04/05/2012

Le malade sa femme et leur médecin

 

 

 

 

 

 

 

C’est un patient de 75 ans, que je suis depuis peu de temps. Il a dans ses antécédents un cancer de la prostate opéré puis radiothérapé.

 Ce patient avait travaillé dans le commercial à très bon niveau. C’est un patient redoutable : on ne lui la fait pas : il est franc jeux, c’est un personnage dur, droit, foncièrement honnête.

 Le fait le plus étonnant, c’est qu, pendant la guerred'Algérie, il avait reçus un coup de couteau dans un poumon, laissant, ainsi, une grade partie de son poumon. il a donc une insuffisance respiratoire restrictives par opposition aux insuffisances respiratoires obstructive comme dans la BPCO (Bronchite chronique) qui est l'appanage des fumeurs chronique depuis longtemps, un paquet jour pendant quarante ans de tabagisme.

 Dernièrement sa pneumologue lui fait passer une radio simple, de routine, qui montre une image suspecte de l’apex (sommet) du poumon non atteint.

 Il passe un scanner qui met en évidence un cancer du poumon ; c’était un gros fumeur.

 Il vient me voir quelques temps plus tard pour son ordonnance et me raconte que l’on a évoqué une opération, mais que vu le peu de poumon restant c’était limite. Effectivement il fut décidé de ne pas l’opérer mais de le radiothérapé.

 Quelques temps plus tard, sa femme arrive, elle me parle d’emblée de la mort, elle fait des cauchemars mais elle me dit aussi qu’elle prend conscience de sa propre mort.

 Au niveau de ce que je dis, je fais très attention en particulier en évoquant le mauvais pronostic.

 Ce type de pathologie, dans ce cas précis, sur une personnalité anxieuse s’appelle un Trouble de Stress Post Traumatique se traite avec un antidépresseur sérotoninergique type ZOLOFT* ou SEROPLEX* et aussi et surtout par une technique comportementale appelée Dédrifing.

Elle repart donc avec son traitement pour sa tension et son cholestérol, mais aussi de ZOLOFT.

 Elle doit revenir dans quinze jours, pour « parler » en fait, se faire débrifer.

 Toute la durée de la consultation j’étais sur des charbons ardents, certes elle parlait de la mort mais elle la rejetait, c’est un peu la période de déni décrite par Elisabeth Kübler-Ross.

 Ce n’est pas parce que l’on parle de la mort qu’on l’accepte. Elisabeth Kübler-Ross a décris plusieurs stades du deuil, de sa propre mort avec des chevauchements de ces périodes.

 Dans ce genre de situation il faut simplement aider à l’écoute le patient, la femme en l’occurrence, et ficher la paix au mari

 Cette patient a pris, dans ces circonstances, conscience de sa propre mort, elle a 70 ans et très bien « conservée ».

 Le plus étonnant dans cette ’histoire  c’est qu’exerçant depuis trente ans, j’ai vu  de tout comme maladie, des maladies graves curables aux saloperies.

 J’ai 59 ans déjà !), eh bien, je crains mon soixantième anniversaire…

 Ca commence à sentir le sapin.

Commentaires

Si cela peux vous rassurez un peu, selon vos notes, je n'aurais jamais pensé que vous approchez la soixantaine, plutôt dans les 46/50 ans!

Personnellement, c'est mon 40e qui m'a fait un KO dont la relève a pris des années... Maintenant, je compte plus du tout - j'ai décidé de dire avoir 40 ans et quelques mois mais pas par coquetterie, simplement pour me pas sentir mal (et je ne sais même pas pourquoi! 38 fut génial, 40 l'horreur et pourtant rien de changé).

Allez le seul sapin à sentir est celui dans la forêt!

Bonne journée

Écrit par : chantal | 04/05/2012

@ chantal - Certes, mais l'ombre de la grande faucheuse commence à se dessiner.

Certains, à mon avis, ressente celà plus tôt que d'autres.

Écrit par : Dr Sangsue | 08/05/2012

Les commentaires sont fermés.