Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2014

Cassoulet Fast Cooking




Dans le Fast Cooking, deux choses sont essentielles :

 - Le choix des ingrédients, il faut une très bonne qualité des produits, à la limite plus développée que dans la Cuisine Traditionnelle.
 - Une modalité de cuisson bien adaptée aux produits.

Cela s'adapte particulièrement à cette recette de cassoulet.


Ingrédients :
Une boite de Cassoulet "La Belle Chaurienne"

Préparation :
Ouvrir la boite

Cuisson :
Dans un petit plat en pyrex, étalez la boite. Mettez le tout au four dans sa partie haute. Laisser dorer 20 minutes.

Le fin du fin, badigeonner le cassoulet, avant de l'enfourner, avec un pinceau trempé dans l'huile d'olive puis saupoudrer de chapelure.

Dégustez, c'est exquis.

Vous allez me dire 20 minutes de cuisson ! C'est ça le Fast Cooking!

Il suffit de s'organiser, et faire une autre tâche pendant que cela cuit tout seul.


Site de la Belle Chaurienne : www.la-belle-chaurienne.com/


03/01/2014

Poulet Basquaise Fast Cooking

 Crédit Photo  : http://lauracuisine.free.fr/

 

Le Fast Cooking, ou Cuisine Express, s'oppose à la Cuisine Traditionnelle qui est longue, trop longue et pas du tout adaptée à la société dans laquelle nous vivons (travail des femmes en particulier, toute misogynie mise à part).

Le Fast Cooking, consiste à réaliser des plats aussi bons que ceux de la Cuisine Traditionnelle, en un temps raccourcis, grâce à un emploi ingénieux des technologies modernes  boites de conserves, auto cuiseurs, surgelés, congélateurs et micro onde.

Ingrédients pour quatre personnes :
 - Quatre cuisses de poulet
 - Deux bocaux de très bonne pipérade basque, la qualité du produit est primordiale (en général les conserves en bocaux sont meilleures que les conserves en fer).
 - Deux gousses d'ail
 - Deux à trois brins de persil (facultatif)
 - Un bouquet garni (thym, laurier)

Préparation (5 mn) :
Faites dorer, dans une cocotte minute, les cuisses de poulet. Salez poivrez et rajoutez du piment d'Espelette (facultatif), réservez.

Versez la piperade dans la cocotte, écrasez l'ail, rajoutez le bouquet garni. Disposez les cuisses de poulet sur l'appareil.

Cuisson (15 mn) :
Laisser cuire quinze minutes à la cocotte minute (auto cuiseur).

Temps total de préparation : vingt minutes.

Boisson d'accompagnement :
Un Irouléguy.

26/12/2013

"Cuisine Express" ou "Fast Cooking"

Crédit Photo : http://mymp.over-blog.com/


De plus en plus les femmes travaillent, ce qui est un bienfait, car modifiant et améliorant ainsi sensiblement le travail des homme avec l'arrivée de ce sang neuf. Si l'on veut, encore cuisiner (les nouveaux pères s'y mettent), il faut une "Cuisine Express".
C'est que j'appelle le "New Cooking" ou plutôt "Fast Cooking".
Il ne faut pas confondre la "Cuisine Express" avec le Fooding, terme à la mode.
Ce sont des recette facile à faire, très rapide à exécuter et, de préférences pas chères.
Ce sont des recettes , à base de produit congelé et de boite de conserve.

Ce concept peut surprendre, mais ces recettes se doivent d'être excellentes et n'avoir rien à envier, gustativement parlant, à la "Cuisine Traditionnelle".

Ces recettes se doivent, je le répète, de répondre au cahier des charges de la rapidité d'exécution.

Merci le progrès (boite de conserve, congélation et micro ondes) donné à l'Homme, par des chercheurs ingénieux. Ce qui permet à celui-ci de s'adapter à la vie moderne.

 

Référence :

Pressure Cooking : http://en.wikipedia.org/wiki/Pressure_cooking



Trois recettes illustrant la Cuisine Express ou Fast Cooking tirées de mon Blog :

Soupe de légumes Express façon Docteur Sangsue

Omelette campagnarde express Fast Cooking façon Docteur sangsue

Blancs de calamars (supions) à la tomate ; recette express façon Docteur Sangsue

Soupe de légumes Express façon Docteur Sangsue

Crédit Photo : http://legumesetchocolat.net/


Pour respecter l'esprit "Cuisine Express" une recette de soupe... Express.

