Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/03/2016

Ce qui a bien faillit être la mort du Blog du Docteur Sangsue

 

 

Cela fait bien, maintenant, une dizaine de jours, treize jours pour être plus précis, que je n'ai scribouillé sur mon Blog.

Pourquoi une si longue absence ?

Parce que j'ai bien failli passer l'arme à gauche.

Oui, j'ai, vraiment, failli tout simplement claquer.

Tout simplement mourir de ma bêtise, voire de ma connerie tout simplement.

Il suffit de se reporter à mon article précédant : "Une colique tenace".

Eh bien non ! Ce n'était pas une sévère Gastro Entérite Aiguë (GEA), mais bien d'une appendicite abcédée dont il s'agissait.

Une appendicite négligée par un Médecin, un comble !

Pour les connaisseurs, au bilan sanguin j'avais une CRP à 350 (normale < 5) les globules blancs à 13700 (normale = 6000)

Au Scanner : "appendicite aigüe avec une collection en cours dans de formation et un épanchement du douglas".

Dans les suite la malchance se poursuit : A près un deuxième Scanner (et de deux) "lâchage de suture compliqué de deux abcès dans la fosse iliaque droite et pelvienne" heureusement drainés par échographie radioguidée.

A la pose du drain, j'entendis un crac quand le frocard franchit le péritoine, alors, une odeur putride envahis instantanément la pièce. Le drain retira, aussitôt, un tiers de litre d'un liquide rougeâtre.

Ainsi, je me retrouvais avec trois fil à la patte : une perfusion, une sonde urinaire et un drain.

Sur ce coup là, j'ai été lamentable, j'aurais pu me... T U E R !

Les troubles, ma fameuse Gastro Entérite, ont commencés le jeudi dans l'après-midi et je ne me décidais d'aller aux urgences du C.H.U que le... samedi à minuit, alors qu'en toute logique, devant la persistance de la douleur, j'aurais dû me faire hospitaliser le vendredi matin. Ce qu'aurait fait tout médecin tant soit peu raisonnable.

Il faut dire, à ma décharge, qu'il s'agissait d'une appendicite rétro cæcale, celles les plus difficiles à diagnostiquer, car les plus vicieuse. Elles ne donnent que des douleurs "modérées" et un peu atypiques, comparées aux formes normales qui, elles, donnent des douleurs violentes dans la F.I.D (Fosse Iliaque Droite).

Résultat des courses DIX jours d'hospitalisation, avec des douleurs atroces cotées, parfois, à dix, sur l'échelle EVA, pour une appendicite négligée. Pour traiter ces douleurs, j'étais devenu une véritable usine à médicaments ! De nos jours, correctement diagnostiquée et traitée, le traitement se traduit par un à deux jours d'hospitalisation. Une appendicectomie sous Céliochirurgie, et ce, qui plus est, sans souffrance particulièrement notable.

Inutile de vous dire que pour ce qui est de manger, l'appétit n'y était plus du tout.

Un seul mot pour qualifier tout ce qui précède :

L. A M.E. N T.A.B.L.E !

Cœliochirurgie

12/01/2016

Vers une disparition de l’obligation vaccinale : Une analyse du Docteur Sangsue

 


J’ai appris, ce matin, en écoutant, la radio, sur France Info, une nouvelle pitoyable : notre Ministre de la santé Madame Marisol Touraine, la volonté de ne plus rendre obligatoire le vaccin Diphtérie Tétanos Polio (vaccin DTP).

Certes, la Poliomyélite a disparue des pays développés grâce à l’hygiène due aux progrès de l'assainissement, mais ce risque persiste toujours lors de voyages à l’étranger vers les pays du tiers monde.

Le risque de la Poliomyélite, lui aussi, existe toujours lors d’une blessure par effraction cutanée.

Cette mesure frise totalement l’inconscience.

Je me souviens, lors de mon stage de FFI (Faisant Fonction d’Interne) au SAMU avoir vu, dans une salle du service de réanimation, l’un des derniers poumons d’acier, le précurseur des appareils de réanimation pour la respiration lors des opérations. Mise à part que le poumon d’acier était, lui, à vie.

Le Tétanos peut se soigner grâce aux progrès de la réanimation après, parfois, pour une durée d’un mois avec des risques d’ankyloses articulaires résiduelles.

A l’époque, une façon intelligente pour obliger les parents à faire vacciner leurs enfants avait été d’être à jours de leurs vaccinations les enfants dont les parents inscrivaient leurs enfants en, colonie de vacances.


C’est le Professeur Robert Debré, dont un hôpital Parisien porte son nom, le créateur du carnet de santé (le père de Michel Debré, le célèbre homme politique ancien premier ministre sous la cinquième) qui doit se retourner dans sa tombe.

Je ne vois qu’une seule explication à cette mesure, c’est qu’au cas rarissime d’accident vaccinal l’état soit retenu responsable et soit obligé d’indemniser les familles.

Cette mesure est à cours terme économique et purement démagogique comme le tiers payant généralisé ce qui déconsidèrera encore une fois de plus le respect du patient envers le Médecin Traitant.

Mais c’est, aussi, une mesure purement démagogique visant à diminuer l’influence du médecin renforçant, aussi cette autre meure qu’est le tiers payant généralisé.

A force de tirer sur la corde, celle-ci finira par péter. Jusqu’à ce qu’un autre gouvernement revienne, éventuellement, en arrière.



Poumon d’acier

 

P. S. : Le président des États Unis Franklin Roosevelt avait contracté la poliomyélite et se déplaçait en fauteuil roulant.

16/09/2015

Un aspect méconnu de Guy Béart décédé aujourd'hui: l'ingénieur



 

Guy Béart, né Guy Béhart-Hasson (orthographié à l'origine Béhar-Hassan1) au Caire (Égypte)2 le 16 juillet 1930 et mort le 16 septembre 2015 à Garches (Hauts-de-Seine), est un auteur-compositeur-interprète français.

