Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2021

Ma carotte

Crédit Photo – Archives Personnelles (clic gauche pour agrandir la photo)

 

C’est mon dernier achat dans mon petit super marché de quartier.

Cette photo a été réalisée avec mon Smartphone ASUS Zenfone Max Pro M1.

02/06/2021

L’Orthodontiste

 

Ah, enfin un sujet de Médecine !

Je me doute, un peu, que l'informatique ça commençait à vous raser.

Dans ma longue carrière de Médecin Omnipraticien de banlieue, j’appréciai plus particulièrement, outre le fait d’avoir fait un bon coup (un bon diagnostic), j’appréciai beaucoup, et c’est ce qui me manquer le plus aujourd’hui, à la retraite, j’appréciai plus particulièrement les histoires de chasse.

Petite digression, qu’est ce qu’un bon diagnostic ? Ma théorie va vous surprendre mais je compare le médecin à un Garagiste. Tout comme le Garagiste, le Médecin cherche la panne, s'ils trouve la panne,  la voiture démarre et le Malade Guérit*.

A la différence près que, si le Médecin trouve la panne, le Malade ne redémarre que si c’est une maladie curable.

J’ai soigné, dans le temps, un professeur d’informatique à la Faculté des sciences de la grande Ville ; celui-ci me dit, un jour, que l’informatique avait un avantage sur les mathématiques, en effet, en informatique on si introduit le programme dans la machine et, s’il est bon, on voit de suite le résultat.

Un bon diagnostic, en Médecine, c’est un peu ça. Si le diagnostic est bon on voit, plus ou moins rapidement, le résultat.

Pour en revenir aux histoires de chasse, voilà une histoire de chasse dont je le serai bien passé.

Depuis, déjà, fort longtemps, ma fille est suivie par une Orthodontiste.

En effet, d’un tempérament anxieux, les chiens ne font pas des chats, pour traiter cette anxiété, ma fille suça son pouce « assez longtemps ».

Le fait de sucer son pouce eut un retentissement néfaste sur sa dentition mais aussi sur son mandibule inférieur.

La prise en charge de ces troubles conduisit, logiquement, ma fille devant un Orthodontiste.

Il nous fut recommandé une Orthodontiste Attachée des Hôpitaux de la Grande Ville.

C’est en confiance que nous allâmes la consulter.

Ma fille suçant toujours son pouce, il lui fut prescrit un appareil à porter le jour, le plus possible, et toute la nuit. Conseil judicieux, il nous fut demandé de lui faire arrêtes la fâcheuse conduite addictive du pouce. Allez donc suivre, chez un jeune enfant, cette recommandation !

L’appareil, le jour, ne fut pas chose facile et fut, plus ou moins abandonné.

Quand à la nuit, ma fille le perdait régulièrement.

Au bout d’un certain temps, et deux autre appareils prescrits (toujours sans efficacité), ma fille arrêta, enfin, de sucer son pouce.

Je passe les détails.

Cette Orthodontiste, devant notre inquiétude d’un traitement déjà long et qui semblait inefficace, cette orthodontiste décida, enfin, à poser un appareil fixe collé sur les dents et fixé, par des bagues, sur les molaires.

Mais elle rajouta que, si cela continuait, il faudrait, peut-être, arracher deux dents et si cela ne suffisait pas, il faudrait avoir recours à la chirurgie pour traiter sa mâchoire.

Nous commençâmes à avoir de sérieux doutes sur ce praticien.

Aussi nous priment un rendez-vous dans le service Maxillo Facial du CHU de la Grande Ville.

Le Praticien Hospitalier demanda des radios.

Au rendez-vous suivant le PH Nous révéla que ma fille avait, toujours ses dents de lait.

Bien que l’Orthodontiste, Attachée des hôpitaux, avait, déjà demandé deux panoramique dentaire, dont un récent, elle avait baguée des…

DENTS DE LAIT !

Comme, entre temps, nous avions changé d’Orthodontiste, il écrivit une lettre à la deuxième Orthodontiste en précisant que l’on avait de fortes chances d’éviter l’opération mais qu’il était impératif de n’arracher aucune dent.

La nouvelle Orthodontiste parut surprise par le bagage des… dents de lait et nous révéla que, si l’on voulait qu’elles tombent, il valait mieux couper les fils métallique.

Elle demanda d’autre clichés radiologique, avec des calculs, qu’elle mous expliqua, en détail, sur le moniteur de son Ordi.

Un contrat de traitreusement fut remis et…Un devis (chose que l’autre Orthodontiste n’avait jamais fait.