Ingrédients :
 - des légumes congelés spécial pot au feu
 - des cubes de bouillon de poule
 - poivre moulu
 - 3 ou 4 grains de poivre

Préparation :
Mettre le tout dans une cocotte minute avec de l'eau (1 litre pour 4 personnes).

Faire cuire 20 minutes.

Vous pouvez servir cette soupe comme cela ou bien écraser les légumes ou, encore, en la mixant. Une autre possibilité, saupoudrer, sur cette soupe, du gruyère rapé.

Cette excellente recette de soupe (très intéressante, aussi, quand on a l'estomac lourd) ne vous aura pris que 25 minutes montre en main.

Omelette campagnarde express Fast Cooking façon Docteur sangsue

Crédit Photo : http://pat91620.blogspot.fr/


Le but du jeu, réaliser une cuisine de très bonne qualité, rapidement, en utilisant des produits tout préparés (boites de conserve et produits surgelé) s'adaptant à la vie moderne. C'est la cuisine express ou, ce que j'appelle le concept de Fast Cooking.

Prendre des allumettes de ventrèche fumée toutes préparées au rayon frais (ou non, selon les goûts), les faire revenir. Réserver.

Dans le gras rendu, faites revenir des oignons surgelés, faites les bien dorer, si besoin est rajouter un peu d'huile d'olive. Réserver.

Faites dorer des petits cubes de pommes de terre surgelés.

Pour dorer les ingrédients, attention à l'intensité du feu, à moduler.

Réunir toute la préparation dans la poêle.

Verser les œufs battus, salés et poivrés, sur l'appareil, remuer un peu, puis laisser prendre l'omelette. Personnellement, je l'aime bien baveuse.

Servez cette omelette campagnarde avec une salade toute préparée en poche et assaisonnez avec une vinaigrette toute faite à l'huile d'olive et au vinaigre balsamique.

La salade, de part l'acidité de l'assaisonnement va remarquablement bien avec l'omelette.

On peut déguster cette omelette plutôt avec un vin blanc sec, vu l'acidité de la salade, mais je ne suis pas sectaire.

14/12/2013

Blancs de calamars (supions) à la tomate ; recette express façon Docteur Sangsue

Crédit Photo : http://cuisine.journaldesfemmes.com/



De plus en plus les femmes travaillent, ce qui est un bienfait, car modifiant et améliorant ainsi sensiblement le travail des homme avec l'arrivée de ce sang neuf. Si l'on veut, encore cuisiner (les nouveaux pères s'y mettent), il faut une "cuisine express".

C'est que j'appelle le "New Cooking" ou plutôt "Flash Cooking".

Il ne faut pas confondre la "Cuisine Express" avec le Fooding.

Voici une recette facile à faire, très rapide à exécuter et pas chère du tout.

Cette recette, à base de produit congelé et de boite de conserve, peut surprendre mais elle est excellente. Elle a surtout l'avantage d'être très rapide à réaliser, elle ne prend qu'un quart d'heure, montre en main.

Merci le progrès (boite de conserve, congélation et micro ondes) donné à l'Homme par des chercheurs ingénieux. Ce qui permet à celui-ci de s'adapter à la vie moderne.

Ingrédients :
 - 1 poignée d'oignons congelés
 - 400 g de blanc de seiches (supions) surgelés
 - 1 boite de 400 g de jus de tomate
 - du piment d'Espelette (si vous n'en trouvez pas, ce n'est pas grave, passez)
 - une gousse d'ail
 - 2 ou trois brins de persil
 - 4 poignées de riz Basmati

Préparation :
Dans une petite cocote minute, faites revenir les oignons. Quand ils sont dorés, réservez les.

Mettre les blancs de supions dans la cocotte et faites sortir le jus (dégorger) cela prend environ cinq minutes. Quand ils sont séparés entièrement et ne sont plus durs, jetez le jus.

Ecrasez l'ail avec le plat d'un couteau et le poignet pour faire ressortir les sucs.

Mettez toute la préparation dans la cocotte minute.

Temps de cuisson :
9 minutes.

Accompagnement :
4 poignées de riz basmati à verser dans l'eau bouillante et faites le cuire 10 minutes.

Boisson :

Ce plat peut se déguster agréablement avec un vinho verde blanc sec, un vin portugais ; le blanc étant légèrement pétillant.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne dégustation.

