Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2012

Consultation Kalachnikov et Pectus Excavatum

Pectus Ecavatum

 


On voit, parfois dans notre métier, des choses qui peuvent paraître bizarre mais qui sont sans conséquence pathologique, et sont purement esthétique.

Hier soir, à consulte, un jeune homme de 25 ans :

 - Docteur, je viens pour plusieurs choses. Moi de penser, aïe, c’est reparti, encore un tir groupé. J’ai trouvé, je vais appeler ce type de consultations, les consultations Kalachnikov.

 - Depuis  3 jours, j’ai des nausées, des douleurs abdominales, j’ai pris un SMECTA, mais ça n’a rien fait. Moi, de lui répondre que c’est une gastro entérite.
 - Puis, j’ai très mal au genou, depuis que j’ai été aux fêtes de Dax, j’étais « un peu » éméché, on a jeté la tente, et je me suis retrouvé le matin, le genou sur une plaque mécanique. Effectivement, quand on a bien bu, on sent beaucoup moins la douleur et on ne bouge plus dans son sommeil ce qui peut entrainer ce genre de choses.
 - Enfin (ouf !), j’ai une épaule plus basse que l’autre.

Il enlève le bas, je l’examine, d’abord pour son ventre, il a des cordes coliques, des spasmes du colon, des douleurs à la palpation et des gargouillis, c’est bien une gastro. Bon, passons à son genou, je ne trouve pas grand-chose a me mettre sous la dent. Mais il a un grain de beauté sur le dos du pied droit. Un rapide tour de peau, ne montre qu’un autre grain de beauté.

Allez, courage, l’épaule. Il enlève le haut, tiens, il a un pectus excavatum*.

Tiens, c’est vrai qu’il a une épaule plus basse que l’autre (scoliose ?). J’examine sons dos, apparemment rien de nouveau sous le soleil.

Nous revenons côté bureau.

Allez, courage :

 - Une lettre pour la Dermato, pour ce grain de beauté bizarre.
 - Une lettre pour l’Orthopédiste (j’ai plus envie de m’em*der avec ce patient indélicat (des fois que ça tournerait au vinaigre) direction tout droit spécialiste.
 - Une ordonnance pour une radio de la colonne vertébrale.
 - Je lui explique que pour son Pectus Excavatum c’est purement esthétique.

Je m’apprête, à lui faire sa feuille de maladie (pour se faire rembourser sa enfin, ses consultations), car, cerise sur le gâteau, il n’a pas sa carte vitale…

Il me dit, soudain :

 - Et le traitement pour ma gastro !

Voilà ce qu’il se passe  lors des consultations Kalachnikov, on oublie, parfois l’essentiel.

Et tout cela (allez, ça y est, il reparle de sous) pour un tarif forfétaire de 23 €.


P.S. :
Le Pectus Excavatum est une malformation du sternum qui, au lieu d être plat, est enfoncé, on appelle cela, aussi le thorax en entonnoir. La fréquence est faible, entre 1/400 et 1/700 (entre 0,15 % et 0,25 % de la population).



                                        Kalachnikov

 

Sans commentaire

 

18/09/2012

Une vidéo tragi-comique : Eternuement en salves

En visionnant cette vidéo, vous serez confronté à un phénomène surprenant, ne riez pas, c’est une maladie extrèmement pénible à vivre au quotidien.



Cette jeune lycéenne, est prise d’un éternuement, en salves, impressionnant.

Qu’elles sont les causes d’un tel phénomène. Ce phénomène d’hyperréactivité nasale est dû à une Rhinite Chronique.

Quelles peuvent en être les causes ?

  - Les Rhinites allergiques :

30 à 50 % des cas, il en existe deux types : les allergies aux pollens (elles ne durent que trois mois, la durée de la saison pollinique), et les allergies aux acariens et aux poussières de maison (elles durent toute l’année, surtout quand on passe l’aspirateur).

 - Les Rhinites Vasomotrices :

Prédominance féminine et apparaît plutôt après l'âge de 20 ans. Nez bouché associé à un écoulement nasal antérieur, un mouchage postérieur et une sensation de pesanteur faciale.

