sont des virus sexuellement transmissibles très fréquents, contractés généralement au début de la vie sexuelle. Ils sont responsables chez la femme comme chez l’homme de verrues anogénitales, de papillomatoses respiratoires récurrentes et de lésions, dont la majorité disparaissent spontanément, mais dont certaines peuvent persister et évoluer vers des cancers (cancer du col de l’utérus chez la femme, cancers anaux et oro-pharyngés dans les deux sexes). 

Dans l’ancienne politique vaccinale on n’entendait protéger uniquement le cancer du col de l’utérus au détriment, pour des économies de bout de chandelle, les autres pathologies.


Dans ce mail, Il est question, du nouveau calendrier vaccinal en 2021 et notamment, la vaccination contre les papillomavirus (HPV):


Le vaccin contre les papillomavirus est, désormais, étendu aux garçons.


Je cite Vidal :

“Le calendrier vaccinal 2021 fixes les vaccinations obligatoires et recommandées pour les enfants et les adultes.

Depuis 2018. 11 vaccinations sont obligatoires pour les enfants de moins de 2 ans en France métropolitaine : diphtérie, tétanos, poliomyélite (ces 3 vaccinations étaient déjà obligatoires chez l’enfant avant 2018), coqueluche, infections à Hæmophilus influenzae de type b (Hib), hépatite B, infections à pneumocoque, infections à méningocoque de groupe C, rougeole, oreillons et rubéole.

La nouvelle édition du calendrier vaccinal a été publiée en avril 2021.

Elle intègre des mises à jour concernant, notamment, la vaccination contre les papillomavirus (HPV) désormais étendue aux garçons.

Un visionnaire oui et non !

Il a suffit, simplement d’un changement de politique vaccinale.

Ce fut le même cas, entre autre, pour l’obligation vaccinale des vaccins Rougeole Oreillons Rubéole ; dans ce cas, à l’époque, ce n’était que l’état n’engage sa responsabilité en cas d’accidents vaccinaux et, de par ce fait, ne pas indemniser les familles.

Ainsi vont les politiques de santé. Comme le dit l’aphorisme : “La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût”.

 

04/07/2021

Le vaccin et la cuillère

 

Non, ce titre n’est pas celui d’une fable de La Fontaine.

Dernièrement, lors d’une discussion, le sujet de la vaccination contre le coronavirus fut, tout naturellement, abordé.

A ma grande surprise, j’appris, avec stupéfaction, la dernière nouvelle à propos du vaccin anti covid.

Mon interlocuteur me raconta qu’il avait vu une vidéo montrant, chez un vacciné par le vaccin Pfizer, une cuillère et, même, aussi, un téléphone portable qui tenait collé à l’épaule. Cette personne rajouta que ce phénomène était du fait que, dans la composition du vaccin Pfizer, il y avait  un aimant.

Bien sûr il s’agit d’une "fake news" circulant sur les réseaux sociaux.

Imaginez les dégâts causés, chez les gens crédules, d’une telle information !

Comment voulez-vous qu’un aimant, si petit soit il, dans l’état actuel de la science puisse passer à travers du diamètre de l’aiguille d’injection.

Moralité (comme dans les fables de La Fontaine) : Il faut toujours vérifier ses sources. C’est ce que ne font pas, toujours certains journalistes.

En tout cas, moi, j’ai pour principe de ne pas déroger à cette règle.

28/05/2021

Petite histoire de l’informatique : Les Systèmes d’Exploitation, les Navigateurs Web et les langages de programmation

 

Dans cet article Je vous propose de vous replonger dans le passé.

J’ai eu mon premier ordinateur, un PC portable Acer, en 1998, grâce à l’instauration, par Dame Sécu, de la télétransmission.

J’ai vécu cet historique en ayant démarré sous Windows 98 et Internet Explorer.

Trois petites vidéos rappelant l’historique : le développement, l’apparition, l’apogée et le déclin des systèmes d’exploitation de 2003 à 2019, dans la première vidéo et l’évolution des principaux Navigateurs Web de 1996 à 2019 dans la deuxième vidéo et, dans la troisième vidéo, l’évolution des langages de programmation  de 1965 à 2019. Pour la petite histoire, dans le CD d’installation de Windows 98, était caché le logiciel Qbasic  qui permettait une initiation à ce langage. Cela m’a permis, à l’époque, outre le maniement de l’OS MS-DOS, en lige de commande (ah ! les fichiers batch, de bien m’amuser.