Je dois un grand remerciement à ma mie, qui m'a révélée cette recette.

 

P.S. : les calamars, outre le terme de supion, peuvent être encore appelées seiches, encornets ou casseron.

P.P.S. : Je m’aperçoit mine de rien que j'ai donné pas mal de recettes de cuisines dans mon blog, si le cœur vous en dit vous pouvez les voir ici :

http://unmetiercasappend.hautetfort.com/archives/category/gastronomie/index-0.html

22/08/2013

Les soupes médicamenteuses

Pot au feu (le summum de la "soupe" pour moi).
Crédit Photo : http://www.lacuisinedefabrice.fr/


 

Vous connaissez mes penchants pour l'art culinaire.

Il est donc tout à fait naturel que je me damnerai pour un bol de soupe.

Mais... pas pour un bol de soupe médicamenteuse !

Mais quel est le danger de ces soupes là ?

Car dans le mariage harmonieux des soupes, on a, parfois, tendance a oublier les composants dans les soupes. Si par malheur on rajoute un constituant dont on a malheureusement oublié déjà la présence, cela ne présage rien de bon, cela sent même le début de la catastrophe.

En 1970 a été mis sur le marché, pour la première fois, concernant le nom commercial de cette médication, sorte de mini Thériaque (Le Thériaque est une médication antipoison contenant une soixantaine de constituants).

Cette sorte de mini Thériaque moderne n'est composée, fort modestement, que de six principes actifs, d'où le nom commercial, fort commercialement bien trouvé, d'HEXAPNEUMINE*.

Comme quoi lhistoire est un éternel recommencement.

Il serait, d'ailleurs, intéressant, de nos jours, d'écrire le nom générique de l'HEHAPNEUMINE*, celui-ci serait à rallonge, six noms chimiques de molécules, la cata pour le Médecin et pour le Pharmacien !

La mode des soupes des années 70 s'est depuis bien calmée. Même l'HEXAPNEUMINE, si elle a toujours gardée son nom, a perdue trois constituants (OUF !).

La mode, sagement, est devenue à un principe actif par forme galénique (comprimé, gélule, gouttes...). Quand il était nécessaire d'associer plusieurs médicaments, on avait plusieurs comprimés où gélules.

Puis revinrent, insidieusement, deux principes actifs dans la même forme galénique.

Très récemment, en cardiologie, dans le traitement de l'Hypertension Artérielle, je l'attendais avec impatience, enfin revins trois principes actifs dans le même comprimé (enfin l'HEXAPMEUMINE* New était rattrapée !).

Les gags ne se firent pas attendre.

Dans ces "associations fixes", il y avait un diurétique que certains médecins avaient une fâcheuse tendance à oublier. Tout naturellement, si la tension était un peu limite, ils en rajoutaient un, et la tension de chuter, grâce à la double thérapeutique involontaire...

Mais pourquoi les Médecins aiment-t-ils autant les soupes ?

Il faut bien dire que les Laboratoires Pharmaceutiques ont un certain savoir faire dans le domaine du marketing (les Laboratoires Pharmaceutiques sont loin d'être des philanthropes), et que...

Un certain nombre de Médecins manquent, parfois passablement, d'esprit critique. Il est vrai que nulle part pendant les études médicales, tout au moins de mon temps, moi vieux fossile de la Médecine, nul n'est fait pour développer cet "instinct critique", et puis certains confrères sont quelque peu naïfs.

 

Oui, il faut savoir Jetter, à de rares exceptions près, les soupes médicamenteuses !

19/08/2013

L e barbecue

Crédit Photo : http://www.boite-a-fete.com/feu-de-camp.html

 

Mon brave barbecue ayant rendu l'âme après "quelques années de bons et loyaux services", il fallut bien procéder, avec regret, à son changement. Il n'avait jamais démérité et nous avais servi sans faille jusqu'à sa fin.

J'appréhendais un peu son remplacement, mon pressentiment, hélas, n'étais pas, infondé.

Dans une jardinerie, grave erreur, je tombais en arrêt devant un barbecue bien sur ses pattes (non bancal) avec la particularité, ô suprême délicatesse, d'être doté d'un réceptacle pour ôter les cendres et de trous modulables pour faire appel d'air.

Le pied quoi !

Marché conclu.

