Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2009

Le Père Cent est-il éco-citoyen ?

"La liberté des uns s'arrête là ou commence celle des autres".

 

Photobucket

militaire français de la classe 28-03 fêtant le "père cent". http://jeanluc.matte.free.fr/

 

 

Petit divertissement de fin de semaine : nettoyer la farine d’un précieux outil de travail, mon automobile. Qu’auraient pensé mes patients, je serai passé pour un médecin négligé.

Vendredi dernier, c’était le père cent. La quille bordel !

Depuis un certain nombre d’années, les lycéens auxquels se sont adjoints les collégiens, saupoudrent joyeusement les trottoirs de « La Grande Ville » en se bagarrant à coup de farine et d’œufs. Parfois, involontairement, ils adornent les voitures des riverains qui n’ont pas songé à déplacer leur voiture plus loin à la date fatidique, c’est un oubli ballot.

Mais comme j’ai entendu dire un collégien, à un honnête autochtone, contribuable scrupuleux : « la rue n’appartient pas aux riverains ».

A quand, maintenant qu'un enfant de treize ans est père en Angleterre, les enfants de maternelle, en hordes dans les rues, se jetant adroitement des peluches au visage et chantant en canon « une souris verte qui courait dans l’herbe… ». Et les parents, admiratifs, de se répéter les uns les autres, « ils ne sont pas mignons ces petits » ?

Savez-vous quelle est l’origine du Père Cent, le vrai Père cent ?

Non ?

Lisez donc ma contribution, enfin en partie, sur Wikipédia, c’est ICI.

Le père cent était fêté, par les conscrits, cent jours avant leur démobilisation, c’était des hommes.

Ces quelques lignes ne sont que quelques pensées, dépassées, d’un vieux c… facho-réactionnaire.

 

Mais, vivement la quille bordel !

 

Photobucket

faire part de décès du père cent.

 

Un lien : Cartes postales ancienes de l'Hérault.

 

Photobucket

23/01/2009

Opération "collège désert"

 

 

Lu sur lefigaro.fr

 

Violences scolaires : collège désert

AFP
20/01/2009 | Mise à jour : 15:30
| Commentaires 11 | Ajouter à ma sélection
.

Aucun enfant ne s'est présenté aujourd'hui au collège Paul-Langevin à Drancy (Seine-Saint-denis) où des parents inquiets pour la sécurité des élèves mènent depuis lundi une opération "collège désert", a-t-on appris auprès de l'Inspection d'académie (IA).

"L'opération sera renouvelée jusqu'à ce que le collège obtienne un deuxième CPE (Conseiller principal d'éducation)", a dit à l'AFP Sabine Piaulenne, présidente de l'Union des parents d'élèves indépendants de Drancy, à l'origine de cette action menée avec le soutien des professeurs.

Dans ce collège de 400 élèves, "les adultes n'ont plus d'autorité, ce sont les gamins qui font la loi", affirme Mme Piaulenne en faisant le récit des problèmes de sécurité depuis septembre : intrusion de jeunes extérieurs à l'établissement, répétition du jeu dangereux du "cercle magique" (consistant à frapper celui qui pénètre une zone imaginaire définie dans la cour de récréation), menaces ayant abouti en octobre au départ, puis au remplacement du CPE, absence d'infirmière depuis 18 mois.

 

Lien : site de l'union locale de Drancy - C.F.D.T.

 

04/11/2008

Orange mécanique, une critique des thérapies comportementales

Orange mécanique (A Clockwork Orange) est un film britannique réalisé et produit par Stanley Kubrick, sorti sur les écrans en 1971. Ce film est à classer du côté des films d'anticipation. Ici, c'est une vision d'une cité urbaine où les jeunes ont pris le pouvoir qui est présentée au spectateur. Le film est aussi un peu futuriste, très violent, avec un côté drôle et parfois dramatique.

Orange mécanique est adapté du roman d'Anthony Burgess, l'Orange mécanique (A Clockwork Orange dans son édition originale britannique) publiée en 1962.

Remarque : le roman et le film portent le même titre A Clockwork Orange en version originale. Les titres français, eux, diffèrent : l'Orange mécanique pour le roman et Orange mécanique pour le film.

 

Source : Wikipédia

 

 

 

Ce film est en fait une critique des thérapies comportementales en fin « d’expérimentation » à l’époque. Le film veut faire passer comme message que l’on peut rééduquer les gens « mal pensants », pour en faire des « moutons ».

Comme la psychanalyse, les thérapies comportementales ne touchent pas à la personnalité, elle ne fait qu’arrondir les angles, elle chanfreine simplement.

