Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2008

Hungarian Gypsy Dance (Gypsy Csárdás)

Etonnant non ?

 

Swing Classique

Un pur moment de bonheur.

 

Etonnant non ?

 

Missis Jekyll et Mister Hyde

Je viens de retrouver cette vidéo décapante. Ames sensibles... s'abstenir.

 


Stripped
envoyé par sobb

La disparition de Pascal Sevran

22/04/2008

Les notes les plus visitées sur 7 jours

Diable !

 

Classement Hautetfort

Aprés avoir induit en erreur les médecins, les syndicats médicaux relancent les médecins

Roselyne Bachelot

Roselyne Bachelot (c) Reuters


Lu sur le site de la CSMF (Confédération des Syndicats MédicauxFrançais), après leur condamnation avec d'autre syndicats médicaux, pour entente illicite.

 

 

Le syndicalisme en danger

 

Le Conseil de la Concurrence vient de condamner lourdement la CSMF pour avoir défendu les médecins dans la bataille pour la revalorisation des honoraires médicaux.

 

Le montant exorbitant de l‘amende, payable immédiatement, 370 000 € (!) a pour effet de priver la CSMF de ses moyens d’action et d’expression. Comme par hasard, ceci intervient en pleine réforme du système de santé au moment où les médecins vont avoir besoin d’être défendus et après que la CSMF se soit battue contre certains projets anti-médecine libérale.

 

 

La CSMF fait naturellement appel de cette décision, mais elle doit néanmoins payer les 370 000 € d’amende tout de suite !

 

Pour pouvoir continuer à défendre les médecins et faire face au paiement de l’amende, nous avons lancé une souscription nationale auprès de tous les médecins et nous remercions ceux qui ont déjà commencé à nous adresser leur contribution…

 

21/04/2008

La course Linux contre Windows

20/04/2008

Femme tronc

HALLUCINANT !

 

SUSE

Logo SUSE

 

Il ne faut pas confondre SUSE avec SUCE.

 

Défense de Sucer

 

 

open SUSE 10.3 

SuSE (prononciation : /su:zə/, "souzai" en français) est une distribution Linux majeure, d'origine allemande et éditée par la société américaine Novell mais toujours développée en Allemagne. SuSE est d'ailleurs un membre fondateur du Desktop Linux Consortium.
La première version de cette distribution apparut au début de l'année 1994, faisant de SUSE la plus ancienne distribution commerciale encore existante.

Le nom "S.u.S.E" était originellement un acronyme allemand pour "Software und System-Entwicklung", signifiant "Développement de logiciels et de systèmes", un nom pas tellement original pour une compagnie de logiciels. Cependant, le nom complet n’a jamais été employé et la compagnie a depuis toujours été connue comme étant "S.u.S.E.", raccourci plus tard en "SuSE" en octobre 1998.
Il y a également une rumeur officieuse qui dit que le nom est un hommage à l'informaticien allemand Konrad Zuse, un des pères de l'informatique qui développa la première machine informatique électronique en 1938, "SuSE" et "Zuse" se prononçant d’une manière similaire en allemand, à l'exception de la consonne initiale.
Le logo officiel de la distribution est un caméléon vert prénommé officiellement "Geeko" (contraction de "Gecko" et "geek") suite à un concours lancé par SUSE. Son design a passablement évolué au fil du temps.

Source SuSE Wikipédia

 

 

openSUSE 10.3

Ma capture d'écran de SUSE 10.3

 

 

Petit clin d'oeil à Lénia

 

 

Clavardage entièrement réalisé sous openSUSE 10.3 avec quelques plantages de Firefox, parfois trés... énervants, dus au plugin adobe Flash Player 9, problème pas encore résolu.

  Plantage SUSE 10.3

18/04/2008

La minute de Monsieur Cyclopède

Une femme amoureuse : une thérapie sexologique brève

Désir

 
 
Je soigne depuis longtemps un patient attachant, trés particulier, trés intelligent, sachant y faire en affaire, parfois un peu envahissant, certainement, encore à son âge, en quête de reconnaissance.

Un jour, lors d'une consultation:

- j'ai dis à ma fille de venir vous voir. Elle vivait à Paris est mariée avait un trés bon métier q'uelle a quitté, son mari aussi d'ailleur, et maintenant je l'héberge. Elle voit régulièrement son mari qui descent, parfois, c'est elle qui monte à Paris. Je ne la comprends pas.