Sitôt dis sitôt fait, enfin... après quatre heures de constructions avec deux schémas sommaires.

Vint enfin le temps d'essayer la machine.

Une belle côte de bœuf.

Horreur, du début à la fin de la cuisson, le feu est trop vif, le gras qui tombe sur les braises, flamme. Je suis obligé, par intermittence, de retirer la côte du barbecue, c'est très barbant, voire ch...

Très mauvaise idée (une idée à la c...) que de percer le fond en fonte du barbecue pour foutre ce foutu réceptacle à centre et cette aération à la mord moi le nœud.

C'est à se demander si ceux qui ont conçus ce machin l'ont essayé avec de la viande grasse type saucisses, merguez, magret de canard !

La réponse : NON ! Quelle époque !

Oui, je le reconnais avec amertume, sur cet achat, je me suis planté !

14/08/2013

Huile aromatisée pour grillade au barbecue




Ingrédients :

 - 6 gousses d’ail
 - Quelques gouttes de Tabasco*
 - 2 à 3 tours de sel de Guérande au moulin
 - 4 à 6 tours de poivre au moulin réglé gros
 - Huile d’olive

Préparation :

Presser l’ail avec un presse ail, faute de mieux, on peut les écraser, c’est très efficace avec une fourchette, (c’est « un peu plus » fatiguant tout simplement).

Moulinez 2 tours de gros sel de Guérande
Moulinez 4 tours de poivre
Déposez quelques gouttes de Tabasco*
Versez l’huile d’olive jusqu’à dépasser le niveau de l’ail de 2 cm.

Bien touiller*.

Laisser infuser 1 jour, puis faites-vous plaisir.

Utilisation :

Avec un pinceau, (cette méthode est nettement plus efficace que les pulvérisateurs en vogues actuellement)**, badigeonnez, copieusement, au pinceau, avec l'huile aromatisée, les pièces à griller.

Bon appétit



P.S. : Cette huile aromatique est remarquable avec le poulet, le porc, les poissons.

*http://www.cnrtl.fr/definition/touiller

 

**Comme quoi, les choses les plus simples sont encore les meilleures.

03/08/2013

VACANCES



Après une année bien fatigante, il faut bien reconnaître que les conditions d'execice du métier de Médecin Généraliste se dégradent de plus en plus, d'années en années, de mois en mois, de jours en jours en jours, lentement mais sûrement. Après les turpitudes administrati-voinformativo-médicales (enfin uun peu de médecine !), votre serviteur, mérite, ou ne mérite pas selon certains patient ("toujours en vacances ces Médecins !"), votre serviteur mérite bien un peu de repos.

Oui, votre serviteur part en villégiature jusqu'au 18 août.

Je ne posterai pas. Sauf si l'inspiration vient avec les "nombreuses" aventures palpitantes que je vivrai (y compris culinaires), et si dieu le veut, je dispose d'une connexion Internet.

Portez vous bien.

Et à la rentrée des classes.

30/07/2013

Cocktail : vin rosé et sirop de pamplemousse rose


Ingrédients :

 - Vin rosé de qualité moyenne, plutôt du qualité trés moyenne, mais pas mauvais non plus, disons dans les 2 à 4 €.
 

 - Sirop de pamplemousse rose. Je préfère personnellement la marque Tesseire*.

Mettez, bien évidemment le rosé au frais bien avant de servir l'apéro.

Dans un beau verre allongé ou un beau, grand verre à vin comme l'on fait maintenant. Dans un grand récipient, versez le sirop de pamplemousse rose puis le rosé bien frais goutez et rectifiez, si besoin est, avec le sirop de pamplemousse. Attention il faut que se soit légèrement sucré, mais pas trop, sinon cela tue le gout du rosé.

Bonne dégustation.

Avec modération.

09/07/2013

Pour s'amuser, un brin de culture ne nuit pas

Professeur Louis-Camille Maillard


GROUIKKK !

Une visiteuse médicale me présente le tout nouvel anticoagulant, le XARELTO*, qui n'a pas l'inconvénient de faire une surveillance du contrôle du taux d'anticoagulation par prise de sang (PREVISCAN*), celui-ci fluctuant tout le temps. LE médicament le plus dangereux de tous (celui utilisé dans la mort au rats).

Ce médicament à l'indication dans la phlébite et la FA (un trouble du rythme cardiaque qui peut provoquer des caillots qui peuvent remonter au cerveau). Mais pas dans le remplacements des valves cardiaques métalliques.

