Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2013

Le sang et le boudin

 
Je roulais tranquillement sur les boulevards (à 50 Km/h) quand un scooter se faufilant entre les voitures arrive, enfin, à me doubler. Sur le casier du scooter est écrit en rouge URGENT SANG. Le scootériste reconnait alors un de ses copains dans la voiture qui est à coté de lui, vitre ouverte. Tout ce beau monde s’arrête au feu rouge, puis redémarre, ils discutent toujours.

Ce comportement commençait à m’irriter passablement, un coup je te double, un coup je roule lentement et je discute sans savoir si je dérange.

J’en profite donc pour doubler, et, en passant, je dis au porteur de sang :

« Faites attention que votre sang ne se transforme en boudin. »

27/05/2013

La douche et la baignoire


Un artisan malfaisant attire bien souvent  la raillerie funeste.

Nous alons montrer cela dans cette histoire burelesque.

La douche et la baignoire venait d'être monté dans une maison neuve.

Celle-ci sortait de terre, étant en construction.

Un défaut de protection contre l'eau ennemie.

Déclencha une remarque acerbe des habitants futurs.

Avec stupéfaction, ceux-ci ouïrent le commentaire décoiffant du carreleur comique.

"On ne prend pas de douche dans icelle baignoire."

Il est vrai que se doucher dans une belle baignoire est beaucoup plus facile que de se baigner dans une belle douche.

Ceci évidemment n'appelle pas du tout le moindre commentaire.

Ceci ne vaut il pas un commentaire drôle.

 

Un grand merci à ce noble monsieur qu'est Jean de Lafontaine, sans oblier non plus son très grand  pote Esope.

08/05/2013

La Richesse est une valeur relative


Réflection touchante de deux gamines de treize ans dans le tramway de grand ville : "avec six cent euros, t’es riche."

Comme quoi, la notion de richesse est relative.

En effet cela me fait songer à une parole maladroide de Jacques Séguela, ce  publicitaire célèbre : "Si tu n’a pas de Roleix à cinquante ans, t’a raté ta vie."

 



Ivan Rebroff - Ah ! Si j'étais riche

01/04/2013

Poisson d'avril

Source : http://www.angedesmerveilles.com/


Mon post d'hier, n'est qu'un gentil petit poisson d'avril à déguster sans modération.

31/03/2013

La petite histoire de la commune de Listrac Médoc

Source : http://www.caruso33.net/


En son temps, en août 2011, suite à certaines interventions acerbes d’un lecteur passager de mon blog, j’avais publié, une petite histoire, certes, succincte, mais étonnante, de cette petite commune viticole situé au cœur du Médoc Rouge (par différentiation avec le Médoc Vert et le Médoc Bleu).

Je me permets, deux ans après, de reprendre ce petit post, dont je suis particulièrement fier.


Au fin fond du Médoc se trouve un petit village du nom de Listrac Médoc.
Je me propose de vous conter brièvement l’étonnante histoire de ce petit village de LISTRAC en Médoc.

Au départ ce village s’appelait TRAC, jusqu'au jour ou Sa Majesté le Roi Louis XIV vint à Bordeaux, on lui construisit, spécialement pour lui, à cette occasion la place Royale qui est maintenant la Place de la Bourse. A cette occasion un Château en Médoc pris le nom de Château Beychevelle (Baisse voile) car il baissa une voile en l'honneur du Roi qui descendait la Garonne.

Le Roi Louis XIV décida de serrer quelques mains de Médocains profonds, on choisi, pour lui, TRAC en Médoc.

En récompense le village s'appela LYSTRAC MEDOC (LYS pour Lys et TRAC pour TRAC).

A la révolution française, le nom fut débaptisé pour être renommé Listac Médoc.

Un lieu dit de Listrac s’appelle le Fourcas (fourcas en patois veut dire en hauteur ce qui donne de bonnes croupes graveleuses pour le vin, car il y a une bonne exposition au soleil), de cette appellation Listrac sont nés les deux très bons châteaux Fourcas Dupré et Fourcas Hosten.

Sans oublier d’autres appellations de Listrac que le nombre m’empêche de citer toutes.

