Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2015

Le Fakir et le Neurochirurgien



Je me souviendrai toujours, une des première fois où je débarquai à l'hôpital, en tant que stagiaire hospitalier.

Ce fut dans un service de Neurochirurgie, la chirurgie la plus réputée, à l'époque, avant d'être détrônée par la chirurgie cardiaque.

Un consultation marquante fut celle d'une patiente atteinte d'un Trouble Obsessionnel Compulsif, T.O.C., elle se lavait les mains plus de... trente fois par jour, et en souffrait beaucoup.

Était programmé, pour le lendemain, une Lobotomie, c'est un acte chirurgical qui consiste  à détruitre une partie de la substance blanche du lobe frontal. Cette pratique est, maintenant, abandonnée.

J'ai eu ce triste privilège d'assister à une des dernières Lobotomies.

La Lobotomie fut Immortalisé par le film de Miloš Forman, sorti en 1975, « Vol au dessus d’un nid de coucou ».

Un jour, je croisait le Neurochirurgien, qui avait pratiqué la Lobotomie. Il me demanda tout de go : " Alors, tu l'a vu le Fakir ?".

Moi, interloqué, sur le coup, de ne pas comprendre.

Mais, j'appris plus tard, qu'était attaché, dans ce service de Neurochirurgie, une consultation de la douleur où existait des consultation d'Acupuncture.

Personnellement, je ne crois pas aux vertues de l'Acupuncture, mais...

Des deux, qui était le moins nocif ?


23/01/2015

Petite mesquinerie, grand avantage





Dans la résidence où j’exerce mon activité professionnelle, je ne suis pas en odeur de sainteté.

En effet, de façon générale, dans les résidences, l’exercice professionnel d'un médecin, surtout dans les petites, ce qui est mon cas, dérange par son passage.

Or, il se trouve, en plus, que, dans la mienne, la majorité des copropriétaires sont des retraités.

M’embêter les occupe.

Ils ont décidés de ne pas entretenir l’allée qui mène à mon cabinet médical. Il se trouve qu’elle est en terre battue. Cette terre salissait ma salle d’attente.

Depuis leur petite mesquinerie de l’herbe pousse sur mon allée, celle-ci fixe la terre, et ma salle d’attente se salie beaucoup moins vite.

J'en retire un grand avantage.

20/01/2015

Deux ans après


Crédit Photo : http://www.mon-maitre-scapin.com/


J'ai, dans ma clientèle, un patient sourd et muet, cela va de pair, quand on est sourd, on est muet car on a pas le retour du son.

Ce patient est marié... avec une patiente atteinte d'un Syndrome d'Usher (maladie génétique orpheline), c'est à dire qu'elle est sourde, bien sur muette, mais, en plus... aveugle. Au départ, elle était sourde et muette, puis, de part sa maladie, elle est devenue aveugle par la suite. Bref, une horreur.

Ils se rencontrèrent dans une Institution pour Sourds et Muets, où, bien évidemment, eurent lieu beaucoup de mariages.

N'oublions pas que c'est l'Abbé de L'Épée, qui fut le précurseur de l'enseignement dispensé aux sourds et muets. il fut le précurseur, aussi, du Langage des Signes Française (LSF). On lui doit donc la création de ce type d'institutions.

Ils eurent un garçon tout à fait normal qui est très bien insérée dans la vie.

Inutile de dire, qu'avec eux, les consultations sont loin d'être simple.

Pour communiquer le plus souvent, en parlant lentement et articulant devant le patient mais aussi en écoutant bien, car il arrive, quand même, à se faire, à peu près, comprendre, cela peut suffire. Mais, souvent il faut bien en arriver à la feuille papier. J'ai bien essayer Word, une fois, cela a très bien fonctionné mais il fallait tourner l'écran, pas pratique, j'ai abandonné pour en revenir à cette bonne vieille feuille papier.

Lui, pour communiquer avec elle, il lui écris dans la main.

Puis assez rapidement, on se fait à ce type, bien particulier, de consultation.

Une fois, il m'amena sa femme en me disant qu'elle était très fatiguée. Perplexe, je lui fit faire, comme en Médecine Vétérinaire, un Bilan Sanguin qui révéla une anémie du feu de dieu. Elle avait  quarante huit ans et était en périménopause, elle avait certainement des règles plus qu'abondantes, ce qui pouvait largement expliquer cette anémie cause de l'asthénie (fatigue). Direction la Gynéco. Qu'elle chance pour celle-ci, le diagnostic lui était apporté sur un plateau. Mais j'imagine, quand même, sa tronche quand elle les vit débarquer dans son cabinet. Pour une fois, là, le Médecin Généraliste prenait toute son importance.

Il se trouva que ce patient développa une hypercholestérolémie qui fut cadrée. Il développa ensuite une Hypertension Artérielle bien équilibrée par la médication. Jusque là tout allait comme sur des roulettes, consultation tous les trois mois, puis... plus rien.