Je lui raconte qu'un de mes patients qui avait une FA et un remplacement valvulaire aortique et précisait que son cardiologue lui avait remplacé le PREVISCAN* par la médication qu'elle présente, je vois son œil interloqué, voire inquiet, je lui précise alors que sa valve aortique n'est pas une valve métallique, mais une valve de cochon, je rajoutais d'ailleurs que, toutes les nuit, depuis son opération, il se réveillait en poussant des GROUIKKK retentissants, d'où sa réputation de gros cochon. Regard éffaré de la visiteuse. En effet suite aux travaux, à la fin des années 60, d'Alain Carpentier, un chirurgien cardiaque français, furent découvertes les bioprothèses valvulaires issues du porc.

La visiteuse manquait un peu de culture, elle ne savait pas que cela existait, et, en plus manquait totallement d'humour.

Ce qui est admirable c'est que cette courte histoire confirme bien l'expression "tout est bon dans le cochon", même ses valves !

 

pauvre mignonne petite bête

 
                                    GROUIKKK !

La réaction de Maillard :

Un médecin conseil de Dame Sécu vint me porter la bonne parole.

Plus sérieusement, il vint me montrer mes résultats en tant que prescripteur. Il aborda tout naturellement le sujet épineux du Diabète et, bien sûr, sa surveillance par la bonne vieille Hémoglobine Glyquée HbA1C) , pas moins d'un dosage tous les trois mois.

Vous savez que la cuisine est une de mes passion, eh bien, justement, cela m'a permis de m'amuser un peu.

Un chimiste, Louis-Camille Maillard, découvre un peu par hasard, dans les années 10, la réaction (elle se passe à température élevée) réaction qui porte son nom. Il publie cette découverte en 1911 : "L'action des sucres sur les acides aminés".

Pour faire simple :

 - Cette réaction est très connue des cuisiniers professionnels et des amateurs confirmés, très schématiquement sous l'action d'une température élevée, il y a une sorte de caramélisation des protéines qui donne ce si bon goût à la viande grillée au four ou au barbecue.

 - Je suis d'esprit curieux. Un jour de spleen, je regardais, lors d'un surf sans motivation, une idée culinaire me traversa la tête et je me fixais sur : réaction de Maillard. Quelle ne fut pas ma stupéfaction de voir que le marqueur sur trois mois de la Glycémie (taux de sucre dans le sang), la fameuse Hémoglobine Glyquée (HbA1C), devait son existence aux travaux de Maillard. Le dosage tous les trois mois étant dû à la durée de vie des globules rouges dans le sang (3 mois).

Et moi de demander à mon médecin conseil : "Savez-vous qui est à l'origine de la découverte de l'Hémoglobine Glyquée ?" Silence sépulcral, je pense qu'il n'a même pas compris que je me moquais un peu de lui.

Le Médecin Conseil manquait un peut de culture, et en plus ce ne devait pas être un bon vivant, il ne connaissait pas l'existence de ce pauvre Maillard.


Il faut, parfois, sortir de la médecine et rêver comme on savait le faire quand on était enfant.

Je dois avoir encore avoirune part enfantine dans un recoin perdu de moncerveau tordu.

Cela me permet, parfois, de m'amuser dans ce monde de brute.



Gigôt d'agneau

 

P.S. : Je sais, vous allez me dire, la "vraie" culture c'est la littérature, la musique, la peinture, l'histoire, la Philisophie ;quand à la science...

 

Disons que je parle, ici, de curiosité. Mes propos me rappellent l'histoire de la création d'SOS Médecins à un Urgentiste qui, tout naturellent ne la connaissait pas. Curiosité, vous dis-je, curiosité.

Surtout de nos jours avec ce Wikipédia si décrié, mais qui rend bien service.

 

Texte remanié version 1.1

09/06/2013

Sauce Verte façon Docteur Sangsue

Persil Plat (Le Meilleur)


Ma recette se différencie nettement des autres recettes de sauce verte, c'est ce qui fait toute son originalité. En fait, on pourrait dire que ce n'est pas une sauce verte, ce qui n'enlève rien à sa qualité gustative. Cette sauce est, en outre, succulente.

