Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2017

Vacances de février 2017

 

Je vais être absent de mon Blog jusqu'au dimanche 5 mars.

Cette année, ce sera ski. Enfin pour ma fille. Celle-ci prendra, en effet, des leçons de ski. C'est la deuxième fois.

Ma mie et moi trouverons d'autres activités : Raquettes ? En tout cas ballades dans l'ambiance feutrée de la station.

Mais, surtout, ne pas avoir à surveiller, sans cesse, ma fille qui est du genre passablement dissipée.

De vraies vacances AU CALME !

La station : Ax les thermes.

Comme il y a deux ans.

Puis, dégustations de fondues savoyardes dans un petit restaurant trouvé il y a deux ans. Mais, aussi, bourguignonne (cette dernière faite maison dans l'appartement comme la dernière fois).

Sans oublier le sempiternel VIN CHAUD fait maison. Confer ma recette : "Recette du vin chaud express selon le Docteur Sangsue".

Mais pourquoi pas, dans la foulée, une virée aux thermes dans une eau soufrée ou plutôt sulfurée sodique. Comme les séniors (je n'ose employer le terme de vieux. J'ai encore le temps avant d'être vieux quand même !).

Cette eau soufrée, et chaude de surcroit, donnant, dans le village, en bas dans les petites fontaines dans le gave et même dans un pédiluve public une certaine légère odeur surprenante d'œuf pourri* aux alentours de ces points d'eau dégageant de la vapeur d'eau.

A très bientôt.


*Cette odeur d’œuf pourri vient d'un thiol contenu dans cette eau soufrée.

17/01/2017

Le Cabinet Médical est fermé - La retraite du Docteur Sangsue

 

"Le Cabinet Médical est fermé".

C'est ce que j'ai apposé sur la plaque de la porte de ma salle d'attente. Puis viendra le moment quand je dévisserai ma plaque à l'entrée de la résidence où j'ai exercé un "certain" nombre d'années, trente cinq ans pour être précis.

Chaque chose a une fin.

Le Docteur Sangsue prend sa retraite.

Un peu plus tôt que prévu, je jette l'éponge.

Pendant trente cinq ans, j'ai exercé, dans des conditions moins confortables que maintenant, j'étais taillable et corvéable à merci, certes, mais les patients me respectaient beaucoup plus que maintenant où le médecin n'est plus qu'un prestataire de service.

Ma vie de modeste Médecin de banlieue d'alors était plus fatigante physiquement bien moins que celle du Médecin de campagne je le reconnais, alors que, maintenant, il y a une qualité de vie bien meilleure mais celle-ci est pourrie par l'envahissante Sécu. Je veux parler de certaine rémunérations forfaitaires déshonorantes et, surtout, par la télétransmission complétée dernièrement, la goutte d'eau qui fait déborder le vase, le tiers payant généralisé.

Par la télétransmission due à la dématérialisation des feuilles de sécurité sociale, le médecin fait le travail de saisie des feuilles de soins, permettant, ainsi à Dame Sécu de "dégraisser" (mot à la mode) son personnel.

La télétransmission, complétée, dernièrement, par le tiers payant, comme je l'ai dis plus haut, va devenir généralisé dans très peu de temps (bonjour Dame Sécu, avec tes erreurs avec tes rejets de télétransmission et, de ce fait, d'actes non rémunérés).

Je jette l'éponge.

Le premier article de mon blog est en date du 07/08/2007, il y a neuf ans de cela.

Son titre était simple : "Première".

Dans ce très court "articulet" je concluais par la phrase "Espérons que ce ne soit pas le dernier".

Je compte bien continuer mon blog, certes avec peut-être avec une fréquence moins importante, puisque tout un pan de mon blog va être amputé, je veux parler de la partie Docteur. il ne restera plus que la partie Sangsue, bien que le titre de mon Blog ne change pas.