Je pensai qu'ils avaient changé de Médecin Traitant.

Quand, deux ans plus tard je les vis revenir à la consultation. Il se trimbalait, depuis deux ans, avec 17/9 de tension, un peu beaucoup quand même !

Comme il me le dit : "Une fois, j'ai oublié un mois et...

Comme tout allait bien, depuis, j'ai tout arrêté".

Pourquoi est-il revenu, mystère.

 

17/01/2015

Les erreurs du blogueur




Mon Blog a été crée le 7 juillet 207 2007, huit ans déjà cette année!

Cela me permet de faire un bilan sur quelques erreurs capitales que j'ai commises.

Mais ce ne sont pas des erreurs rédhibitoires et punissables au niveau de la Loi.

Je conseille, à ce propos, à ce que cela intéresse, de lire l'article "Blogueurs et Responsabilité Reloaded", sur le blog de Maître Eolas : "Journal d'un avocat".

Au début, on s'émerveille de tout. tout est sujet à article, même le plus futile, comme "le muguet du premier mai".

Puis vient le temps du manque d'imagination, alors on a tendance à copier coller, la chute se fait sentir et le couperet tombe progressivement mais immanquablement.

L'imagination revenant, les articles se font, à nouveau intéressants. Le blogueur peut alors commettre des erreurs fortuites ou maladroites mais dans mon cas pas mal intentionnées.

Une de mes première erreurs fut comico-dramatique consista à révéler à mon hébergeur une pseudo attaque virale qui me valu d'être exclu pendant quelques de la Blogosphère visible, ce qui me fit plonger dans les sondages.

Une deuxième erreur que je regrette profondément est un article que je ne citerai pas, j'en ai tellement honte, que j'y regarderai à deux fois avant d'écrire pareille chose.

Parfois, aussi, le blogueur a ses propres soucis qui le rendent moins réceptif à ses lecteurs et lui font commettre des erreurs, vis avis de ses dits lecteur.

Avant d'être blogueur celui-ci n'en est pas moins homme.

C'est pour cela qu'il commet toutes ces maladresses.

16/01/2015

Une histoire mignonnette




En ces temps plus que morose, une petite histoire pour se remonter le moral.

Une mère de 45 ans se dirige, dans le salon, vers sa fille de six ans plongée dans son dessin animée et lui demande en lui présentant un livre : "Que voit-tu comme chiffres" sa gamine de répondre "trois - zéro".

Elle vient juste de lui donner le temps de cuisson (30 minutes) pour le repas du soir, car elle est presbyte, et sa fille, en CP ne connait que les chiffres et les lettres.

Elle a su, intelligemment, se servir des connaissances de sa fille, limitées encore pour son âge, mais suffisantes.

12/01/2015

Une consultation kalachnikov qui a bien failli se terminer en "tiers payant"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je sais, c'est encore un peu tôt, mais la vie continue et et le bandeau noir "Je suis Charlie" a disparu des différentes chaines de télé.

 

 

Cette histoire vient en réponse au coup de gueule d'alain dans le dernier commentaire de mon article : Énorme drame collectif contre petit drame individuel.

 

Certes, cette histoire est certainement trop précoce et bassement matérielle au vue des évènements dramatiques qui se sont déroulés concernant l'attentat contre le journal Charlie Hebdo*.

Mais, je le répète, la vie continue, comme l'a dis une de mes lectrices.

 

Pas plus tard qu’aujourd’hui,


Consultation du soir (espoir... vite déçu) jeune patiente de 23 ans en alternance. Il y a de plus en plus en plus de jeunes qui sont en alternance. cela m'interpelle.

Elle vient me voir pour trois pathologies, c'est ce que j'appelle les consultations kalachnikov, c'est tristement d'actualité (dans cet article, on voit une démo de ce redoutable engin de mort)

Car la kalachnikov, arme de guerre rustique et redoutable, peut tirer au coup par coup, mais, surtout, bien évidemment, tire en rafale.en rafale.

Tout comme, dans ce cas, le patient, ou la patiente en l'occurrence. alain appelle cela les consultations alouettes.

 - Une sérologie HIV car elle compte arrêter le préservatif avec son pote.


 - une prescription de pilule qu'elle avait arrêtée avec le port du préservatif. Sachant que le préservatif à un taux d'échec de 10% alors que celui de la pilule est de 0,8 %. Si le préservatif protège du SIDA, il ne protège pas de la... connerie.

- Une "boule" au niveau de l'oreille (tragus, on peut faire de magnifiques piercing à cet endroit là), qui s'avère être, en fait, un kyste sébacé. Et hop, même consult, lettre Dermato.

Et de trois.

Mais ce n'est pas fini !

Quand je lui annonce la "douloureuse", elle me réponds "mais il faut payer ?". En effet, avant, elle était étudiante et allait dans un centre de santé gratos faisant le "tiers payant".

Et en plus, elle n'avait que la carte bleue alors que mon lecteur de carte verte ne la prend pas...