Quelques temps plus tard, coup de téléphone :

- Je suis la fille de Monsieux X, pourrais-je prendre rendez vous ?

Première consultation :

A l'heure dite, je fais rentrer dans mon cabinet, un frèle jeune femme brune d'une trentaine d'année.

- Je viens vous voir, car je suis suivie par un psychologue depuis quelques temps, mais il me dis qu'il me faut des médicament et qu'il ne peut pas m'en prescrire.

Au décours de l'entretient, trés rapidement, il en découle que , comme son père elle est aussi intelligente que lui, elle a une forte personnalité bref elle a du caractère.  Elle travaillait dans un métier à haute responsabilité qu'elle a quittée pour réfléchir à sa situation.

- J'ai trompé mon mari, j'ai pris un amant. Je tiens toujours à mon mari, mais je vois toujours mon amant.

Elle présente donc des malaises avec des fourmillements des vertiges et le coeur qui bat. Autrefois on aurait qualifié cà de crise d'hystérie, puis de spasmophilie, maintenant on parle d'attaques de paniques, le terme est plus exact car ce sont des crises d'anxièté aigue.

Je lui prescrit un demi comprimé de PAROXETINE*, un anti dépresseur sérotoninergique qui marche trés bien dans les attaques de panique.

Je ne peux pas vous payer, car je n'ai pas encore la CMU.


Deuxième consultation, quinze jours plus tard :

- J'ai du mal à choisir entre mon mari et mon amant. Je tiens à mon mari. Mon psychologue me dis qu'avec mon mari nous avons des relations copain-copain. Dans ce genre de situation, surtout ne rien dire, la patient n'est pas mûre. Il est vrai que je me suis mariée pour quitter le milieu familial. Mon amant m'a fait découvrir un autre versant de la vie.

Je ne peux pas vous payer, car je n'ai pas encore la CMU.


Troisième consultation, un mois plus tard :

- Je n'ai plus de malaise, ça va nettement mieux.

- Mon amant est séparé et il a deux enfant, il me dis qu'il m'attends. Mon mari, je le vois régulièrement et me demande de revenir pour que nous vivions ensemble, il m'a même proposé de descendre pour venir vivre ici.

Je ne peux pas vous payer, car je n'ai pas encore la CMU.


Quatrième consultation, un mois plus tard :

- Pour mon travail, je suis en train de régler la situation, j'ai un proposition sérieuse.



Cela illustre bien les propos que m'avais tenu un Psychiatre lors d'une soirée de formation, propos qui m'avait beaucoup surpris à l'époque : "un bon Psychiatre, c'est celui qui modifie le mode de vie du patient".

- Mon mari descend dans quinze jours.

- Au niveau sexualité comment cela se passe t-il ?

- Je couche avec mon mari, car je veux lui faire plaisir. c'est tout différent avec mon amant.

- La PAROXETINE ne vous a pas posé problème ?

- Si au début. J'avais moins envie et je n'arrivais pas à ... conclure.

Devant cette patient en pleine procrastination et devant la situation en train de murir de façon trés accéléré, je décide de passer à l'attaque.

- Avec votre mari, vous organisez des concours de pelochon ?

- C'est un peu çà, d'ailleurs mon psy me l'a dis.

- Aimez-vous votre mari ?

- Effectivement, c'est une relation de copinages, mais j'ai peur de lui faire mal.

- Plus vous attendrez, plus vous lui ferez mal.

- Quand descend-il votre mari ?

- dans quinze jour.

- Et si vous lui annoncez à ce moment là ?

La converation dévie sur un autre sujet, puis je reviens sur la question :

- Vous avez pris votre décision ?

- Oui.

- Quand ?

- Maintenant.

Voici la feuille de CMU pour que vous soyez réglé de vos honoraires.
 
 
 
Ceci illustre bien les propos que je n'avais pas bien compris à lépoque, propos que m'avais tenu un Psychiatre lors d'une soirée de formation médicale continue : "un bon Psychiatre, c'est quelqu'un qui change le mode de vie des gens". 


  

17/04/2008

Une médecine naturelle dure : la Sangsothérapie

Sangsue Médicinale

 

J'ai quelques doutes sur la véracité de ce qui est exposé dans la vidéo ci dessous, et pourtant les sangsue sont utilisées en chirurgie plastique...

