Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/07/2021

Toccata et fugue en ré mineur BWV 565 de Jean Sébastien Bach

 


Cet article fait suite au précédent : « Un métier méconnu de Bach : L’expertise d’orgues ».

Un article facile à écrire.

Une pause ça repose.

Voici une pause musicale.

La Toccata et fugue en ré mineur, BWV 565, est une œuvre pour orgue écrite par Jean-Sébastien Bach entre 1703 et 1707. C'est probablement l'œuvre pour orgue la plus connue à travers le monde.

Asseyez-vous confortablement, calez-vous bien dans votre fauteuil, un verre à la main.

Mettez le potentiomètre à fond la caisse et faites chauffer le caisson de basses.

Fermez les yeux.

Et écoutez…

Dieu vous parle.

 

Nota Bene :

Après l'œuvre pour orgue, l’œuvre de Bach pour clavier occupe une très grande place, ce qui, en attendant le piano-forte et le piano moderne, désignait à cette époque le clavecin ou le clavicorde.

Voilà ce que donne une interprétation, au clavecin, de la Toccata et fugue en ré mineur BWV 565.

24/07/2021

Un métier méconnu de Bach : L’expertise d’orgues

 

Bach, comme vous le savez, a eu 20 enfants (dont 10 morts) de 2 femmes différentes, voir le sketch d'Alexandre Astier dans mon article : « Jean-François Zygel vulgarise la musique classique ».

Bach, comme vous le savez était Kapellmeister et, comme ce boulot ne lui rapportait pas assez, ma théorie à moi, c’est qu’il faisait la manche à la sortie des estaminets, en faisant des bœufs avec des copains.

Pour moi, c’est Bach qui a inventé le Jazz.

Une vidéo d’Alexandre Astier sur un métier méconnu de J.S.B. : L’expertise d’orgues. Ce qui lui permettait, aussi, de faire bouillir la marmite pour nourrir toute sa marmaille.

23/07/2021

L'humoriste Jean-Yves Lafesse est mort à 64 ans des suites de la maladie de Charcot

A écouter ICI.

 

Jean-Yves Lamb  dit Jean-Yves Lafesse, est mort hier, le 22 juillet. C'était un humoriste et acteur français né le 13 mars 1957 à Pontivy (Morbihan) et mort le 22 juillet 2021 à Vannes (Morbihan). 

Il est connu pour ses canulars téléphoniques, ainsi que par ses gags filmés en caméra cachée auprès des passants dans la rue. 

Il meurt le 22 juillet 2021 à Vannes, des suites de la maladie de Charcot.

La sclérose latérale amyotrophique ou SLA, également appelée dans le monde francophone maladie de Charcot (ou maladie de Lou Gehrig en Amérique du Nord), est une maladie neurodégénérative des motoneurones de l'adulte. Elle provoque une paralysie progressive de l'ensemble de la musculature squelettique des membres, du tronc (y compris les muscles respiratoires) et de l'extrémité céphalique. 

Les causes de la SLA sont considérées comme étant multifactorielles. Elle touche les deux sexes et son incidence augmente avec l'âge à partir de 40 ans. 

Un des canulars téléphonique de Jean-Yves Lafesse que j’adore. Totalement délirant. Fallait avoir l’imagination. Quand à ce rire...

Allez, je ne résiste pas, un autre, très connu :

La médecine expérimentale et le gel hydroalcolique

 

Aujourd'hui, une fable façon Docteur Sangsue (n'oubliez pas que je suis un fan de Jean de La Fontaine et, tout naturellement, d’Ésope son mentor). A ce propos, si je suis un modeste moraliste, je ne suis pas un affreux moralisateur.

Pendant mes étude en médecine, lors de l’étude de la physiologie, une importance plus particulière fut portée sur la démarche scientifique du médecin, physiologiste et épistémologue Français Claude Bernard : La médecine expérimentale.

Dernièrement, le fils d’un collège de travail de ma moitié qui est un enfant HP (enfant à haut potentiel intellectuel) fit les frais de cette démarche scientifique.

Sa réflexion porta sur le gel hydroalcoolique.

Il voulait savoir si le gel hydroalccolique pouvait s’enflammer.

Il vérifia son hypothèse dans son collège.

Pour cela, sur son bureau, il versa du gel hydroalcoolique. Puis il alluma un briquet.

Le résultat fut immédiat le gel prit feu et ce de façon quasi explosive, ce qui eu pour effet collatéral de bruler la table.