 - Les Rhinites Non Allergique A Eosinophiles :

Encore appelée, en abrégé, NARES (Non Allergic Rhinitis with Eosinophilic Syndrome). Elle constituerait une forme de début de la Polypose Nasosinusienne.

 - Les Polyposes Nasosinusiennes :

Se manifestent par une obstruction nasale et une perte de l'odorat.


Référence :

http://www.esculape.com/fmc2/rhinitchronic.html
http://www.institut-nez.fr/rhinite/rhinite-chronique-27.h...

14/09/2012

Mot de passe oublié !





Je me connecte, chez moi, cela m'arrive, trés rarement il est vrai, de travailler chez moi, je me connecte donc, sur amelie.fr, le site de notre meilleur ennemi, Dame Sécu.

J’entre mon numéro ADELI (Un numéro ADELI est attribué à tous les praticiens salariés ou libéraux et leur sert de numéro de référence, un peu comme le tatouage des animaux), puis…

Vient le moment de taper le mot de passe. Et zut, je l’ai oublié !

J’ai une petite panoplie de mots de passe, j’en essaye un, à tout hasard.

Echec !

Je clique sur « j’ai oublié mon mot de passe », apparaît la question qui permet de recréer un mot de passe du type : « qu’elle est la date de naissance de votre chien Médor ? »

Je reçois, aussitôt par mail, un mot de passe transitoire, le temps que j’en recrée un autre.

Je tapote un truc parmi mon petit panel de mots de passe, échec. En lisant le message d’erreur, je comprends qu’outre, au minimum un chiffre était indispensable, il fallait mette des » MAJUSCULES » et des « minuscules ».

Je tape donc un mot farfelu qui, de rage, me vient, brutalement, à l’esprit, celui d’une nation amérindienne, Cheyenne. Ce qui donne, en mot de passe : « ChEyEnNe001 ».

Eh bien ça a marché !

Ma femme, qui était derrière moi, et qui suivait, d’un œil amusé, ma bataille contre la Sécu, interloquée, n’a pu s’empêcher de rire.

J’aurais fait, au moins, un heureux aujourd’hui.

13/09/2012

Brève de comptoir

Crédit Photo : http://gallymathias.free.fr/

 

Certaines consultations prennent, parfois, des tournures surprenantes, voire inattendues, ce qui, parfois, ne manque pas de sel.

Une patiente, la cinquantaine, « trouble anxio-dépressif » avec, sous jacent, un abus d’alcool (whisky tout venant - glaçon), trois verres pleins, utilisé à des fins anxiolytique.

Au milieu de la consultation :

 - Pourquoi vous-êtes-vous mariée avec votre mari ?

 - Pour quitter mes parents.

 - Pourquoi avez-vous divorcée ?

 - Parce qu’il se travestissait et allait voir des hommes.

 - Et vous ne faisiez rien ?

 - Oh, je ne perdais pas mon temps moi non plus, je le trompais aussi.



P.S. :

a ce propos, dans les "troubles anxio dépressifs" 'J'ai, souvent, remarqué que les gens, porteurs de ces troubles Psys chroniques, manipulent si bien l’humour noir et la dérision.


12/09/2012

Mushu

Peluche Mushu Dragon Rouge Du Film Mulan Disneyland


Mulan est le 54eme long-métrage d'animation et le 36eme « Classique d'animation » des studios Disney. Sorti en 1998.


Ma fille ainée, est revenue, un jour, alors qu'elle était adolescente, avec une sorte de doudou que je ne connaissais pas : Mushu.

Mushu avait une particularité… Particulière : il parlait, si vous lui donniez un bon coup… Sur les fesses.

Il disait alors, avec un accent inimitable :

"I’m Mushu, I’M the best. The best of de world, it’s me, Mushu. The best, it’s me, Mushu."

Cela peut paraître banal mais cela illustre bien ce que m’avais appris un Professeur de Psychiatrie lors de mon D.U. de Psychologie Médicale. A propos de la timidité, il disait qu’il fallait tenir, à ses enfants, de tels propos, pour leur donner une bonne estime d’eux même.