Parallèlement à ses études musicales, Guy béart a été reçu à l’École nationale des ponts et chaussées) il en est ressorti ingénieur et a dirigé, ainsi, la construction de ponts (le rêve de tout ingénieur pont).

Ce que j'aime dans sa chanson, "la vérité", c'est qu'elle décrit parfaitement bien le risque que peut prendre quelqu'un quand il dit la vérité.

Toute vérité n'est pas bonne à dire, c'est une litote.

Celui qui la dit risque sa vie* et **.

Mais cela est applicable, aussi, de façon différente, à la médecine. Il faut savoir tenir sa langue, le meilleur des mensonges étant le mensonge par omission.

D'ailleurs les Psychanalyste ne disent jamais la vérité à leur patient, il font en sorte que celui-ci trouve sa vérité par lui même.

En effet, en Médecine, si on dit la vérité à quelqu'un, sa première réaction sera la fuite.


*Confer : La censure de la thèse copernicienne (1616) concernant la thèse de Gallilée qui met en évidence que la terre tourne autour du soleil, contrairement à celle de Copernic  qui enseigne que le soleil tourne autour de la terre
Taquiné par la réquisition, Gallilée fut prié d'aller enseigner ailleurs,

 



**Semmelweis qui découvre l’asepsie en se lavant les main (dans son cas en évitant la "fièvre puerpérale", qui n'est autre qu'un sepsis ou  septicémie. Il fut rejeté par la communauté médicale. Rendu quasiment fou, lors d'une dissection il se piqua et mourut, lui même, de "fièvre puerpérale", un comble pour un obstétricien.

27/03/2015

Un médecin peut-il être son propre Médecin Traitant?


De façon purement théorique, cela est tout à fait possible.

Par contre, du coté de la sécurité du médecin, et de sa famille, s’il en est le Médecin Traitant, cela en va tout autrement.

Mais c’est surtout pour le Médecin lui-même que cela pose le plus problème.

Pour soi même, il y a moins de recul, et le retard de diagnostic pour le Médecin, lui-même, peut être important, voire très important, par négligence, pour peu qu’il y ait, aussi, des soucis surajoutés.

Illustration :

L’autre jour, j'étais en train d’interpréter un bilan sanguin, quand brutalement, je bloque sur un dosage, celui de la CRP. Deux secondes plus tard, devant le patient, qui ne s’est rendu de rien, je continue mon interprétation.

Cela craint, cela ressemble fort à un A.I.T. (Accident Ischémique Transitoire).

Trois heures après, je bégaye sur un mot.

Là, je suis mal, très mal, très très mal.

Je rentre chez moi, j’en parle à ma femme qui commence à le prendre mal, très mal. Le lendemain, elle revient avec un rendez-vous pris pour dans trois jour avec une cardiologue Praticien Hospitalier que lui a conseillé son… Médecin du Travail (comme quoi, il n’y an a pas que des nuls).

Ma femme me dit alors d’arrêter mes conn… et de prendre un Médecin Traitant.

Ce que je vais faire dare-dare, dès que cette histoire sera définitivement tirée au clair.

En attendant, je me prescrit du KARDEGIC* 300 pour éviter un nouveau "petit" soucis.

11/01/2014

Une histoire farfelue

Crédit Photo : http://lesloupsetl-homme.hautetfort.com/




Votre serviteur s’est cassé, avant les fêtes de fin d’année, la main droite où plutôt le cinquième métacarpien de la main droite.

Devant mon attelle thermoformée, toutes les visiteuses médicales et tous les visiteurs médicaux me demandaient ce qui s’était passé.

Au bout d’un certain temps j’en eu assez de raconter toujours la même histoire : « je courrais vite, je me suis entravé et je suis tombé ».

Une visiteuse arriva et me demanda ce qui m’était arrivé. Une fois arrivé sur les circonstances de mon accident, comme je la connaissais bien, elle était bon public et savait que, j’avais, parfois, un certain humour disons... surprenant.

Je donnais donc cette version farfelue qui me passa, alors, spontanément par la tête.

« Je courrais après ma femme, je me suis entravé, je me suis raccroché à sa jupe et je suis tombé ».

Elle partit d’un fou rire.

Le numéro étant au point, je le fis à une autre visiteuse. Même résultat : un fou rire.

Le fou rire, c’est plus gratifiant que de la compassion.

08/01/2014

Épisodiquement





Votre serviteur a été dans l'obligation de consulter un confrère spécialiste.

Situation délicate s'il en est.

C'est ma mie qui m'y a obligé, vu le soucis qu'elle devinait. Je ne suis pas hypocondriaque, j'ai toujours, me concernant, une terrible lucidité, ce qui me permet d'être mon médecin traitant, d'autant plus que, comme avec mes patient, je passe la main au spécialiste, assez rapidement, quand je me sent dépassé.

En l'occurrence les signes me faisaient songer à une pathologie bien précise (l'avantage d'être médecin), pathologie, qui, à priori, n'était pas trop une saloperie, tout en étant préocupante.

Disons que j'ai laissé "un peu" trainer la chose. Enfin le jour J arriva.

Si j'ai choisi ce spécialiste c'est que je le connais bien et que c'est un très bon spécialiste et qu'il percute bien, plus que cela, il pétille. Il est un peu original, mais il est brillant.

D'ailleurs je lui ai confié ma tendre et douce avant d'aller le voir à consulte (non, je vous voit venir, je ne l'ai pas envoyée en reconnaissance, je le connaissait bien d'avant).