Son hypothèse fut vérifiée mais lui valu…

Deux jours d’exclusion.

Moralité :

Si la curiosité est un vilain défaut, sans curiosité point de découvertes.

Une vidéo vaux mieux qu'un long discours, visionnons l'expérience:

Et, maintenant, un tour de magie :

22/07/2021

Pansement « compressif – occlusif » - Suite

 

Je viens de faire la vaisselle en couvrant ma main gauche d’un gant en latex.

Comme j’ai gardé le gant trop longtemps Le dernier pansement du dessus commença à se décoller.

Deux rajoute (en travers) avec deux pansement de 2 cm d »épaisseur et c’est reparti pour un tour (il faut que ce fichu pansement tienne 10 jours).

Ce petit bricolages me fit songer quant préparant le C.E.S de Médecine du Sport, j’appris à faire des strappings. On avait tendance à rajouter des couches d’élastoplast ce qui fait que, parfois, on arrivait à obtenir de véritables… « plâtres » d'élastoplast.

Ah, le bon vieux temps !

Pansement « compressif – occlusif »

Poupée du pouce

 

Préambule :

Hier, je me suis coupé profondément sur le dessus de la deuxième phalange (phalangine*) du troisième doigt de la main gauche (heureusement que ce n’est pas la droite car je suis droitier).

C’est en cassant une assiette en porcelaine (de Limoges, on aime la bonne cuisine chez le Docteur Sangsue qui dit bonne cuisine dit bons ustensiles) fendue contre la poubelle que je me suis méchamment coupé profondément.

Tellement profondément que, normalement, il m’eut fallu deux à trois points de suture.

Parfois, les études en médecine cela peut servir.

N’ayant pas du tout, mais pas du tout envie de me faire charcuter, je décidai, une fois de plus, de me soigne moi-même.

Si vous voulez savoir de quoi je suis capable, je vous renvoi à mon article du 01/04/2008 écrit dans le cadre d’un carnaval des Blogs Médicaux, la brillante époque des Blogs Médicaux** dans les années 20 non, pardon, des années 2008 : « Mes expérimentations Médicamenteuses ».

D’abord, commençons par quelques définitions :

1°) Le pansement :

« Le pansement est un dispositif médical (et non plus des médicaments depuis la circulaire juillet 1998) clé dans les soins infirmiers, il est utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d’une plaie. Tous les pansements, du pansement primaire (avancé) au pansement secondaire, sont destinés à maintenir un niveau d’humidité du milieu suffisant et contrôlé pour la cicatrisation sans provoquer une macération.

Les pansements sont aujourd’hui conçus pour favoriser la cicatrisation en milieu humide, il n’est plus forcément obligatoire de changer le pansement quotidiennement car leur fabrication a été pensée pour réguler l’humidité. On parle alors de pansements semi-occlusifs qui laissent passer les gaz comme la vapeur d’eau tout en bloquant le passage de bactéries au contact de la plaie ».
Référence : NM Médical.

2°) Les pansements occlusifs :

Pendant longtemps, il a été admis que les risques d'infection étaient prévenus en gardant la plaie aussi sèche que possible. Cette conception est aujourd'hui remise en cause, les pansements occlusifs démontrant leurs effets bénéfiques sur la cicatrisation dans un environnement humide. D'où l'apparition des pansements modernes tels les hydrocolloïdes, les alginates, les mousses, les hydrofibres ou les hydrogels.
Référence : Canal U (Canal-U est la vidéothèque numérique en ligne de l’enseignement supérieur.

3°) Les pansements compressifs :

Un pansement compressif est un pansement qui possède la caractéristique d'exercer une pression sur une plaie afin de juguler ou de prévenir une hémorragie.
Référence : Wikipédia.

Ambule :

Entrons, maintenant, dans le vif (c’est le cas de le dire) du sujet.

Le sang coulant (à flots, ce qui permis de me passer des étapes rinçage à l’eau et désinfection, merci les études en Médecine, d’autant plus que l’assiette sortait du Lave Vaisselle), je commençai par me bricoler un pansement compressif, de fortune, avec du Sopalin***.

Puis je passai, enfin, aux choses sérieuses : je demandai à ma moitié, de me trouver des pansements « Mercurochome » recouverte de plastique (et donc imperméable à l’eau) pour me bricoler un pansement de mon invention : un « pansement compressif – occlusif ».

Çà, c’est de la vraie chirurgie (bon de la petite, je vous l’accorde).

