Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2018

Nostalgie, vers une mort programmée des Blogs ?

Mon Blog connait une désaffection plus qu'alarmante.

Mon Blog est moribond.

Presque plus personne ne me lit.

Tant pis, c'est la vie.

Il est bien loin le temps ou les Blogs Médicaux étaient florissants et croulaient sous les commentaires.

Vive Facebook qui m'étouffe, qui me tue.

C'est ainsi, c'est la vie.

Ah, nostalgie du passé !

Il existe cependant, un différence notable entre les Blog et Face de book : Le texte personnel du Blogueur qui est remplacé par des photos, des vidéos ou des liens vers des vidéos ou des articles piqués ailleurs.

Je ne parles pas ici, naturellement,  des sites Facebook. Je parle, uniquement, des comptes ouvert à titre personnel pour se faire des "amis".

Vive Face de Bouc...

Qui sera, un jour, détrôné par qui sait quoi.


Les Bodins - Face de Bouc pour les nuls


P.S. : Barack Obama est le 44e président des États-Unis.

13/04/2018

Arthur

 
Depuis déjà pas mal de temps, notre maison compte un nouvel habitant.

C'est Arthur de son prénom.

Il faut que vous sachiez que je suis un peu original dans mon genre et qu'il m'arrive, parfois, d'avoir des idées quelques peu farfelues.

J'ai, ainsi, crée de toute pièce le personnage d'Arthur.

Arthur est le fantôme de la maison.

Je racontai, à la petite famille, que je le croisais souvent dans l'escalier.

Dernièrement, ma fille me dit que cela faisait longtemps que nous n'avions pas eu de ses nouvelles.

Si fait lui répondis-je, j'ai oublié de te dire que je l'ai croisé hier et qu'il faisait la tête.

Ah bon me répondis ma fille ? Et pourquoi donc ?

Il m'a dit que comme la lumière de l'escalier était en panne, il s'était cassé la figure.

Étonnant pour un fantôme non ?

Serge Reggiani - Arthur où t'as mis le corps ?

11/04/2018

Un an après - suite

 
J'ai déjà écris, en son temps, un article qui contai, un an après ma cessation d'activité suite à ma retraite bien méritée, l'anecdote d'un patient qui me réclamait son dossier médical.

0r il se trouve que, pas plus tard qu'hier, je reçois une lettre du Conseil de l'Ordre.

Intrigué, je l'ouvre.

Et, à ma profonde stupéfaction, il m'est demandé, par un de mes patients, de lui restituer son dossier médical.

Est joint son mail.

Dans celui-ci, une phrase me fait sourire : celui-ci se soucie de savoir si je suis décédé.

Un an après passer par l'Ordre, un record !

30/03/2018

Badinerie de la Suite No.2 en si mineur BWV 1067 de Jean Sébastien Bach

Tablette tactile connectée


Encore un peu de culture musicale.

Ma fille suit des cours au CNR (Conservatoire National de Région) de la Grandeville dans le département de musique ancienne (ce que les non initiés appellent musique baroque). Elle append, non sans efforts, à jouer de la flute à bec.

C'est une chance inespérée pour moi, car c'est la période de la musique dont je suis le plus friand.

C'est une parfaite gameuse. Outre sa console de jeux Nintendo 2 DS dont elle est carrément accro, elle squatte, maintenant, aussi, notre tablette PC, notre cadeau de Noël commun à nous trois.

Pas plus tard qu'hier, à la suite de l'utilisation de celle-ci dans le cadre de son travail musical éducatif,
je l'entendis, non sans surprise, écouter la badinerie de la Suite No.2 en si mineur, BWV 1067 de Jean Sébastien Bach qu'il composa en de 1739.

Elle écoutait une version jouée, en solo, à la flûte traversière moderne, par une jeune prodige impossible, hélas, à diffuser sur mon Blog:

Personnellement, je préfère la version orchestrale interprétée par l'Amsterdam Baroque Orchestra.


Bach - BWV 1067 Orchestral Suite - 07 - Badinerie

Voici une autre version "plus libre" de cette suite :


2 Guys 1 Flute - J.S. Bach Badinerie

21/03/2018

Casse tête

Un remarquable cours sur la théorie des nombres.