Il est à noter que la psychanalyse fait aussi une critique, infondée, vis-à-vis des thérapies comportementales. La psychanalyse dit que le traitement par thérapie comportementale déplace la phobie, en fait, en traitant une grosse phobie, la thérapie comportementale peut révéler une deuxième phobie moins importante, parfois une troisième… un peu comme les poupées russes, les matriochkas. En outre, si l’on cesse de s’exposer, l’évitement peut réapparaitre mais la repris de l’exposition suffira, avec simplement quelques séances, si nécessaire, a rétablir la guérison.

 

Incitation à la haine... ou réalité

Ce clip est un peu ancien, certains évènements aussi, cependant, le problème est il résolu pour autant ?

 

 

 

Si vous voulez bien réagir à ce clip (pour celle et ceux qui auraient le courage de le regarder en entier).

Pour ma part, j’apprécie beaucoup la musique de ce groupe (Justice), mais j’avoue que là ce clip me dépasse: pourquoi montrer cette violence gratuite ?

On parle d’incitation à la Violence, Incitation à la Haine, certains disent que c’est bien de montrer la réalité de ces “jeunes” des banlieues, qu’il faut les aider, d’autre sorte de vieux discours racistes…bref, j’aimerais bien connaître votre avis la dessus.

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

11 Responses to “Justice - Stress : Interdit de diffusion en France pour incitation à la Violence”

  1. NICOPOL
    mai 7th, 2008 at 0:11

    Génial ce clip ! Super bien réalisé, super violent, ça colle parfaitement à la musique lancinante… Du grand art !

    Sur le fond… Ben franchement c’est une démonstration. On sent avec une intensité vraiment flippante la violence pure, gratuite, incontrôlée, de ces jeunes. C’est la réalité, du moins une certaine réalité, qui nous est montrée là brutalement, en plein dans la gueule. Des jeunes comme ça, il y en a plein les cités, on en croise parfois dans le métro parisien, dans les rues du XVIIIième arrondissement, j’ai vécu avec eux en prison pendant quelques mois, j’en ai encore croisé un à Antibes avec Atziri ce week-end… Chaque année des milliers de voitures brûlent, des filles se font violer dans le RER, les passagers de train SNCF se font dépouiller en plein jour, des commerçants dévaliser, sans raison, juste parce que ces gars à peine sortie de l’adolescence débordent d’une rage sans fin, sans autre exutoire que la violence absurde.

    Faut-il les excuser, les aider, les soigner ? Faut-il au contraire, comme on en a envie à la fin de ces 7 minutes de clip, les foutre en taule ou les flinguer ? Une question brûlante de société, un enjeu majeur pour la prochaine décennie, qui justifierait (je le pense vraiment) qu’on montre ce clip dans toutes les écoles de France… Mais non, nos braves autorités ont préféré interdire le clip, se voiler la face, faire comme si tout cela n’existait pas vraiment: “dormez brave gens et continuez de payer vos impots”…

    “interdiction pour incitation à la violence” ?? J’appelle ça un déni de réalité.

  2. NICOPOL
    mai 7th, 2008 at 0:17

    Précision pour ceux qui (comme moi il y a cinq minutes) pensent que Justice est un énième groupe de rap mad in neuf-trois: (source: wikipédia):

    Apparu pour la première fois avec un remix de Never Be Alone, une composition du groupe Simian sorti en 2003 sur le label Ed Banger Records, ce maxi comprenait aussi le remix de Steamulation du groupe Gambit mais également Anything Is Possible, un titre de DJ Mehdi extrait de son premier album solo : The Story Of Espion. Durant l’été 2006, le morceau Never Be Alone est ressorti en CD 2 titres sous le nom de We Are Your Friends, édité cette fois-ci par Ten Records, un sous-label de Virgin Records.

    Après le succès de Never Be Alone, Justice a travaillé sur des remixes de musiques appartenant à des groupes tel que Vicarious Bliss et Scenario Rock mais également sur des titres d’artistes plus grand public tel que Britney Spears, N*E*R*D, Fatboy Slim ou les Daft Punk. La première production originale de Justice se nomme Waters Of Nazareth et est disponible depuis septembre 2005, de nouveau sur le label Ed Banger Records, le titre est ressorti en 2006 avec des remixes de Erol Alkan, DJ Funk et des Justice eux-même. Le duo a ensuite continué un travail prolifique de remixes pour Franz Ferdinand, The Mystery Jets, Soulwax ou encore Mr. Oizo.

    Justice a remporté la récompense du meilleur clip aux MTV Europe Music Awards 2006, pour Justice vs. Simian - We Are Your Friends. Le prix a été accepté par un des réalisateurs de la vidéo, Jérémie Rozan.