C'est un ancien interne et ancien chef de clinique, nous détaillerons cela tout à l'heure

Lors de la consultation, naturellement, pendant l'examen clinique on discute métier. Tout naturellement nous parlons de sa spécialité. Il me raconte que quatre de ses confrères sont gravement malades et se son arrêtés. Heureusement quelques confrères, âgés, de sa spécialité continuent à travailler, mais, le drame, c'est que la relève n'est pas assurée aucun jeune médecins ne s'installent dans sa spécialité ; d'où l'attente à 2 mois pour obtenir une consultation.

Il me dit sur votre secteur vous avez Machin.

Moi de répondre oui, j'adresse à lui épisodiquement.

Pourquoi me direz vous ?

Parce que ce médecin à beau être ancien interne et ancien chef de clinique, lui, pour le coup, il ne percute pas.

A ma réflexion "épisodiquement, il ne répondis pas. Je pense que l'on s'est compris à demi mot.

Un médecin, pas trop idiot, arrive très facilement à juger l'efficacité d'un confrère, c'est comme cela que se fait le carnet des correspondants pour un généraliste. Personnellement j'attache beaucoup d'importance à la lettre.

Cela nous amène à résoudre la question que se pose le patient "lambda" : comment choisir son médecin traitant ?

Mais aussi et surtout, pour juger un médecin, il faut le juger sur ses résultat et pas sur ce qu'il dit, certains médecins travaillant à la séduction. Pour moi, je vais vous choquer, le corps humain est une machine, comme une voiture. Le médecin est, ni plus ni moins un garagiste. Le médecin doit chercher la panne, s'il la trouve, il la traite, dans la mesure du possible, et si ces deux étapes sont franchies avec succès, la panne est réparée, le malade est guéri (ou stabilisé).

Voilà comment un patient de "base" peut choisir son médecin traitant. Il y a, aussi, les explications qui se doivent d'être claires, le fait d'être écouté et de pouvoir poser des questions en toute liberté

Après la relation médecin malade j'ai donc abordé pour vous la relation médecin médecin. Pour moi, cela se résume en une phrase: c’est un problème d’autorité, j’ai du mal à déléguer.

Je ne me suis pas trompé sur son compte, il pétille et, en plus, il est simple. Cerise sur le gâteau il est Secteur I (il ne prend pas de dépassement).

C'est à ma moitié qu'il confia avoir choisi délibérément le Secteur I, en dépit de ses diplômes, pour faire de la "vraie" médecine.

Au fait, l'autre spécialiste, celui qui est éteint, lui est ... Secteur II.

Je ressorti avec une analyse de sang et une IRM (pas à l'hôpital machin, ils sont nuls me précisa-t-il).

Me voilà presque malade.

06/12/2013

Haendel Messiah Trouble Bipolaire et créativité

Les deux visages de Janus illustrant parfaitement le Trouble Bipolaire.




Il y a des jours ou le moral n’est pas trop au rendez-vous. Mais…

Il y a des jours bénis où l’on tombe sur des merveilles.

Dernièrement, sur YouTube, je suis tombé sur une pépite, « le Messie » de Haendel en version intégrale par "The Choir of King's College, Cambridge" accompagné de "l’Academy of Ancient Music". Je l'ai téléchargé, en toute légalité, avec le petit soft HD YouTube downloader déjà cité dans mon blog.

Purement divin.

En ces moments où Noël approche, "Le Messie" tombe bien.

Il faut savoir que le Trouble Bipolaire est une pathologie du cerveau qui atteint en quelque sorte le thermostat régulant l’humeur. Cette pathologie atteint les hommes à part égale avec les femmes. Les patients atteint de cette pathologie ont des « sautes » d’humeur pouvant aller de l’exaltation (Hypomanie voire carrément Manie) à la dépression (État Dépressif Majeur) pouvant déboucher sur une dépression très importante (Mélancolie).

Il a été établi un rapport entre Trouble Bipolaire et créativité. Un certains nombres d’artistes de compositeurs ou écrivains célèbres sont ou furent atteint de Trouble Bipolaire. Confer un de mes ancien post en référence à un article trouvé sur le site www.bipol.com.

Paradoxalement, il semblerait que la peinture aurait tendance à protéger vis-à-vis de la bipolarité.

Heandel était atteint d’un Trouble Bipolaire, il composa « le Messie », en état hypomaniaque, en… SIX jours seulement (il ne dormait quasiment pas la nuit). Le résultat est là, une musique divine, envoutante, des cœurs de toute beauté se fondant avec la musique et cela de façon magique.

Un pur moment de bonheur.

Un petit extrait du Messie de Haendel "For unto us a child is born" pour vous mettre l’eau à la bouche et illustrer mes propos.


Handel -<Messiah>oratorio, HWV 56 / "For unto us a Child is born"

 

Références bibliographique :

"De l’exaltation à la dépression: confession d'une psychiatre maniaco-dépressive", Éditions Robert Laffont, 1997, (ISBN 2-221-09930-3) (Kay Redfield Jamison)

"Touched With Fire" publié en 1993 aux États-Unis mais non traduit en français (Kay Redfield Jamison).

14/12/2012

L’Hymne national de la Grande Bretagne et sa petite histoire

Le Roi Louis XIV

Pour rester dans l’atmosphère de l’article précédant, et surtout des derniers commetaires, je vous propose un petit divertissement historico-médico-musico-royal.

Le 18 novembre 1686, au matin, Charles-François Félix opère le Roi Soleil de sa fistule anale après s'être fait la main sur des malades des hospices parisiens.

Il doit ré intervenir plusieurs fois au mois de décembre, et jusqu'en janvier 1687, avant que le roi ne commence à se remettre des différentes interventions.

A cette occasion, et pour soutenir la difficile épreuve que traverse le roi, Madame de Brinon, religieuse supérieure et co-fondatrice de l'établissement "la Maison royale de Saint-Louis", située à Saint-Cyr, a écrit un petit motet que le surintendant de la musique Jean-Baptiste Lully a fort obligeamment mis en musique.

