Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2017

Cuisses de canard braisé à la cocotte minute avec son accompagnement d'oignon et de pommes de terre façon Docteur Sangsue

Ingrédients pour deux personnes :
- 2 cuisses de canard
- huit pommes de terre
- 2 oignons
- Sel
- Poivre
- 1 cuillère à soupe d'huile
- 2 verres d'eau

Préparation :
Dans la cocotte minute, faites dorer à feu vif dans un peu d'huile, au départ, les cuisses de canard en salant et poivrant les deux faces.

Si il y a un excès de gras jetez en tout en gardant suffisamment pour faire revenir les oignons.

Faites revenir les oignons coupés en lamelles. Une fois ceux-ci bien dorés, rajoutez y les pommes de terre pelées et coupées en gros cubes.

Rajoutez-y les verres d'eau et mélanger le tout sur le feux pendant quelques minutes de façon à faire dissoudre ce qui est accroché au fond de la cocotte minute.

Faites cuire 20 minute après la rotation de la soupape.

Dégustation :
Avec un vin rouge puissant type Médoc ou Saint Emilion.

Bon appétit.

22/03/2017

Le "fait maison" et le Docteur Sangsue

Comme vous le savez, le bien manger, la bonne dégustation d'un plat, fait partie d'un de mes centre d'intérêt.

Les grands Chefs n'arrêtent pas de nous rabâcher que "pour faire un bon plat, il faut de bons produits".

L'autre jour, en me promenant dans Villegrand, puis que depuis que je suis à la retraite (cf mes articles : "Le Cabinet Médical est fermé - La retraite du Docteur Sangsue"  et 
"La cessation d'activité du Docteur sangsue, une conduire responsable non récompensée par la très grande majorité de ses ex patients" je me force à faire une heure de marche tous les jours, et j'avoue que, de plus en plus, j'y trouve un goût certain.

En passant devant une "brasserie" enfin une chaine de brasserie sponsorisées par un grand chef MOF (Meilleur Ouvrier de France) dont les établissements poussent comme des champignons mon regard fut attiré par une grosse fourgonnette qui livrait... des frites sous vide.

Ce type de brasserie passait pour avoir une prestation à coût plus que raisonnable et délivrant entrecôte et côte de bœuf accompagnés de sa célèbre sauce et, bien évidemment, servi avecr ses incontournables frites.

Le plus étonnant, en l'espèce, est, qu'à coté de cette pseudo brasserie était implanté un petit restaurant la façade peinte en rouge, un restaurant de bon aloi qui me faisait frétiller des babine. A l'entrée de ce petit restaurant était écrit "Ici, tout est fait maison".

Maintenant, normalement, quand un restaurant indique "fait maison" tout doit être fait maison. Il faut reconnaître que cette chaîne respecte cette loi et c'est tout en son honneur.

Voici ce qu'inspire, pour moi, le "Fait maison".

17/03/2017

Salade de cabillaud façon Docteur Sangsue

Cabillaud fraîchement péché

 

 Filé de cabillaud paré

 

Ne confondons pas, le cabillaud est la morue fraîche.

La morue est obtenue en faisant sécher et saler le cabillaud.

 

Pour 4 personne :
- 1 Kg de cabillaud surgelé.
- 12 belles pommes de terre
- Ail
- Persil
- Huile d'olive
- Jus de citron ou vinaigre de vin et vinaigre balsamique
- Sel
- Poivre du moulin

Préparation :
1°) Décongeler le cabillaud la veille au soir dans le réfrigérateur.
2°) Pocher le cabillaud dans l'eau froide puis laisser bouillir 3 à 5 minutes. Attendre que la chair commence à se désagréger.
3° Enlever la peau.
4°) Désagréger la chair à la main.
5°) faire cuire 30 minutes les pommes de terre à la cocotte minute.
6°) Pelez les pommes de terre.
7°) Dans un bol, jetez la chair de cabillaud avec les pommes de terre coupées en gros morceau.
8°) Versez l'huile d'olive arrosez du jus de citron (ou d'un mélange à part égale, vinaigre de vin vinaigre balsamique). Jetez dans le bol le persil ciselé, l'ail. Salez et poivrer. Rectifiez le goût.