Je n'en veux pour preuve que ce mémoire de l'année 2002 pour l'obtention d'un D.E.S. de chirurgie : "Utilisation des sangsues dans la chirurgie de la face et du cou" par Olivier Morineau http://nantesorl.free.fr/Theses/memoireOMO.pdf.

Ce mémoire detaille les indications de l'utilisation des sangsues en médecine :

"Actuellement, l’indication principale de l’utilisation des sangsues est l’insuffisance veineuse d’un lambeau libre ou pédiculé ou de phalanges réimplantées. Dans le domaine de la chirurgie de la tête et du cou, peuvent être concernés les lambeaux locaux cutanés (d’avancement, de
rotation ou de transposition), les lambeaux pédiculés (grand pectoral, grand dorsal…), les lambeaux libres (de péroné, d’avant bras…), mais également les réimplantations distales (pavillon d’oreille, pointe de nez) (Utley 1998, Valauri 1991, de Chalain 1996)". 

 

Il est interressant de noter dans ce mémoire, les effets indésirables des sangsues et les précautions à prendre :

"Le risque d’observer des migrations de sangsues, en particulier au niveau des voies aérodigestives est bien réel. Ainsi, de tels cas de migration ont été rapportés dans les endroits les plus insolites, y compris la trachée, l’oesophage, l’anus, l’urètre ou le vagin. Ces migrations
doivent être prévenues par la vigilance du praticien et du personnel infirmier. Sans aller jusqu’aux recommandations édictées par le Larousse médical de 1912, qui conseillait d’introduire dans l’anus une boule de coton enduite d’huile de façon à décourager les
sangsues de s’y aventurer, quelques précautions semblent nécessaires. La présence permanente d’une personne au chevet du malade est certainement la meilleure des préventions. La mise en place de compresses dépliées sur les orifices à proximités desquelles sont les sangsues est également utile." 

 

 
 
 
Bounce.gif
 

16/04/2008

Sales gosses

be Linux

11/04/2008

Grève à la morgue

Cet article me fait songer à un autre que j'avais lu en son temps, révélant, lui aussi, l'état "plus que préocupant" de la Médecine Légale en France, et ce par manque de crédit du Ministère de la Justice. Les Médecins Légistes étant mandatés par La justice et donc rémunérés par le Ministère de la Justice, pour les autopsies judicières (médico-légales) et non par le Ministère de la Santé (autopsies médicales dans ce cas précis).

Autrefois, il m'est personnellement arrivé d'être réquisitionné par la Police pour faire deux ou trois constats de décès. Pour me faire rémunérer, j'allais amener ma réquisition au Palais de Justice. 

A mes débuts, quand j'étais Médecin d'Etat Civil adjoint, pour faire les constats de décès, jétais rémunéré par la Mairie de la ville où j'exerce. C'était il y a longtemps, depuis j'ai démissionné.

 

 

Trouvé sur http://www.wikio.fr/sante/medecine?wfid=52611792

 

jeudi 10 avril 2008

La grève des autopsies plonge la justice corse dans l'impasse

La Corse ne dispose plus de médecins légistes. Comme ces praticiens d'un genre bien particulier refusent, depuis quatre mois maintenant, d'effectuer la soixantaine d'autopsies annuelles dans les hôpitaux de Bastia et Ajaccio, la justice se retrouve dans une impasse jugée « critique » par bon nombre de magistrats et d'avocats. Avant-hier, une réunion de crise s'est tenue au palais de justice de Bastia en présence du président du tribunal de grande instance Régis de Jorna, du procureur de la République Jean-Jacques Fagni, du directeur de l'hôpital de Falconaja, Jean-Pierre Perron, et des deux médecins légistes, Jean-Baptiste Rovere et Antoine Damotte. Le but de cette rencontre était de trouver des solutions concrètes pour que ces praticiens reprennent leur travail au plus tôt.

Hors normes
Rappelons à ce propos que le docteur Jean-Baptiste Rovere, qui exerce cette tâche à Bastia depuis une vingtaine d'années, a décidé de ne plus pratiquer d'autopsie car il estime que « la salle dédiée à ces opérations est insalubre et ne répond plus aux normes en vigueur ». « Je ne compte pas remettre les pieds dans cette salle qui se trouve au cœur du service mortuaire de l'Hôpital de Bastia, tant que les travaux nécessaires n'auront pas été réalisés. Je ne peux plus travailler dans des conditions inadéquates. Une autopsie est quelque chose de trop sérieux et de trop délicat pour ne pas la pratiquer dans les règles de l'art ».