En 1714, le compositeur allemand Georg Friedrich Haendel est en voyage à Paris. Tandis qu'il visite la Maison royale de Saint-Louis, il obtient la permission de recopier l'air et les paroles de la chanson qui fut écrite et mise en musique presque 30 ans plutôt.

Haëndel traduit les paroles, et offre l'oeuvre au roi Georges Ier en s'en appropriant la paternité.

Ainsi est né, de la  fistule anale du Roi Louis XIV, l'Hymne de la Grande Bretagne : "God save the King".




Sources :

 - God save the Qeen et l’anus de Louis XIV : http://trefaucube.free.fr/index.php?id=146
 - Ces Malades qi nos gouvernent Pierre Accoce et Pierre Rentchnick : http://www.lespagespolitiquesdemirabelle.net/article-ces-...

07/09/2012

Amygdales et dépression

Angine Erythémato Pultacée


Quel est le rapport avec les amygdales et la dépression ?

Aucun me direz-vous.

C’est qu’il ne s’agit pas des mêmes amygdales.

Ces amygdales là, sont situées dans le cerveau et touchent l’hippocampe,

pas ce petit poisson, cet hippocampe là, est situé, lui aussi, dans le cerveau et jouxte l’amygdale.





 

Vous allez voir l’intérêt de ce petit préambule.

Je soigne, ou plutôt, j’essaye de soigner, depuis plus d’un an, une patiente (fille de l'assistance publique), la cinquantaine, mère de deux filles, pour un Etat Dépressif Majeur (EDM) cogné.

Elle nie sa maladie. Le ZOLOFT*, puis l’EFFEXOR*, n’ont guère amélioré l’EDM, j'ai réussi à ce qu'elle voie le Psy, elle l'a vue deux fois, la deuxième fois, il lui a dis qu'il serait prê à la soigner quand elle le voudra (texto).


Le cri - Edvard Munch

 

Elle me dit qu’elle n’est pas dépressive, que cela a toujours été comme cela, et que c’est son état normal. C’est pour cela qu’elle souffre mais pas d’une dépression, son état, c’est de souffrir, comme Jésus portant sa croix, ou Atlas portant le monde sur son dos.



 

Avec l’imagerie fonctionnelle on a mis en évidence une variation de volume de certaines zones du cerveau, l’hippocampe et les amygdales dans les Etats Dépressifs Majeurs durables. Le plus intéressant, c’est qu’avec un traitement anti dépresseur efficace, le volume de ces deux structures du cerveau reviennent à la normale. C’est ce que l’on appelle la plasticité neuronale.

C'est pour cela qu'autrefois il y avait les Psychiatres, plutôts Psychanalystes, qui ne prescrivaient pas de médicaments et les Neuro Psychiatres qui, eux, suivaient un double cursus de Neurologie et de Psychatrie, ceux-cis prescrivaient des médicaments. Il était de notoriété publique que c'était, sauf à de rares exceptions près, le Neuro Psychiatres qui étaient les meilleurs Psychiatres.

Pour essayer de la convaincre, je lui dis que, pour moi, le cerveau est un organe comme les autres, comme, par exemple, le cœur, le foie, la rate et le gésier. Le cerveau, est un organe à part entière avec sa propre anatomie, sa propre physiologie et … ses propres pathologies, ainsi que ses traitements spécifiques.


Je lui dis, aussi, que, dans le cerveau, il y a une petite structure qui s’appelle l’amygdale, et que l’amygdale change de volume lors de longues dépressions et, avec un traitement adapté, (médicaments ou ECT*), à la guérison, l’amygdale reprend son volume normal.

Devant son intérêt manifeste, j’avais marqué un coup, je vais sur Google avec mon Ordi et tape : amygdale-dépression

Devant son regard ébahis, je lui note sur un papier : amygdale-dépression, et lui dit de lire les référence sur le Net.

Et qu'es-ce qu'on dit ?

Merci Monsieur l'ordinateur !


Dorothée Allo Monsieur l'ordinateur by chipies

 


Post Scriptum :

Autant le début de la vidéo suivante est pertinente et très pédagogique, autant la fin est à modérer énormément. Dans un Etat Dépressif Majeur (EDM), outre le traitement médicamenteux, s’y rajoute souvent, une thérapie comportementale (pour traiter les pathologies Psys associèes, la, ou, surtout, les "comorbidité(s)"), et, , bien sûr,si c’est possible, modifier le mode de vie du patient ; lui faire remettre sa vie en cause, une fois l’ EDM guéri, tant dans sa vie professionnelle, qu’éventuellement, dans sa vie familiale, ou ses fréquentations (amis, en particulier) sans oublier son environnement de vie, sinon, le patient pratiquement, à coup sûr, rechutera, sauf si ce patient a, à vie, un traitement, par antidépresseur. En effet, il est admis que pour :

 - Un premier état dépressif le traitement anti dépresseur est de 6 mois minimum.
 - Un deuxième EDM, le traitement est de 2 ans.
 - Un troisième EDM, le traitement est… à vie.

Autrement, outre la fin, cette vidéo est purement géniale.

Il faut signaler, aussi, que de dans de rares cas (quand il n'y a pas de comorbidité),  ces dépressions là, peuvent guérir, spontanément, en plusieurs mois.




Références :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amygdale_%28cerveau%29
*http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lectroconvulsivoth%C3%...

25/07/2012

A quoi pense-tu ? A la mort d’Henri IV




Parfois je suis pensif, quand ma mie s’en rend compte et qu’elle me dit à quoi tu songes ? Il m’arrive, parfois, de lui répondre, à la mort d’Henri IV.