A boire avec modération, cela va s’en dire.

28/03/2013

Un marronnier de saison



Tous les ans, à la même période, j’aborde un sujet délicat, mais qui remplis agréablement, et qui, surtout, meuble, facilement, mon Blog ; je veux parler de celui des marronniers. « Tout comme le marronnier (l'arbre) qui invariablement, tous les ans, produit ses fruits ». En terme journalistique, un marronnier est un évènement qui se produit chaque année et qui permet de faire un article facile et bouche trou.


Un exemple sérieux, et documenté, voir le rapport du Sénat de 1976, qui n’a perdu aucune ride, sur le changement de l’heure d’été à l’heure d’hiver et inversement ; sensé faire des économies « pétrolifères », suite au choc pétrolier de 1973. Cette brillante invention est due à Benjamin Franklin (ancien ambassadeur des Etats Unis en France), cette idée lumineuse fit faire des économies de bouts de chandelles. Le plus comique, dans l’histoire, c’était que les parents de Benjamin Franklin vendaient, ô comble d’ironie, de… chandelles.

Quand au premier avril, « Une tradition veut que le 1er avril soit le jour des farces (voir l'article) ».


16/03/2013

Un coup de fil inatendu




Pas plus tard que hier après midi, je reçoit un coup de fil lointain :

La voix lointaine me demande : "si vous avez de l'or je suis preneuse". Dans quinze jour, allait se tenir, un grand raout, dans un hôtel de la banlieue de Grandville, elle my conviait fort civilement.
Moi, piqué au jeu j'essayais , en jouant a féminiser ma voix le plus possible. Et je lui "tint a peu près ce langage":


"Es que que vous prenez, aussi le cuivre, parce que , j'en ai 10 Kg chez moi".

Et juste à ce moment, je la sentais un peu déstabilisée, elle partait plutôt vers le sens du rire.





 

 

Et moi de rajouter, savez vous l'avantage de l'or par rapport au cuivre :

C'est que l'or dure.

Carambar !

 

13/03/2013

Le Professeur Chercheur

Source : http://carlierisabelle.files.wordpress.com/


Je soigne depuis de nombreuses années un patient qui est devenu Professeur Chercheur.

Au début je l'ai vu pour un gros testicule, qui fit tilt dans mon petit cerveau ceci fut confirmé, à l'échographie, un cancer du testicule, un bon cancer. Il eut droit à une orchidectomie après prélèvement de son liquide séminal, en vue d'une future paternité, d'une pose de prothèse avisée esthétique et d'une chimiothérapie par Cisplatine qui lui provoqua un polynévrite des membres inférieur qui régressa, mais cette chimiothérapie, le Cisplatine, lui lécha définitivement les deux oreilles lui laissant une baisse de l'acuité auditive irréversible, ce qui le gêne passablement dans son métier.

Ce patient, fort sympathique, au demeurant, quoi qu'un peu rigide sur les bords, catholique pratiquant, adepte des groupes de prière, essaya bien de me convertir, moi, affreux mécréant.





 

Il donna à sa femme un enfant, puis deux, puis trois, je ne sus jamais si cela fut fait par les voies naturelles ou surnaturelle, grâce à Dieu Insémination Artificielle avec sperme du Conjoint (IAC).

Il viens me voir, pour des envies de pisser fréquentes avec des brûlures à la miction. Comme il n'y a pas, sauf exception, de cystite aigue chez l'homme, tout comme des pyélonéphrites, et ce pour des raisons anatomiques (l'urètre de la femme est beaucoup plus petit que celui de l'homme).

Cela sentait la prostatite à plein nez. Je luis prescrit, dans l'ordre : une analyse d'urine avec recherche d'un germe, un analyse de sang avec VS, CRP et PSA (débrouillez vouz avec les termes techniques wikipédia est là pour ça), une prescription antibiotique probabiliste (en fonction de la probabilité de la présence du germe susceptible d'en être la cause.

Deux jour plus tard, de retour de Paris, il me dit que certainement mon diagnostic était bon il me lu les résultat des bilans VS, CRP et PSA au taquet, le germe était sensible à l'antibiotique, mais... Il ne l'avais pas pris.

