Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2022

Grand Centre anti cancéreux contre CHU

 

Et maintenant, cela va nous changer : un article sur la médecine.

Une "histoire de chasse", comme nous aimons le dire entre nous, médecins.

Une histoire de chasse qui vient, juste, de m'arriver.

Dans mon entourage, devant un taux de PSA élevées, un de mes oncles a bénéficié d’une IRM Prostatique, sur les indications remarquablement bien posées par son Médecin Référent (on ne dit plus ni Médecin Généraliste ni, encore moins, Médecin Traitant ; à la limite Médecin Qualifié Spécialiste en Médecine Générale).

L’IRM révéla, outre un important adénome de la prostate, une lésion PIRADS IV* de 14 millimètre et, fort heureusement limité à la prostate (sans effraction de la capsule et sans adénopathie). En conclusion : une lésion purement limité à la prostate.

Cet oncle doit un fier service à son Médecin Référent qui a eu le bon réflexe de faire pratiquer l’examen qui, actuellement, est le plus indiqué dans la recherche d’un cancer de la prostate : l’IRM prostatique.

Le rendez-vous le plus rapide, pour cette IRM, était au CHU. Vous verrez ultérieurement l'importance de ce détail.

Dans la logique des choses, une consultation avec un Urologue, pour réaliser une Biopsie Prostatique, devient inévitable.

Cet oncle pense donc, en toute logique, devant sa réputation, consulter au Grand Centre Anticancéreux Régional.

Ce fut chose faite. Un rendez-vous dans les 15 jours !

A la consultation le jeune urologue dit que la biopsie ne se passe pas au Grand Centre Anticancéreux, mais dans une Clinique Privée et… Qu’il prend des dépassements. Cerise sur le Gâteau il précisa, lors d’une consultation un peu expéditive, qu’il pratiquera une biopsie par voie transrectale et transpérinéale sous neuroleptanalgésie dans une... Clinique privée et... Avec, bien sûr, un dépassement d'honoraires.

Devant ces propos, déconcerté par le fait que la biopsie était faite en Clinique privée, il me demanda mon avis au téléphone.

Je lui dis que je me renseigne sur les actualités du Cancer de la Prostate, mais qu’à priori, tant qu’à prendre un dépassement d’honoraire, plutôt le faire auprès d’un PU-PH (un Professeur d’Université), en consultation privée, au CHU de la Grande Ville.

Après quelques recherches sur le Net la lésion PIRADS IV avait une "chance" sur d’eux d’être un cancer.

Mais, là où les choses se compliquaient c’est que Internet me révéla que les biopsies échoguidées se faisait en superposant l’image IRM avec l’échographie transrectale de la prostate et que les biopsies ne se pratiquaient plus par voie transrectale mais par voie périnéale et sous anesthésie locale. Ceci à son importance car le risque d’infection passait de 5% par voie transrectale (Prostatite) à 0,5% par voie périnéale (Prostatite et Cellulite). De plus, la neuroleptanesthésie est, quand même, plus dangereuse qu'une, simple, anesthésie locale. 

Donc, la voie transrectale n’était plus pratiquée par les Urologues Up to Date !

Je téléphonais, alors à mon oncle en lui racontant mes recherches sur Internet lui conseillant, une fois de plus de prendre un rendez-vous avec un PU–PH. Je lui proposait de lui prendre ce rendez-vous
Au téléphone, je me présentais à la secrétaire en tant que médecin et demandais si c'était possible de prendre rendez-vous pour un oncle.

Rendez-vous dans trois semaines.

La consultation fut détaillée, bien plus qu'avec l'autre urologue, et comme l’IRM fut faite au CHU, le PU–PH put accéder directement (pour l'IRM on ne délivre plus de CD-Rom, l’accès se fait sur le Net avec un code sécurisé et grâce à la Carte Vitale).

Lors de la consultation, tout lui fut expliqué clairement et il lui fut dit que la biopsie se ferait par voie transpérinéale et que la voie transrectale était dépassée, vu, entre autre, le risque d’infections et qu'il la ferait, lui même, sous anesthésie locale.

Rendez-vous fut pris pour la biopsie dans un mois.

Du duel Grand Centre Anticancéreux Régional et CHU le grand vainqueur est…

De loin le CHU !

Mon oncle me doit une fière chandelle et moi…

Un grand merci à Internet !

Maintenant, la petite, enfin pas si petite que ça, minute culturelle.

Oui, je sais, vous allez me dire :

"Un peu de culture ne nuit pas, cela évite de mourir idiot" !

Je suis bien conscient que la suite est un peu tirée par les cheveux mais je ne résiste pas, vu que mon histoire concerne mon oncle, à évoquer le film de Jacques Tati : "Mon oncle".