Déjà, dans un article précédant, j'abordais un aspect angoissant de l'avenir des blogs. Cet article est en date du 24/03/2016"Est ce la mort annoncée des blogs ? Le blues du Docteur Sangsue".

En dépit de cela, je compte bien rester fidèle au poste.

Je continuerai mes considération sur la vie de tout les jour et sur la nature de l'espèce humaine, sans oublier, bien sûr, une part non négligeable réservée à l'art culinaire.

Il faut bien, dire cependant, je ne sait si vous l'avez remarqué, depuis déjà pas mal de temps, la partie de mon Blog réservé à la Médecine était devenue moins fournie.

Cela sera donc un point positif dans la continuité de mon Blog. J'essaierai, cependant, dans la mesure du possible, à la moindre occasion, de sauter sur une histoire médicale pertinente.

Outre un observation assidue de ce qui m'entoure, Je me servirai, aussi, de tous les supports, Internet et la télévision, pour trouver de l'inspiration.

A tout mes lecteur et, surtout, à mes fidèles lecteurs, je vous dis à très bientôt pour de nouvelles aventures.

21/12/2016

Vacances de Noël 2016

 

 

Je vais être absent de mon Blog pour mes vacances de Noël.

Je pars "quelques jours " quatre jours, hélas, seulement.

Cette année, je ne sais si je vais faire mon foie gras, le cœur n'y étant pas trop.

Regardez mes recettes :

 - Bloc de Foie Gras mi-cuit maison en semi-conserve et rosé à la coupe du Docteur Ventouse

 - Recette de foie gras mi cuit

 - Foie gras cuit au gros sel de Guérande

 - Comment faire un bloc de foie gras – Première partie : Comment choisir son foie

 - Comment faire un bloc de foie gras – Deuxième partie : Comment faire son foie gras

J'essayerai de publier, dès mon retour, aussi tôt que possible.

Bonnes fêtes de Noël à tous.

 

P. S. : Cette année, j'ai trouvé, en super marché, de beaux foies gras de 500 g à 17 € soit le foie gras à faire soi-même à 34 € le Kg. Qui dit mieux ! Sachant qu'un foie gras tout près dans la commerce coûte entre 80 et 100 € le Kg. Tout ceci pour une qualité gustative incomparable à celui fait maison.

P.P.S. : Je vais vous donner un tuyau. Si vous ne voulez pas que le bocal ne pète à la cuisson, il est impératif de faire ramollir, environ deux heures, le foie gras dans un saladier rempli d'eau bien chaude (mais pas brûlante). Il faut, en effet, laisser un espace entre la hauteur du foie et le haut du bocal.

20/09/2016

Le Site du Jour : Générateur de mot de passe en ligne

 

Vous n’êtes pas sans savoir que, très souvent, il est indispensable d’utiliser des mots de passe.

Mais comment en trouver un ? Et un qui se tienne. Un suffisamment sécurisé.

Pour un mot de passe sécurisé, huit caractères, minimum, sont requis et ce en utilisant des chiffres et des lettres (huit chiffres et huit lettres).

Si l’on veut un mot de masse encore plus sécurisé, il faut utiliser, pour les lettres, des minuscules et des majuscules.

Dans la rubrique le site du jour, je vais vous présenter un site fort utile pour générer des mots de passe.

Il s’agit du site : « Générateur de mot de passe en ligne.

Ce site permet de générer, en ligne, de façon sécurisée, sans cookies, une foultitude de mots de passe.

On peut générer des mots de passe :
- Avec le nombre de caractères que vous souhaitez
- Avec des chiffres [ 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 ]
- Avec des lettres minuscules [ a b c d e f g h ... x y z ]
- Avec des lettres majuscules [ A B C D E F G H ... X Y Z ]
- Avec des caractères spéciaux [ ~ ! @ # $ % ^ & * ( ) - _ = + [ ] { } ; : , . < > / ? ]

Un site incontournable.

