Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2013

Halte au lapinisme

Crédit Photo : http://jeuxsoc.fr/jeann

 

 

"Plus un chien est grand, plus il fait de grosses crottes". (Proverbe Chinois).

 

Je me permets de répondre à deux commentaires concernant mon dernier post "La palombe et le sanglier".

Ces deux commentaires m'ont procuré énormément de plaisir à les lire.

Je pars du principe que les divergences d'opinions peuvent être rudes mais doivent être constructives et, surtout, permettent de passer d'agréables moments.

Merci Artémis pour tes précisions juridique pour le moins... "précises". Cela caractérise bien la démarche juridique quasi scientifique (en fait, l'application d'une logique scientifique) bien que le droit touche les sciences humaine.

Laurence, je ne voudrais pas me fâcher avec toi, j'ai parfois un parler maladroit et un certain manque de culture, voire un manque certain, ma culture, hélas est autodidacte et présente donc des trous à l'emporte pièce parfois d'une profondeur déconcertante.
Je suis, cependant, un adorateur, et un admirateur, de la vie en général et du génie déployé par Dame nature pour arriver à faire vivre en harmonie des espèces hostiles entre elles (l'Homme en est une racaille par son savoir, son pouvoir et, surtout, son intérêt).

Mais je pense connaître un peu la Biologie, c'est elle, c'est mon amour pour elle, qui m'a amené à faire de la Médecine.

Merci Laurence de m'avoir appris ce mot agrainage, je le répète, maque de culture. Je connaissais le mot élevage indispensable pour le lâcher de faisans qui est effectivement une façon pour le mois "particulière" de chasser. Ce lâcher me fait songer au sketch des inconnus sur "la chasse à la Galinette cendrée", qui donne une image des chasseurs un peu "space".

Effectivement, il ne faut pas confondre torchons et serviette, mais cela me semble un peu surprenant de nourrir une espèce nuisible en voie d'explosion, sans que la chasse suive.

J'ai omis, dans mon "articulet", un point essentiel de l'écologie, l’Écologie juridique. Pour moi, elle est aussi sérieuse et importante que l’Écologie scientifique. Elle est très importante car, dans la mesure du possible, hormis les pression des lobby politiques locaux généraux mais aussi de la mouvance des associations écologistes et des partis écologistes officiels ou rattachés pour la "bonne" cause. Tout cela étant chapeauté par le "Gouvernement européen", l’Écologie juridique essaye d'empêcher des débordements trop importants.

Le "Gouvernement" européen a des directives qui ont, parfois des effets surprenants et comiques.

Il m'arrive, parfois, d'avoir, dans mon cabinet médical feutré, des consultations franchement marrante. Je soigne une patiente, juriste à la DDE, elle s'occupe de ce qu'il reste à l’État, c'est à dire pratiquement plus grand chose, elle s'occupe des routes et des autoroutes. Je dis le peu qu'il reste car pratiquement tout a été concédé à des grands groupes privés (attention à l'augmentation du prix des péages et quid de l'entretien) naturellement, toute l'infrastructure à été effectuée par l’État Français.

Cette patiente me raconta qu'une petite grenouille protégée dévia considérablement le tracé d'une autoroute, sous la pression d'une association écologiste grâce à une directive européenne. Bon, je sais, il est nécessaire de préserver cette espèce, mais pour les habitants d'un village ou d'une partie d'une ville, on ne s'embarrasse, sans aucun scrupule, d'une telle considération.

Autre fait plus comique, elle me raconta, un jour béni, qu'elle s'occupait d'un contentieux avec des lapins.

 -Des lapins !

lui dis-je estomaqué. Avec elle je m'attendais, désormais, à tout. Je m'attendais à la voir convoquer dans son bureau Jeannot lapin avec son béret en paille et sa carotte au bec. Que nenni, c'était une horde de lapins qui, non chassés au furet par son administration, proliféraient de façon dramatique.

Ils n'avaient pas besoin d'agrainage , ils se servaient dans les champs voisins au grand dam des agriculteurs qui assignèrent l'administration. Ma juriste géra donc la famille nombreuse Jeannot lapin ou plutôt ses générations florissantes.