Dégustation :
Cette salade peut se servir chaude ou froide.

Accompagnement :
Un vin banc sec de sec à votre convenance (type muscadet de Sèvre et Maine ou un Bordeaux blanc sec comme un entre de mer).

 

18/02/2017

Les odeurs de Villegrand

L'autre jour, à midi, en allant chercher ma fille à l'école, mes narines furent chatouillées par une délicieuse odeur de soupe.

Une odeur fabuleuse.

Cette odeur délicieuse me suivit jusqu' à un carrefour.

Quand soudain, une voiture tourna.

Une odeur pestilentielle balaya le fumet précédant le remplaçant par une horrible senteur de gaz pollué piquant le nez et prenant la gorge.

Cela interpella

A propos des odeurs de soupe. Qui fait encore de la soupe, à Villegrand ?

La soupe étant un met simple* mais totalement dépassé

Les odeurs de soupes sont surprenantes, alors que, normalement, on ne devrait sentir que l'odeur des gaz d'échappements.

D'autre part qui fait encore de la soupe à Villegrand


*Trois pommes de terre coupées en gros cubes, un poireau, deux carottes, un navet, un bouillon cube, trente minutes de cuisson à la cocotte minute. On mixe le tout. Eh hop. Un plat remarquable en hiver. Un plat pour se tenir chaud qui sert, le soir, et qui sert, à lui seul, comme plat principal.

Rien n'empêchant, d'ailleurs de faire chabrot.

07/02/2017

Haricots blanc sec à la tomate façon Docteur Sangsue

 

Ingrédients pour 6 personnes :
- 500g de haricots blancs trempés dans l'eau depuis la veille
- 2 tranches de ventrèche
- 4 tomates
- Un oignon
- 2 carottes (facultatif)
- 1 branche de persil (facultatif)
- 1 gousse d'ail
- 1 bouquet garni
- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive (ou mieux de graisse de canard: reste de graisse de foie gras ou de graisse de confit) (très facultatif)

- 2 cuillères à café de sucre en poudre
- Sel
- Poivre du moulin
- eau

Pré Préparation :
Faire tremper, la veille, les haricots sec.

Préparation :
Dans une cocotte minute, verser les cuillères d'huile d'olive puis faire revenir les tranches de ventrèche. coupée en morceaux de quatre centimètre de large.

Réserver.

Faire dorer l'oignon coupé en lanières.

Réserver.

Transformer en purée les tomates coupées en morceaux. Cela fait, ajouter la gousse d'ail écrasée, les carottes coupées en rondelles (facultatif), la branche de persil (facultatif), le bouquet garni, puis réintégrer les tranches de ventrèche de porc et les oignons.

Mettre deux cuillères à café de sucre en poudre (pour effacer l'acidité de la tomate).

Saler, poivrer avec le poivre du moulin.

Verser les haricots

Recouvrir bien d'eau les haricots.

Faire cuire dès rotation pendant 1 h.

Accompagnement :
Cette recette est particulièrement adaptée pour un gigot de mouton, d'agneau ou, éventuellement, une saucisse de Toulouse (on se rapproche, par cette association culinaire, du cassoulet complet si l'on rajoute des cuisses de canard confit et si l'on gratine).
Vins : bien évidemment, un vin de la région, un vin de Gaillac.
Mais aussi, un Médoc, un Bordeaux, un Bordeaux supérieur ou un côte de Bourg.

Bon appétit.

25/01/2017

Cuisson d'une côte de bœuf au grill en fonte façon Médocaine - une recette selon le Docteur sangsue

 

 Matériel :
- Un grill en fonte
- Une plaque de cuisson au gaz

Ingrédients :
- Une très belle côte de bœuf persillée de 5 cm d'épaisseur
- 2 échalotes
- Gros sel de Guérande de Noirmoutier ou de l'ile de Ré
- Poivre du moulin

Préparation :
Prenez une très belle côte de bœuf de cinq centimètres d'épaisseur bien persillée, c'est à dire une côte de bœuf parsemée de petits morceaux gras.
Sortez la côte du réfrigérateur deux heures avant de façon à ce que le gras se soit ramolli.