05/07/2016

Connexion Internet et vacances du Docteur Sangsue

Bien qu'en vacances, grâce à une clé 4G, j'ai une connexion Internet. Si j'ai des articles à publier, je me ferai un plaisir de vous les faire partager. Bien évidemment, vacances oblige, la fréquence risque de ne pas être tout à fait la même. Mes articles seront bruts, sans iconographie ni vidéo. Ceci m'étant refusé pour ma clé 4G.

01/07/2016

Vacances de juillet 2016

 

Pour faire suite à mon article : « Piercings tatouages et saisons en médecine ».

C’est l’été.

Et, après une année de dur labeur, mon Blog est en vacances jusqu’au 18 juillet.

Vous me connaissez, je suis toujours à l'affût de bonnes choses à déguster. "Sur zone"*, j'ai déjà repéré un restaurant prometteur.

J'espère, aussi, que l'eau sera aussi bonne pour se baigner qu'est bonne celle dans l'apéritif anisé.

A très bientôt.

 

*Voir : Langue sauce piquante

24/06/2016

Quelle longueur optimale pour un article de Blog selon le Docteur sangsue

 


Comme vous avez pu le constater, mon article précédant : « De l’intérêt de l’interprétation analytique comparative d’une même mélodie » est, pour le moins, long, trop long.

Quelle est la longueur optimale pour un article de Blog ?

La blogueur est pris entre deux feux.

Si l’article est trop court, il n’y a rien à se mettre sous la dent, il faut l’étoffer.

Si l’article est trop long, trop détaillé, le lecteur se perd dans une foule d’informations.

Il faut donc être précis mais concis.

Argumenter mais pas trop.

Si l’on peut rajouter une note comique voire une anecdote, cela allégera l’article et permettra, au lecteur, de faire une pause, de respirer et d’être, ainsi, plus attentif pour lire la suite de l’article.

J’essaye, pour une longueur optimale, de me fixer, comme limite, pour mes articles, une à deux pages Word.

Voila, à mon avis, la longueur optimale pour mes articles de Blo.

12/06/2016

Les archives du Blog du Docteur Sangsue

 


Si le cœur vous en dit de lire mes vieux articles : mes archives, c'est

 

ICI.

 

Mon premier article (simplissime) date, déjà, du 7 août 2007.

Neuf ans déjà !

Comme le temps passe !

Depuis ce premier article, mon Blog est resté fidèle à lui même Médecine, peut-être moins, Gastronomie, Œnologie, autant. S'y est rajouté des phénomènes de société des anecdotes et des observations de la vie de tout les jours.

Un Blog évolue avec le temps, Bien évidemment le mien ne fait pas exception à la règle.

06/06/2016

Le site du jour pour se distraire

 

 

Un site à l'esprit un peu carabin*

Le site ICI.

 

*Carabin : Qui a trait aux Médecins.

04/05/2016

Pont de l’ascension 2016

 


Je vais être absent de mon blog pendant le pont de l’ascension.

Reprise prévue le 9 mai.

 

19/10/2015

La disparition des cabines téléphoniques

Cabine Téléphonique : Crédit Photo - Archives Personnelles.



Comme je le disais dans trois de mes articles :

 - «La puce à Moreno».
 - «Un nouvel usage pour les cabines téléphoniques».
 -«La disparition des cabines téléphoniques et le Docteur Sangsue».

La disparition des cabines téléphoniques est annoncée de façon définitive pour 2017.

La cause en est à Roland Moreno, l’inventeur de la carte à puce.

Au départ, Moreno avait inventé la carte à puce pour les banques, le paiement avec l’argent dématérialisée, il a inventé, ainsi, la monétique.

C’était la mort annoncée des cabines téléphoniques.



A lire : son livre – «La théorie du bordel ambiant», à lire librement sur le net en fichier PDF. Dans ce livre, il raconte comment un inventeur sans diplôme fait son invention non semée d’embuche de la carte à puce

06/10/2015

Oui, le Docteur Sangsue a perdu la foi

Les douze travaux d'Astérix - René Goscinny et Albert Uderzo.


