Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2009

Vol d’étourneaux

Les dégâts collatéraux d'un vol d'étourneaux

 

Actuellement, en face de ma fenêtre, un arbre est envahi par une nuée d’étourneaux. Le bruit est impressionnant.

Cela me fait songer au film d’Hitchcock « Les oiseaux ».

Plus sérieusement une recherche sur Wikipédia n’est guère plus rassurante :

 

« Cet oiseau peut être solitaire comme former des nuées de plus de 100 000 individus.

Lorsqu'il est migrateur il constitue des bandes immenses qui s'organisent en dortoirs pour la nuit. C'est une espèce hautement grégaire qui forme d'énormes bandes en hiver, donnant un spectacle impressionnant à voir et à entendre, quand ils viennent le soir se percher dans des buissons de roseaux, attirant par là souvent des oiseaux de proie tels que les émerillons ou les éperviers. Originaire des forêts de feuillus, l'étourneau s'est établi au voisinage de l'homme : de grandes bandes (exceptionnellement jusqu'à un million d'individus), peuvent se former dans les centres des villes, où ils provoquent beaucoup de dommages avec leurs fientes. »

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tourneau_sansonnet

 

Cela va craindre dans la grande ville.

 

Comme quoi quand l'équilibre écologique est rompu, il faut s'attendre à quelques inconvénients. Il doit manquer un prédateur de l'étourneau quelque part, d'où le rôle des chats sur les bâteaux pour détruire les rats, ou une maladie décimant les étourneaux un peu comme la myxomatose chez les lapins (avec les inconvénients que l'on connais).

 

17:06 Publié dans Ecologie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : écologie

Commentaires

Il te reste la solution de venir à ton cabinet... à pied !!!!

Écrit par : Minijupe | 06/11/2009

Les commentaires sont fermés.