Most Popular Operating Systems (Desktop & Laptops) 2003 - 2019


Most Popular Internet Browsers 1996 – 2019


Most Popular Programming Languages 1965 - 2019

08/05/2021

Le crachat et la fenêtre, le retour !


“Jeune fille à la fenêtre” – Salvador Dali (1925)

 

L’histoire est un éternel recommencement Comme l’avait compris Thucydide 400 ans avant note ère.

En effet, Dans mon article du 04/10/2014 : "Le crachat et la fenêtre" je narre l’histoire suivante :

"La maison, en face de chez moi, est occupée par une personne âgée de 70 ans, cette personne devait avoir 10 ans dans les années 50, vous comprendrez, plus tard, pourquoi…

Dans les années 50, la Tuberculose était un véritable fléau. Une maladie redoutable qui tuait très souvent, au point que l'on avait crée des Sanatoriums qui passaient pour traiter les malades atteints de cette pathologie, mais surtout, qui avait comme but, inavoué, d'isoler ces pestiférés…

A l'époque existait une théorie hygiéniste qui préconisait une vie saine, et qui conseillait aux gens d'ouvrir ses fenêtres, régulièrement, tous les jours".

C’est ce que faisait cette dame. Pour lutter contre le BK (Bacille de Koch).

Eh bien, comme je le disais en introduction, l’histoire est un éternel recommencement, il est conseillé de ventiler les espaces clos, et d’ouvrir… les fenêtres pour lutter contre le Coronavirus (COVID-19).

Dans l’article du Midi Libre du 5 mai 2021 : "Covid-19 : il faut ouvrir les fenêtres 5 minutes toutes les heures pour lutter contre le virus" il est bien précisé que c’est "dans les lieux qui reçoivent du public, préconise le Haut conseil de la santé publique (HCSP) le 3 mai dernier cité par l'AFP". C’est notamment le cas des salles d’attente des cabinets médicaux.

Il n’est jamais précisé, dans cet article, que cela est utile dans sa propre maison d’habitation.

L'histoire n'est pas finie !

La maison de la vieille dame a été vendue et… dernièrement, les deux fenêtres du haut sont restées ouvertes toute la matinée.

Décidément, vraiment, L’histoire est un éternel recommencement !


C’est du propre ! L’histoire de l’hygiène en ville – Le Magazine de la Santé

 

Nota Bene : Dans "Fenêtre close", je me suis servi, pour illustrer mon article, de la même peinture. Une autre histoire de fenêtre, mais de fenêtre close, cette fois.

03/05/2021

Vaccin COVID-19 Pfizer Biontech

 

Je me suis fait piquer contre la COVID il y a de cela une semaine.

Tant qu’à faire être vacciné autant l’être par le vaccin le plus efficace, un vaccin à ARN, en un mot le vaccin Pfizer Biontech.

Pour obtenir cela, pour moi la meilleure méthode était de prendre rendez-vous au CHU de la Grande Ville.

Mon idée fut payante. On me confirma que ce serait bien le vaccin Pfizer.

Pour obtenir le numéro de téléphone du centre de vaccination, je tapais sur mon ami Gogol la formule magique : « où se faire vacciner COVID Grande Ville ».

Bingo !

Rendez-vous pris le samedi trois jours après mon coup de fil !

J’ai bien fait de prendre rendez-vous un samedi car je pus me garer facilement, le parking ayant beaucoup de places vides.

A l’entrée on demande mon nom. Puis à l’accueil on me demande ma carte d’identité mais pas la carte Vitale. Puis on me fixe un autre rendez-vous pour la deuxième dose cinq semaines plus tard.

Une demi-heure d’attente pour avoir un entretien avec un praticien hospitalier (mazette, rien que ça !). Questionnaire d’allergie demande de bras dominant : « droitier ? Épaule gauche ».

Douleur à l’injection.

Un quart d'heure en salle d'attente (en cas de mort subite).

Une douleur, très supportable, à la palpation appuyée de l’épaule qui dura deux à trois jours. Rien de plus.

A qui le tour ?

 

P. S. : je ne peux résister au plaisir de citer deux de mes vieux articles :

 - L'un du 3 février 2009 (douze ans déjà !) : « Petite histoire des vaccinations ».