Disposez là côte sur le grill en fonte chaud.

Attention, cette recette ne marche que sur une plaque de cuisson au gaz.

Cuisez la côte quinze minutes sur chaque face a feu très doux

Cuisez salez et poivrez chaque face.

Sur la dernière face, disposez les deux échalotes émincées en petits dés.

Accompagnement :
Pomme de terre au four en robe des champs (pommes de terre enrobées de film aluminium) avec ou sans sauce ciboulette.

Pour ce qui est du vin, l'évidence veux que ce soit un Médoc ou un Haut-Médoc. Le vin doit être carafé deux heures avant la dégustation.

30/12/2016

La farce du Docteur Sangsue

 

 

Non, ce n'est pas ce à quoi vous pensez.

En cette période festive pour le réveillon du premier de l'an, je vais soumettre à vos papilles ma recette de farce pour garnir la volaille. Les grands classiques étant canard, oie, dinde et chapon.

Personnellement, pour moi, cette année, ce sera une cannette de barbarie.

Outre la volaille, il faudra :


Ingrédients :

- Farce
- Abats de la volaille hachés
- 2 Échalotes
- Olives vertes tronçonnées
- Persil
- 1 grosse Gousses d'ail
- 1 œuf entier
- Lait
- Pain
- Thym en poudre
- 1 feuille de laurier coupée en tous petits morceaux
- Sel fin
- Poivre noir du moulin


Préparation :

Mettez le pain à tremper dans le lait pour en faire une purée, puis mélangez tous les ingrédients afin d'obtenir une pâte onctueuse.

Pour la cuisson :

Il ne vous reste plus qu'à farcir la volaille.

Réservez la "bête", en l'entourant d'un torchon, et oubliez-la au réfrigérateur la veille de la cuisson.

Une astuce, pour éviter de refermer la "bête" en la cousant (épreuve éprouvante) : refermez la peau avec des cure dents.

Bon appétit, bon réveillon.

Et à l'année prochaine.

28/12/2016

Comment conserver du pain à la méthode ancienne

 

 Qui n'a pas rêvé de manger du bon pain au petit déjeuner.

D'abord, il faut du pain qui peut se garder : une boule de campagne étant, pour cela, le meilleur choix, les bulles d'air étant plus petites, ce qui permet d'avoir un pain plus dense.

Bien sûr, cette horreur de pain carton, déjà qu'il n'est pas bon à la dégustation extemporanée. il est, purement et simplement, à éviter car, c'est évident, il ne tiendra pas la route.

Le fait d'avoir une boule permet au pain de se garder en soi (la mie entouré d'une croûte protectrice).

Ma première expérience de conserve du pain, fût un échec. En effet, croyant bien faite, je laissai la boule dans sa poche en plastique. Le résultat ne se fit pas attendre. Au bout de deux jours, il se mit à moisir.

J'eu, alors, l'idée de conserver la boule de pain dans un torchon pour qu'il respire.

Bingo, cela marcha.

Ainsi, je pus garder mon pain trois jours, voir quatre.

P. S. : Nos anciens avaient tout compris, ils avaient de grosse boules de pain avec une croûte épaisse et un pain avec une mie dense, tout cela permettant, de garder celui-ci... une semaine (autrefois, on ne faisait qu'une fournée par semaine).

On est bien loin des nombreuses fournées de nos jours avec, souvent, du pain congelé.

21/12/2016

Vacances de Noël 2016

 

 

Je vais être absent de mon Blog pour mes vacances de Noël.

Je pars "quelques jours " quatre jours, hélas, seulement.

Cette année, je ne sais si je vais faire mon foie gras, le cœur n'y étant pas trop.