Les propos de ce prof, n’étaient pas exprimés tout à fait de la même façon. Il disait qu’il fallait dire à ses enfants, "qu’ils étaient les plus beaux les plus forts, les plus intelligents et… les plus poilus!"

C'est une bonne façon d'éviter que ses enfant soufrent plus tard de "Trouble d'Anxiété Sociale", ce que l'on appelle en terme vernaculaire, la timidité.

07/09/2012

Amygdales et dépression

Angine Erythémato Pultacée


Quel est le rapport avec les amygdales et la dépression ?

Aucun me direz-vous.

C’est qu’il ne s’agit pas des mêmes amygdales.

Ces amygdales là, sont situées dans le cerveau et touchent l’hippocampe,

pas ce petit poisson, cet hippocampe là, est situé, lui aussi, dans le cerveau et jouxte l’amygdale.





 

Vous allez voir l’intérêt de ce petit préambule.

Je soigne, ou plutôt, j’essaye de soigner, depuis plus d’un an, une patiente (fille de l'assistance publique), la cinquantaine, mère de deux filles, pour un Etat Dépressif Majeur (EDM) cogné.

Elle nie sa maladie. Le ZOLOFT*, puis l’EFFEXOR*, n’ont guère amélioré l’EDM, j'ai réussi à ce qu'elle voie le Psy, elle l'a vue deux fois, la deuxième fois, il lui a dis qu'il serait prê à la soigner quand elle le voudra (texto).


Le cri - Edvard Munch

 

Elle me dit qu’elle n’est pas dépressive, que cela a toujours été comme cela, et que c’est son état normal. C’est pour cela qu’elle souffre mais pas d’une dépression, son état, c’est de souffrir, comme Jésus portant sa croix, ou Atlas portant le monde sur son dos.



 

Avec l’imagerie fonctionnelle on a mis en évidence une variation de volume de certaines zones du cerveau, l’hippocampe et les amygdales dans les Etats Dépressifs Majeurs durables. Le plus intéressant, c’est qu’avec un traitement anti dépresseur efficace, le volume de ces deux structures du cerveau reviennent à la normale. C’est ce que l’on appelle la plasticité neuronale.

C'est pour cela qu'autrefois il y avait les Psychiatres, plutôts Psychanalystes, qui ne prescrivaient pas de médicaments et les Neuro Psychiatres qui, eux, suivaient un double cursus de Neurologie et de Psychatrie, ceux-cis prescrivaient des médicaments. Il était de notoriété publique que c'était, sauf à de rares exceptions près, le Neuro Psychiatres qui étaient les meilleurs Psychiatres.

Pour essayer de la convaincre, je lui dis que, pour moi, le cerveau est un organe comme les autres, comme, par exemple, le cœur, le foie, la rate et le gésier. Le cerveau, est un organe à part entière avec sa propre anatomie, sa propre physiologie et … ses propres pathologies, ainsi que ses traitements spécifiques.


Je lui dis, aussi, que, dans le cerveau, il y a une petite structure qui s’appelle l’amygdale, et que l’amygdale change de volume lors de longues dépressions et, avec un traitement adapté, (médicaments ou ECT*), à la guérison, l’amygdale reprend son volume normal.

Devant son intérêt manifeste, j’avais marqué un coup, je vais sur Google avec mon Ordi et tape : amygdale-dépression

Devant son regard ébahis, je lui note sur un papier : amygdale-dépression, et lui dit de lire les référence sur le Net.

Et qu'es-ce qu'on dit ?

Merci Monsieur l'ordinateur !