Un véritable casse tète bougrement bien fait.

23/02/2018

Cuisine lenteur dégustation express

 

Dernièrement, en regardant un journal local en ligne, je découvris une recette extraordinaire.

Celle-ci décrivait une recette un peu particulière.

Je vous la cite en substance :

 - Temps de préparation : une heure.
 - Temps de cuisson : cinq minutes.

Je pourrai rajouter, pour être caricatural :

Temps de dégustation : une minute.

Sans commentaire.

19/02/2018

L'avant ski

Comme vous le savez, mes dernières vacances se sont passées à la montagne confer mon article précédant. C'était, entre autre, pour continuer les leçons de ski de l'année dernières pour ma fille.

Or, en revenant de la station, celle ci-nous demanda pourquoi on appelait les chaussures des après ski.

Nous de lui expliquer pourquoi, que ce sont, tout simplement, des chaussures que l'on met après avoir skier.

Et elle de nous répondre : "Oui, mais avant le ski, on devrait les appeler des avant ski".

Imparable logique.

12/12/2017

Rémi Gaillard accusé de plagiat réplique ! Quelques vidéos humoristiques à ne pas rater

#CopyComic - Rémi Gaillard

 

F*CK THE MEDIA (REMI GAILLARD)

 

Some of Buster Keaton's most amazing stunts

 

"Buster Keaton est un humoriste célèbre pour son flegme, artiste ayant marqué le cinéma muet américain, il fut entre autres surnommé "l'homme qui ne rit jamais" par contraste avec Charlie Chaplin. "Buster" est un surnom générique ("pote") signifiant aussi "casse-cou"" (Source Wikipédia).

04/12/2017

Un métier méconnu de Jean Sébastien Bach : l'expertise d'orgue

 

Pour arrondir ses fins de mois et nourrir ses vingt deux enfants et ses trois femmes, J.SB., qui ne roulait pas sur l'or...


Alexandre Astier est Johann Sebastien Bach

Exerçait le métier d'expert d'orgue.


Alexandre Astier - Une expertise d'orgue , J.S.bach

Merci à alain de m'avoir fait découvrir Alexandre Astier. Reportez vous à mon article : "De l’intérêt de l’interprétation analytique comparative d’une même mélodie".

11/11/2017

Halte au lapinisme ou La cane et les canetons

Titeuf* et la sexualité des lapins

 

Cet article est une suite à mon article "Prout Prout, je m'la pète ! "mais, là, je suis beaucoup plus interpellé.

Je vais essayer de vous décrire ce comportement en véritable entomologiste.

Dans l'école où est scolarisée ma fille il y a une grande mode.

Le lapinisme !

Une mère de 35 ans suivie par quatre enfants à un an d'intervalle chacun et qui, à nouveau, se trouve enceinte du cinquième. Oui, vous ne rêvez pas, le cinquième ! A l'âge de la contraception cela peut paraître un peu surprenant.

Elle encore, je comprend. Elle a désiré beaucoup d'enfant mais le dernier étant, peut être, un accident.

Quand je la voie passer dans la rue avec ses quatre enfants, cela me fait songer à cane suivie par ses canetons.

Mais il y a plus interpellant.

La grande mode, dans l'école où est scolarisée ma fille, c'est d'avoir, en plus de ses deux ou trois enfants déjà conçus, le dernier ayant 7 à 10 ans, un ultime petit à plus de 40 ans. Un exploit défiant, un peu, la nature ; peut être pour montrer qu'elles sont encore verte mais, surtout, à mon avis, comme signe extérieur de richesse. Le futur enfant jouant le rôle d'un super 4x4 !

Le plus triste dans cette histoire est le retentissement écologique. En effet, plus la population est nombreuse, plus elle pollue. Dans ce cas, la croissance démographique devient catastrophique ; et cela alors qu'il est possible, maintenant, de la maitriser grâce aux méthodes de contraception modernes illustrant parfaitement le malthusianisme. D'autant plus que l'on est dans une politique de croissance économique (la décroissance économique ou Malthusianisme économique n'est pas à l'honneur).