Pour en revenir au propos d’alain dans mes articles :

 - "Parfois, n’explique pas au malade tu fera".

 - "La nature humaine, le point de vue du Docteur Sangsue".



Oui, définitivement, j’ai perdu la foi.

Et ceci parce que, effectivement, l’administration nous étouffe, nous étrangle. Mais aussi, et surtout, par la politique de santé menée par le Gouvernement.


Deux exemples qui ont été, pour moi, la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Coup sur coup, le même jour, deux gros déboires avec Dame Sécu.

Premier déboire, deux rejets de remboursement pour tiers payant (CMU). Eh oui, déjà les Médecins font le tiers payant pour les CMU, sans compter les fois ou je ne me fais payer que 6,90 € (part AMC), la part sécurité sociale (AMO), m’étant versée, mes risque et péril par la sécu.).

Pour ces deux actes effectuées, j’aurai travaillé gratos !

Pour essayer d’apprendre comment me faire rembourser, j’ai demandé de l’aide à une Dame de la sécu (DAM = Déléguée de l’Assurance Maladie) spécialisée es « informatique ».

D’emblée, elle me dit qu’il faut changer mon lecteur de carte vitale (200 € de foutu en l’air alors que celui que j’ai fonctionne très bien).

Elle commence à montrer comment re télétransmettre « en dégradé », compliqué ça. Et ça prend du temps. Et ce n’est pas fiable à cent pour cent, elle même s’en mêle les pinceaux et il lui arrive, un comble, d’avoir un « doute ».

Vous pensez bien que si elle a un doute… Moi mon remboursement tombe à l’eau car je n’arriverai pas à m’en dépêtrer.

Ensuite, après la mode dégradé, il faut remplir et envoyer une feuille de sécu après l’avoir remplie et ce dans une enveloppe timbrée à nos frais.

Une autre possibilité, imprimer la facture, la scanner et l’envoyer par mail.

Simple, et quel gain de temps !

On se demande si la sécu n’agit pas comme cela pour décourager les médecins de se faire rembourser.

 

Que se passera t-il quand le tiers payant sera généralisé ?


Deuxième déboire. Maintenant, pour prescrire certains médicaments qui font baisser le cholestérol, il faut faire une demande d’entente préalable auprès du Médecin Conseil de la sécurité sociale*.

Premier envoi de demande qui me revient car j’ai oublié une case.

Deuxième envoi. La case est bien cochée, lais Je reçois une lettre de refus ? Lettre, un peu agressive, me précisant, d’une part le refus, mais rajoutant que si je voulais le prescrire, il fallait noter sur l’ordonnance NON REMBOURSABLE, bonne idée vis-à-vis du patient !

Heureusement, pour une fois il y a le numéro de téléphone de Monsieur le Médecin Conseil.

Coup de fil, cela sonne occupé. Je rappelle, miracle je tombe sur la secrétaire qui me répond que Monsieur le Médecin Conseil n’est pas là, mais qu’il me rappellera.

Je l’ai, enfin, au téléphone, et lui de me dire « vous avez coché une mauvaise case ». Il faut dire que l’imprimé est particulièrement pervers.

Et aller, troisième envoi.

Cette fois, je croise les doigts.

Vivement la retraite !



Sur ces propos, lisez ce bog fermé : Chroniques pas très sérieuses, mais très véridiques, d'une médecine libre et tout terrain en zone de montagne.

 Enfin, je vous conseille, aussi, d'aller surfer sur un blog ami : Le rhinocéros regarde la lune.

