Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2022

Château Suau 2017 Second Cru classé Barsac (Sauternes) de la classification de 1855 des vins de Bordeaux

 

Cette année, pour la première fois, depuis bien des années, je n’ai pas fait de foie gras.

Cette année, on a réveillonné, avec un collègue de travail de ma moitié et c’est elle qui a amené un foie gras avec un pain aux figues. Ce pain était, absolument succulent et se mariait à merveille avec le foie gras. A retenir absolument.

Pour ce foie gras, j’ai déniché un vin d’appellation Sauternes-Barsac à 19 € (50 cl) : Le château Suau. Les vignes ont 50 ans d’âge, l'encépagement est fait de 80 % sémillon, 10 % muscadelle et 10 % Sauvignon. Son potentiel de garde est de 10 à 15 ans. Au niveau accords mets vins on conseille, entre autre, foie gras, volaille rôtie aux citrons confits, roquefort, salade de fruits exotiques.

Lors du repas, il s’est avéré en remarquable harmonie avec le foie gras.

La suite du menu fut un magret de canard (voir mon article « Quand André Daguin inventa le magret de canard » accompagné d’un Château Potensac 2019 (confer mon article « Le vin du dimanche : Château Chapelle de Potensac 2013 »).

Le château Suau, est un domaine viticole situé à Barsac en Gironde. En AOC Barsac, il est classé deuxième grand cru dans la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855. Voici la listes des vins blancs classés en 1855.

Le château Suau, appellation Barsac, ne doit pas être confondu avec le Château Suau de Capian.

En bordelais, schématiquement, il y a deux catégories de vin blancs doux.

Du coté droit de la Garonne se trouvent les appellations Sauternes et Barsac, du côté gauche de la Garonne les appellations Loupiac Sainte Croix du mont.

Les meilleurs vins sont les vins de la rive Droite : Sauternes, bien sûr, mais, aussi, Barsac.


Carte des appellations viticoles Cérons Barsac et Sauternes

Le plus connu est Château Yquem dont les grappes sont cueillies, en vendanges tardives au stade de la pourriture noble cela est dû à la proximité d’un cours d’eau le Ciron qui provoque par son brouillard, l’humidité propice au développement du Botrytis cinerea, ce qui concentre les sucres et fait que, lors de la vinification, le titre alcoométrique volumique potentiel (TAVP) est plus important.

Cela se rapproche des vins de glace (voir mon article : « Distillation par le froid : La bière Eisbock (bière de glace) et l’Eiswein (vin de glace) ».

Acheter du Barsac est moins côté que du Sauternes mais acheter du Barsac (méconnu) est d’un excellent rapport qualité prix pour peu que l’on sache les sélectionner.

Il est à noter qu’un bon Barsac est bien meilleur qu’un Sauternes moyen.

Le château porte dès le XVIIe siècle le nom de son propriétaire, Elie de Suau, conseiller au parlement de Bordeaux et capitaine au régiment du Dauphin. En 1719, après son décès sans postérité, le domaine de Suau est repris par Charles de Tarneau (1669-1745), lieutenant général des armées de Louis XV. Sa fille, Angélique épousera en 1722, Pierre de Lur-Saluces propriétaire du château de Malle. Pendant la Révolution, la propriété est reprise par Garros, intendant du château d’Yquem, sous la direction de Joséphine de Lur-Saluces.

En 1962 le vignoble est acheté par Daniel Biarnes. Sa première tâche fut de replanter les vignes, ce qui fut fait en 1963. Ainsi se sont bonifiés les 7 hectares de ceps, aujourd'hui cinquantenaires.

L'actuelle propriétaire est Corinne Biarnes, fille de l'acquéreur.

Les vignes du domaine occupent un sol argilo-graveleux, avec le seul sauvignon comme cépage, pour des vendanges en plusieurs passages – ou tries – afin de ne garder que les plus belles baies. Au chai, vinification et élevage se déroulent dans des barriques de chêne neuves au cinquième, sous la direction de Fabrice Bourouma.