    Le 30 avril, un maxi “D.A.N.C.E” sort. Après un dj set au Printemps de Bourges en avril, le duo affiche complet à l’un de leurs premiers grands show, à la Cigale de Paris, le 7 juin 2007. Le groupe entamera par la suite une série de festivals à travers l’Europe (festival des Vieilles Charrues, Eurockéennes de Belfort, Field Day à Londres, Pantiero à Cannes, etc.) mais également en Amérique du Nord (Coachella). Leur premier album, nommé “†” (prononcé Cross en anglais), est sorti le 11 juin 2007 en Europe.

    Le 1er Novembre, le groupe remporte à Munich aux MTV Europe Music Awards la récompense du meilleur clip pour leur titre D.A.N.C.E. réalisé par Jonas & François à partir des dessins du graphiste So Me, ainsi que le titre de meilleur artiste Français. Un nouveau maxi sort à la fin de ce même mois, reprenant les deux parties du titre Phantom ainsi que deux nouveaux remixes par Soulwax et Boys Noize.

    En 2007, Justice travaille sur un mix pour Fabriclive, une célèbre série de compilations londonienne. Pour la première fois depuis la création des prestigieuses compilations, Fabric s’est vu dans l’obligation de refuser le mix préparé par Justice. Ce mix sortira quand même gratuitement pour Noël 2007 et fera l’objet de nombreux commentaires.

    Le 8 mars 2008, aux Victoires de la Musique Justice remporte la victoire du meilleur artiste de musique électronique face à David Guetta, Bob Sinclar et Wax Tailor.

    En mai 2008, Justice sort son nouveau clip “Stress”, réalisé par Romain Gavras du collectif Kourtrajmé. Le clip met en scène une bande d’une dizaine d’adolescents se livrant à diverses violences et agressions tout en étant suivis par une équipe de tournage, une description du “racailleux” qui suscite une polémique. A la fin de la vidéo le preneur de son prend feu en s’approchant de trop d’une voiture enflammée et la petite bande se retourne contre le caméraman. Les derniers mots entendus sont : “ça t’fait kiffer de filmer ça fils de pute ?”. Ces séquences laissent à penser que la vidéo dénonce en fait les amalgames et les images faciles de propagande sécuritaire dont certains médias abreuvent le public, ou qu’elles n’expriment en fait qu’une réalité. Le thème central de la vidéo serait le traitement de la violence par les images, ou une lecture de faits contemporains (façon Orange Mécanique ou Invalides 2005 ?). Le groupe ne s’est pas encore exprimé sur le sujet.

    Je suis entièrement d’accord avec le dernier paragraphe; en particulier la référence à “Orange Mécanique” me paraît tout à fait pertinente.

    Par contre je n’ai rien trouvé au sujet de cette interdiction. Où as-tu lu ça ?

  3. NICOPOL
    mai 7th, 2008 at 0:27

    Je viens de me le remater, je suis littéralement hypnotisé par cette vidéo. Ce qui est fascinant c’est la réaction stupéfaite des “braves gens” qui assistent soudain à ce déferlement de violence en plein dans leur petit monde tranquille. La séquence à Montmartre est à ce titre génial : le regard hagard des touristes, des musiciens… Mise en scène brillante, on dirait vraiment que c’est… un snuff movie.

    Et ce qui est rigolo c’est le la musique sur l’autoradio qu’ils pêtent dans la voiture n’est autre que le fameux titre “D.A.N.C.E.” de… Justice !

     

     

    Source : www.leskariboos.fr/

03:24 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : société, éducation

01/11/2008

Prosit !

Photobucket

 

 

Lu sur 20minutes.fr

 

Les ados continuent de trinquer

Alors que le climat est plutôt à la baisse générale de la consommation d'alcool en France, la tendance n'est pas tout à fait la même chez les plus jeunes. Ce qu'on supposait vient d'être confirmé par le très complet « Atlas régional des consommations d'alcool », publié hier par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) et l'Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT).

Cette étude, la première réalisée région par région, montre notamment une augmentation des ivresses, suggérant une modification des modes de consommation « que l'on pourrait qualifier de durcissement », précisent les experts. Ce n'est donc pas pour rien si les phénomènes de « binge drinking » (biture express) et d'open bar inquiètent les autorités. A tel point que l'Assemblée nationale a voté hier soir un amendement augmentant de 23 % la taxe sur les alcools forts.