Ingrédients :

Vinaigre de vin

Vinaigre balsamique

Huile d'olive

Échalotes
Persil plat
Sel
Poivre

Préparation :

Dans un bol, versez six cuillerées à soupe de vinaigre de vin, six cuillerées à soupe de vinaigre balsamique saler poivrer, goûter pour ajuster le sel. Ajoutez six cuillères à soupes d'huiles d'olive mélangez. Versez trois belles échalotes hachées dans la préparation. Laissez reposer de façon à ce que la sauce  prenne le goût des échalotes. Au dernier moment, ciselez le persil dans la l'appareil, remuez et servez.

Dégustation :

Essentiellement avec des poissons chauds ou froids.

Ma préférence va vers un merluchon tout chaud sorti de son court bouillon et accompagné d'un bon blanc : château Thieuley.

 

Bon appétit.

 




Château Thieuley blanc - 70% merlot, 30% cabernet-sauvignon -
Marie et Sylvie Courselle

Source : http://www.chateauloisel.com/degustation/bx-bordeaux.htm

08/06/2013

Friture d'Eperlans





Nous abordons, aujourd'hui, ce que l'on appelle un plat de "Guiguette". Les Gunguettes de nos jours n'ont rien à voir avec les Guinguettes d'antan (adieu les bals sauf dans quelque lieux). Maintenant, les "vraies Guinguette" sont des restaurants un peu sommaires en bord de fleuve servant des mets simples mais goûteux, tels que, en entrée, bigorneaux, bulots, crevette grises crevettes roses. En plat, anguilles, escargots. Le tout arrosé de vin blanc bien frais au pichet. Bien sur, pur les gens qui n'aime pas le poisson, ils peuvent se rattraper sur la viande et le vin rouge.


Ingrédients :

Eperlans (on s'en serait  douté)
Farine
Huile pour friture marque Frial* (sans huile de palme)
Sopalin*
Sel au moulin
Poivre au moulin


Cuisson :

Dans une assiette creuse verser une bonne dose de farine.

Fariner les éperlans tels quels sans les vider (tout est bon dans l'éperlan).

Réserver dans une autre assiette.

Une fois les éperlans farinés, dans une poêle, faire monter en température l'huile de friture, tester la température de friture en faisant tomber une goutte d'eau froide sur huile si cela crépite, c'est que l'huile est à la bonne température de friture (180°). Déposer, alors les éperlans. Il est capital de déposer les éperlans a 180° pour que la réaction de Maillard se réalise correctement.

Quand ceux-ci sont bien dorés, les retirer et les mettre dans un plat recouvert de trois couches de Sopalin* (pour absorber l'huile).

Saler copieusement (l'éperlan est un poisson fade, c'est le sel qui relève le goût), et poivrer avec parcimonie.

Certains les servent avec un filet de citron, chacun voit midi à sa porte. Perso j'aime bien déguster dans la majorité des cas les bons produits nature, mais ce peut-être une trés bonne idée pour changer.


Dégustation :

Bien que l'éperlan peut faire un repas à lui tout seul, sa principale utilisation, une utilisation Royale, est d'être servi en "amuse-gueule ", à l'apéritif. Alors, l'accompagnement peut être une boisson anisée, un perroquet voire carrément un Blanc Sec. Ce met de Roi, mérite d'être accompagné d'un bon vin blanc, pas forcément très cher, par exemple, un Châteaux Thieuley Blanc servi frais à 8° dans un rafraichisseur, par ces temps chauds. A consommer avec modération.

Bonne dégustation.

02/06/2013

Pieds de porcs pannés au four façon Docteur Sangsue

Le blog de Gilles Pudlowski : http://www.gillespudlowski.com/

 

Aujourd'hui, je vous propose un plat de brasserie, ce sont les plats les plus simples et les plus goûteux à la fois.

Ingrédients:

2 demi-pieds de porcs panés par personne
Des gousses d’ail
Du vinaigre de vin
Du vinaigre balsamique

Préparation :

Prenez un bol, versez à quantité égale vinaigre de vin et vinaigre balsamique, mélangez.
Pressez l’ail, avec le presse ail, sur les pieds. Personnellement, je ne pêle plus les gousses d’ail, je les presse tel quel, en gros faignant, et cela marche aussi bien, sinon mieux.

Arrosez la préparation avec le mélange des deux vinaigre en utilisant une petite cuillère. Arrosez copieusement, le panage ayant tendance à absorber le vinaigre.

Mettez au four sur une grille, en disposant au milieu du four.

