Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2013

Petites causes grands effets

Pour faire suite à mon post, voici deux petites histoires illustrant bien le dossier

J’ai, dans ma patientèle, une patiente qui est conseillé juridique la DDE, qui m’a raconté ces anecdotes.

 

 


 

Les lapins

Voici l’intérêt de faire des battues. Pendant deux ans, il ne fut pas organisé de battues pour contrôler le lapinisme le long d’une route de campagne, les lapins prolifèrent tellement, que, n’ayant plus rien à manger, se mirent à s’attaquer aux champs de blé voisins. Les agriculteurs, face au dommage subi, se retournèrent sur le service juridique de la DDE.

La DDE, se trouva obligée de dédommager ces agriculteurs, pour le fait de ne pas avoir organisée de battue.

Pour ce qui est de l’écologie, il y a quelques règles à respecter : savoir maitriser un bon équilibre écologique des populations, sinon, les problèmes surviennent assez rapidement.

 


 

La fosse

Plantons le décor. Une aire de repos sur une route nationale. Des toilettes publiques gratuites. Jusque là tout va bien. Les autoroutes étant payantes, les entreprises de transport demandèrent à leurs chauffeurs de n’utiliser que les routes nationales et ce pour raison d’économie. Cela ne fut pas prévu à la construction de la fosse, celle-ci avait une capacité prévue pour les voitures et pas pour les camions.

Le résultat ne se fit pas attendre

La fosse fut vite saturée.

Et...

Les emmerdes de commencer.

 

Tout cela peut être appliqué au niveau de la population de la terre. Cela se rapproche de la théorie de la décroissance démographique, bien que celle-ci soit décriée par certains.

 


17/05/2013

Une rencontre imprévue

 

Hier, en rejoignant mes pénates, quelque chose trottait furtivement sur le trottoir pour disparaitre aussitôt, un petit animal gris, ou plutôt noir.

C'était un rat !

Cela faisait désordre, un rat dans la banlieue attenante à grandville.

Cela faisait bien longtemps que je n'avais côtoyé ce genre d'animal du joli nom scientifique, Rattus rattus.

Il faut dire, qu'avec le mouvement écologique, il ne faut pas erradiquer un animal en voie de disparition. Il faut se poser la question, le rat est-il un animal protégé.

Autre exemple, dans la forêt, à deux portée de voiture, prolifère des sangliers, qui dévorent tout, vas y que je te retourne la terre avec son groin, vas y que, met "rat finné ratien", les racines ce qui n'est pas très bon pour les arbustes convoités.

Des battues sont organisées, mais de façon peu nombreuses. C'est vrai, quand le soleil est couché, qu'il est touchant de voir passer dame sanglier suivi de sa ribambelle de marcassins. Certes les sangliers ne sont pas des lapins, mais, en l'espèce, le résultat est le même.


12/04/2013

Un couple surréaliste et macabre

Source : http://www.imemoria.com/


J’ai, depuis peu, dans ma patientèle, un couple étrange, bizarre, un couple surréaliste, macabre.

Monsieur est un gentil nounours costaud bien en chair, bon vivant, d’une quarantaine d’année.

Il est assorti d'une femme de, soit disant, 40 ans et qui en parait 70. Les cheveux longs, gris, elle est d’une maigreur digne, pratiquement, des camps de concentration, une sorte de sorcière. Bref, elle fait peur. Elle est loin d’être appétissante. Comment fait le mari ?

Contre toute attente, c’est elle qui dirige le couple.

Visiblement madame relève du Psy, d'ailleurs, elle est suivie par le secteur, pour cela.

De temps en temps, monsieur lui dit, "tu sais chouchou, à ce moment là je t’ai fait hospitaliser".

A la dernière consultation elle me dit qu’elle est très triste car elle a fait incinérer son Zou Zou, son chien, et que cela s’est mal passé, très mal passé. On lui a montré, dans son cercueil, son Zou Zou plié en  deux, et le téléviseur pour, excuser moi du peu, assister à la crémation, en live, ne marchait pas.

Maintenent, elle communiquait, par internet plusieurs fois par semaine avec une policière qui a vécu la même macabre expérience.

Je ne sais si elle a saisi 50 millions de consommateurs.

19/02/2013

Une patiente à la vie tourmentée




Je suis soumis à une saison migratrice. Je vois de nouveaux patients en fonction des mutation des patients militaire. La petite famille est bien obligée de suivre. Parfois ce n'est p    as facile, pour le conjoint de trouver un travail.