 

*Le Médecin Conseil de la sécurité sociale est fort bien payé, son salaire va de 5000 euros brut mensuel (coef 700) à 6500 (coef 900) pour un médecin conseil de base (niveau A) (références datant de 2010 à mettre à jour sur le site site www.ucanss.fr. Il a, en plus, le treizième mois pour le régime général, voire le quatorzième pour le régime agricole. Sans compter les congés payés et, cerise sur le gâteau, il n'a pas de délai de carence pour les indemnités journalières, alors que ce délai de carence, pour un médecin libéral, est de… TROIS MOIS !).

Sur ce sujet « délicat », allez sur ce forum, un peu vieux certes, il date de 2010, mais qui est, quand même, très instructif.

05/09/2015

Femme allongée de Modigliani




En lisant un blog ami, celui d'heleablue je tombe sur un article : "Sauver ton rêve". En illustration, un tableau de Modigliani.

En voyant ce tableau  : "la femme couchée au coussin bleu" (Sur ce thème il en a fait une série) que je fis par association visuelle, seulement, cette fois, la ressemblance avec "La maja desnuda" de Goya*.

 

La Maja Desnuda. Francisco Goya. 1797-1800


Pourtant je connaissais déjà ce tableau.

Encore plus surprenant, en regardant sur Google images un autre tableau y ressemble fortement, c'est Olympia d'Edouard Manet.


Olympia. Edouard Manet. 1863.

Et bien d'autres :

The Art Zoo.

 

Mel Ramos, Manet’s Olympia, 1974. Lithograph.


Je recopie en bleue le commentaire que j'ai laissé sur son blog.

La mémoire est un instrument fabuleux, mais Google est un instrument aussi fabuleux pour faciliter sa mémoire et faire d'autres découvertes par la même occasion.

Wikipédia est une remarquable encyclopédie. A ce propos, Je me souviens quand j'étais gamin, du premier Larousse illustré qui a débarqué à la maison et du plaisir jouissif que j'ai eu d'aller de mots renvoyant à un autre sur ce petit dictionnaire attractif par ses illustrations, un voyage sans fin.

Je surfais littéralement de liens en liens, déjà, à cette époque, sans le savoir.

 

*Mon amour pour la photographie a développé chez moi une excellente mémoire visuelle ainsi que mon goût pour la peinture.

 

21/08/2015

Le crachat : aspect médical, écologique, sociétal et éducationnel

 




Cracher sur la voie publique n’est pas, seulement, un acte contre l’hygiène, c’est, aussi, un acte d’incivilité, un acte de non respect de l'environnement et un signe de mauvaise éducation.

Mais, paradoxalement, le fait de cracher, facilite le travail du médecin. L’étude sémiologique du crachat étant indispensable au bon déroulement d’une consultation médicale.

Ce matin, en prenant le tram pour aller à mon cabinet médical, je vis un monsieur, d’un certain âge, envoyer, avec vigueur, un crachat qui tomba, loin de lui, sur le trottoir.

Une méthode de cracher bien différente de celle que savent si bien faire les jeunes de maintenant. Ceux-ci envoyant, juste devant eux, un jet de salive. J’appelle cela le « crachat filé ».

Eh oui, il y a des modes dans le fait de cracher. Chaque génération se distinguant de l’autre.

L’interdiction de cracher, par terre, sur la voie publique date d’une loi du 22 mars 1942 et modifié en 1992 . La loi de 1942 fût promulguée en pleine épidémie de tuberculose.

Quant au crachat, tel le lama, dirigé vers autrui, il est évidemment considéré comme une agression et est donc condamnable. La victime étant en droit de porter plainte.

Si cracher n’est pas un acte citoyen, pour le médecin, ce n’est pas hygiénique. Cracher est, en outre, un  signe de mauvaise éducation.

Autrefois, la bonne éducation voulait que les femmes ne crachent pas. Ce qui gainait, passablement, le médecin dans son exercice professionnel. Il est important, en effet, de savoir l’aspect sémiologique du crachat (abondant et coloré dans la Bronchite simple ou la surinfection de BPCO. Peu abondant, translucide et collant dans la crise d’Asthme).