Dorothée Allo Monsieur l'ordinateur by chipies

 


Post Scriptum :

Autant le début de la vidéo suivante est pertinente et très pédagogique, autant la fin est à modérer énormément. Dans un Etat Dépressif Majeur (EDM), outre le traitement médicamenteux, s’y rajoute souvent, une thérapie comportementale (pour traiter les pathologies Psys associèes, la, ou, surtout, les "comorbidité(s)"), et, , bien sûr,si c’est possible, modifier le mode de vie du patient ; lui faire remettre sa vie en cause, une fois l’ EDM guéri, tant dans sa vie professionnelle, qu’éventuellement, dans sa vie familiale, ou ses fréquentations (amis, en particulier) sans oublier son environnement de vie, sinon, le patient pratiquement, à coup sûr, rechutera, sauf si ce patient a, à vie, un traitement, par antidépresseur. En effet, il est admis que pour :

 - Un premier état dépressif le traitement anti dépresseur est de 6 mois minimum.
 - Un deuxième EDM, le traitement est de 2 ans.
 - Un troisième EDM, le traitement est… à vie.

Autrement, outre la fin, cette vidéo est purement géniale.

Il faut signaler, aussi, que de dans de rares cas (quand il n'y a pas de comorbidité),  ces dépressions là, peuvent guérir, spontanément, en plusieurs mois.




Références :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amygdale_%28cerveau%29
*http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectroconvulsivoth%C3%...

05/09/2012

J’ai pris les médicaments de ma mère !

Crédit Photo : http://aucoeurdutravail.org/


 Une patiente que je soigne déjà depuis pas mal de temps, viens à consulte, ce matin, et me dis, tout de go :

« Ce matin je me suis trompé de médicaments, j’ai pris ceux de ma mère, depuis j’ai mal de tête ».

Sa mère vit chez elle car elle a une démence d’Alzheimer et le placement en maison de retraite coûte trop  cher.

Elle me tend trois morceaux de boites de médicaments sur lesquels sont écris les noms.

 - SPASFON*, ça cela ne craint pas, c’est un antispasmodique intestinal
 - MONO-TILDIEM 200, là ça commence à craindre un peu plus, c’est, entre autre un anti hypertenseur qui peux donner… des maux de tête
 - LISINOPRIL, là, ça craint. Ce médicament, est, aussi, un anti hypertenseur. Deux antis hypertenseurs chez une patiente normo tendue, Whahou, ça décoiffe !

Je lui demande si elle a des vertiges ou des sensations vertigineuses, non me répondit-elle.

Ouf !

Je lui prend, alors, la tension, habituellement elle a 13/8,là, je lui trouve 10/6. Bon, c’était spectaculaire mais pas catastrophique.

C’est elle qui a eu le mot de la fin : « c’est efficace ces médicaments ».

Comment remplir une cafetière sans mettre de l'eau partout

Puisqu'on est dans le café, restons y, puisque mon antépénultième article n'a pas eu le succès escompté.

Penchons nous, maintenant, après la conservation du café, à la cafetière. Question crutiale : comment  remplir la cafetière sans mettre de l'eau partout ?

Les ingénieurs portent, parfois, même, assez souvent, mal leur nom. Ils ne sont, assez souvent, pas ingénieux du tout…

Et l’on se retrouve, ainsi, avec une cafetière électrique à lixiviation, impossible à remplir en utilisant le réceptacle à café, car, très souvent, on met de l'eau partout.

On est bien obligé, alors, d’être ingénieux à leur place.

La soluce :

Remplir la cafetière avec…

Une bouteille d’eau d’un litre, en plastique.

C’est tout bête, mais ça marche.






Une femme ingénieuse avec une cafetière écologique

26/08/2012

Bricolage à Grandville

Corde



En allant à ma pharmacie préféré pour aller m’acheter des médicaments pour dépanner mes patients (en particulier des antalgiques, des antivomitifs…) et, aussi, pour montrer l’utilisation des différents dispositifs dans les médicaments pour l’asthme (et, en plus débuter le traitement de la crise).

Car, c’est la crise ! Depuis déjà quelques temps, les médecins n’ont plus droit d’avoir d'échantillons médicaux (des médicaments) venant des laboratoires.

En allant donc à ma pharmacie préférée, Je vois un camion de la Mairie de Grandville trainant une petite camionnette électrique en panne, warnig allumé, les batteries devaient être à plat (eh oui, l’écologie c’est bien quand on sait s’en servir).