Au point de vue économique, une politique malthusienne serait, bien que critiquée, une solution au réchauffement climatique et à l’atteinte à la biodiversité.

Pour ces hautes considérations je vous renvoie à mon article : « Plus un chien est grand, plus il fait de grosses grosses crottes » : proverbe chinois. Une des citations préférée du Docteur Sangsue.

Fi de tout cela.

Dans l'école où est scolarisée ma fille il y a une grande mode.

La mode du lapinisme !


Albert Dupontel - La reproduction

 

*Titeuf est le héro d'une bande dessinè créée par le dessinateur suisse Philippe Chappuis (Zep).

03/10/2017

Moi, ma moitié, la lettre et le papier

 

 
Pas plus tard qu'hier, ma moitié avait à écrire une lettre administrative importante.

A la fin de sa rédaction, à la première mouture, elle me dit de relire sa lettre pour apporter les modifications que je pensai utiles.

Je commençai par corriger les fautes d'orthographe de grammaire, les parties de phrases imprécises et difficilement compréhensibles, ainsi que la ponctuation.

Je suis très à cheval sur la ponctuation, c'est mon dada. J'adore le point virgule à tel point, c'est le cas de le dire, que je suis vigilant à ne pas en mettre trop. Le point virgule est très difficile à manipuler, j'en saupoudre très peu le texte, Les deux points sont plus faciles. Quand aux parenthèses, point n'en faut abuser, les remplacer, très souvent, par des virgules semble plus judicieux.

Cela fait, ce travail de débroussaillage terminé, je m'attaquai aux points essentiels de la lettre, modifier icelle.

A chaque modification plus ou moins importante, ma mie à une fâcheuse tendance, une sale manie ; quand la lettre passe de la version 1.0 à la version 1.2, elle imprime. Ce qui implique, à chaque fois, un gaspillage de plusieurs feuilles de papiers. Au final, un monceau de feuilles. Comme elle me dit : "Sur l'écran, je n'y vois rien, je ne peux lire la lettre". Le résultat, c'est quant je relis, à chaque fois, depuis le début, toutes ces moutures, j'ai la tête au carré et je ne sais plus du tout, mais plus du tout, où j'en suis. Je lui rétorque, à chaque fois, sur un ton plutôt incisif : "Moi, quand je rédige un article sur mon Blog, je n'imprime pas". En fait je n'imprime JAMAIS, car je ne pourrais pas. Cela me prendrais un temps fou et bonjour les feuilles ! Je l'écris sous Word et Je le modifie en lisant sur l'écran, puis, enfin, une dernière vérification sur Hautetfort (pour l'orthographe, les séparations de mots, la création des liens et l'insertion de la vidéo).

C'est devenu une habitude chez moi. Par exemple, pour ne prendre pour exemple mon dernier article : "Despacito" je portait de nombreuse modification avant la mouture finale. En rajoutant le site internet puis la page Facebook d' Enki Bello et en supprimant et changeant plusieurs vidéos. Il est vrai, comme je le disais plus haut, je sais lire mon article et la visualiser, à l'écran, sous une page Word et je n'en tire aucun mérite.

Cela m'a, aussi, appris à lire sur l'écran même quand je lis des articles longs.

Mais, bon dieu, pourquoi ma moitié s'obstine t'elle à ne pas entendre ce que je lui dis-à propos de ma satisfaction sur cette fichue lettre quitte en la lui lisant. Non, dans son entêtement, elle persiste, systématiquement, dans sa méthode de travail. Ce qui me met, vous en conviendrez, dans un état proche de la colère. Oui, je vous l'avoue, j'ai un grave défaut, je suis un colérique.

Après tout, il faut savoir prendre cela avec humour.

Régine - "Les petits papiers" (1965) - Auteur Compositeur : Serge Gainsbourg

15/09/2017

Quand le Docteur Sangsue fit un diagnostic sur un parking

 
Cette jeune fille de douze ans faisait partie dans ma patientèle depuis, déjà, pas mal de temps.

Les parents avaient une relation un peu incorrecte avec moi, et encore le mot est un peu juste.

Une fois, je croise la mère et l'adolescente sur le parking où est situé mon cabinet médical.