Bref, l'enfer, quoi. Et moi de voir... rouge.

Heureusement, elle alla retirer du liquide a un distributeur, pour régler ma modeste "facture" de 32 €.

09/01/2015

Énorme drame collectif contre petit drame individuel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








Cette histoire est arrivée exactement le jour du dramatique attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo.

Je vais me permettre de vous vous narrer ce qui est arrivé à une patiente que je ne connaissais pas et que j’ai vue ce jour pour la première fois.

Je vois, à la consultation du matin, une patiente d’une trentaine d’année avec un tableau de « Bronchite », mais avec des petits crachats collants et une toux chronique sèche constante, y compris la nuit depuis quelques jours avec une difficulté à respirer (dyspnée).

Devant ce tableau évident de crises d’asthmes, la « plus belle » depuis mon installation, je lui demande si elle en en a fait d’autres. Elle me répond par l’affirmative et ce plusieurs fois avec des traitements anciens qui, à l’époque étaient totalement inefficaces sauf quand la VENTOLINE* est apparue pour le traitement de la crise d’Asthme, mais seulement la crise, pas le traitement réel, le traitement de fond, pas celui de la maladie.

Drame individuel, pourquoi ?

Cette patiente est au chômage et n’a pas de mutuelle, elle est en fin de droit et en attente de CMU, courageuse et dynamique, elle préfèrerait impérativement trouver un travail avant.

Drame individuel pourquoi ?

Car les médicaments ne sont remboursés qu’à 60%, et les corticoïdes inhalés sont des médicaments assez chers et, sans mutuelle, elle sera obligée de débourser 30% de sa poche. Cela va grever sérieusement son budget qui est déjà plutôt mince comparé à celui du Ministre de la Santé.

Devant cette situation, je lui fais le tiers payant.

Acte gratuit.

08/01/2015

Le grand Duduche

 

 

 

 

 

 





Le Grand Duduche est un personnage, un lycéen, dessiné "à la plume", comme il tenait à le préciser, par Cabu, ressemblant étrangement et à son auteur. il est apparu dans le journal Pilote* en 1963, ce fut une suite de Bande Dessinées.

Il me fait l'effet de quelqu'un d'éternel Lycéen profondément, totalement désintéressé et profondément gentil, resté un peu au stade Lycéen.

Cabu, dessinateur, caricaturistes humoriste est né 13 janvier 1938 et mort assassiné, à l'âge de 77 ans, le 7 janvier 2015 lors d'un attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo

A la mémoire des victimes et de leurs familles atteints lors de cet attentat.

07/01/2015

07/01/2015 : Pourquoi ?

Un peu à la traine, pas du tout à mon honneur (si j'en ai un).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22:31 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

Les effets pervers du tiers payant généralisé sur les Médecins



En 2017, si je ne me trompe pas, nos gouvernants veuillent une généralisation du tiers payant généralisé pour tous les patient, jus que là réservé aux seule CMU (Couverture Médicale Universelle).

Or, il faut savoir, qu'interviendra, alors, outre la Couverture Médicale Obligatoire, une Part Complémentaire assurée par une... centaine de mutuelles. Cela deviendra difficile à gérer sans l'évolution du logiciel médical pour gérer la possibilité de reconnaitre ces... cent mutuelles, et au Médecin Généraliste à perdre du temps à rentrer les données de la mutuelle du patient.

Madame la Ministresse de la Santé, Madame Marisol Touraine, a dit, lors du' une intervention que la mise en place de la carte vitale n'avait pas posé problème aux Médecins Généralistes et, surtout... ne leur avait rien couté.

C'est faux !

Cela leur a couté :

 -  Un ordinateur
 - Un abonnement ADSL
 - Un lecteur de carte vitale
 - Un logiciel Médical
 - Et, depuis peu, le Vidal sur CD-ROM payant.

Ouf !

Gratuit, tout ça ?

tout les ans avec constante augmentation, sauf, le lecteur de carte qu'il faut changer cependant quand il tombe en panne et upgrader l'ordinateur ou changer le système d'exploitation (Windows).

Gratuit tout cela, Madame la Ministresse ?


A mon avis, cela aura des effets pervers :

Outre le temps perdu a entrer dans l'ordinateur les différentes coordonnées de la mutuelle du patient

 - Sur les Médecins voulant s'installer en Médecine Générale. Déjà qu'il n'y a que 10 % de Médecins ayant leur Thèse qui "vissent" leur plaque en Médecine Générale, les nouveaux risquent, pour le coup, d'y réfléchir à deux fois.

 - Sur les Médecin partant à la retraite ou pas loin de la retraite. Ceux-ci ne seront pas tentés de faire du "rab" et de par tir à la retraire dès qu'ils arrivent à leur temps ou à prendre, tout simplement, un départ anticipé.

Cela est valable aussi pour les Médecins Spécialistes.

Déjà que l'on commence à manquer de médecin...