Icelle voiturette électrique municipale tirée par une corde, ce qui est totalement interdit par les assurances, il faut une barre de traction, pour évité que le véhicule tiré ne percute le véhicule tirant.

Ferait-on du bricolage à Grandville ?


Barre de Traction

02/08/2012

Docteur, vous savez soigner les tuyaux ?

 


En arrivant à mon cabinet, cet après-midi, je croise une de mes patiente qui habite dans la résidence ou, malheureusement je saisis (il vaut mieux essayer de ne pas installer son cabinet médical dans une résidence et ce, à cause de la copropriété et de la C*** Humaine). Bref, cette patiente fort sympathique au demeurant (si, si, il y en a, rarement il est vrai), elle arrose les plantes, c’est une enseignante de maternelle à la retraite qui œuvre, utilement, pour la collectivité (et qui ne fait C*** personne, comme certains). Ma patiente m’interpelle en me posant cette question :

« Docteur, vous savez soigner les tuyaux ? »

Moi, de lui répondre : » bien que cela ne soit pas ma spécialité, je peux toujours voir. »

Le tuyau était tenu par un collier et le tuyau était descendu. Je remontrais le tuyau et resserrai à fond le collier, le tour était joué en même pas une minute.

Surprise de la patiente.

Comme quoi, avec un peu de réflexion…

La Médecine, c’est aussi logique qu’un tuyau mal fixé, c’est l’illustration que ma comparaison du corps humain avec un système mécanique (une automobile, ou un ordinateur, par exemple) tient la route.

Il faut trouver la panne (diagnostiquer la maladie, si la maladie est connue) puis traiter la panne (le traitement, s'il existe).

Et si la Médecine s’apparentait au « bricolage », au sens noble du terme, bien évidemment.



31/07/2012

Mon absence s'explique par de "petits soucis" informatiques

 

En désespoir de cause, j'ai essayé, cela n'a en rien réglé mes problèmes informatiques ;-)

27/07/2012

Désencyclopédie




Tout le monde connaït, de nos jours, l’encyclopédie gratuite sur le NET, je veux citer , par là, Wikipédia.

Certains critiquent le sérieux des articles écrits dans cette encyclopédie, en précisant que n’importe qui peut écrire n’importe quoi sur Wikipédia. N’importe  qui, certaine ment, mais n’importe quoi, certainement pas, car il y a un contrôle et le trublion, repéré par son adresse IP, est très rapidement banni de l’encyclopédie.

Tout le monde, parmi les internautes connaît donc l’encyclopédie Wikipédia, mais qui connait la désencyclopédie.


Description du site par la Désencyclopédie elle-même :

« Le contenu de la dÉsencyclopédie, le site lui-même et les administrateurs du site sont une immense parodie sans queue ni tête à la sexualité douteuse et à l'hygiène approximative. Si vous prenez au sérieux un traître mot de ce qui est écrit, vous êtes encore plus con que vous en avez l'air ».

Bonne lecture, à ceux qui ont le sens de l’humour et qui veulent passe un bon moment, ah ! Encore une chose, il faut un minimum de culture générale pour saisir tout le sel des écrits de cette encyclopédie parallèle.

25/07/2012

Les problèmes des Médicaments Génériques



Les médicaments sont découverts par l’industrie pharmaceutique parmi les créneaux les plus porteurs de maladies (HTA, Cholestérol, Diabète). Les médicaments sont affublés de deux noms : un nom commercial donné par le laboratoire, encore appelé princeps, et un nom DCI (Dénomination Commune Internationale).

Par exemple, DAFFALGAN 1g nom commercial et PARACETAMOL nom DCI. Le nom DCI est le nom du médicament générique (pas de chance le DAFALGAN n’est pas génériqué, même s’il existe du PARACETAMOL en vente en pharmacie).

Certains ont accusés les médicaments génériques d’une moins bonne efficacité, ce n’est pas tout à fait exact.

En fait, il y a deux problèmes pour les génériques :

 - D’une part l’excipient (ce avec quoi est fait le comprimé, colorant, sulfites, ou la solution),

 - D’autre part, et c’est la le point le plus important, c’est le fait que si la molécule est la même, le sel, lui, n’est pas forcément le même (un peu comme le chlorure de sodium, le sel de cuisine, et le chlorure de potassium, qui sale moins) d’où une variation d’efficacité entre les génériques et les princeps.