Faute de maintient de la population "Lapinienne", ma patiente a perdue face aux avocats de la partie adverse, et son administration fut condamnée à verser (nous indirectement) une somme rondelette aux agriculteurs "dégrainés".

Halte au lapinisme, pourquoi ce titre ?

Il est de très mauvais goût de préconiser, de nos jours, une quelconque théorie ayant trait au Malthusianisme écologique.

Cependant, il n'y a qu'à ce souvenir de la politique nataliste des années 50 qui retarda de façon importante l'arrivée de la pilule et de ce sacrilège, pour certains, que fut l'avortement (hélas, entre de maux, il faut choisir le moindre) ce qui eut, quelque peu, des effets délétères.

Une théorie contre celle du Malthusianisme pur dit que l'homme s'adapte à tout changement important dans sa croissance démographique (l'utilisation de la culture intensive permettant de nourrir la population). Dans les années 50, pour améliorer la qualité de vie et détruire les taudis puis dans les années 60, face au rapatriement et à l'afflux important des "pieds noirs" (un flux d'immigration expérimental massif mal vécu par certains "bons" Français, vis à vis, pourtant, de leur compatriote) C'est suite aux idées et aux travaux expérimentaux de cet architecte de génie, Le Corbusier, que l'on entassa les gens dans des habitations en hauteur ce qui permis d'augmenter de façon drastique le "taux d'habitant / m²"... Et la création des citées si communes de nos jours.

Tout cela en déformant allégrement l'esprit de Le Corbusier qui œuvrait pour le bien être des habitants.

Je n'en veux pour preuve la surprise que provoque la visite de la cité Frugès, à Pessac, près de Bordeaux. Le Corbusier était un visionnaire (ses baies vitrées illuminent le séjour), certes ses terrasses (importées des pays du Maghreb) furent discutable dans une région avec trois mois d'été et beaucoup de pluie. Le Corbusier avait, aussi, un côté humaniste ses appartements étaient des lieux de vies dans cette cité (qui était ouvrière, au départ) pas mal de ces appartements sont toujours habitées de nos jours.

Ces citées sont quasi invivables pour leurs habitants ! Certaines en voie de rénovation, la plus part en voie de démolition.

Une chose est certaine la terre n'est pas extensible, on peu construire encore sur la mer, mais le taux de déjections humaine (pipi caca) est quasi constant pour un individu et ce quelque soit sa race, et puis tôt ou tard, les homme se taperont dessus faute d'espace et de qualité de vie suffisante.

Face à Malthus décrié, il y a Darwin  qui est plus tendance.

Attention cependant, si l'on applique la théorie de Darwin, à ne pas tomber de l'arbre où l'on est niché tout en haut.

C'est vrai, on est bien loin de la palombe, mais assez proche, cependant, de Jeannot lapin.

Cependant, si j'avais intitulé ma "fable" "Le lapin et le sanglier", il n'y aurait eu aucun charme, aucune originalité et nous n'aurions pas le plaisir de débattre ainsi.

Laurence, j'aime beaucoup te lire, j'espère que tu continuera à venir sur mon blog mais j'espère, surtout, ne pas t'avoir choqué par mes propos parfois, un peu, décousus.

 

 

 

In fine,  ATTENTION, DANGER !

"Plus un chien est grand, plus il fait de grosses crottes". (Proverbe Chinois).

 

 

Commentaires

ohhhhhhhhh, trop dur de résister :

http://www.youtube.com/watch?v=3R_nokkZDF4

Écrit par : Artémis | 15/11/2013

@ Artémis - Merci. ;-))

Écrit par : Dr Sangsue | 15/11/2013

;-))

Écrit par : Artémis | 15/11/2013

Super et reflète bien ma propre pensée.

Dr Sangsue, ce que j'aime chez toi est que tu t#intéresse un peu à tous et avoues ne pas comprendre des trucs. C#est très rare, surtout quand c'est pimenté avec une petite pointe d'humour et un amour avoué des plaisirs de la table ancestrale (pourtant point politiquement correcte)!