Les mutations ont lieu tous les deux à trois ans. Je vois, donc, au gré de ces mutations, de nouveaux patients.

Mon cabinet médical est situé juste en face d'une grande résidence très agréable et a visage humain réservée aux militaire. Heureusement pour eux, Ils sont très bien logés. Il faut bien avoir quelques avantages dans ce métier un peu particulier.

Une patiente de 40 ans, dont le mari est militaire, atterrit donc dans ma salle d'attente (son mari est parachutiste, enfin, l'était, l'âge passant...). Elle se plaint d'oppression thoracique et de douleurs abdominales. A l'examen, une grande balafre adorne le flanc gauche : "j'ai été opéré d'un cancer du rein, il y a quatre ans".

Déjà, ça, c'est pas commun.

L'examen clinique est strictement normal. Son histoire d'oppression et de douleur me fait plutôt penser à quelque chose de l'ordre du Psy, je sais, oui, encore...

A la question sur d'éventuels soucis : "oui, je suis en formation pour être Aide Soignante" et puis il faut prendre ses repères. En outre, je bois pas mal, du punch (mon mari est antillais).

Me référant à son cancer du rein, je lui demande si elle n'a pas eu d'autres stress dans sa vie.

J'ai eu une adolescence troublée, cela n'allait pas avec ma mère. Je me suis scarifiée, je sniflait de "l'eau écarlate". Et puis cerise sur le gâteau elle lâcha le morceau : J'ai été violée à l'âge de 17 ans.

J'ai rarement vu un patient avec une vie aussi mouvementée. Comme elle le dit elle même, si je mourrais maintenant, je pourrais dire que j'ai eu une vie bien remplie.

A un interrogatoire plus poussé elle me confie qu'elle est fatiguée et qu'elle n'a goût à rien. Cela se précise. Elle décompense un Trouble de Stress Post Traumatique en Etat Dépressif Majeur, et elle traite tout cela avec des rasades de punch, sans modération.

J'oubliais, son couple est un couple recomposé. Elle a eu un enfant avec chaque homme important de sa vie, les deux sont des gens de couleur.

Son violeur était un...

Blanc.

13/02/2013

Sodas, Hypertriglicéridémie et Pancréatite



Dans un pays lointain, une femme a eu de gros problèmes de santé* (elle en est morte), car elle buvait, depuis plusieurs années, un soda très sucrés (20 morceaux de sucre par litre).

Cela me rappelle une histoire de chasse, qui m'a été rapportée:

Il y a quelques années, une biologiste d'une Clinique bien connue à Grandville, a fait le tour de la clinique avec un tube a essai, en demandant au personnel spectateurs, ce que cela pouvait bien être.

Toutes les personnes répondaient immédiatement... du lait.

Eh bien non répondait-elle, c'est du sang !

mais avec.. plus de 10 g de Triglycérides !

A ce taux là on risque une pancréatite aigue**.

La couleur du sang n'était pas rouge mais blanche grâce à l'effet Tyndall***, dû a la dispersion de la lumière incidente sur les molécules de Triglycérides en excès.

Le patient était un maçon, qui travaillait en plein été (en plein cagnard comme on dit par chez nous). Naturellement, dans un cas comme cela, il faut s'hydrater. Pour s'hydrater, ce patient avait consommé, dans la journée,... cinq bouteilles d'un litre et demi de soda, soit sept litre et demi, un peu la quantité d'eau que boivent les coureurs du tour de France en une étape (minimum 10 litres).

L'excès en tout est un défaut (proverbe de Jean Hardouin, Sentences et proverbes - 1683).

 

*Référence 1 - http://www.20minutes.fr/societe/1099625-nouvelle-zelande-mort-femme-liee-a-consommation-excessive-coca-cola#xtor=EPR-159-[morning]-20130213-[article_societe]-756671463@3-

**Référence 2 - http://fr.wikipedia.org/wiki/Pancr%C3%A9atite_aigu%C3%AB

**Référence 2 - http://www.em-consulte.com/article/197149/hypertriglyceridemiec-le-risque-de-pancreatite-aig

***Référence 3 - http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Tyndall





*http://www.20minutes.fr/societe/1099625-nouvelle-zelande-mort-femme-liee-a-consommation-excessive-coca-cola#xtor=EPR-159-[morning]-20130213-[article_societe]-756671463@3-

10/02/2013

Les médicaments génériques : quelques vérités



Ce texte est plus que très largement inspiré, c'est un condensé des deux articles de Wikipédia aux requêtes sur Google avec une requète sur les deux mots clé : Génériques et Bioéquivalence.