Cela a pour conséquences :

 - L’excipient peut donner, lui, des réactions allergiques.

 - La molécule générique, ou plutôt son sel, donne, lui, une diminution tolérée d’efficacité de 20%.

Se pose ensuite la question sur la forme et la couleur d’un comprimé, ce qui peut désarçonner une personne âgée. Il faut savoir qu’une règle en médecine dit : un homme jeune 3 signe 1 maladie, un homme âgé 3 signes, 3 maladies. Effectivement à 80 ans, il n’est pas rare d’être atteint de 3 pathologie, et comme il faut compter trois ligne par pathologie (une ligne sur l’ordonnance représente un médicament), une personne de 80 ans a des chances de se retrouver avec 3x3=9 médicament, on peut arrondir à 10. Le risque d’erreur de médicament est loin d’être nul.

On nous dit que le médicament générique fait faire des économies, certes, oui, mais combien ?

Le médicament représente 10 % des dépenses de santé, les médecins représentent eux aussi 10 % des dépenses de santé, il reste quand même 80 % restant. A qui revient cette part royale… Aux hôpitaux, aux CHU, qui sont, il ne faut pas l’oublier les plus gros employeurs d’une région. La santé coûte mais génère aussi. D’autre part, de par la nature de « l’objet traité », il n’y a pas de délocalisation possible.

Donc, le générique fait 30 % d’économie par rapport au princeps, mais il ne représente que… 10 % des dépenses de santé, alors que l’hôpital mange 80 % du budget santé.

Vivaldi, l’été : accordéon et guitare


Dans le plus pur esprit baroque, une interprétation surprenante et efficace du final de l’été de Vivaldi.

Pourquoi parler d’esprit Baroque, car à mon avis qui dit baroque dit malice, liberté, humour et… mélange des genres

Bach a composé ses concertos pour violons en déclinant pour un violon deux violons, flûte violon et clavecin… car, à une époque de sa carrière,  ne gagnant pas assez sa vie en tant que kapellmeister, il jouait devant le troquet avec ses copains, il faisait des bœuf, du Jazz avant le Jazz. Comme le nombre de partenaires changeait souvent on trouvait parfois un violon, une autre fois deux violon, avec ou sans flûte.

Ce petit texte se veut être de la "musicologie", terme un peu sérieux, pour la façon dont est abordé le sujet. L'important c'est de s'amuser, mo, ce type de "musicologie" m'amuse...

Pour ce qui est de cette interprétation, on aime ou on n'aime pas. Perso, je préfère cette interprétation de Vivaldi, à celle de certains orchestres baroque, avec des instruments d'époque, une interprétation trop parfaite, une interprétation morte, sans clin d'oeil ni malice.


P.S. : Le bass und continuo (notre batterie de maintenant qui donne le tempo) et qui, normalement, est assuré par le clavecin est joué, ici, par l'accordéon.

23/07/2012

Un pli surprenant




Ce matin, en ouvrant mon courrier, je suis tombé en arrêt devant un pli étrange venant de la M.S.A. (Mutualité Sociale Agricole).

« Madame, Monsieur,

Veuillez trouver sous ce pli la liste des patients qui vous ont déclaré médecin traitant, en date du 01/07/2012.

Veuillez recevoir Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

Le directeur de la MSA »

Jusque là tout va bien…

Si ce n’est qu’il n’y a pas jointe la liste de ces patients.

 

P.S. : A ce propos, la lettre nétait pas signée ; même pas une signature imprimée. La pratique de la lettre non signée se fait de plus en plus de nos jours.

13/07/2012

Une Chute spectaculaire




Une chute spectaculaire, où l'on voit la sructure qui est étudiée pour éviter un accident grave.