Pourquoi, je cherche toujours.

Ah, si, je sais, c'est ma faute ! J'ai dû mal expliqué, à cet homme trop intelligent.

Pourtant, je n'ai jamais eu ce type de problèmes avec les autre patients.

Alors...

12/03/2013

Georgette Plana est morte à 95 ans ce 10 mars 2013

"Georgette Plana débute comme danseuse de music-hall à Bordeaux.

Ses parents ont crée, à Bordeaux, une brasserie qu'ils on appelé "Le Plana".

Puis, Georgette Plana monte à Paris, en 1941, comme chanteuse. Ses nombreuses reprises des chansons des années 1920 ont du succès, elle obtient un grand succès populaire avec son entrain et son timbre gouailleur.

Elle eut le plus grand succès de sa carrière, en 1968, en reprenant Riquita, une chanson des "Riquita" jadis enregistré en 1925 par Robert Gisor.

En mai 1968, ce titre sera repris par les étudiants pendant les manifestations.

Georgette Plana est décédée le 10 mars 2013 à l’âge de 95 ans."

Source :

http://www.youtube.com/watch?v=_kf_Nthg6YA

Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Georgette_Plana et http://www.youtube.com/watch?v=_kf_Nthg6YA


Georgette Plana - 1968

 

Robert Gisor - 1925

27/02/2013

Monsieur et Madame demi-dose


J’ai depuis quelque mois un couple de patients, un couple que j’appelle Monsieur et Madame demi-dose. C’est Madame qui porte la culotte. Depuis deux à trois mois, Madame demi-dose a diminuée par deux les doses de son copain, Monsieur Demi-dose pour deux médicaments (d’où le surnom demi-dose).

DEPAKOTE* et EFFEXOR*, deux médicaments pour traiter une rechute dépressive. Monsieur, à la chance (enfin, presque) de tomber sur une maitresse femme qui le manage comme un bébé ; d’ailleurs, elle lui dit toujours : « hein mon bébé ».

Dernièrement, madame demi-dose a décidée de diminuer les doses de ces deux médicaments, brutalement, par deux ; une seule prise le matin en lieu et place d’une dose matin et soir.

Trois possibilités s’offrent au couple demi -dose :

 - La première : me quitter, ma fois, me concernant, ce ne serait pas si mal que cela
 - La deuxième : me dire que le couple demi-dose est revenu à l’ancienne posologie et ne pas le faire
 - La troisième : me dire que le couple demi dose est revenu à l’ancienne posologie et le faire, mais le doute risque de subsister.

Ah ! ces médecins qui ne font pas confiance en leurs patients.

12/02/2013

Médecines douces et Chirurgie dure

Voila la Médecine comme je la conçois.
Source : http://www.humour.fr/media/images/14300/14266/14266.jpg




Une patiente reviens d’une station de ski réputée, dont je tairai le nom, car il lui avait été diagnostiqué une cholécystite, que confirmait l’écho, avec des calculs dans la vésicule mais, surtout, une paroi de la vésicule épaissie, en général, ça craint.

Le médecin de la station lui donne un traitement antibiotique, avec un antalgique associé, pour qu’elle puisse terminer son séjour à la neige.

La douleur augmenta progressivement, si bien que quand je la vis au cabinet, celle-ci était devenue dans l’ordre du difficilement tolérable.

Je la dirigeais illico vers ma clinique préférée dans le mou (chirurgie viscérale par opposition au dur, chirurgie orthopédique).

Lors de son arrivée aux urgences, elle fut, de suite, adressé à un chirurgien, qui à la cœlioscopie, non seulement vit la cholécystite, mais découvrit, aussi, une péritonite.

Des erreurs, j’en ai fait, moi aussi.

Mais, je trouve que cette histoire peut illustrer, éventuellement, le conflit entre les pendants des médecines dites « douces » avec les pendants des médecines « dures ».

Quand il n’y a pas de pathologie, ça marche très bien ! Les médecines douces jouent sur l’effet placébo.

Mais, comme dans ce cas, les médecines douces ne peuvent rien y faire, et sont, même, parfois dangereuses,  en faisant perdre du temps au patient.