Il est étonnant de constater que l’évolution de la société peut se voir dans ce qui peut paître insignifiant, le crachat.

Il est à noter, en effet, qu’avec l’évolution de la société, les femmes deviennent, vraiment, l’égale des hommes, car les jeunes lycéennes crachent, maintenant, comme leurs homologues masculins. Cela facilitera d’autant le travail du médecin, mais n’arrangera ni l’hygiène ni la citoyenneté ni la bonne éducation.

A ce propos, je vous rapporte, sur ce sujet, à un article précédant « Le crachat et la fenêtre ».

 

14/08/2015

La vérité économique sur le trou de la Sécurité Sociale




Dans un blog, un confrère publie une série d'articles sur ses démêles avec la sécurité sociale.

Actuellement, la sécurité sociale fait un forcing envers les médecins.

Pour nous défendre et nous déculpabiliser, il serait utile, à mon avis de comprendre la vraie nature du "trou de la sécu".

La vraie explication économique est donnée dans cet article de Wikipédia : « Déficit de la Sécurité sociale en France ».

En conclusion, il faut, dans ce cas, avoir de bonnes sources, mais, aussi, de bonnes bases d’économie pour décrypter la vérité.

L’économie n’est jamais enseignées, ni dans le secondaire, ni dans le cursus des études médicales, seuls les étudiants en droit et, bien sur, les étudiants en économie, sans parler des énarques, ont ces connaissances là.

Inutile de dire que pratiquement toute la population française est tenue à l’écart, ce qui ne lui permet pas d’avoir des jugements critique et raisonnés dans le domaine de l’économie mais aussi de la vie politique.

La politique est avant tout dirigée par l'argent, c'est à dire l'économie.

"L'argent est le nerf de la guerre" (Cicéron).

On peut se demander, parfois, si cela n’est pas voulu délibérément.

Mais, là, je suis mauvaise langue.

11/08/2015

Le site du jour : « Le patrimoine du Médoc »

 



Pour clôturer mes vacance dans le Médoc : Le site du jour.

Une véritable mine d’or !

Vous avez réservé ? Souvenirs de vacances bien triste cette année

Cabanes de pêcheurs authentiques d'antan.


Lors de ma dernière semaine de vacances, j’ai voulu préparer des gambas crues comme je vous l’avais dit. Pour cela, je me rendis à la ferme aquacole que j’avais découverte en son temps.

En arrivant sur les lieux, surprise, stationnait un bus. On se demande bien comment il avait pu arriver pour rouler sur l’étroite route qui menait à la ferme.

Juste devant la ferme, des gens, amassés, dégustaient des gambas en buvant un « verre » de blanc dans un gobelet en plastique. C’étaient, cela était inscrit en lettres flamboyantes sur le bus, un camping quatre étoiles qui les avaient amenés en villégiature.

Comparé à avant, cela devenait inquiétant.

La suite me donna raison.

Au comptoir, je demandais si je pouvais acheter des gambas. On me rétorqua : « avez-vous réservés » ?. Moi de dire non. La réponse fusa catégorique ment : « désolé mais nous n’en avons plus ».

Décidément, il y avait du changement, mais pas en bien cette fois.

Les campeurs venaient donc voir le lieu de culture, perdu au bout de cette route étroite, comme on visite un zoo.

Il faut dire que lors de ma dernière visite dans cette petite ville «au fin fond du Médoc», déjà, le village des pêcheurs n’avait plus de pêcheurs que de nom.

Les cabanes de pêcheurs étaient, désormais, occupées par des restaurants « couleur locale » et quelques artistes peintre.

L’aspect sauvage des lieux avait totalement disparu remplacé par une exploitation mercantile des lieux.

Autre chose dramatique, cette année, un centre commercial avait poussé non loin de ma maison de location. Fort pratique, s’il en est, mais qui, par voie de conséquence, avait fait fermer, aux alentours, la majorité des petits commerces.