09/06/2012

Le conseiller informatique de la sécurité sociale : Monsieur je ne sais pas


La semaine dernière, j’ai reçu, suite à une D.A.M. (Délégué à l’Assurance Maladie), qui était bien une dame (en général je ne le reçois plus mais il y avait, cette fois une donne nouvelle : le changement de convention médicale), après cette dame, j’ai donc reçu, « un conseiller informatique » pour me présenter Espace Pro, un nouveau site, où j’avais pris mon login et mon password, pensant pouvoir commander, facilement, tous les formulaires de la sécu. Déception je ne pouvais avoir certain formulaire avec mes coordonnés pré imprimées.

Il se trouve que dans la commune où je sévis, sur les trente médecins généralistes en exercice, nous sommes deux médecins à « tâter » un peu de micro informatique, lui, c’est plutôt le hardware, moi, plutôt le software.

La micro informatique ne supporte pas l’imprécision.

Or, il se trouve que son site, enfin celui de la sécu,  il y avait de nombreuses imperfections. A chaque erreur que je lui montrais, il répondait : « je ne sais pas », au moins avait-il l’honnêteté de le dire.

On abordait à ce site réservés aux professionnels de santé directement avec notre carte professionnelle (l’analogue de la carte vitale qu’à le patient d’où le nom de lecteur bi fente, du lecteur que vous voyez sur le bureau de votre Médecin).

Et là, oh surprise ! Il y avait l’historique de tous les médicaments que vous prenez et, aussi, l’historique de tous les médecins que vous avez consulté. Cela commence à craindre sec ! Si une mutuelle ou une banque peut accéder à ce site, bonjours les dégâts. Les R.G. (Renseignements Généraux), qui s'appellent maintenant la DCRI  ont, bien évidemment, un accés direct et royal. Quand on prend un médicament en chronique, un médecin connait votre pathologie, cela est conforté par le ou les spécialistes que vous consultez. Un exemple de ce fait est explicité dans un film de... 1969 : "dernier domicile connu".

Du temps d'Hitler et de la Stasi, les services de renseignements ttravaillaient avec un système mécano graphique (des fiches en carton), c'était, déjà, assez efficace. Avec l'informatique et les ordinateurs en réseau (mutualisation des informations), on a franchi un cap énorme, on atteint, presque, la quasi perfection, en un temps... record.

Bref, pour en revenir à Monsieur je ne sais pas, au bout de trois quart d’heure de prestation, il m'a semblé un peu fatigué, il était mûr pour la suite.

Quant on sort de mon cabinet, tout le monde à tendance à tourner à droite, là où une des deux portes est fermée, si on tourne à gauche, on prend la bonne porte et… on sort.

Je préviens toujours les patients et les V.M. (Visiteurs Médicaux). En l’espèce, le voyant partir sur la droite, là, je ne dis rien, fermais la porte du cabinet et fis rentrer le prochain patient, quand retentit la sonnette, c’était Monsieur je ne sais pas qui me demanda : « mais par où on sort », et moi, plié de rire à l’intérieur, de répondre la sortie, c’est sur la gauche.

C’est bizarre, il avait le teint un peu vert, l'avais je déstabilisé ?

Suite au prochain numéro, après la D.A.M., le monsieur je ne sais pas, je vais bientôt avoir l’insigne honneur de recevoir un Médecin Conseil. Décidemment, je suis très courtisé par la sécu, ces temps-ci.

Je suis resté très joueur avec une petite touche de malice, c’est mon coté enfantin qui ressort de temps en temps.

Quand on me titille, j'use de ce trésor caché en moi, ça déstabilise et ça me fait marrer intérieurement,  en quelque sorte, çela extériorise mes sentiments, bref, ça me détend.

 

Une vieille médication : Saltrates Rodell

Cet après midi, après avoir fait une grande marche, une très grande marche dans Grandville, ma tendre et douce me dis, sur le chemin du retour, qu’elle a très mal au pied. Comme toutes les femmes, elle a une fois de plus fait passer l’esthétique avant le fonctionnel, en un mot comme en cent, je dois reconnaître qu’elle a de superbes chaussures ; je ne suis pas un fétichiste du pied, comme certains hommes politiques dont je tairais le nom, mais, j’avoue que j’aime bien regarder les chaussures, c’est une très bonne arme de séduction. Après tout, il y a l'aphorisme "Il faut souffrir pour être belle".

