Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2017

Quand le Docteur Sangsue fit un diagnostic sur un parking

 
Cette jeune fille de douze ans faisait partie dans ma patientèle depuis, déjà, pas mal de temps.

Les parents avaient une relation un peu incorrecte avec moi, et encore le mot est un peu juste.

Une fois, je croise la mère et l'adolescente sur le parking où est situé mon cabinet médical.

Naturellement je leur demande de mes nouvelles.

La mère me répond que sa fille souffre d'un genoux et que la pédiatre lui aurait dit de consulter un Médecin du Sport. Il se trouve que le Docteur Sangsue est titulaire d'un CES de Médecine du Sport. Cela tombait bien.

Je portais, alors, le diagnostic de maladie d'Osgood-Shlatter.

Je lui conseillait, vu cette pathologie, de consulter un orthopédiste de l'hôpital des enfants. Ce qu'ils firent.

Quelques temps plus tard, je reçois une lettre de l'orthopédiste de l'hôpital me précisant qu'en fait c'était une maladie de maladie de Sinding Larsen et Johansson reportez vous à mon article précédent "La maladie de Sinding Larsen et Johansson". Je ne connaissait pas cette pathologie qui, il faut bien le dire est un diagnostic différentiel de la maladie d'Osgood-Shlatter. Je ne m’étais pas trompé de beaucoup.

Quelques temps plus tard, elle me dit qu'elle avait vu sa pédiatre qui l'a adressée à un kinésithérapeute.

En déménagent quelques cartons de mon cabinet pour le vider, vu ma cessation d'activité pour une refaite bien méritée, je croisai l'adolescente qui me raconta, comme je lui demandais de ses nouvelles (cela faisait un ans que j'avais fait porter son diagnostic de Sinding).Qu'elle était suivi par sa pédiatre et son kiné. Je lui demandait si elle avait revu l'orthopédiste. La réponse fut claire et nette : "non".

Il faut bien avoué que je me sentis un peu contrarié.

Il faut bien dire, aussi, qu'avec des parents un peu fuyant le résultat ne pouvait être qu'évident.

Mais cela m'irrita, quand même, profondément.

Pas Glop*


Pifou*

 

P.S. : Il arrive, parfois, que des diagnostics se fassent dans des lieux public. Je ne citerai, par exemple le syndrome de Raynaud car, j'entendis, une fois une femme, en plein hiver, qui disait quelle avait le bout des doigts blancs.

Il est classique, aussi, et très facile à diagnostiquer le vitiligo .

*Pifou est un chiot de bande dessinée créé par Roger Mas en 1958.Il est apparu dans le numéro 685 de Vaillant dans une aventure de Pif le chien. Il ne faut pas confondre Pif le chien avec Paf le chien.

 

Commentaires

voilà le futur, le cabinet itinérant...parking, camping, petits bleds, un par jour et fini les zones désertiques...

Écrit par : alain | 18/09/2017

@alain - Attention, en vertu de l'Article 74 (article R.4127-74 du code de la santé publique), il y a Interdiction de la médecine foraine !

https://www.conseil-national.medecin.fr/article/article-74-interdiction-de-la-medecine-foraine-298

Écrit par : Dr Sangsue | 18/09/2017

Bon tant pis je vais monter un stand de tir...aux emmerd....
un forain office (gag)

Écrit par : alain | 19/09/2017

On est un peu seuls sur le blog...

Écrit par : alain | 19/09/2017

@alain - Pour le stand de tir, bravo !

Quant au gag, excellent !

Pour ce qui est du blog, maintenant que je suis à la retraite, je intéresse plus mes deux autres lecteurs qui "étaient" fidèles.

Heureusement, grâce à géovisite, je sais que j'ai environ 200 lecteurs dans le monde entier.

Ainsi va la vie.

Écrire mon blog me divertit.

Je me fiche du reste.

J'espère que je te divertit autant qu'avant ma retraite bien méritée et la fuite de ce fichu métier et de ces foutu patients.

Merci de me lire encore.

Merci à tout mes lecteurs, aussi, de me lire.

J'espère, aussi, comme toi, que je les divertit.

GLOP ! ! !

Écrit par : Dr Sangsue | 19/09/2017

Écrire un commentaire