En terme juridique cette perte de temps est qualifié par le terme de « perte de chance ».

07/02/2013

A propos des compléments alimentaires






Une patiente la cinquantaine, pimpante, assidue des « cures de rajeunissements » et que je connais, déjà, depuis pas mal de temps pour un Etat Dépressif Majeur, suite, entre autre au divorce de son fils unique (elle-même a connue les joies du divorce, et surtout ce que ça coûte).

Cette patiente vient pour un bilan qui était programmé, mais, aussi, pour contrôler l’efficacité de son traitement antidépresseur, car elle a déjà fait plusieurs rechute, on en est là a un traitement de longue durée.

Bien évidemment, dans ce bilan je demande le dosage de la « TSH de 3° génération » qui permet d’avoir une idée sur la fonction thyroïdienne, or, on sait qu’une hypothyroïdie peut entrainer un état dépressif.

Bingo, elle revient avec un taux révélant une hypothyroïdie.

Je l’adresse, illico, dans le service d’endocrinologie de l’hôpital de Grandville.

Je fus très surpris de la réponse, je tombais des nues, comme quoi les patients ne disent pas tout à leur médecin.

En fait, l’explication était toute simple, pour maigrir, elle avait pris, comme « complément alimentaire », des gélules d’algues et ceci tout les jours, et ce, pendant plusieurs mois. Les algues sont riches en iode. Elle s’était donc saturé, en iode, sa thyroïde, d’où son hypothyroïdie.


Quelques réflexions farfelues que m’inspire cette « histoire de chasse » :

1°) Comme quoi, même les compléments alimentaires peuvent avoir des effets secondaires.

2°) Ou comment se rendre malade quand on est en bonne santé.

3°) La cinquantaine est un cap difficile à franchir, tant pour les hommes que pour les femmes.

4°) La patte de lapin, c’est quand même moins dangereux.

25/01/2013

De nos jours, la politesse se perd



Oui, je vous le dis, mes bons amis, de nos jour, la politesse se perd.

Pas plus tard que ce matin, j’allais me faire faire une prise de sang. Il faut bien, de temps en temps, surveiller la machine.

Dans une rue étroite, tournante, mal aisée, trois forts chevaux tiraient un coche*… Euh, non, là c’est Jean De La Fontaine.

Dans une rue étroite, Je reculais un peu difficilement pour ne pas accrocher les véhicules garés des deux côtés et pour laisser passer deux voitures. Il se trouve que les deux véhicules en question, étaient conduites par des femmes (le hasard fait parfois mal les choses) et, cerise sur le gâteau, une avait le téléphone portable vissé à l’oreille.

Et bien, croyez le si vous voulez, aucune des deux ne m’a remercié de mon geste chevaleresque.

S...

 

*

24/01/2013

Les Thiols ou Mercaptans




Depuis la fuite de gaz, enfin du gaz malodorant, appelé Mercaptan, un petit rappel me paraît nécessaire.

La première fois que j'en entendis parler fut pendant mes cours de chimie lors de ma première années de médecine, la description de le magnifique odeur de ce corps chimique est assez poétique

Les Thiols, ou mercaptans (du latin mercurius captans, « qui capte le mercure »), est molécule comportant un groupement thiol -SH attaché à un atome de carbone. Les thiols ont été découverts par William Christopher Zeise.
Les Mercaptans ont une forte odeur d'œuf pourri. Les thiols sont utilisés notamment pour la fabrication de « boules puantes ». Ou en additif : Ils sont ajoutés en très faible dose au gaz domestique, car celui-ci est inodore.
D'après Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Thiol

Paradoxalement, les Mercaptans sont, aussi, utilisés en parfumerie.

 


le Radical Thiol





01/01/2013

Bonne Années 2013, et surtout... Bonne Santé

Bon, je sais, ce dessin est un peu trash, mais je n'ai pas pu résiister

 

Ce dessin illustre, magnifiquement bien, la citation : CARPE DIEM.

28/12/2012

La crème au beure

Au moment de Noël, outre certains incontournables, comme une belle dinde, l’huitre et ses crépinettes, le foie gras et son verre de Sauternes, un autre incontournable : le dessert, la bûche, LA bûche de Noël.