Vie de Château - Les AOP Sauternes et Barsac

 

Références :

 - Dico du Vin

 - Millésima

01/01/2022

Adolphe Quetelet, l’indice de Quetelet et l’IMC ou BMI


Adolphe Quetelet


Après les agapes des deux réveillons, et en ce début d’année, il est temps de passer aux bonnes résolutions pour cette nouvelle année.

C’est le moment de penser à sa ligne et à sa santé.

Lors de mes études médicales il fut porté à ma connaissance l’indice de masse corporelle ou IMC (en anglais, body mass index ou BMI).

L’IMC est une grandeur qui permet d'estimer la corpulence d’une personne.

Il se calcule en fonction de la taille et de la masse corporelle IMC = Poids (en kilo)/Taille² (en centimètre). Il a été conçu, au départ, pour les adultes de 18 à 65 ans, mais de nouveaux diagrammes de croissance ont vu le jour au cours des dernières décennies pour les enfants de 0 à 18 ans. Cela permet de dépister l’anorexie, le surpoids et l’obésité.


Courbes de l’Indice de masse Corporelle (Pour agrandir, clic droit sur l'image puis clic gauche sur "ouvrir l'image dans un nouvel onglet")

C’est donc à cette occasion que j’entendis parler de l’indice de Quetelet.

En effet, l’IMC a été inventé au milieu du XIXe siècle par Adolphe Quetelet.

Mais qui était Adolphe Quetelet ?

Lambert Adolphe Jacques Quetelet né à Gand le 22 février 1796 et mort à Bruxelles le 17 février 1874, est un mathématicien, astronome, naturaliste et statisticien belge, précurseur de l'étude démographique et fondateur de l'observatoire royal de Belgique.

Il est l'un des fondateurs de la statistique moderne.

Poète à ses heures, il fut membre de la Société de littérature de Bruxelles.

Adolphe Quetelet est d'origine française par son père, François Quetelet, originaire de Picardie. Il épouse en 1824 Cécile Curtet, fille d'un médecin français Antoine Curtet qui fut parmi les fondateurs de l'école de médecine de Bruxelles où il fut professeur.

Reçu docteur en sciences mathématiques à l'université de Gand en 1819 pour une thèse sur la théorie des sections coniques, il enseigne les mathématiques à Gand et à Bruxelles.

Il est influencé par Joseph Fourier avec qui il étudie la statistique qu’il élèvera au rang de science.

Adolphe Quetelet crée plusieurs sociétés et journaux de statistique. Il est particulièrement impliqué dans la création d'une coopération internationale entre statisticiens.

Il préside le premier congrès international de statistique qui se tient à Bruxelles en 1853. La même année, il participe à la Première conférence maritime internationale à Bruxelles visant à favoriser les échanges de données météorologiques. Cette coopération débouche sur l’Organisation météorologique internationale en 1873.

Il meurt le 17 février 1874 et est inhumé au cimetière de Bruxelles.

Ses recherches portent sur :

 - La psychologie : Quetelet fonde l’approche différentielle en psychologie. Avec Francis Galton, il montre que les différences entre les individus se répartissent habituellement selon la courbe de Gauss. Le caractère mesuré est expliqué par la rencontre d’un très grand nombre de facteurs simples répartis dans la population selon les lois de la probabilité.

 - Les mathématiques : Il est l'auteur des théorèmes qui relient les définitions de coniques. Ces théorèmes sont connus aussi sous l'appellation de « théorèmes belges ».

 - Les statistiques : Quetelet présente sa conception de « l'homme moyen » comme valeur centrale autour de laquelle les mesures d'une caractéristique humaine sont groupées suivant une courbe qui obéit à la loi normale (courbe de Gauss). On lui doit le système de mesure internationale de l'obésité, connu sous le nom d'indice de Quetelet, ou encore Indice de masse corporelle.

 - L’astronomie : À l'observatoire de Bruxelles, il travaille sur les données géophysiques et météorologiques.

Hormis l’aspect publicitaire, cette vidéo est fort bien faite.