Le 14 mai 1610, à Paris, le Roi Henri IV, le bon roi Henri qui démocratisa la poule au pot, alors en déplacement officiel (il va rendre visite à so ministre Sully), se retrouva bloqué dans une rue étroite de Paris, la rue de la ferronnerie. Soudain jaillit un homme avec un couteau, François Ravaillac, un fanatique catholique, et avant que les gardes du corps ne puissent intervenir, il poignarde le roi, en plein cœur.

Tout de suite le SAMU est appelée, une diligence est affrétée et se dirige à tout allure sur les lieux de l'assassinat, il est bloqué bien avant d’arriver sur site. Les barbiers continuent à pieds, mais à leur arrivée, ils ne peuvent que constater la mort du Roi Henri IV.

De quoi est mort le Roi Henri IV ?

D’une tamponnade cardiaque.

Le couteau a percé l’oreillette droite, le sang s’est répandu dans le péricarde, ce qui a comprimé le muscle cardiaque et causé la mort du Roi Henri.

Henri IV est enterré à la basilique Saint-Denis le 1er juillet 1610.

Il y a longtemps que ma mie sait de quoi est mort Henri IV.

Moi, je l’ai appris dans un livre : ces malades qui, nous gouvernent du Dr Pierre Rentchnick et de Pierre Accoce en 1978.

Un livre passionnant qui explique parfois comment la maladie peut influer sur les grands de ce monde, en les affaiblissants, et avoir un impact sur la chose publique, sur l’histoire. Par exemple à la conférence de Yalta, des trois hommes politiques présents, deux étaient gravement atteints, Churchill d’Hypertension, outre sa Maladie Bipolaire. Franklin D. Roosevelt avait fait un AVC (Accident Vasculaire Cérébral), suite à un Hypertension artérielle. Le seul qui soit en bonne santé était Staline. On comprend le retentissement que cela a put avoir.

24/07/2012

Le club des 27





Le club des 27, est une liste d’artistes musiciens en grande majorité de rock décédés en général d’overdose et d’alcool, certains devant être bipolaires si l’on en croit Kay Redfield Jamison qui a établie dans son livre : "Touched With Fire" publié en 1993, un lien entre bipolarité et créativité, idée reprise par Philippe Brenot dans son livre : "Le Génie et la Folie", en 2007.

Dans les troubles bipolaires, Il y a, de plus un risque d’addiction à l’alcool, et, aux drogues.

Une étude a montrée que les musiciens anglais ont deux à trois fois plus de risques de mourir prématurément que la moyenne.

La liste est assez impressionnante :

 - Brian Jones - 28 février 1942 - 3 juillet 1969 : 27 ans

 - Jimi Hendrix - 27 novembre 1942 - 18 septembre 1970 : 28 ans

 - Janis Joplin - 19 janvier 1943 - 4 octobre 1970 : 27 ans

 - Jim Morrison -8 décembre 1943 - 3 juillet 1971 : 28 ans

 - Kurt Cobain - 20 février 1967 - 5 avril 1994 : 27 ans

 - Robert Johnson - 8 mai 1911 - 16 août 1938 : 27 ans

 - Alan Wilson - 4 juillet 1943 - 3 septembre 1970 : 27 ans

 - Amy Winehouse - 14 septembre 1983 - 23 juillet 2011 : 28 ans




"The Doors were an American rock band formed in 1965 in Los Angeles, California. Through most of its existence, the group consisted of vocalist Jim Morrison."
www.youtube.com/

04/07/2011

L'aspect méconnu de Jim Morrison : l'étudiant brillant

"Sitôt sorti du lycée, Morrison s'installe chez ses grands-parents à Clearwater pour suivre des cours au Saint Petersburg Junior College. En particulier, il s'inscrit dans deux cursus qui le marqueront profondément : d'une part, un cours sur la « philosophie de la contestation », qui lui permet d'étudier Montaigne, Jean-Jacques Rousseau, David Hume, Jean-Paul Sartre et Friedrich Nietzsche ; d'autre part, un cours sur la « psychologie des foules » inspiré de l'ouvrage de Gustave Le Bon La Psychologie des foules.

Morrison se montre, dans ce cours, très brillant. Le Professeur James Geschwender reste stupéfait devant ses connaissances. Il maitrise parfaitement non seulement l'ouvrage de Gustave Le Bon, mais aussi Sigmund Freud et Carl Gustav Jung . Les autres étudiants, complètement dépassés, assistent, stupéfaits, à des dialogues entre le professeur et Morrison, lesquels tentent d'incorporer l'apport de la psychanalyse à la réflexion de Le Bon. Dans son mémoire final, Morrison, s'appuyant sur l'idée jungienne d'un inconscient collectif, évoque l'idée de névroses touchant de nombreuses personnes dans un groupe (des « névroses sociales », si l'on ose dire) et il spécule sur la possibilité de traiter ces névroses par des thérapies de groupe. James Geschwender déclarera plus tard que ce mémoire « aurait pu devenir une thèse solide »".

Wikipédia

 

Jim Morrison est décédé, à Paris, le 3 juillet 1971, à  28 ans, d’une mort mystérieuse (infactus, overdose, complot...).



 

12/03/2011

Allan Kardek (Allan Hippolyte Léon Denisart Rivail dit), (1804-1869)

 

 

Mon "esprit" rationaliste se heurte à se type de pensée, mais cet homme m'interpelle par son charisme, sa pédagogie.

Je me sens beaucoup plus proche de Houdini.