Il faut savoir que le parcours vers un autre Orthodontiste, en passant par un PH Hospitalier, nous fut une démarche très difficile.

Qu’une attachée des Hôpitaux, bague des dents de lait…

Oui, ça, c’est une histoire de chasse !

Et il a fallu que ça tombe sur moi (ou plutôt sur ma fille) !

Piètre consolation, cette Orthodontiste Attachée des Hôpitaux à dû se tailler une réputation pas piquée des vers dans le milieu, assez fermé, de l'Odontologie Grande Villienne.

 

P. S. : J'ai vérifié sur le Net, cette praticienne est bien sur la liste de l'équipe médicale d'un service CHU de la Grande Ville.

*Il y a, quand même, une différence de taille entre le Garagiste et le Médecin, elle est juridique. En effet, en terme de responsabilité, le Garagiste a une obligation de résultat alors que le Médecin n'a, seulement, qu'une obligation de moyen.

01/06/2021

Ceci est une araignée

 

Avec se titre je fais allusion au célèbre tableau de Magritte « La Trahison des images ».

Le mot araignée veut dire beaucoup de choses.

Cette araignée là est un ustensile de cuisine similaire à une écumoire où la cuillère est remplacée par une grille en forme de toile d'araignée et qui permet de retirer des aliments du bain de friture et de les égoutter.

Si vous voulez savoir comment je fais mes frites (légères) maison, lisez mon article "Les frites façon Docteur Sangsue".

Une vidéo sur les instruments de cuisine :

 

Référence :
- Araignée

31/05/2021

Comment Linus Thorvalds à découvert Linux : un hasard accidentel

Un livre à lire toute affaire cessante*


Tout le monde connait la découverte accidentelle de la pénicilline par sir Alexander Flemming en 1928. A son retour de vacances, ayant laissé des boites de Péti, il s’apperçu que, sur les cultures de bactéries, celles-ci étaient détruites, autour d’un développement d’une moisissure : Pénicillium Notatum, d’où le nom de Pénicilline.

Moins connue est la découverte accidentelle, elle aussi, du vaccin de la rage par Pasteur en 1879. Lui, aussi, à don retour de vacances, il se rendit compte que sa culture de virus de la rage, en vieillissant, avait trans formé le virus dans une forme atténuée.

Mais ce que l’on ne connait pas, c’est comment Linus Torvalds  découvrit, accidentellement, lui aussi, le noyau du Système d’Exploitation qu’il appela Freaks mais qui, en définitive, s’appellera Linux.

Le développement du noyau Linux trouve son origine au début des années 1990. Linus Torvalds est alors étudiant à l'université d'Helsinki, par pur plaisir, il s'est procuré une machine dotée d'un processeur Intel 80386,  l'un des premiers à avoir un jeu d'instruction 32 bits accessible au grand public. Il a acquis la documentation relative à ce processeur et le système d'exploitation Minix avec le livre d'Andrew Tanenbaum sur les systèmes d'exploitation pour profiter des performances de sa machine et acquérir de nouvelles compétences sur les systèmes Unix. Cependant, Linus Torvalds trouvait l'émulateur de terminal de Minix trop rudimentaire, comme d'autres choses dans ce système. Il décida, donc, d'écrire un émulateur de terminal notamment pour accéder aux machines de l'université.

Cet émulateur de terminal prend de l'importance et commence peu à peu à remplacer Minix au sein de son ordinateur.

Cependant, à la suite d'une erreur de manipulation, il détruisit la partition contenant Minix et prit la décision de tout continuer sur cet émulateur de terminal.

Au bout de quelques mois, ce logiciel devint un véritable noyau de système d'exploitation. Il décida de l'appeler Freax : freak pour sa bizarrerie et x pour Unix.

Le 25 août 1991, il annonce sur le forum Usenet news:comp.os.minix le développement du noyau Linux.

Il diffusa le code de son travail à quelques privilégiés au début, dont Ari Lemmke, qui lui ouvrit un compte FTP sur le site de l'université pour diffuser quand il voudrait son travail. Cependant, ce dossier de stockage fut nommé « Linux » et ce nom a été conservé depuis.

 

*En mettant de l’ordre dans ma bibliothèque, je viens juste de le retrouver.

Références :
 - « Pourquoi Fleming n'a pas inventé la pénicilline »
 - « Alexander Fleming : biographie courte, sa découverte de la pénicilline »
 - « Pasteur et la découverte du vaccin contre la rage »
 - « Linus Torvalds »
 - « Il y a 28 ans, Linus Torvalds annonçait Linux sur le fil comp.os.minix »