Dans ce film comique, prix spécial du jury du Festival de Cannes en 1958, Jacques Tati, remarquable observateur, donne un cliché de la nouvelle société émergente. En véritable sociologue il décrit particulièrement bien les mutations de l'ancienne avec la démolition des vielles bâtisses et son remplacement par les grands ensembles, comme on savait si bien le faire à l'époque. Mais, aussi, les débuts de la nouvelle société triomphante des trente glorieuses avec les progrès technologiques (notamment les gadgets de l'électroménager et les télécommandes) sans oublier, surtout, l'avènement du pastique (ce n'est pas pour rien si Tati situe une assez grande partie de son film dans l'usine de plastique "Plastac". Sans oublier la voiture toute puissante remplaçant le cheval par le Cheval Vapeur et les Chevaux Fiscaux.

Dans la vidéo suivante (la célèbre scène du marché, en italien dans la vidéo) on remarquera que dans l'ancienne société on était écologique avant l'heure, on n'utilisait point de pastique (cabas en rotin et poisson plié dans du papier journal).

Une certaine nostalgie se dégage de ce film remarquablement servi par sa musique.

Pour la petite histoire, on a beaucoup critiqué la bande son des films de Tati, notamment la bande son des vacances de Monsieur Hulot, mais il faut savoir que Tati attachait une énorme importance à sa bande son, aussi importante, pour lui, que l'image.

 

*Le PIRADS (Prostate Imaging Reporting and Data System score) est, sur une IRM Prostatique, une échelle à 5 points basée sur la probabilité de la présence d’un cancer cliniquement significatif

Si vous êtes intéressé, vous pouvez lire ce PDF, récent, de 2021: "IRM de la prostate Classification PI RADS V2.1".

06/07/2022

La petite histoire de la chanson "I Can See Clearly Now" : Johnny Nash, Jimmy Cliff et Rasta Rockett


La version originale de "I Can See Clearly Now" par Johnny Nash

 

Je connaissais le "I Can See Clearly Now" interprété par Jimmy Cliff.

Mais je viens de découvrir, en visionnant la vidéo plus bas, que : la version de "I Can See Clearly Now" est une reprise, pour le film Rasta Rockett, de la version originale de Johnny Nash.

En effet, Rasta Rockett (Cool Runnings) est un film américain réalisé par Jon Turteltaub, sorti en 1993. Le film s'inspire de la participation de la Jamaïque aux épreuves de bobsleigh aux Jeux olympiques d'hiver de 1988.

Le film connaît le succès à sa sortie, aussi bien de la part du public que des critiques. L'album de la bande originale se vend également bien, porté par la reprise de "I Can See Clearly Now" par Jimmy Cliff. 



"I Can See Clearly Now" - Jimmy Cliff



"I Can See Clearly Now" - Johnny Nash

La bande annonce de Rasta Rockett :

Mais I Can See Clearly Now est, également connue sous les titres Éternité ou Toi et le Soleil pour les versions françaises, la chanson de Johnny Nash sortie en 1972, a été, aussi, reprise par de nombreux autres artistes, outre Jimmy Cliff : Claude François et Nana Mouskouri pour la version française. Le titre a été réarrangé et réécrit par Grace VanderWaal dans son single Clearly sorti en 2018.


Claude François - Toi Et Le Soleil – 1977 (version calamiteuse s’il en était. J’aime bien Cloclo mais là non)


Nana Mouskouri: Toi et le soleil – 1987 (eh ben oui, j’ai un faible : c’est pas mal du tout la voix, et l’interprétation, respecte bien la mélodie)


Grace VanderWaal – Clearly – 2018 (une version que je trouve très moyenne)

 

Références :

- I Can See Clearly Now

 - Musique du film Rasta Rockett

- Rasta Rockett

05/07/2022

Vacances d’été 2022 – Première partie - Un départ mouvementé

 

Cela fait, déjà, quatre jours que je n’ai pas publié sur mon Blog.

Mon départ en vacances et la prise des marques avec la petite famille en est la cause.

Mais pas que...

En effet, j’ai quelques déboires tant avec mon petit notebook Ordi SMSUNG, dont je parle dans mon article du 24/058/2022 : « Quand on est nul en hardware, il faut savoir se servir du software. Où comment Booster un netbook SAMSUNG N110 pour qu'il soit fonctionnel sous Windows 10 », qui décide de se transformer en escargot, qu’avec l’Ordi de travail de ma moité qui devient rétif avec LibreOffice.

Un début de vacances bien mouvementé !

Et avec le retour du COVID, la septième vague s'annonçant à grand pas et bien qu'ayant bénéficié, avec ma moitié, de la quatrième dose juste avant le départ, j’ai pris des masques pour les courses à l’Hypermarché.