Au moment où naît le spiritisme, Harry Houdini cherche à démasquer les médiums en parcourant le pays, en exposant publiquement les trucs d'illusionnistes qu'ils utilisent. Il présente les résultats de ses enquêtes dans des ouvrages tel que Miracle Mongers and their Methods ou encore A Magician Among the Spirits. Il sera impliqué dans le débat scientifique avec les tenants de la métapsychique concernant la question de savoir si certains médiums auraient d'authentiques dons paranormaux ou si tout peut au contraire s'expliquer par ce qui est aujourd'hui qualifié de mentalisme. Harry Houdini est encore aujourd'hui un modèle pour d'autres magiciens impliqués dans le scepticisme scientifique, tel que par exemple James Randi ou encore Gérard Majax.



Hippolyte Léon Denisart-Rivail dit Allan Kardec ou Alan Kardec est né le 3 octobre 1804 à Lyon. C’est le fondateur du spiritisme en France.

Il est au début de sa vie un pédagogue disciple de Johann Heinrich Pestalozzi. Il importe en France ses idées et son type d'école. En 1820, il s'installe à Paris et ouvre en 1824, au 35 de la rue de Sèvres un cours privé fondé sur les méthodes de Pestalozzi. Il publie de nombreux ouvrages de pédagogie.

En 1832, il épouse Amélie Boudet, une institutrice qui travaille avec lui dans son école et dans la poursuite de son œuvre pédagogique. Lorsque pour des raisons financières, l'école doit fermer, Léon Rivail traduit des textes allemands et publie des manuels pour gagner sa vie. Il continue à donner des cours, gratuitement, de chimie, physique, anatomie, astronomie.

Il découvre les tables tournantes en 1855, pratique venue des États-Unis. C'est à cette époque qu'il prend son surnom d'Allan Kardec, nom qu'il pense correspondre à celui qu'il portait lors d'une vie antérieure, alors qu'il était druide. Ses études donnent naissance au Livre des médiums (1856) puis au Livre des esprits (1864), suivis par l’Evangile selon le spiritisme (1864), Le ciel et l’enfer (1865) et La genèse (1867).

De nombreuses personnalités sont séduites par le spiritisme, tels Victor Hugo, Théophile Gautier, Victorien Sardou ou encore Conan Doyle.

Mais d’autres, comme Georges Méliès, s’efforcèrent de démontrer que les apparitions ou contacts avec les «  esprits » peuvent aussi relever de la mise en scène.

Allan Kardec est décédé le 31 mars 1869 à Paris de rupture d’anévrisme.

Sa sépulture est l’une des plus visitées et la plus fleurie du cimetière du Père-Lachaise : 44eme division (1ere ligne).

Sur le fronton du tombeau on peut lire : "Naître, mourir, renaître encore, et progresser toujours, telle est la loi".

De nos jours, Allan Kardec est l'un des auteurs sociologiques français les plus lus au Brésil avec plus de 30 millions d'ouvrages vendus. Plus de 6 millions de Brésiliens se déclarent spirites et mettent en application la doctrine de Kardec dans des milliers de centres spirites.

Les principales villes brésiliennes ont toutes une rue Allan Kardec.


Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Houdini

http://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Allan_Kardec


Le tombeau d'Allan Kardek

10/01/2011

Jérôme Bosch peignait vraisemblablement sous l'effet d’une plante hallucinogène : le Datura


Jardin des Délices de Jérôme Bosch

Jérôme Bosch

Jérôme Bosch


Hieronymus van Aken dit Jérôme Bosch – (v. 1453 – v. 1516), est un peintre néerlandais
Son style est caractérisé par des personnages caricaturaux issus des bestiaires du Moyen Âge, mis en scène dans des diableries. Jérôme Bosch est l'inventeur d'un style repris ensuite par plusieurs artistes, dont Bruegel l'Ancien. Il est reconnu par les surréalistes du XXe siècle comme le "maître" de leur art pendant très longtemps.
Source Wikipédia
 

Datura

Datura

Datura est un genre de plantes de la famille des Solanacées, dont le centre de diversité se trouve au Mexique et dans le sud-ouest des États-Unis . Plusieurs espèces sont cultivées et se sont naturalisées dans les régions tempérées et tropicales du monde.
Ce sont des plantes riches en alcaloïdes (hyoscyamine, scopolamine, atropine) dans tous leurs organes ; elles sont toxiques.
Les propriétés psychotropes de ce genre botanique sont connues depuis longtemps. Ses alcaloïdes présentent des analogies avec les hallucinogènes, mais s’en différencient par une action spécifique. Ils agissent par blocage de l’effet d’un médiateur chimique (l’acétylcholine) du système nerveux parasympathique. Ce sont des anticholinergiques appartenant au groupe des esters glycoliques. Ces produits ont été distingués des hallucinogènes. Tels que Smythies les a définis en 1959, ils constituent un sous-groupe des psychodysleptiques. Ils sont aussi classés dans la famille des hallucinogènes délirants.
Dérivés de l’atropine, scopolamine et hyosciamine induisent un état de conscience comparable au delirium tremens (syndrome anticholinergique ou atropinique), qui leur doit d’avoir été différenciés des autres produits hallucinogènes. Ils provoquent un état confusionnel assimilé à une phase de début de psychose aigüe où surviennent des hallucinations véritables (absence de stimulus objectif). Le sujet ne peut alors distinguer son environnement extérieur de son monde intérieur. Les hallucinations ainsi induites sont d’une réalité surprenante. Le sujet ne les rattache pas à la prise de drogue et n’a aucune distance par rapport à celles-ci. Il n’a pas les moyens de les différencier de son environnement habituel.
La plante a été utilisée par de nombreuses sociétés traditionnelles (notamment les Aztèques) sur tous les continents pour ses propriétés psychotropes et hallucinogènes.
Sa grande toxicité la rend potentiellement dangereuse même pour un usage chamanique. L'ingestion de toute partie de la plante entraîne un délire hallucinatoire qui peut mener au décès en cas de surdose.