Une vidéo d'une conférence de 55 minutes à l'Académie royale de Belgique sur la vie et l’œuvre de Quetelet tout cela replacé dans son contexte historique.


Jean-Jacques Droesbeke et Michel Armatte - La puissance du nombre selon Quetelet

 

Et, maintenant, faites vous peur, sur ce site pour calculer votre IMC: « CalculerSonIMC ».

31/12/2021

Trés bonne année 2022 à vous tous

 

30/12/2021

Gastrosexuel

 

Chic, un mot nouveau !

Gastrosexuel.

Apparemment un mot ayant trait à la bouffe, ce qui tombe bien en ces périodes de fêtes.

Je suis tombé sur ce mot nouveau en débarquant sur :

« La cuisine et l’amour : le gastrosexuel et son piège tabou ».

Après les métrosexuels et les übersexuels, voici les gastrosexuels !

Selon la définition établie par les Britanniques et plus précisément l’agence PurAsia, le gastrosexuel est un homme célibataire âgé entre 25 et 44 ans, curieux, passionné par la cuisine, séducteur, instruit, qui aime voyager et qui a un emploi.

L’agence a créé ce terme suite à une étude sur le comportement des hommes et la cuisine.
•    52% des hommes considèrent que faire à manger est un loisir et non une corvée.
•    les hommes passent 5 fois plus de temps dans la cuisine qu’au début des années 60
•    plus de la moitié de ceux qui ont entre 25 à 44 ans aiment cuisiner pour leurs amis et leur famille.

Une vidéo explicite :


Fred Dubé / GROStitres2014/2015 - "GASTROSEXUEL"


Références :
 - Êtes-vous gastrosexuel ?
 - Vous en connaissez sûrement des gastrosexuels ou peut-être que vous en êtes un ?

28/12/2021

Quand André Daguin inventa le magret de canard

André Daguin à droite

 

De nos jours il est des plus communs d’acheter un magret sous vide dans un super marché.

De nos jours, quoi de plus commun que de le servir rosé.

Mais cela n’a pas toujours été le cas.

Autrefois, il y a de cela « quelques » années, le magret était cuisiné avec le confit. Cela donnait un magret sec.

C’est à André Daguin que l’on doit l’ « invention » de ce que moi j’appelle le « nouveau » magret.

Mais qui était André Daguin ?

André Daguin, est né le 20 septembre 1935 à Auch (Gers) et mort le 3 décembre 2019 (à 84 ans), dans la même ville, d’un cancer du pancréas.

André Daguin était le propriétaire de l'Hôtel de France (deux étoiles Michelin), à Auch, qu'il avait hérité de ses parents, et dont il assura la direction jusqu’en 1997 avant de le céder à Roland Garreau.

André Daguin a connu le succès aux fourneaux quarante ans durant. Héraut d’une cuisine régionale revisitée, il est l'« inventeur » et le promoteur du magret qu’il mit à son menu dès 1959. Il conçut, également, des plats audacieux comme un foie gras frais aux langoustines ou une glace de haricots blancs.

Il est l'auteur, ou le coauteur, de plusieurs livres sur la cuisine, dont Le nouveau cuisiner gascon (Stock, 1981) et 1 canard 2 Daguin (Éditions Sud Ouest, 2010).


Comment André Daguin "inventa" le magret


Interview André Daguin "l'inventeur" du Magret par Jean-Claude Narcy


Les recettes de canard d'André Daguin | Archive INA


Gastronomie : le cuisinier gersois André Daguin est mort

Et, maintenant, l'explication scientifique pour faire cuire le magret.


Le magret de canard - Les Carnets de Julie - La cuisson du magret

L'émission des carnets de Julie, dans son entier, sur le magret de canard.


Le magret de canard - Les carnets de Julie

 

Nota Bene : Le Noilly Prat, communément appelé Noilly, est une marque de vermouth de France appartenant à la société italienne Martini & Rossi.

Référence : « Le Magret de canard, star des Carnets de Julie sur France 3 ! ».