Attention, surtout ne salez pas les pieds de porc ! Ils le sont déjà.

Cuisson :

20 minutes, four 200 °C

Sentez la bonne odeur qui se dégage du four, un mélange d’ail et de vinaigre, c’est divin et présage d'un met succulent.

Dégustation :

Avec une salade verte et...

Un bon vin blanc, plutôt bien sec (Bordeaux, Entre Deux Mer, Muscadet, Vin de Touraine…)

21/04/2013

Comment faire une sauce à l’italienne pour les raviolis à l'arrache




A midi, le samedi, c’est raviolis.

Catastrophe, plus de sauce bolognaise toute faite. Heureusement, il y a une boite de tomates au jus. Ni une ni deux, j’ouvre la boite, mets les tomates dans une casserole, je les écrase en les réchauffants, je rajoute du VIANDOX*, du thym, des fines herbes et du persil tout cela lyophilisé.

Je fais réduire, je suis sauvé, la petite famille s’est régalée.

Merci qui ?

Merci Docteur Sangsue.

31/03/2013

La petite histoire de la commune de Listrac Médoc

Source : http://www.caruso33.net/


En son temps, en août 2011, suite à certaines interventions acerbes d’un lecteur passager de mon blog, j’avais publié, une petite histoire, certes, succincte, mais étonnante, de cette petite commune viticole situé au cœur du Médoc Rouge (par différentiation avec le Médoc Vert et le Médoc Bleu).

Je me permets, deux ans après, de reprendre ce petit post, dont je suis particulièrement fier.


Au fin fond du Médoc se trouve un petit village du nom de Listrac Médoc.
Je me propose de vous conter brièvement l’étonnante histoire de ce petit village de LISTRAC en Médoc.

Au départ ce village s’appelait TRAC, jusqu'au jour ou Sa Majesté le Roi Louis XIV vint à Bordeaux, on lui construisit, spécialement pour lui, à cette occasion la place Royale qui est maintenant la Place de la Bourse. A cette occasion un Château en Médoc pris le nom de Château Beychevelle (Baisse voile) car il baissa une voile en l'honneur du Roi qui descendait la Garonne.

Le Roi Louis XIV décida de serrer quelques mains de Médocains profonds, on choisi, pour lui, TRAC en Médoc.

En récompense le village s'appela LYSTRAC MEDOC (LYS pour Lys et TRAC pour TRAC).

A la révolution française, le nom fut débaptisé pour être renommé Listac Médoc.

Un lieu dit de Listrac s’appelle le Fourcas (fourcas en patois veut dire en hauteur ce qui donne de bonnes croupes graveleuses pour le vin, car il y a une bonne exposition au soleil), de cette appellation Listrac sont nés les deux très bons châteaux Fourcas Dupré et Fourcas Hosten.

Sans oublier d’autres appellations de Listrac que le nombre m’empêche de citer toutes.

A boire avec modération, cela va s’en dire.

13/02/2013

Sodas, Hypertriglicéridémie et Pancréatite



Dans un pays lointain, une femme a eu de gros problèmes de santé* (elle en est morte), car elle buvait, depuis plusieurs années, un soda très sucrés (20 morceaux de sucre par litre).

Cela me rappelle une histoire de chasse, qui m'a été rapportée:

Il y a quelques années, une biologiste d'une Clinique bien connue à Grandville, a fait le tour de la clinique avec un tube a essai, en demandant au personnel spectateurs, ce que cela pouvait bien être.

Toutes les personnes répondaient immédiatement... du lait.

Eh bien non répondait-elle, c'est du sang !

mais avec.. plus de 10 g de Triglycérides !

A ce taux là on risque une pancréatite aigue**.

La couleur du sang n'était pas rouge mais blanche grâce à l'effet Tyndall***, dû a la dispersion de la lumière incidente sur les molécules de Triglycérides en excès.

Le patient était un maçon, qui travaillait en plein été (en plein cagnard comme on dit par chez nous). Naturellement, dans un cas comme cela, il faut s'hydrater. Pour s'hydrater, ce patient avait consommé, dans la journée,... cinq bouteilles d'un litre et demi de soda, soit sept litre et demi, un peu la quantité d'eau que boivent les coureurs du tour de France en une étape (minimum 10 litres).

L'excès en tout est un défaut (proverbe de Jean Hardouin, Sentences et proverbes - 1683).