Source Wikipédia

 

Les effets du Datura


Commentaire de la vidéo par la jeune patiente :

"Il faut savoir qu'une poignée de graine de datura est considérée comme dose mortelle, ce jour la j'en avais pris deux ... 18h de perche a l'hopital ..
Suicide raté, la vie m'a ratrapé au vol. Sur la video inutil de vous dire que je n'etais pas du tout consciente, je ne m'en rappelle pas, ya qu'a regarder mes pupilles."

Musique de "Requiem for a dream".



Au lieu de Datura, Jérôme Bosch peindrait, maintenant, sous l’emprise du TRIHEXYPNIDYLE (Artane®).

 


TRIHEXYPHENIDYLE (Artane®)


Les effets de l'Artane®

Le trihexiphénidyle, principe actif de l'Artane®, est un anticholinergique d'origine atropinique. L'abus - certains prennent jusqu'à 20 comprimés par jour - provoque des hallucinations terriblement réalistes, proches des visions induites par la Datura. "Montrez un tableau de Jérôme Bosch à un usager d'Artane®, il vous répondra : " Celui-là a pris de l'Artane® pour peindre ça ! ". Le sujet subit des hallucinations d'un réalisme extraordinaire ainsi que différents troubles de la perception. Sa conscience est profondément altérée (état confuso-onirique). Il peut être persuadé qu'il assiste à différents événements, voit des choses, dialogue avec des personnes imaginaires comme si elles étaient réelles et reste convaincu d'en obtenir des réponses.
Divers éléments comme l'état physique et psychique peuvent influer sur le contenu hallucinatoire. Des sujets déprimés, malades ou psychologiquement fragiles, peuvent faire de très mauvais " voyages ". Visions dantesques et cauchemardesques en ont ébranlé quelques-uns, lesquels ne reprendront plus jamais d'Artane®. Chez d'autres, l'abus d'Artane® engendre un réel comportement addictif.

Source : www.pistes.fr/


Ils constituent un sous-groupe des psychodysleptiques. Ils sont aussi classés dans la famille des hallucinogènes délirants.
Dérivés de l’atropine, scopolamine et hyosciamine induisent un état de conscience comparable au delirium tremens (syndrome anticholinergique ou atropinique), qui leur doit d’avoir été différenciés des autres produits hallucinogènes. Ils provoquent un état confusionnel assimilé à une phase de début de psychose aigüe où surviennent des hallucinations véritables (absence de stimulus objectif). Le sujet ne peut alors distinguer son environnement extérieur de son monde intérieur. Les hallucinations ainsi induites sont d’une réalité surprenante. Le sujet ne les rattache pas à la prise de drogue et n’a aucune distance par rapport à celles-ci. Il n’a pas les moyens de les différencier de son environnement habituel.
La plante a été utilisée par de nombreuses sociétés traditionnelles (notamment les Aztèques) sur tous les continents pour ses propriétés psychotropes et hallucinogènes.
Sa grande toxicité la rend potentiellement dangereuse même pour un usage chamanique. L'ingestion de toute partie de la plante entraîne un délire hallucinatoire qui peut mener au décès en cas de surdose.
Source Wikipédia

29/12/2010

La vraie cause de la mort par suicide de Bernard Loiseau : Un Trouble Bipolaire

 

 

Bernard et Dominique Loiseau



Le 24 février 2003, Bernard Loiseau mettait fin à ses jours. C'est sa femme, Dominique Loiseau, qui l'a découvert. "Le soir même, nous avons assuré le service. Il fallait rassurer les équipes, les clients et les médias. J'ai trouvé en moi des ressources que je n'imaginais pas. La foi m'a aidé à surmonter ce drame." Dominique Loiseau a reçu des milliers de lettres de soutien... Mais la plupart des amis "proches" ont déserté la maison. Une exception, cependant. Pendant deux ans, Rémy Robinet-Duffo, le président du Medef Paris, est venu chaque week-end à Saulieu épauler cette femme courageuse, mais seule. Des rumeurs ont circulé selon lesquelles le suicide de Bernard Loiseau était lié à la perte de sa troisième étoile et à des difficultés financières. "En fait, mon mari était bipolaire et il est mort d'un burn-out. Il travaillait sept jours sur sept, ne prenait pas de vacances, n'avait pas le temps de s'occuper de ses enfants, n'avait aucun hobby."

Source : www.lentreprise.com/

 

Cette vidéo résume bien les faits.

 

 

Wikipédia n'est pas bon sur cette information :

"suite à une rétrogradation de 19/20 à 17/20 dans le guide Gault-Millau et à des critiques peu élogieuses et humiliantes de la part du critique Francois Simon en 2003. Devant la sévérité de ce guide qui lui reproche de s'endormir sur ses lauriers, il se suicide sans laisser d'explication le 24 février 2003, à l'âge de 52 ans, dans sa maison de Saulieu, laissant un grand étonnement et un certain mystère sur les causes de son départ anticipé."

 

03/10/2010

Le vieil homme et la mer ou la vie d'Ernest Hemigway expliquée par son trouble bipolaire

Ernest Hemingway (Ernest Miller Hemingway) est né le 21 juillet 1899, il est mort par suicide le 2 juillet 1961 car il était atteint d'un trouble bipolaire.

Hemingway a reçu le prix Pulitzer en 1953 et le prix Nobel de littérature en 1954. C'est le vieil homme et la mer qui lui a valut le prix Nobel.

Toute sa vie, Hemmigway, lutta contre sa maladie, un trouble bipolaire ; ce qui explique sa relation excessive avec l'alcool et son décès par suicide.

Une citation  du vieil homme et la mer illustre bien la vie d'Hemingway : « Un homme, ça peut-être détruit, mais pas vaincu. »

Une théorie validée montre que la bipolarité est beaucoup plus répandue chez les créatifs (écrivains et musiciens surtout) que dans la population générale (le génie et la folie).