La vraie chirurgie, c’est du bricolage****.

Miracle, plus de sang !

Par prudence, pour plus de solidité (il faut que ce pansement tienne 8 à 10 jours), je doublais ce pansement avec un autre collé dessus. Cela avait, aussi, l’avantage de faire un pansement tout propre et de bloquer la flexion du doigt en position de fonction.

A prévoir, pour les courses à venir, des gants en Latex pour la vaisselle.

Postambule :

Rendez-vous dans 8 à 10 jours pour voir si le but est atteint et qu’ainsi je puisse faire breveter mon Pansement « compressif – occlusif ».

Je tiens à préciser que je suis à jour de mon vaccin anti tétanique (petit détail qui à son importance).

Pour finir, une vidéo de la Croix Rouge pour illustrer un acte de Premiers secours : comment traiter une plaie simple.

*Phalange. Anatomie artistique. Leçon 39.
**A propos des Blogs Médicaux je vous conseille de lire mes articles : « Bigard et le Docteur Sangsue » et « Je pleure ».
***Société du papier linge.
****A propos de la Chirurgie (avec un grand C) j’ai une histoire de chasse illustrant l’étymologie de ce mot qui vient de deux racines Grecques (χειρουργία / kheirourgía, formé à partir de χείρ / kheír, signifiant « main », et de ἔργον / érgon, « travail »). Une histoire que j’ai vécue lors de mon stage interné dans un service de chirurgie cardiaque de la Grande Ville. Cela pourra faire l’objet d’un autre article.

21/07/2021

Débroussaillage

Crédit Photo : Le Figaro


J’ai donc passé la première partie de mes vacances dans ma station balnéaire préférée.

Cette année, une chose m’a profondément marqué et agréablement surpris : le débroussaillage des routes.

En effet, une quinzaine de kilomètre avant d’arriver à la station, tous les bords des routes y menant, étaient méticuleusement débroussaillé et ce sur une large bande.

C’est bien la première fois que je vois cela.

Dans mon article du 18 août 2012 : "A propos de l’incendie de la forêt de Lacanau de 2012 : Souvenirs d’enfance Canaulaise, Histoire de Lacanau Océan, de la Forêt Landaise et quelques réflexions sur les incendies de la côte aquitaine" j’évoquai un sujet brulant, c’est le cas de le dire, celui des incendies de forêt.

En effet, en cette année 2012, il y a neuf ans déjà, un important incendie ravagea la forêt aux alentours du lac de Lacanau. ,Le feu aurait démarré au niveau de la route de Lacanau nécessitant l'évacuation d'un camping. A l'époque le feu se propagea vers la réserve naturelle de l'étang du Cousseau.

Dans mon article je donnai quelques raisons possibles sur la cause de cet incendie mais, pudiquement, j’évitai de parler d’un manquement important : celui du débroussaillage.

Cette année je ne peux que me réjouir d’une telle mesure.

Voici une vidéo spectaculaire de cet incendie que j’avais mis, à l’époque, dans mon article.

19/07/2021

Comment personnaliser une clé USB en lui associant une icône

 

Quand vous insérez une clé USB, vous désirez qu’apparaisse une icône dans le gestionnaire de fichiers Windows.

Rien de plus simple.

Pour cela il faut que cette clé USB contienne deux fichiers :

 - Un fichier Icône avec l’extension ico
 - Un fichier avec l’extension inf

Pour le fichier icône, rien de plus simple, il suffit d’aller sur Internet en tapotant, par exemple, « téléchager fichier icône » puis de cliquer sur « télécharger ICO ».

Pour ce qui est du fichier inf, il suffit d’ouvrir un fichier texte (extension txt) de l’ouvrir et d’écrire, si le titre du fichier icône est X :

[autorun]
ICON=X.ico

Puis d’enregistrer le fichier et de renommer ce fichier txt en autorun.inf

Lors de la prochaine insertion de la clé USB, celle-ci s’affichera avec l’icône choisie.

En créant ce fichier autorun.inf, on protège sa clé USB des virus  car celui-ci devra créer le même fichier pour fonctionner. Or, vu qu’il existe déjà, il ne peut plus l’enregistrer (à condition de suivre CECI).

Deux captures d’écran explicatif :

et

Pour protéger une clé USB des virus une autre solution : rendre la clé USB protégée en écriture.

Mais, GROS inconvénient, par rapport à la méthode du fichier autorun.inf...

On ne peux plus rien mettre sur la clé !