Naturellement je leur demande de mes nouvelles.

La mère me répond que sa fille souffre d'un genoux et que la pédiatre lui aurait dit de consulter un Médecin du Sport. Il se trouve que le Docteur Sangsue est titulaire d'un CES de Médecine du Sport. Cela tombait bien.

Je portais, alors, le diagnostic de maladie d'Osgood-Shlatter.

Je lui conseillait, vu cette pathologie, de consulter un orthopédiste de l'hôpital des enfants. Ce qu'ils firent.

Quelques temps plus tard, je reçois une lettre de l'orthopédiste de l'hôpital me précisant qu'en fait c'était une maladie de maladie de Sinding Larsen et Johansson reportez vous à mon article précédent "La maladie de Sinding Larsen et Johansson". Je ne connaissait pas cette pathologie qui, il faut bien le dire est un diagnostic différentiel de la maladie d'Osgood-Shlatter. Je ne m’étais pas trompé de beaucoup.

Quelques temps plus tard, elle me dit qu'elle avait vu sa pédiatre qui l'a adressée à un kinésithérapeute.

En déménagent quelques cartons de mon cabinet pour le vider, vu ma cessation d'activité pour une refaite bien méritée, je croisai l'adolescente qui me raconta, comme je lui demandais de ses nouvelles (cela faisait un ans que j'avais fait porter son diagnostic de Sinding).Qu'elle était suivi par sa pédiatre et son kiné. Je lui demandait si elle avait revu l'orthopédiste. La réponse fut claire et nette : "non".

Il faut bien avoué que je me sentis un peu contrarié.

Il faut bien dire, aussi, qu'avec des parents un peu fuyant le résultat ne pouvait être qu'évident.

Mais cela m'irrita, quand même, profondément.

Pas Glop*


Pifou*

 

P.S. : Il arrive, parfois, que des diagnostics se fassent dans des lieux public. Je ne citerai, par exemple le syndrome de Raynaud car, j'entendis, une fois une femme, en plein hiver, qui disait quelle avait le bout des doigts blancs.

Il est classique, aussi, et très facile à diagnostiquer le vitiligo .

*Pifou est un chiot de bande dessinée créé par Roger Mas en 1958.Il est apparu dans le numéro 685 de Vaillant dans une aventure de Pif le chien. Il ne faut pas confondre Pif le chien avec Paf le chien.

 

23/08/2017

La célèbre recette des anguilles de Maïté - Âmes sensibles s'abstenir

Maïté et Micheline Banzet


Maïté de son vrai nom Marie-Thérèse Ordonez1, dite Maïté, née le 2 juin 1938 à Rion-des-Landes2 (Landes),

est une restauratrice française qui anima des émissions culinaires sur France 3, dont La Cuisine des

Mousquetaires, avec Micheline Banzet, de 1983 à 1999, et À table, de 1995 à 1999. La Cuisine des

Mousquetaires a commencé au printemps 1983 jusqu'en décembre 1999 sur FR3 et France 3, elle était

Micheline Banzet faisant un duo bien rodé.

Au départ,  Maïté Ordonez, retraitée de la SNCF* et cuisinière pour noces et banquets. Patrice Bellot,

réalisateur bordelais, la rencontre au détour d'une «troisième mi-temps» de rugby.

Il était venu réaliser un documentaire sur l'équipe de rugby de Rion-des-Landes, et a remarqué Maïté qui leur

préparait leurs repas Il lui a, alors, proposé d'animer l'émission.

Je vous livre sa recette de matelote d'anguilles et de brochettes d'anguilles.

Attention, ça secoue !

La ligue des défenseurs des animaux doivent certainement combattre ce type de torture.

Mais bon dieu que ces mets sont bons !

 

P.S. : *Il semble me souvenir que Maïté a commencée sa carrière en tant que  "tututeuse". cela consistait, quand il y avait des travaux sur une voie ferrée, à prévenir les ouvriers de la SNCF de l'arrivée d'un train.

Elle avait ouvert un restaurant à Rion-des-Landes, sa ville natale, appelé "Chez Maïté". Celui-ci est fermé maintenant.