Regardez mes recettes :

 - Bloc de Foie Gras mi-cuit maison en semi-conserve et rosé à la coupe du Docteur Ventouse

 - Recette de foie gras mi cuit

 - Foie gras cuit au gros sel de Guérande

 - Comment faire un bloc de foie gras – Première partie : Comment choisir son foie

 - Comment faire un bloc de foie gras – Deuxième partie : Comment faire son foie gras

J'essayerai de publier, dès mon retour, aussi tôt que possible.

Bonnes fêtes de Noël à tous.

 

P. S. : Cette année, j'ai trouvé, en super marché, de beaux foies gras de 500 g à 17 € soit le foie gras à faire soi-même à 34 € le Kg. Qui dit mieux ! Sachant qu'un foie gras tout près dans la commerce coûte entre 80 et 100 € le Kg. Tout ceci pour une qualité gustative incomparable à celui fait maison.

P.P.S. : Je vais vous donner un tuyau. Si vous ne voulez pas que le bocal ne pète à la cuisson, il est impératif de faire ramollir, environ deux heures, le foie gras dans un saladier rempli d'eau bien chaude (mais pas brûlante). Il faut, en effet, laisser un espace entre la hauteur du foie et le haut du bocal.

05/11/2016

Civet de lapin à la cocote minute

 

Ingrédients pour quatre personnes :

- 1 lapin découpé (pattes avants, pattes arrières, râble et thorax coupé en deux dans le sens de la longueur).
- 2 gros oignons
- 3 gousses d'ail
- Sel, poivre noir en poudre et quelques grains de poivre noir
- 2 clous de girofle
- 1 bouquet garni (Thym, laurier)
- Persil
- 2 verres d'huile d'olive
- 1 verre de cognac
- 50 g de farine
- 100 g de lardons
- 1 litre de vin rouge
- 200 g de champignons

Préparation :

Faire mariner les morceaux de lapin pendant 24h dans le vin avec l'oignon émincé, l'ail écrasé, le sel, le poivre, les clous de girofle, le bouquet garni, le persil, l'huile d'olive et le verre de cognac, l’ail écrasé.

Retourner les morceaux de lapin de temps en temps.

Le lendemain, faire rissoler les lardons dans un d'huile d'olive, puis ajouter les morceaux de lapin bien égouttés, et laisser dorer, saupoudrer de farine qui doit blondir. Flamber avec un verre de cognac Mouiller avec le liquide de la marinade, puis ajouter les aromates de la marinade.

Rajouter les champignons émincés.

Cuire le tout à pendant 35 minutes après la mise en vapeur de la cocotte minute.

Servir très chaud.

Accompagnement :

Pâtes fraîches (tagliatelles), pommes de terre vapeur ou purée de pomme de terre.

Vous pouvez servir le civet en déposant un morceau de civet sur une tranche de pain grillé frotté à l’ail le tout arrosé de sauce, un pur régal.

Et comme vin, un vin corsé et tannique : un très bon Médoc.

Bonne dégustation.

17/10/2016

Jarret de porc demi-sel en potée façon Docteur Sangsue

 

C’est un plat très économique et goûteux. En effet, il ne se compose que d’un jarret (6 € le Kilo) et de légumes (pommes de terre et carottes).


Ingrédients pour quatre personnes :
- 1 jarret de 1 Kg
- 4 pommes de terre
- 2 carottes
- 2 gousses d’ail
- 1 bouquet garni
- 1 cube de bouillon légume
- Poivre
- 2 l d’eau

Préparation :
Faites dessaler le jarret à l’eau froide la veille. Changez l’eau trois fois.

Mettez, dans la cocotte minute, deux litres d’eau, le jarret, le bouquet garni, le cube de bouillon de légume, les carottes coupées en tronçons. Disposez, alors, dessus, les feuilles de choux auxquelles vous aurez retiré la côte.

Fermez la cocotte minute et laissez cuire 20 minutes après la mise en vapeur de la cocotte.

Au bout de 20 minutes, ouvrez la cocotte, poivrez, rajoutez les deux gousses d’ail et les pommes de terre.

Fermez la cocotte minute et laissez cuire 30 minutes après la mise en vapeur de la cocotte.

Dégustation :
Servir très chaud.