Les cadavres transportés à Marseille
Du côté d'Ajaccio, le Dr Paul Marcaggi a adressé une lettre au procureur José Thorel pour le prévenir qu'il cessait ses activités car « ses conditions de travail ne le satisfont plus ». Confrontée à ce double problème, la justice essaie donc, tant bien que mal, de jongler avec les moyens du bord. Si, à Ajaccio, on fait venir des médecins légistes du continent avec tout ce que cela comporte de temps perdu et de dépenses pour les voyages et les hébergements, à Bastia on n'hésite plus à faire transporter les cadavres à l'institut médico-légal de... Marseille. Hier, Jean-Pierre Perron, le directeur de l'hôpital de Falconaja, à Bastia, a indiqué qu'après la réunion de mercredi, trois décisions avaient été prises. Primo, le centre hospitalier s'engage a fournir aux médecins du matériel neuf, tout particulièrement pour les prélèvements d'organes. Secundo, l'hôpital assurera une assistance au médecin pratiquant l'autopsie. Tertio, un dossier devra être remis au plus vite par le Dr Rovere à M.Perron afin qu'il puisse faire réaliser les travaux nécessaires. Mais là encore, un problème se pose. Le ministère de la justice acceptera-t-il d'assumer, seul, les frais de ces travaux dont le montant s'élèverait à 30.000 euros ?
Jean-Baptiste CROCE

08/04/2008

Plus grandir

 

Plus grandir

Paroles et Musique: Mylène Farmer

 

Petit rien, petit bout
De rien du tout
M'a mise tout sens dessus dessous
A pris ses jambes à son cou

Petit rien, petit bout
La vie s'en fout
Dans mes draps de papier tout délavés
Mes baisers sont souillés

Plus grandir, j'veux plus grandir
Plus grandir pour pas mourir, pas souffrir
Plus grandir, j'veux plus grandir
Pour les pleurs d'une petite fille

Jeux de mains, jeux de fous
C'est pas pour nous
Suspendue au lit comme une poupée
Qu'on a désarticulée

Petit rien, petit bout
De rien du tout
Reviens dans mes images, j'me suis perdue
Après... je n'sais plus !

Plus grandir, j'veux plus grandir
Plus grandir pour pas mourir, pas souffrir
Plus grandir, j'veux plus grandir
Pour les pleurs d'une petite fille...

Mylène Farmer (suite)

Puisque vous avez été sage...

Je vous disait bien que les clips de Mylène Farmer sont remarquables là, c'est un véritables film. Ce vidéo clip a été réalisé par Laurent Boutonnat.

 

Tom Rider - Sarabande de Georg Friedrich Haendel

Une version surprenante de la sarabande de Georg Friedrich Haendel. Cette musique est le thème principal du film "Barry Lyndon" de Stanley Kubrick.

 

 

 

Haendel était atteint d'un Trouble Bipolaire. Il aurait composé Le Messie en... six jour, il était en état maniaque ou hypomaniaque

 

 

 

07/04/2008

USB Wine

soeur sourire - dominique - 1963

 
Sœur Sourire, de son vrai nom Jeanine Deckers (1933-1985), entrée chez les dominicaines en 1959, connaît un succès mondial en 1963 avec la chanson Dominique-nique-nique qu'elle écrit, compose et interprète au profit de son ordre. Elle quitte les ordres en 1966 n'ayant pas la vocation.
 
Les services fiscaux belges réclament alors à Jeanine Deckers les fortunes qu'aurait dû lui rapporter Sœur Sourire. Ils restent sourds à ses protestations de même que les autorités religieuses qu'elle appelle à son secours.
 
Jeanine et sa compagne, Annie Pécher, thérapeute d'enfants autistes, sombrent dans une dépression que l'alcool et les médicaments ne font qu'aggraver. Elles finissent par se suicider ensemble le 29 mars 1985 En 1963, sans le savoir, elle signera le plus gros tube que la Belgique ait exporté internationalement avec Dominique.
 
 
Extrait du commentaire de Dailymotion (pour les non initiés, cliquez sur la vidéo pour accéder à Daylimotion).