Elle me demande donc un produit miracle pour cette algie pédestre.

Et moi de lui répondre illico : Saltrates Rodell.

Ce produit se prend en bain de pied.

A mon avis c’est surtout le bain de pied chaud qui soulage, mais la composition de ce produit est intéressante:

« Les sels Saltrates Rodell, bain oxygéné contre les maux de pieds, contiennent des extraits de camomille et millepertuis, du carbonate de sodium anhydre, sesquicarbonate de sodium, bicarbonate de sodium, perborate de sodium (tetrahydrate) ». Source : http://ch.oddb.org/.

Ce produit, antédiluvien, il doit dater des années 10 ou 20, à cette époque, les gens marchaient beaucoup plus que maintenant.

Tiens, cela me fait songer aux bains de siège préconisés par la chanteuse Rika Zaraï dans son livre « Ma médecine naturelle », dans les années 80.

Bon, ce n’est pas tout, je vais de ce pas (c’est le cas de le dire), me faire un bon bain de pied suivi d’un bain de siège royal. Je vous laisse, à bientôt.




Geek

 

"Geek, parfois francisé en « guik » est un terme d'origine américaine anglophone...

L’archétype classique du « geek » est celui du « jeune » (ou de l’adolescent) passionné d'électronique, d'informatique, d'univers fantastiques (comics, science-fiction, heroic fantasy, etc.). Cette passion s’exprime concrètement à travers de nombreuses activités, telles que le jeu de rôle, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo ou encore la programmation informatique".



Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Geek

07/06/2012

La chambre

Source : http://www.les-ateliers-de-langres.fr/


Une chambre, ça peut servir à ventiler, à condition qu’elle soit prévue pour cela, et qu’elle soit fonctionnelle.

Dans une chambre, quand il y a des fuites par la fenêtre, en hiver, il y a des déperditions de chaleur.

Ce petit aparté sur le bâtiment, pour vous démontrer l’importance de la forme galénique dans la prescription médicamenteuse.

Il se trouve que, récemment, j’ai soigné un bambin de trois ans qui présentait une toux d’irritation à la suite de trois rhino pharyngites, coup sur coup.

Je lui prescris donc de la VENTOLINE* et du BECOTIDE*, a prendre, vu l’âge, dans une chambre d’inhalation, une BABYHALER*, très pratique et fonctionnelle.

Je le revois, quinze jours plus tard, avec sa mère, en colère, car il n’y avait pas d’amélioration, et même un début d’aggravation.

Je lui demandais s’il n’y avais pas un problème avec la prises des médicaments, parfois les chambres d’inhalations sont mal utilisé, ce n’est pas évident avec des enfants de trois ans.

Elle me dit incidemment que le pharmacien ne lui à pas délivré la chambre BABYHALER*, pour une autre qu’elle avait « en rayon ». Elle rajoute, aussi, qu’elle avait remarqué des fuites au niveau de la chambre qu’avait délivré le pharmacien.

Je prescrit, à nouveau, la chambre BABYHALER* et je dis à la mère de revenir dans une semaine.

Eh bien, il y avait une très nette amélioration.

Etonnant, non ?

La forme galénique d’un médicament ou d’un dispositif médical (la chambre en l’occurrence), la forme galénique est la présentation du médicament : comprimés secs ou effervescents, sirop, gouttes, suppositoire (tombé en désuétude), injection musculaire ou intra veineuse, patch, crème lotion, inhalation (c’est le cas de la VENTOLINE* et du BECOTIDE*)…

Dans ce cas précis, ce n’était pas la bonne chambre.

Si le médicament est important, la forme galénique est quelque chose de prépondérant dans la rédaction d’une ordonnance. Si la forme galénique n’est pas adaptée, le médicament sera mal et, surtout, pas pris par le malade.

Ce ci dit, je suis fatigué, et je vais faire une petite sieste dans… ma chambre.

 

 

Chambre d'inhalation BAYBYHALER*