Vin d’accompagnement : un vin charpenté, un vin qui a du corps. Un Cahors par exemple.

Il n’est pas interdit de faire chabrot avec la soupe de cuissson.

11/10/2016

Mignon de porc aux raisins façon Docteur Sangsue

 

 

C'est la saison des vendanges. Je vous propose donc, aujourd’hui, une recette sucré salé faite avec du raisin.

 

Ingrédients pour 4 personnes :
- 2 mignons de porc
- 60 grains de raisin chasselas
- Huile d’olive
- 2 verres d’eau
- sel
- Poivre

Préparation :
Roulez les mignons de porc dans de l’huile d’olive.

Salez-les et poivrez-les.

Disposez-les dans un plat en pyrex.

Versez le verre d’eau et mettez les grains de raisin autour des mignons.

Cuisson :
Enfournez et faites cuire, four 200° C pendant 25 minutes.

Dégustation :
Une fois la cuisson finie, mettez les mignons dans un plat et écrasez les grains de raisin. Découpez les mignons en tranches et nappez-les avec le jus.

Servez deux tranches de mignons posées à plat par personne et napez le de jus de cuisson.

Disposez quelques grains de raisin autour des tranches de mignons.

Accompagnement :
Riz, pommes de terre bouillies ou purée de pommes de terre.
Un vin blanc sec fruité type vin de Graves.

Bonne dégustation.

26/09/2016

Le chien chaud

 

 
L’autre jour, en prenant les boulevards de Grandville, je passai devant le vieux stade. Un nouveau stade tout neuf ayant été construit dans la banlieue nord de Grand ville. Ce nouveau stade étant réservé au football.

Le vieux stade servant, lui, à disputer les matchs de rugby.

En passant donc devant ce stade, étaient alignées plusieurs baraques. De la fumée s’en élevait. Une bonne odeur de grillade me caressa les narines.

C'était la fin du match.

Les supportes, affamés par leurs émotions, s’en allient se restaurer dans une ambiance festive tout en profitant pour refaire le match.

Je ne sais pourquoi me revint en mémoire les hot-dogs de ma jeunesse que l’on trouvait, l’été, dans les baraques à frites des stations balnéaires.

Une envie irrépressible de hot-dog m’envahis soudainement.

Je me fis, alors, la remarque que, maintenant, on n’en trouvait plus.

Peut être que, près du stade, on pouvait en déguster.

Ah nostalgie de ma jeunesse.

13/09/2016

Vers la disparition des foires aux vins ?

 

Dernièrement, je suis rentré dans une grande surface.

C’était écris, en gros, à l’entée, « Foire aux Vins ».

Je me dirigeais, impatient, vers l’idoine rayon.

Et là, cruelle déception. Le linéaire était réduit à sa plus simple expression. Une longueur impressionnante par sa brièveté.

Déjà, l’an dernier, le rayon avait fondu. J’avais d’ailleurs noté cela année après année.

Décidément, les foires aux vins ne font plus recettes.

Pour moi, c’est une véritable catastrophe car on y trouve des vins exceptionnels à des prix battant toute concurrence. Bien sur, il reste les vins primeurs, mais cela est beaucoup plus difficile de se les procurer.

Pourquoi un tel phénomène ?

Si vous avez une réponse, je suis preneur.

18/08/2016

Le pain de campagne

 

Pendant mes vacances, lors de mes pérégrinations, je voulus acheter du pain dans une vraie boulangerie. Je demandez don du pain de campagne, le seul qui, plié dans un torchon, se garde pendant tois ou quatre jours.

Eh bien non. Ils n'en font pas !

Je vois une boule dont l'aspect pourrait y ressembler. Le rustique que me dit la boulangère.

Rentré, pour le petit déjeuné, le pain est, pardonnez moi du peu, même frais, est dégueulasse. Du pain blanc horrible : sec et que l'on pourrait qualifier farineux.

Le lendemain, non loin de là, je me retournais vers une boulangerie industrielle et demandais du pain de campagne. Point.

