17/02/2014

Soins Palliatifs à domicile




J’ai, dans ma patientèle, une patiente âgée de 90 ans en phase terminale d’un Alzheimer avec un Parkinson.

Elle est dysautonomique, c'est-à-dire qu’elle est totalement grabataire et bien sûr, totalement incontinente.

La belle sœur est pour le maintient à domicile pur et dur. Il faut dite qu’elle est catholique intégriste. Je n’ai, personnellement, rien contre les religions, qui bien ordonnées peuvent bien aider certaines personnes. Par contre, ce que je ne supporte pas, mais pas du tout, ce sont bien les intégristes.

Je me retrouve donc avec un soin palliatif à domicile, alors que j’aurais souhaité, comme l’aurait voulu le reste de la famille un placement en E.H.P.A.D. (Établissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes).

Je ne suis pas du tout formé pour ce genre de boulot. Comme je l’ai dit à la famille, mon job c’est de soigner les angines. Le coup de l’angine, parlons en, je l’ai fait à un médecin de soins palliatifs qui m’expliquait les grandes règles des soins palliatifs et qui raccrocha en me souhaitant, texto, « bon courage ».

J’ai quelque part l’impression d’être manipulé, serais-je paranoïaque ?

Mais, quelques bons réflexes restent et avec un peu d’intelligence et beaucoup de jugeote on peut esquiver certains coups.

Acte I : une infirmière m’appelle au chevet de la patiente, ou, tout au moins ce qu’il en reste, la patiente a de la "fièvre" (38° C), pas beaucoup de fièvre quand même, et le cœur qui bat un peu vite, elle veut un antibiotique (pas pour elle pour la patiente). Dubitatif, mais inquiet, je le fais, mais j’ai la présence d’esprit de faire faire une prise de sang.

Celle-ci ne montre pas d’infection. Arrêt des antibiotiques inutiles.

Acte II : Une personne m’appelle d’une structure qui prend en charge les soins palliatifs, car une infirmière aurait dit que la patiente souffrirait et elle me conseille du PERFALGAN* (Paracétamol injectable) puisque elle a une perfusion sous cutanée (car elle fait des fausses routes à donf).

Je téléphone à la famille qui me dis que celle-ci manifeste des signes de souffrances quand on la manipule et le mari de rajouter, « Quand on lui a fait la prise de sang elle s’est plainte ».

Donc pas de souffrance chronique et pas de PERFALGAN*.

Ces deux actes m’ont passablement stressés mais passablement irrité, surtout.

Commentaires

@Dr Sangsue: un point de plus en commun - je n'aime non plus les intégristes de quelle orientation, religion, politique, etc ils soient.

Soigner n'est pas facile, ni à court et encore moins à long terme. La perfection n'existe point, il faut s'arranger avec le mieux possible. Je crois qu'en soins palliatif tous sont un peu désarmés.

Bonne soirée

PS mon sommeil en salle d'attente m'a donné une idée pour un roman policier. Jusque maintenant, jamais lu un RP où la salle d'attente soit le lieu du crime!

Écrit par : chantal | 17/02/2014

@ chantal - Le titre du roman pourrait s'appeler "Crime dans la salle d'attente".

A mon avis, cela n'a jamais été fait.

Original.

Écrit par : Dr Sangsue | 17/02/2014

Parfait comme titre. Mais imagine qu'un jour, ce roman existe... crois-tu que les patients n'auront pas un peu la frousse en y entrant?

Écrit par : chantal | 18/02/2014

@ Artémis - C'est vrai pour le plus grand nombre, mais, une fois le crime passé, la curiosité l'emporte.

Ah, le frémissement cataire !

http://fr.wiktionary.org/wiki/fr%C3%A9missement_cataire

Écrit par : Dr Sangsue | 18/02/2014

moi pas Chantal, moi Artemis !

Écrit par : Artémis | 18/02/2014

@ chan... Artémis - Euh...

Écrit par : Dr Sangsue | 19/02/2014

@Artémis - je crins que nous troublons le cher docteur!