De nos jours, tout s’allège, comme le porte monnaie. Il faut aller loin pour trouver la bûche traditionnelle. On ne trouve pratiquement que des bûches glacées, ou des bûches déstructurée restructurées « New Kitchen ».

De nos jours, on mange léger. C’est pour cela, que la bûche traditionnelle, la vraie, à la crème au beure, a quasi disparue de l’étal des pâtissiers.

Or c’est, et de loin, celle que je préfère, tant qu’à s’intoxiquer, s’intoxiquer de préférence avec quelque chose qui a du goût.

Le goût (la petite minute éducative du Docteur Sangsue), encore appelé « Palatabilité » est donné grâce à trois éléments le sucré, le salé et le gras. La bûche traditionnelle a cet avantage énorme de regrouper en un seul dessert, outre un peu de sel, en mordançage, beaucoup de sucre et, surtout, beaucoup de gras.

Disons qu’après les huitres avec ses crépinettes et son vinaigre maison à l’échalote, le boudain blanc, le foie gras et son verre de sauternes, le coq au vin arrosé de quelques verres de rouge, la salade et le plateau de fromage, il ne restait guère de place pour la sempiternelle bûche.

C’est ce qui s’appelle avoir les yeux plus gros que le ventre.

Il restait donc, pour moi, une bûche entière.

Ce que j’en fis, alors, fut énorme, j’ai un peu honte.

Le lendemain, je l’attaquais au petit déjeuner, la continuais au déjeuner et la terminais au dîner.

Le seul effet indésirable fût un Reflux Gastro Oesophagien, bien corrigé par un IPP.

La gourmandise est un vilain défaut.

Mais, dieu que c'était bon.

 

20/12/2012

Une cuisson de foie gras mouvementée, ou comment récupérer un foie en perdition





Comme tous les ans, je prépare des foies gras, rien de plus facile que cela. J'entends par là (façon de parler), la réalisation d'une semi-conserve d'un foie gras mi cuit qui peut se six mois au réfrigérateur. De façon idéale il faudrait faire bson foie gras 1 mois avant de le déguster pour Noël (ou le jour de l'an).

Comment préparer un foie gras :

Prendre un foie gras, cru, extra de 500 g. Sortez le du réfrigérateur pour le mettre dans de l'eau tiède et salée. Le but étant de le rendre "tout mou". Sortez le précautionneusement , déposez-le sur plusieurs feuilles de SOPALIN*. Saler et poivrer, comme un beefsteak, avec du sel et du poivre au moulin. mettre dans un bocal (Le Parfait*) muni de son joint. Enfournez la bête dans le bocal bien propre. Mettre dans une cocotte minute avec un fond d'eau froide, et laisser cuire 12 mn pour un foie gras de 500 g.

La cata :

J'en arrive donc à ma cuisson.

Dans la cocotte il y avait deux bocaux, quand soudain j'entends "clac" ; mauvais signe.

A la fin des 12 mn fatidique, je ne peux que constater qu'un bocal s'est cassé, le fond s'est détaché, le foie gras cuit flottant dans son jus coupé d'eau.

Je fais ni une, ni deux, je le récupère dans une boite en plastique, direction le frigo.

le lendemain, le foie gras était à point.

Ce fut Noël avant Noël? il était parfait, mi cuit, légèrement rosé à la coupe, onctueux, sans amertume prédominante, et... long en bouche.

Une pure merveille.

Le mot de la fin :

Voilà comment on arrive, en cuisine, à retomber sur ses papattes.


                                   Bocal "Le Parfait*"

17/12/2012

Tu as bien dormi ?

Crédit Photo : http://mere-geek.com/



J’ai dans ma clientèle un petit bout, une petite fille de 4 ans. Elle a un peu la bougeotte mais elle est bien managée par le père.

La petite est attachante, mignonne avec des yeux pétillants de malice, bien sûr elle est très observatrice.

A la dernière consultation, le père me raconte la dernière avec sa fille. Il s’appétait à l’amener à l’école maternelle, quand elle lui demanda : Tu as bien dormi? Le père surpris lui dis : Oui, pourquoi?