Je demandais donc un pain s'y rapprochant le plus ; un pain à la mie foncée.

La boulangère me tendis un pain à l'aspect rustique.

Rentré au domicile, en le coupant, effectivement, la mie était foncée. Et il se garda... trois jours.

Boulangerie industrielle 1, boulangerie traditionnelle 0.

17/08/2016

Avant cuisses de Poulet avec ses pommes de terre accompagnées de sa salade verte façon Docteur Sangsue

 

 Ingrédients pour 4 personnes :
- 4 avant cuisses de poulet
- 8 pommes de terre
- 1 oignon

- Sel

- Poivre
- 4 verres d'eau

Préparation :
Coupez l'oignon en dés.

Coupez les pommes de terre en gros cubes.

Faites dorer, avec un peu d'huile, dans une cocote minute, les avant cuisses, en les salant et poivrant sur chaque face.  Réservez.

Faites revenir l'oignon.

Quand il est doré, rajoutez les pommes de terre et faites les revenir.

Rajoutez l'eau.

Cuisson :

Faites cuire pendant 20 minutes.

Dégustation :

Avec une salade verte et un vin blanc sec, un rosé ou une bière blanche. Vu l'acidité de la salade, un vin rouge n'est pas trop recommandé.

11/08/2016

Cuisson des crevettes blanches de l'estuaire et des crevettes grises

 

 

Pour rester dans les plats d'été, je vous propose, aujourd'hui, un plat de vacances, une recette de fruits de mer.

Cet article complète celui du 27/07/2015 "Cuisson des fruits de mer en court bouillon façon Docteur Sangsue".

Malheureusement, les crevettes blanches sont très difficiles à trouver ; elles ne se trouvent que sur place, auprès des pêcheurs de l'estuaire.

 

Ingrédients :
- Crevettes blanches
- 3 litre d'eau
- 125 g de sel fin
- 2 feuilles de laurier

- Anis étoilé

Cuisson :
Faire une infusion avec le sel et le laurier. Quand l'infusion bout, jetez y les crevettes.
Quand cela bout à nouveau, enlevez les et étalés les.

Dégustation :
Elles se servent à l'apéritif avec un petit pastis ou un petit blanc sec servis bien frais.

Variante : on peut aussi y rajouter deux grains d'anis étoilé ou bien une pointe de pastis.


Référence : La crevette blanche Palaemon longirostris.

 

Une autre recette :

Cuisson des crevettes grises

Dans le même ordre d'idée, je vous propose la recette des crevettes grises.

Au lieu de retirer les crevettes dès que cela bout à nouveau, il faut laisser les crevette grises trois minutes avant de les retirer.


Bon appétit.

01/08/2016

Le restaurant prometteur

 


Pendant mes dernières vacances, comme je vous avais parlé dans mon article : « Vacances de juillet 2016 » d’un restaurant prometteur.

J’ai donc testé ce restaurant prometteur.

C’était un nouveau restaurant qui avait ouvert il y a six mois.

Cruelle déception.

Dans les critiques alléchantes de ce restaurant il était précisé de réserver. Or nous y arrivâmes sans réserver, et on nous accepta.

Le cadre était magnifique, une mignonne terrasse  et superbement ombragée, certes minuscule, c’est là que l’on nous installa. Peu de tables étaient occupées.

Par contre, il y avait une grande salle totalement vide.

A mon avis, la réservation était purement à des fins publicitaires.

Le plus surprenant c’était qu’il y avait une carte plus que restreinte car réduite à sa plus simple expression. D’un autre côté, c’est plutôt bon signe, on est sûr que les produits sont frais et la cuisine faite maison, comme il était indiqué sur la pancarte à l’entrée du restaurant.

En apéritif, je pris une bière locale excellente. Cela augurait bien.

En entrée je pris six huitres du bassin d’Arcachon (Andernos) excellentes, servies très fraîches, laiteuse (j’aime, aussi les huitres comme cela) et il faut savoir que l’on est dans un mois sans R. Au moins ce ne sont pas des huitres triploïdes, huitres génétiquement modifiées, qui ne sont pas laiteuses quelque soit la saison.