Hemingway s'est vraisemblablement suicidé à cause de son trouble bipolaire (son père était vraissemblablement bipolaire aussi) ce qui explique ses excès d'alcool eux même responsable de sa surcharge pondérale qui lui occasionnat un diabète type II ce qui eu pour conséquence une impuissance qui fut, peut-être, la goutte d'eau qui fit déborder le vase (autopsie psychologique).

Hemingway a habité à Key West, en Floride et à Cuba pendant les années 1930 et 1940 mais, en 1959, il quitta Cuba pour Ketchum, dans l'Idaho, où il se suicida, d'un coup de fusil dans son châlet, au cours de l'été 1961.

C'est à Cuba qu'Hemingway popularisa un cocktail, le Mojito, car il en était grand amateur et consommateur, toujours du fait de sa bipolarité.


Le vieil homme et la mer
envoyé par shamrock. - Court métrage, documentaire et bande annonce.

 

P.S. : Heureusement, le traitement a bien évolué depuis l'époque d'Ernest Hemingway, qui, lui, a bénéficié d'électrochocs (Lithium, anticonvulsivants antipsychotiques de deuxième génération normothymiques, sans oublier les antidépresseurs sérotoninergiques, ainsi que l'utilisation de bithérapie voire trithérapie normothymique).

A lire : www.republique-des-lettres.fr/

Liste de personnalitées bipolaires : 

http://fr-fr.facebook.com/,

http://bipoles31.free.fr

http://unmetiercasappend.hautetfort.com/

13/08/2010

Maryline Monroe : Radio des poumons de face

Source : nouvelobs.com



Un dernier "postage" avant de partir.

07/08/2010

A propos de la mort de Jim Morrison



En réponse au commentaire de kinia, à propos de Jim Morrison.

La personnalité de Jim Morrison me fascine, faire tout si jeune mourir si jeune, être plus doué pour la poésie que pour le rock, être si brillant, vouloir manipuler les foules et tomber dans l'alcool et la drogue.

En fait, la mort de Morrison n'est peut être pas si mystérieuse que cela alcool et drogue au delà de la limite, mais pourquoi en arriver là ? Se rendre compte que l'on est reconnu pour un art, somme toute mineur, la chanson, et pas reconnu dans un domaine ou on est bien meilleur, un art noble : la poésie ?

Ce qui me fascine chez Morrison, c'est son niveau d'études supérieures ; je ne crois pas que, par exemple, que les Beatles aient eu le même bagage.

Jim Morrison est mort le 3 juillet 1971 à Paris, soit bientôt près de quarante ans.

Qui, de nos jours, se souviens de Jim Morrison ?

 

05/05/2010

Gaëtan Gatian de Clérambault

http://www.intexte.net/docenligne/catalogue_clerambault_z...

 


Gaëtan Gatian de Clérambault était un psychiatre ethnologue et photographe français né en 1873 décédé en 1934.

En 1920, il devient médecin chef de l'infirmerie spéciale de la Préfecture de police de Paris (les Urgences Psychiatriques appelées de nos jours Service d'Accueil d'Urgence (SAU)).

Durant sa carrière, grâces aux observations du service porte psychiatrique, il décrit l’érotomanie (ou Syndrome de Clérambault) ainsi que l’automatisme mental.

Un aspect surprenant est qu’il s’intéressait aux drapés, il enseignait le drapé à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

Il était aussi photographe et est aussi connu pour des photos qu'il avait prises au Maroc entre les années 1917 et 1920, certaines se trouvent au Musée de l'Homme.

L’aspect le plus surprenant du personnage est la description qu’il fait de ses deux opérations de la cataracte par le Professeur Barraquer*, opérations qui le rendront aveugle**.

Suite à sa cécité, il se suicidera par arme à feu devant un miroir entouré des mannequins en cire qui lui servait pour ses études de drapé.

De nos jours, le drapé revient à la mode d’une autre façon, qu’en aurait pensé Gaëtan Gatian de Clérambault.

 

*Chirurgie de la catracte par le Pr Barraquer vers 1915 : http://www.snof.org/histoire/barraquer.html

**SOUVENIRS D’UN MÉDECIN OPÉRÉ DE LA CATARACTE Publication posthume 1935 : http://www.psychanalyse-paris.com/857-Souvenirs-d-un-mede...

 

 

Gaëtan Gatian de Clérambault

http://www.psicomundo.org/otros/clerambault.htm

02/12/2009

Les maladies de Toulouse Lautrec

La Goulue dansant le Frech Cancan peinte par Toulouse Lautrec

 

Ses parents étant cousins germains, ceci pour préserver les bien de la famille et empécher la division du capital, il était atteint d'une maladie génétique, la Pycnodysostose, qui se traduit par une fragilité osseuse. Il se fit donc une fracture des deux fémurs, ce qui eut pour conséquence un arrêt de croissance au niveau des jambes.

Qui plus est, il bavait et zézéyait.

En dépit de cela, il eut comme maîtresse Suzanne Valadon (mère de Maurice Utrillo) et peintre elle même, à qui il donnait des cours de peinture.

Il pégnit les cabarets monmartrois dont le Moulin Rouge et ses artiste dont la célèbre dansseuse "La Goulue", à qui l'on doit le French Cancan.

Il pégnit, aussi, les maisons closes où, tout naturellement, il contracta la Syphillis.

Alcoolique durant toute sa vie adulte, il entra dans un sanatorium où il mourrut des complications de son Alcoolisme et de la Syphillis.

Henri de Toulouse Lautrec fut gâté par les maladies, Pycnodysostose, Fractures de jambes, Alccolisme, Syphillis, ce qui ne l'empécha pas d'avoir une vie bien remplie.