P.S. : A ce propos, je ne peux pas résister au plaisir de vous rappeler ma recette des anguilles persillades que j'avais écrit le 30 avril 2012. Mes anguilles sont nettement plus petites que celles de Maïté.

09/08/2017

Torture

02/08/2017

La photo du jour du Docteur Sangsue : "Jeune couple"

Crédit Photo : Archives personnelles.

Cliquez (une ou deux fois) sur la photo pour l’agrandir.

 

Un tag déposé sur le mur à côté de chez moi. Photo que j'ai prise il y a quelques années de cela.

Il est pas mimi ce Tag.

Heureusement qu'il y a la photographie pour immortaliser cet art éphémère (quand il y a art bien sûr).

27/07/2017

Le Doudou

 

Quand j'étais encore d'active, il m'advint, un jour, de prendre une initiative particulièrement inattendue.

Vous ne le savais peut être pas, mais je suis un être un peu original. Je suis même un peu farfelu à mes heures.

Cela est assez fréquent de ma part.

Parlez en à ma moitié, à qui il m'arrive, quand je suis en forme, de lui exposer, par jeux, l'origine de mots en lui donnant une explication et en lui demandant si cela est totalement farfelu ou d'une exactitude rigoureuse. Voir mon article : "La petite histoire de la ville de Listrac Médoc".

Un jour se présente à mon cabinet une petite fille de trois ans. Elle est particulièrement timides.

Elle est dans les jupes de son père.

Je dis bien dans les jupes de son père car, de plus en plus, ce sont les pères qui m'amènent leurs enfants en consultation. Cela, néanmoins reste peu fréquent.

Je la sent réticente vis à vis de moi, médecin, un être dangereux pour elle.

Tout d'un coup, une idée farfelue, me traversa l'esprit.

Derrière mon bureau, à distance, je lui dis, tout de go, pour la rassurer : "je vais faire à Doudou ce que je vais te faire". Illico, je me levais, pris mon stéthoscope, l'appliqua sur la poitrine de Doudou et, de mon air le plus sérieux, ausculta celui-ci.

Vous me croirez, peut-être, mais elle se laissa examiner avec une docilité exemplaire.

19/06/2017

Prout Prout, je m'la pète !

 

 

Je désigne par cela, les bonnes bourgeoises de Villegrand.

Le peux les observer à loisir, comme un entomologiste comme Monsieur Fabre étudiant le Bousier, à la porte, lors de la sortie de l'école quand je vais chercher ma fille

Elles ont comme caractéristiques :

- Ce sont des blondes (fausses, comme de bien entendu) roulant "New" Fiat 500 Mini Cooper (merci alain pour ton commentaire qui m'a permis cette correction)

Elle se teintent d'une pointe d'écologie ce qui se traduit de la façon suivante :

Elles se déplacent en vélo.

- Leur vélo s'adorne d'un porte bagage qui est, ni plus ni moins, qu'une caisse de vin de préférence d'un château assez réputé. Il est toujours vide naturellement.

- Très rarement, certaines roulent tricycle avec, à l'avant, comme dispositif une très gosse caisse en bois, parfois avec une capote en plastique, un tricycle décapotable en quelque sorte, cela pour transporter la marmaille. Bien sûr, celle-ci est toujours vide.

Heureusement qu'il n'y a pas que ces mère là. Il y a ,aussi, des mères simples et authentiques, mais cette race Prout Prout de petites bourgeoise de province m'irrite profondément.

Prout Prout je m'la pète et je vous écrase.

Cela pue.


12/06/2017

Nul n'est censé ignorer la Loi - La photo du jour du Docteur Sangsue

 Photographie - Archives personnelles.

Cliquez sur l'Image.

07/06/2017

Windows XP le retour ! Une énorme bêtise du Docteur Sangsue

 

 
Dernièrement, j'ai invité, chez moi, mon beau frère pendant quelques jours.

Il s'y connait tant en hardware qu'en software.

A cette occasion, je lui ai donné un très vieux PC qui avait l'avantage d'être très peu bruyant, mais, comme désavantage, celui de ne plus du tout être au goût du jour, (entre autre, il ne voulait pas de Chrome).