Mais c’est ensuite que tout se gâta.

En plat principal : anneaux de seiches persillade. Une catastrophe. D’abord, pas d’odeur de persillade. Surprenant. Ensuite ce que l’on peut qualifier de persillade était presque caramélisé (cela ôte tout goût d’ail) et en plus je cherchais le persil. Cette « persillade » avait, dans sa composition, des échalotes (nouvelle cuisine avec persillade revisitée ?).

En accompagnement, sur la carte devaient être servies des pommes de terre au four.

La patronne précisa, cependant, qu’elle nous servirait une salade de pomme de terre, donc des pommes de terre bouillies en vinaigrette.

L’accompagnement était horrible. A la place de la vinaigrette, les pommes de terre étaient recouvertes d’une sauce infecte.

Je ne pris pas de dessert.

Cependant, ma femme pris une coupe de glaces. Celle-ci était purement succulente.

Cruelle déception.

Pour moi, ce qui est dans l’assiette est beaucoup plus important que le cadre.

Ce restaurant a, à mon avis, du soucis à se faire.

En tout cas, je n'y retournerais pas.

06/07/2016

Aziz

Je vous parlai de ma déconvenue dans mon article précédant : "un restaurant poussiéreux". Dans cette même station balnéaire où je passai mes vacances estudiantines, il m'était arrivé d'y retourner, un été, peu après ma déconvenue avec le restaurant poussiéreux. Sur le marché du mercredi je dénichai le stand d'un marchand de couscous : "Aziz". Son couscous était succulent, à tomber raide ! Cette année, sur ce même marché, je retrouvai Aziz au même endroit. Avec son couscous aussi fabuleux. Il faut dire qu'il n'y avait que trois ans entre mes deux escapades dans mon lieux de vacances. C'est rassurant de trouver une bonne table, constante, sur un marché.

05/07/2016

Un restaurant poussiéreux

Quand j'étais jeune, pendant mes vacances d'été, j'allais souvent dans un restaurant. C'est là, pour le folklore, que j'ai dégusté ma première bière et ceci à la botte. Dans ce restaurant, nous étions une bande. Nous dégustions des fondues bourguignonnes arrosées d'un rosé de fort bon aloi, parfois avec excès, nous étions, alors, étudiants. A l'époque, la salle était bondée. Un brouhaha signait la vie du restaurant. Il me fut donné l'opportunité, bien plus tard, cette année, de passer, pendant mes vacance ci, devant ce restaurant. Extérieurement, le restaurant n'avait pas changé. Même le nom était resté le même. L'idée me prit d'y retourner. Pour y déguster ma fondue d'antan. et la faire découvrir à ma moitié Intérieurement la décoration, elle aussi, était comme dans le bon vieux temps. Mais cette idée loufoque se transforma, rapidement, en une véritable catastrophe. En effet, en pénétrant dans le restaurant, un sentiment bizarre m’envahis. Il me donna l'effet d'un restaurant poussiéreux. Le restaurant était presque vide. Deux couples de clients se battaient en duel. Point de brouhaha. Un silence sépulcral régnait dans les lieux. Le restaurant était mort. Le serveur, grand, maigre, au visage cadavérique et peu gracieux, nous présenta la carte. Point de fondue au menu. En apéritif, je pris le vin en direct selon mon habitude. Comme j'avais choisi un pavé de saumon avec des tagliatelles au pesto et ma moitié, un autre plat de poisson, je sélectionnai un bon Pessac Léognan que je connaissait bien. Pour débuter le repas, il nous amena des amuse gueules un peu nouvelles cuisine car servis dans des verrines. Pour ce qui est de la nouvelle cuisine, la suite me donna raison. Le plat me fut servi dans une assiette immense, rectangulaire, en porcelaine blanche ; le plat bien coloré à la décoration soignée, mais avec juste ce qu'il faut pour contenter la faim. Le dessert fut servi dans des verrines, comme il fallait s'y attendre. Définitivement, le charme était brisé. Il ne faut jamais revenir sur son passé.