Tu peux me porter?

Mais, celle qui m’a fait le plus rire, c’est quand, un jour, le père alluma l’ordinateur pour mettre un DVD à sa fille, comme il n’y avait pas de son, le père se pencha derrière l’ordi à la recherche d’un fil débranché, quand il vit sa fille diriger sa main vers le bouton on/off, elle appuie, alors, dessus et, comme par enchantement, le son apparut subitement.

Je vous l’ai dit : Observatrice.

14/12/2012

L’Hymne national de la Grande Bretagne et sa petite histoire

Le Roi Louis XIV

Pour rester dans l’atmosphère de l’article précédant, et surtout des derniers commetaires, je vous propose un petit divertissement historico-médico-musico-royal.

Le 18 novembre 1686, au matin, Charles-François Félix opère le Roi Soleil de sa fistule anale après s'être fait la main sur des malades des hospices parisiens.

Il doit ré intervenir plusieurs fois au mois de décembre, et jusqu'en janvier 1687, avant que le roi ne commence à se remettre des différentes interventions.

A cette occasion, et pour soutenir la difficile épreuve que traverse le roi, Madame de Brinon, religieuse supérieure et co-fondatrice de l'établissement "la Maison royale de Saint-Louis", située à Saint-Cyr, a écrit un petit motet que le surintendant de la musique Jean-Baptiste Lully a fort obligeamment mis en musique.

En 1714, le compositeur allemand Georg Friedrich Haendel est en voyage à Paris. Tandis qu'il visite la Maison royale de Saint-Louis, il obtient la permission de recopier l'air et les paroles de la chanson qui fut écrite et mise en musique presque 30 ans plutôt.

Haëndel traduit les paroles, et offre l'oeuvre au roi Georges Ier en s'en appropriant la paternité.

Ainsi est né, de la  fistule anale du Roi Louis XIV, l'Hymne de la Grande Bretagne : "God save the King".




Sources :

 - God save the Qeen et l’anus de Louis XIV : http://trefaucube.free.fr/index.php?id=146
 - Ces Malades qi nos gouvernent Pierre Accoce et Pierre Rentchnick : http://www.lespagespolitiquesdemirabelle.net/article-ces-...

12/12/2012

La cafetière hantée

             Cafetière Krups YY8304FD

10 tasses programmables - Carafe isotherme
Fonction Aroma : café aux arômes prononcés
Ecran LCD - Système anti-gouttes
Arrêt programmable jusqu'à 3 heures

+ le Bitoniau



Quoi de plus agréable, le matin, de se réveiller avec une bonne odeur de café flottant dans la maison.

Quoi de plus agréable, la matin, de se réveiller et d'entrer dans la cuisine avec le café tout prêt.

C'est pour cela que j'ai sélectionné une belle cafetière programmable, une Krups (Cafetière Krups YY8304FD), bonne marque, s'il en est.

Quoi de plus désagréable, le matin, de voir que la cafetière a débordée.

Non, pas régulièrement, mais, comme cela, assez souvent, pas tous les jours. Elle avait de bons jours et de mauvais jours.

Bref, la cafetière était hantée.

Le matin, je rentait toujours avec appréhension dans la cuisine, et avec l'éternelle question : A-t-elle débordée ou n'a-t-elle pas débordée aujord'huii ?

Un jour, excédé, je résolu de regarder son anatomie. En effet, je me dis, ce n'est pas possible qu'une cafetière soit hantée.

Je soulevais le couvercle et regardais avec attention un clapet, un bitoniau, que je connaissais je versais de l'eau sur le couvercle et, EUREKA ! La soluce le clapet, certes servait quand on verait le café, mais, s'il était fermé, il empêchait le café de rentrer dans la cafetière.

Je programmais donc instantanément l'opération de la cafetière : la bitoniectomie, j'enlevais ce foutu clapet, cette Put*** de pièce, un tout petit bout de plastique.

Le lendemain, pas de débordement, le versement du café impec : La pièce était superflue, un peu comme l'appendice.

Quel est le C** d'ingénieur, à la mort moi le, qui a eu l'idée farfelue de foutre ce Put*** de bitoniau.