@Dr Sansgue - là, tu viens même me donner l'idée du meurtrier de la salle d'Attente! Alors qui c'est?

Bonne soirée

Écrit par : chantal | 19/02/2014

@ chantal - Euh... Le... Colo... nel Moutarde ? ;-)

Non, je donne ma langue au chat.

Écrit par : Dr Sangsue | 19/02/2014

le visiteur médical !

Écrit par : Artémis | 19/02/2014

@ Artémis - Et si c'est lui le mort ?

Je sens que ça va, encore, avec ma veine, me retomber dessus.

A mois que...

Écrit par : Dr Sangsue | 20/02/2014

à moins que ...
l'on cherche du côté du patient à qui il a piqué le tour !

Écrit par : Artémis | 20/02/2014

Il est mort de faim et de soif, ça faisait une semaine que tu l'avais oublié dans la salle d'attente; la femme de ménage l'a achevé à coups d'aspirateur pour abréger l'agonie...elle ne supportait plus ses gémissements (délire de fin de consult..)

Écrit par : alain | 20/02/2014

Et si c'est un peu de tout cela? Un patient tue un autre, avec l'aide de la femme de ménage et au fond le vrai assassin est le médecin!

Bon cauchemarssss

Écrit par : chantal | 20/02/2014

@ chantal - Et allez, je savais que ça allais me retomber dessus.

J'ai un alibi, j'étais dans la cuisine avec le colonel moutarde !

Écrit par : Dr Sangsue | 20/02/2014

Vous faisiez des queues de cochon??? je suis loin trés trés loin...

Écrit par : alain | 21/02/2014

Et si un des patients est le colonel moutarde.... Allez, un peu de courage docteur!

Patient A agonisant en salle d'Attente car le médecins s'est trompé de dossier médical (homonyme Prénom, Nom et bizarrement Nr SS identique mais pas l'adresse), ainsi traitement mal-adapté. Patient A revient puisque se sent de plus en plus mal, Patient B ne supporte point A et le tue (par exemple avec une de ses injections à l'insuline), la femme de ménage le voit faire mais dis rien. LA Patient A agonise, le médecin part puisque consultation terminé, demande à sa femme de ménage (ou secrétaire comme on veut) si la salle d'attente est vide, réponse oui, lui ne vérifie point et part pour ses visites à domicile et le week end (tien un long Week end genre Paques), la femme de ménage (ou secrétaire ferme le cabinet en laissant A a son agonie. Lors de l'ouverture, quelle horreur! Un mort!

Alors y a-t-il un meurtrier, trois ou aucun?! Allez à vos claviers!

Bonne journée

Écrit par : chantal | 21/02/2014

c'est alors que le fameux week-end, un cambrioleur décide de piller le cabinet médical ...
il rentre par effraction, découvre le patient A mortibus. Panique !
Pensant qu'il va être accusé de meurtre si l'on découvre son identité, il décide ni vu ni connu de piquer le corps !
Il l'enroule dans le tapis du cabinet médical.
C'est alors que les deux vieilles demoiselles qui habitent dans l'immeuble en face et sont complètement dingues (elles passent leur vie à consulter le médecin parce qu'elles entendent des bruit étranges) se mettent à la fenêtre et voient le tapis s'en aller sur le dos du cambrioleur .....

Écrit par : Artémis | 21/02/2014

des bruitS !

Écrit par : Artémis | 21/02/2014

Pas de tapis dans son cabinet que du lino par contre les demoiselles, du moins une, existent

Écrit par : alain | 21/02/2014

La femme de ménage, prise de remords, se suicide en simulant un crime pour faire accuser le toubib à qui elle reprochait secrètement de l'avoir repoussée; deux crimes dans le même cabinet et il exerce toujours!!!que font les pouvoirs publics!!! c'est ballot, en fin de consult, je pète un peu les plombs

Écrit par : alain | 21/02/2014

je sais bien que la demoiselle existe ;-) et si c'était la femme de ménage ?

pas de tapis ! diable ... alors on va prendre des sacs poubelles, de grands sacs poubelles.