 - L'autre du 10 mars 2014 : « La petite histoire de l'origine des vaccinations ».

Le sujet de ma thèse (c'était il y a de cela bien longtemps), un sujet de Médecine Légale : « La responsabilité du médecin en matière de vaccinations ». Je parlai, déjà, à l'époque, des mouvements anti-vaccinaux, des manifestations anti-vaccinales et des ligues anti-vaccinales.

Nota : Je conseille une chaine YouTube que je viens de découvrir en rédigeant cet article : la chaine YouTube Culture G ICI.

15/03/2021

Dragon 33 : des aventuriers aux professionnels

Les Aventuriers : L'Alouette II de la protection civile à Lacanau-Océan


Les professionnels : L’EC 145 de la Sécurité Civile


J’ai fait un de mes stages interné, dans les années 80, au SAMU de la Grande Ville. A cette époque le SAMU n’avait pas encore le professionnalisme de maintenant. A tel point que, à l'époque, on nous appelait les Cow-Boys.


Dans mon article du 20/01/2021 : "Le Secours héliporté à Lacanau-Océan avec l’Alouette II de la Sécurité civile en été 1976" J’évoque cette époque ou débutait la surveillance des plages à Lacanau Océan.

Pour mémoire Dragon est l'indicatif radio des hélicoptères appartenant à la sécurité civile. Celui-ci s'énonce généralement par le mot lui-même, suivi du numéro de son département de rattachement.

Dragon 33 a été fondé en 1962. Il est basé, durant l'été, à Lacanau Océan.

Les sauveteurs de la protection Civile étaient un peu comme moi, lors de mon stage au SAMU :

Des aventuriers :

Voilà les débuts des secours héliporté de la Protection Civile (C’est comme cela que l’on appelait, à l’époque, la Sécurité Civile de maintenant).

C'était il y a 45 ans !

Lacanau Océan, été 1976 :

Maintenant, on est arrivé au stade des professionnels :

Le temps a bien changés !

Enfant, adolescent et étudiant, j’ai passé toutes mes vacances à Lacanau Océan.

J'évoque cette époque dans mon article "La naissance du surf à Lacanau-Océan : la vraie histoire vécue par le Docteur Sangsue".

Pour finir une ambiance Surf Music.

The Aqua Velvets - Surf Nouveau

01/03/2021

Saint-Lys Radio

 

Saint-Lys radio était une ancienne station de radio maritime en ondes décamétriques, installée sur la commune de Saint-Lys dans le département de la Haute-Garonne, en France.

Lancée en 1948, elle cesse d'émettre le vendredi 16 janvier 1998 à 20 h. Les PTT puis France Télécom était l'exploitant de Saint-Lys radio qui permettait les liaisons radios avec les navires en mer et avec les aéronefs.

La station assurait des bulletins météorologiques.

Elle permettait les radiotélécommunications de catastrophe pour les organisations intervenant sur une catastrophe internationale.

Elle permettait la demande d'aide médicale par radios ondes décamétriques au SAMU de Toulouse.

En tant que service disponible 24 heures sur 24, Saint-Lys Radio participait aussi à la gestion des urgences de bord, d'abord en tant qu'intermédiaire entre les navires et le SAMU de l'hôpital Purpan de Toulouse*. Puis par la mise en relation directe de l'opérateur radio du navire demandeur avec un médecin régulateur du SAMU, afin de prodiguer conseils médicaux, avis de santé ou d'organiser, au besoin la mise en place de moyens d'évacuation de blessés.

Un extrait de l’émission "Voix d’Eau" de Thalassa en avril 2013 sur Saint Lys radio.

 

* C'est à Toulouse que le Professeur Louis Lareng a fondé le Service d'Aide médicale Urgente (SAMU) avec le docteur Madeleine Bertrand.

Références :
- Saint-Lys radio
- L'histoire de Saint-Lys Radio, comment téléphoner depuis un navire avant le GSM et le satellite ?

P.S. : La musique de Saint-Lys Radio est un air de chants de marins**  mais aussi scoute : Hardi les gars.

P.P.S. : Au temps de la marine à voile, le chant de marins avait une importance particulière : sa principale fonction était de rythmer et ainsi synchroniser le travail en équipe.