Les disparités régionales sont moins flagrantes entre les générations. Par exemple, en termes de consommation ponctuelle importante (au moins cinq verres en une fois au cours du mois), c'est la Bretagne qui arrive en tête pour tous les âges. Globalement, à l'adolescence, un usage régulier de boissons alcoolisées est plus répandu dans l'Ouest et en Bourgogne, plus rare en Ile-de-France et dans le Nord-Pas-de-Calais, note l'Atlas, pour qui ces écarts de fréquence s'expliquent en partie « par les disparités sociales et économiques ». Les jeunes privilégient les alcools forts et la bière, alors que c'est le vin qui prédomine chez les plus âgés. En matière de préférences, quelques singularités régionales apparaissent : « premix » (canette d'alcool et soda), alcool fort en Bretagne ; vin, bière, alcool fort et apéritif anisé dans le Sud-Ouest ; alcool fort, champagne et « premix » dans le Nord-Pas-de-Calais.


David Carzon - ©2008 20 minutes

 

20 Minutes, éditions du 31/10/2008 - 07h06

dernière mise à jour : 31/10/2008 - 18h44

 

un Commentaire

 

yo67 | 01.11.2008 - 08h22

par le biais de mon boulot, je confirme que les jeunes boivent de plus en plus....il est courant de voir les moins de 16 ans vouloir acheter de l'alcool fort d'où le contrôle systématique de l'âge au passage caisse, et quand cela ne passe pas, alors c'est la bière, et autres alcools, et non pas une bouteille mais souvent des packs ou des lots, et là nous ne pouvons rien faire tant que la loi n'aura pas changé !!! quand je voie des jeunes sortir du collège pendant les inter-cours et venir se fournir en alcool ce m'affole. Le deuxième constat c'est l'achat d'alcool par des jeunes de 18 ans, ayant à peine le permis, et qui sortent ensuite en boîte mais qui passent d'abord par la caisse du supermarché pour faire le plein...d'alccol et qui se vantent de commencer la soirée à se saouler et partir sur les routes ensuite. Le pire c'est d'ouvrir le journal le dimanche matin, et de lire "l'alcool tue".........no comment !!!!!!!!!

02/09/2008

Utopie

Photobucket

 

Langue bifide du varan

 

 

Lu sur 20minutes.fr

publicité

«Je veux rendre les bacheliers bilingues»

 

C'est reparti pour un tour. La réforme du primaire à peine mise en place, Xavier Darcos, ministre de l'Education nationale, poursuit son train de mesures, comme il l'a annoncé en répondant à vos questions sur 20minutes.fr.

Rendre les bacheliers bilingues: «De la sixième à la terminale, un élève suit près de 700 heures d'anglais. Le résultat n'est pas à la hauteur d'un tel investissement. Je veux qu'un bachelier français soit bilingue » en anglais. Pour y parvenir, il évoque des stages, payés par l'Etat, qui auront lieu pendant les vacances de Pâques et d'été, ainsi que la création de laboratoires de langues dans les lycées "le plus vite possible».

02/04/2008

Eduquer ses enfants, un livre d'Aldo Naouri

Il faut absolument que j'achète et que je lise ce livre. J'ai entendu dernièrement Aldo Naouri présenter son dernier livre et celui-ci a l'air particulièrement pertinent. J'habite à coté d'un collège et "je te dis pas grave". Effectivement il n'y a plus de hiérarche adulte enfant, comme le dis si bien Aldo Naouri, les surveillants copinent avec les enfants. alors il ne faut pas s'étonner si...

Eduquer ses Enfants - Aldo Naouri

 

Dr Aldo Naouri
Eduquer ses enfants
L'urgence aujourd'hui
Psychologie
ISBN 2-7381-2073-3, mars 2008, 145 x 220, 336 pages. (22.90 €)

Troubles du comportementt, difficultés scolaires, instabilité, violences, délinquance, « crise des banlieues » : quand nos enfants déraillent, il faut en venir aux vraies questions. Les conditions sociales n’expliquent pas tout... Et l’amour ne suffit pas ! Alors, quel est le problème ?
Ni plus ni moins qu'un déficit de réflexion sur ce que doit être l’éducation de nos enfants, comme le démontre la manière dont on l'a pensée ces dernières années.
La vie en société exige en effet de chacun qu’il se plie à un certain nombre de règles et qu’il les fasse siennes. C'est le principe de toute éducation. On s'en est singulièrement écarté.
Pour la reprendre en main dans les conditions actuelles de nos sociétés, il faut d'abord savoir ce qu'est un enfant; ce qu'il lui faut vraiment pour devenir adulte; comment se comporter avec lui en tant que parent. Et surtout comment, dès les premières années qui sont décisives, exercer au mieux ce « métier impossible ».

Le regard lucide d’un pédiatre sur ce qui fait aujourd’hui défaut dans notre façon d’élever nos enfants. Un ouvrage qui fera débat et aidera chacun à s’interroger sur le sens de sa mission et sur les vrais besoins de l’enfant.

Depuis Les Filles et leurs mères, le succès du pédiatre Aldo Naouri ne se dément pas, notamment avec Les Pères et les Mères et, plus récemment, avec Adultères.