Écrit par : Artémis | 21/02/2014

la libellule prend de la hauteur comme la demoiselle au balcon
uniquement des petits sacs poubelle (30-50l) donc il s'empare d'un vieux bistouri qui trainait (le Doc se cure les ongles avec) et découpe le corps dans un bain de sang avant d'emballer....ça plait ça le sang

Écrit par : alain | 22/02/2014

oui, mais après, faut éponger .... essuie-tout ?

Écrit par : Artémis | 22/02/2014

Non surtout pas ; la vieille flaque de sang qui passe sous la porte et alerte, mais alerte qui ? la suite est ouverte...

Écrit par : alain | 22/02/2014

la secrétaire du toubib qui a la clé du cabinet et vient le week-end en cachette de son mari (et du bon docteur) avec son amant ..
Elle arrive la première, entre dans le couloir sans allumer la lumière pour ne pas se faire repérer par les deux vieilles folles d'en face. Fébrile, elle lâche la clé qui tombe dans la flaque de sang qui passe sous la porte ... elle se penche dans le noir pour la ramasser et ...............................

Écrit par : Artémis | 22/02/2014

@Tous: Super! Là, un triller du premier choix s'écrit! Le seul qui reste un peu silencieux est le docteur.

Alors Artémis et Alain comme est la suite?

Écrit par : chantal | 24/02/2014

@ chantal - Je laisse faire, ils ont une très bonne imagination. Sur ce coup là ils délirent bien mieux que moi et je parle en connaisseur !

Écrit par : Dr Sangsue | 24/02/2014

... comme elle est cardiaque, elle tombe raide morte le nez dans la flaque.

Écrit par : Artémis | 24/02/2014

Ah ben non, ça va manquer de protagonistes; elle appelle la maréchaussée et tombe sur un commissaire à la peau lisse (pas pu m'en empêcher) parano-schizo à qui il faut absolument un coupable quitte à le créer de toute pièce, voire même à perpétrer lui même un meurtre pour accuser quelqu'un (pour lui tout le monde est un coupable potentiel) et donc...
ps: ce flic existe dans un polar, mais je ne me rappelle plus son nom; le polar s'appelle "Les Japonais" je crois

Écrit par : alain | 25/02/2014

bon d'accord, elle s'évanouit en sentant le sang gluant sous les doigts. L'amant arrive à pas de loups quelques instants après ; dans le noir, il bute sur la secrétaire et ......

Écrit par : Artémis | 25/02/2014

ça fait un peu bâclé tout ça,ça manque de développement
Bon, voyons les différentes possibilités, mais bientôt va falloir récapituler (merci de prendre des notes Chantal)
-réaliste : il se pète la g..... sur le mur d'en face, trois dents par terre mais ça fait pas avancer les choses
-rebondissement : en tombant,son pied relève la jupe de la secrétaire et il découvre, grâce aux cicatrices(il a allumé alors que nous on est allumés), que c'est un transexuel (pouf pouf observons deux papillons...aurait dit Desproges) et, en regardant bien(because elle(il) est dans les pommes) qu'il ressemble à...
-logique : il se tire en courant mais en sortant(il fait les deux, suivez un peu..) il rencontre...
La balle à Artémis 15-0 premier service

Écrit par : alain | 25/02/2014

@Alain et si l'amant est le frère jumeau du mort? Et qu'il craint fortement être accusé de meurtre, histoire héritage familiale dont la procédure est en cour devant le notaire?

Poivré un peu plus: le flic parano-schizo veut couvrir l'amant de la secrétaire puisqu'elle est sa fille illégitime (elle ne sait pas que c'est lui son père, croit que le mari de sa mère est son cher papa!).

Allez à vous deux, Artémis et Alain!

Dr Sangsue - pas mieux que le Cluedo?

Écrit par : chantal | 25/02/2014

Les commentaires sont fermés.