Heureusement la fête au village conservait encore une certaine authenticité, avec ses cagouilles à la Bordelaise et ses cailles au raisin.

Ce fut bien là un aspect bien mitigé de mes vacances cette année.

Heureusement la mer n’avait pas changée, et,  aussi, son sympathique restaurant en partie sur le sable avec sa vue magnifique sur l’estuaire.

En rentrant de vacances, en regardant la météo des plages, avec stupéfaction, je découvris, sur l’écran de ma télévision, le nom de petite cette ville perdue «au fin fond du Médoc»… Qui ne l’était plus!

L’office de tourisme avait bien joué sur ce coup. La campagne de presse était bien réussie.

Où faut-t-il donc aller, de nos jours, pour avoir un coin et authentique et sauvage ?

03/07/2015

Blog en vacances juillet 2015



Comme je vous l'annonçai, enfin un repos bien mérité après une année qui fut bien difficile à gérer.

Mon blog est en vacances jusqu’au 20 juillet.

 

24/04/2015

L’utilisation originale d’un blog par le Docteur Sangsue : Un exemple, le poulet basquaise

Crédit Photo : http://www.semantis.fr/blog-actualites-de-semantis/


Il y a une méthode originale que j’utilise pour mon blog, c’est de m’en servir pour mon propre compte comme un lecteur lambda.

Je veux dire par là que, quand, par exemple, je ne me souviens plus d’une de mes recette de cuisine, je me replonge dans mon blog, car comme je me rappelle quand même de ces « innombrables » recettes, il me suffit, alors, de taper, sur Google, les mots clés de celles-ci.

Mais, avant d’en arriver là, faut-il, encore, avoir écrit un certain nombre d’articles.

Par exemple, dernièrement, l’envie me prit de faire goûter à ma petite famille, affamée, un poulet basquaise. Mais j’avais oublié les proportions des ingrédients.

Je décidais donc d’utiliser mon blog pour cela.

Je tapais, sur Google, les mots clés : poulet basquaise docteur sangsue.

Trois liens arrivèrent en tête, hormis l'article d'aujourd'hui : "L’utilisation originale d’un blog par le Docteur Sangsue" : Un exemple, le poulet basquaise" :

 - Poulet Basquaise Express à la Cocotte Minute Fast Cooking façon Docteur Sangsue.
 - Poulet Basquaise Fast Cooking.
 - Recette de la piperade façon Docteur Sangsue : Poulet et Thon Basquaise.

Je réalisais donc ma recette en faisant un mix de mes trois recettes, ce que je fais habituellement quand j’élabore une recette sur le Net.

En exécutant cette recette, il en découla la recette finale, tout au moins pour l’instant, un ajustement, tant en modifiant les ingrédients qu’en modifiaient les proportions, voici la dernière mouture :


Pour 4 personnes :
 - 4 hauts de cuisses de poulet
 - 3 boites de 400 g de pulpe de tomate
 - 1 oignon
 - 2 gousses d’ail
 - 4 brins de persil
 - Sel (pas trop à cause du sel de cèleri)
 - Sel de céleri
 - Poivre
 - 1 bouquet garni (Thym et 1 feuille de laurier coupée en trois)
 - 1 cuillère à café rase de piment d’Espelette


Servir avec des tagliatelles fraiches*.

Et en vin, en hiver on peut tenter un rouge, un Irouléguy, un bordeaux, en été, des vins des Pays de Loire (Chinon, Saint Nicolas de Bourgueil), servis frais (vers 12°C),  feront très bien l'affaire.


*Liste des pâtes : allez sur Wikipedia, vous ne serez pas déçus.

02/04/2015

Un Blog mûr avec de petits soucis

Là où je m’aperçois, malheureusement, que mon blog est mûr mais cela est dû surtout à mes récents petits soucis, c'est que j’ai totalement oublié ça :





Eh oui, hier, c’était le premier avril.

Pour me rattraper, un viel article de 2013.