Cela libérait mon bureau, en haut de ce vieil ordi. Mais il me restait, outre deux PC sous Windows et tournant l'un avec un core i 3 et l'autre avec un i 5, un vieux PC d'environ dix ans, un Pentium 4 - 2 GHz avec 2 Go de mémoire RAM. qui tournait très bien avec Windows XP.

Je décidais, pour libéré mon bureau de tous ces ordis, de le descendre dans... le salon et je le branchais en WiFi avec une clé USB.

Mon installation marchait très bien et je pouvais même visionner YouTube. C'est tout dire la bonne connexion avec ma clef.

Enivré par cette réussite, il me prit l'idée brillante de, à nouveau, de booster ce vieux Windows.

Avec un magnifique vieux bouquin sur Windows XP, plusieurs conseils me furent donnés notamment pas mal de conseils sur le bidouillage du Registre (les connaisseurs apprécieront). Une structure dangereuse de Windows qu'il faut aborder avec beaucoup de prudence comme si l'on marchait sur des œufs, ce n'est pas alain qui me contrarias.

Naturellement avant tout bidouillage dans le Registre il faut impérativement en faire une sauvegarde.

Vous me connaissais bien, chaque fois que j'ai été amené a à faire de telles manip je ne le fis jamais. Cette fois itou.

Après ce brillant "boostage" je me connectais à Thunderbird pour lire mes courriels : impossible. De même pas de connexion Internet avec Firefox.

Mon bidouillage sur le Registre, sans sauvegarde, me coûtait bien cher.

En reprenant ce magnifique bouquin et en revenant en arrière sur les manip du Registre concernant la connexion Internet, je retombais, enfin sur mes pieds. Ouf !

Cela me servira donc de leçon d'appliquer la sacro sainte règle : "avant tout bidouillage du Registre, fais un sauvegarde". Ce qui me permettra en cas de problème, de revenir en arrière.

De toute façon, L'idée me taraude d'installer, sur cet ordi, à la configuration encore suffisante, à mon avis, d'installer une version de Linux : Soit Ubuntu, soit Mint.

Affaire à suivre.

11/04/2017

Un patient fidèle

 

Quand j'exerçais encore, je voyais régulièrement un patient que j'avais bougrement aidé pour une mise en invalidité lors d'une blessure à la main suite à une agression.

Ce patient était un malin manipulateur et su bien se servir de moi pour sa mise en invalidité et je failli avoir, par sa faute un gros problème avec un Médecin de la Sécurité Sociale. Sur ce coup là, ma femme sut bien m'aider en ne répondit pas ouvertement à son courrier.

Ce patient avait une passion œnophile. Chaque fois que le voyais, nous discutions vin. Un moment, même il me fourni en vin moyennant finance et se moquent de moi car je ne sortait pas de mes classiques Médoc et Pessac-Léognan. Il faut dire que je trouvais ses vins "légers" (peut être que mes goûts étaient formaté pour les vins que je connais bien. Une fois, cependant, il m'apporta un blanc très intéressant.

Mais, assez rapidement, je sortais de ce comportement charmeur qui faussait notre relation avec un contact trop proche. Je remis, alors les pendules à l'heure en rétablissant une distance saine.

Je le voyais régulièrement pour sa prise de tension et la prescription de sa soupe anti hypertensive et une prise de VIAGRA générique (SILDENAFIL), tout en discutant vin.

Je lui prescrivait régulièrement un bilan biologique qu'il ne faisait pas.

Je me posais la question de savoir si j'étais encore son Médecin Référent. Cela ne chant rien pour moi, dans la mesure où je "facturai" la consultation.

Une fois à la retraite, je rencontrai son fils (que j'eus soigné dans le temps) à qui j'annonçais ma retraite et que je n'avais pas prévenu par manque de connaissance de ses coordonnées téléphoniques.

Il m'appris, alors, que son père était atteint d'une polikystose rénale qui, bien sûr, dans son cas, devait se voir dans son bilan biologique.

Sous ses airs sérieux et passionnés...

C'était un gentil petit "vilain" patient fidèle et manipulateur.

En un mot, un patient fidèle