Artémis, j'aime votre repartie et vos art de jouer avec les mots, digne d'un Sacha Guitry (désolé, je sais qu'il n'est pas bien vu mais comment il a sur jongler avec les mots, les dits et non-dits c'est un régal) ou d'Arlety avec sa phrase "Atmosphère...." ou Raimu dans la femme du boulanger avec son monologue envers le chat qui revient, il parle au chat et pourtant de c'est son histoire, votre sens de la dérision et la joie de Vie.

Bonne soirée à tous

Écrit par : chantal | 15/11/2013

@ Chantal - Que de compliments, j'en rougis encore.

Mais, qu'est ce que je peux m'amuser à raconter ces "trucs" et à te lire toi et tous les autres !

Merci.

Écrit par : Dr Sangsue | 15/11/2013

Merci à vous tous ... moi aussi je m'amuse bien :-))

Écrit par : Artémis | 16/11/2013

et pour ceux-là, on fait quoi ???

http://www.dailymotion.com/video/x34lby_le-haka-des-lapins-cretins_fun

Bon dimanche !

Écrit par : Artémis | 17/11/2013

On peut dire que nous restons dans le sanglier! ce matin, une partie de la forêt est bouclé pour chasse au sanglier. Pas grave, je connais entre temps assez de chemins pour m'en passer de cette partie.

Le hic est lors de la promenade avec Toutoune Nr2, sur un chemin non bouclé à la chasse travers un bête brun clair (j'ai cru à un chien, la personne en sens inverse à une biche), puis bien visible un sanglier et un peu plus tard un petit chien de chasse (venant par là où est allé le sanglier et je crois il est passé devant la sanglier une première fois, soit avant la bête brune).

Ma toutoune a regardé étonnée, comme l'autre personne avec son chien surprise par le jour de chasse, nous (4) avons attendu un peu avant de continuer notre chemin respectivement. Je suis seulement heureuse que je n#étais pas dans le trajet du sanglier et ayant entendu des sifflements humains et un chien aboyé, tenu mon chien tout court et m'étais arrêtée pour entendre.

Je vous souhaite une beau dimanche

Écrit par : chantal | 17/11/2013

Eh bien dites donc Chantal, vous vivez dangereusement aussi !
Avec tout ça, on a perdu Laurence dans les bois !


Bonne soirée !

Écrit par : Artémis | 19/11/2013

Pause lapin, d'après le jeu ci-dessus évoqué.
Bzzz...

Écrit par : le bourdon masqué | 21/11/2013

Oups, sorry. Le temps a passé, j'avais oublié mon passage éclair... Et je suis revenue par la plus grand des hasards.
J'aime qu'on détourne une route pour des grenouilles. Et j'aimerais qu'on prenne autant de précautions pour les gens bien sûr. Mais si vous saviez combien de grenouilles (et autres espèces en tout genre) sont sacrifiées sur l'autel du bitume. Et combien de gens aussi. Mais je ne crois pas qu'il faille choisir entre l'Homme ou l'Animal. Faire du bien à l'un ne signifie pas léser l'autre. On peut faire du bien aux deux.
Par exemple, laissons donc les sangliers aux chasseurs : ainsi, on diminue une population à l'origine de dégâts agricoles, on fait plaisir aux chasseurs. Bon, d'accord, je ne sais pas si on fait plaisir aux chiens, comment pourraient-ils nous le dire?, mais on fait plaisir aux vétérinaires qui les recousent après une rencontre musclée chien-sanglier... :-)

Écrit par : Laurence | 20/01/2014

@ laurence - Avec l'âge j'essaye de nuancer mes propos. Je n'y arrive pas toujours. Et puis, je suis un peu provocateur.

Grâce aux lois existantes, si une espèce est en danger, la route la contourne.

Quand à la chasse, de toutes les façons, il y a de moins en moins de chasseurs. La chasse, c'est "culturel", cette "culture" étant transmise par les parents, à conditions que ceux-ci vivent en contact avec la nature, or de moins en moins de gens vivent à la campagne.

Écrit par : Dr Sangsue | 20/01/2014

c'est pas tout ça Laurence, mais et ma question alors HEIN ?

Écrit par : Artémis | 20/01/2014

Les commentaires sont fermés.