 

*Référence 1 - http://www.20minutes.fr/societe/1099625-nouvelle-zelande-mort-femme-liee-a-consommation-excessive-coca-cola#xtor=EPR-159-[morning]-20130213-[article_societe]-756671463@3-

**Référence 2 - http://fr.wikipedia.org/wiki/Pancr%C3%A9atite_aigu%C3%AB

**Référence 2 - http://www.em-consulte.com/article/197149/hypertriglyceridemiec-le-risque-de-pancreatite-aig

***Référence 3 - http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Tyndall





*http://www.20minutes.fr/societe/1099625-nouvelle-zelande-mort-femme-liee-a-consommation-excessive-coca-cola#xtor=EPR-159-[morning]-20130213-[article_societe]-756671463@3-

27/01/2013

Navarrin d'agneau façon Docteur Sangsue

Poitrine d'agneau pour navarrin



Ingrédients :

 - 1 Kg de poitrine d'agneau
 - 2 oignons
 - 4 pommes de terres
 - 4 navets
 - 2 carottes


Préparation :

Faire revenir les poitrines d'agneau, de façon à développer la réaction de Maillard, saler, poivrer, dès que c'est dorer, réserver (il ne faut pas faire cuire mais simplement dorer sinon la viande serait cuite et pas onctueuse).

Une fois réservé, faites revenir les oignons, pour qu'ils soient bien dorés (ah Maillard que ne feraient-on sans toi !).

Déglacer avec 1/2 litre d'eau, rajouter le bouquet garni.

Laisser mijoter 10 mn à la cocotte minute.

Puis rajouter les 2 carottes, les 4 navets et les 4 pommes de terres (vers la fin de cuisson, de façon à ce que ce beaux monde ne se désagrège pas).

Laisser cuire 20 mn.


Dégustation :

Servir avec un blanc sec fruité. Par exemple un Léo de La Gaffelière blanc entre... 5 et 6 € !

"Le comte de Malet Roquefort, propriétaire du célèbre Château la Gaffelière, SaintEmilion Premier Grand Cru Classé B offre une version blanche de son délicieux Léo la Gaffelière. Il s’agit d’un Bordeaux blanc sec fin et délicat, floral et fruité, riche et désaltérant. Très rafraîchissant au palais, il se développe avec rondeur, persistance, sensualité grâce à l’assemblage équilibré du sauvignon et du sémillon. Délicieux et croquant !"

Source : http://chateauonline.fr/F-1001-vin/P-26567-Leo-de-La-Gaff...


Bob App !

15/01/2013

Le Poulet

 

Ames sensibles s'abstenir, sautez la première ligne.

 


J'ai connu le temps ou le poulet n'était pas vidé. Même celui où on le tuait vider de son sang pour faire la sanquette, le plumer et le vider.

J'ai, donc, connu le temps ou l'on se vidait le poulet soi même. Je l'ai fait, personnellement, et sans dégoût.

Quand j'étais bambins Je pouvais jouer avec les tendons des pattes qui se recroquevillaient, puis, plus tard, je les passait au feu, dieu que cela sentait bon, tout cela pour les mettre dans une soupe, les pattes ainsi préparées étaient un pur régal.

En vidant le poulet on récupérait le foie la rate le gésier et... le cœur. Le plus difficile consistait en ne pas crever la vésicule biliaire qui adhérait bien au foie.

La récompense : manger le foie le rate le gésier et le cœur, revenus à la poêle.

De nos jours, le poulet vidé et effilé n'a plus de rate de foie de gésier, exit le cœur, aussi.

Un de mes derniers plaisir était de manger les poumons. Dans mon dernier poulet, ils avaient réussi a aspirer les poumons. Tout cela pour faire des croquettes.

Il ne me reste plus, quand je cure la carcasse, un de mes plaisirs favoris, que les reins, mais pour combien de temps encore...

Par contre, ils laissent, toujours, un morceau de graisse, ce qui rajoute du poids.

Qu'elle époque épique !*



* "Yolaine de la Bigne, journaliste de presse écrite et de radio depuis plus de vingt ans, se fait connaître avec ses chroniques sur France Info (« Quelle époque épique ! ») de 1988 à 2001, où elle suit les tendances de société."
Source : http://editions.flammarion.com/Peoples_Detail.cfm?ID=1476...

 

A ce propos, un vidéo pleine d'anecdotes sur la restauration par...