On peut dire que cet article est un article générique ;-).



Médicaments génériques :

Un médicament générique est un médicament identique ou une marque (appelé médicament princeps), mais produit et vendu sous sa dénomination commune internationale (DCI, nom chimique de la substance). Ces médicaments génériques sont produits après expiration du brevet.

Pour obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM), un médicament générique ne nécessite qu'un test de bioéquivalence. Schématiquement l'efficacité thérapeutique qui doit être comprise dans une fourchette de 80 % - 125 % par rapport à celle du médicament original. Un générique peut avoir une biodisponibilité absorption) de moins 20 % à plus 25 % par rapport au médicament princeps. Cela veut aussi dire qu'entre deux génériques de marques différentes la biodisponibilité peut varier de 54 %.

La part de marché des médicaments génériques est de plus en plus importante car encouragées par les politiques de réduction des coûts de santé. Les médicaments génériques coûtent, en effet ,en moyenne, de 20 à 30 % moins cher que les spécialités de marque (les princeps).
Aux États-Unis, les génériques représentent, en 2010, plus de 60 % des parts de marché.

En France, les médicaments génériques sont en progression modérée, ne représentant que 25,2 % du marché en 2005 contre 13,7 % en 1999. Ce taux est faible en comparaison à d'autres pays.


Bioéquivalence :

Deux principes actifs sont dits bioéquivalents lorsque, administrés à la même concentration, ils engendrent les mêmes effets thérapeutiques.

Il semble que la substitution princeps/générique soit un facteur de diminution  de l'efficacité médicamenteuse, particulièrement pour l'acide valproïque et la lamotrigine (deux médicaments utilisés, en Neurologie, dans l'Epilepsie et en Psychiatrie dans le traitement des Troubles Bipolaires). Dans le cas de la lamotrigine, on dénombre entre 20 et 40 notifications d'événements graves, dans le traitement de la maladie épileptique pour 100 000 patients-années sur la même période pour le produit de marque, contre 191,1 pour le générique.

Pour être bioéquivalent, on doit retrouver dans l'organisme qui reçoit le médicament générique une quantité de substance active similaire à celle retrouvée avec le médicament de marque, avec un intervalle d'acceptation de 80 à 125 %.


Fabrication des médicaments génériques :

Nombres de sociétés ont délocalisés la fabrication des médicaments génériques dans les pays émergents (Chine, Inde, Pays de l'Est).


Le cas des personnes âgées :

Les excipients n'ont pas les mêmesla présentation présentation, la forme et la couleur (c'est ce que l'on appelle la forme galénique). Ceci pourrait engendrer des erreurs bien que les pharmacien écrivent le nom princeps sur la boite du générique.




Références :

Génériques : http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9dicament_g%C3%A9n%C3%...
Bioéquivalence : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bio%C3%A9quivalence

07/02/2013

A propos des compléments alimentaires






Une patiente la cinquantaine, pimpante, assidue des « cures de rajeunissements » et que je connais, déjà, depuis pas mal de temps pour un Etat Dépressif Majeur, suite, entre autre au divorce de son fils unique (elle-même a connue les joies du divorce, et surtout ce que ça coûte).

Cette patiente vient pour un bilan qui était programmé, mais, aussi, pour contrôler l’efficacité de son traitement antidépresseur, car elle a déjà fait plusieurs rechute, on en est là a un traitement de longue durée.

Bien évidemment, dans ce bilan je demande le dosage de la « TSH de 3° génération » qui permet d’avoir une idée sur la fonction thyroïdienne, or, on sait qu’une hypothyroïdie peut entrainer un état dépressif.

Bingo, elle revient avec un taux révélant une hypothyroïdie.

Je l’adresse, illico, dans le service d’endocrinologie de l’hôpital de Grandville.

Je fus très surpris de la réponse, je tombais des nues, comme quoi les patients ne disent pas tout à leur médecin.

En fait, l’explication était toute simple, pour maigrir, elle avait pris, comme « complément alimentaire », des gélules d’algues et ceci tout les jours, et ce, pendant plusieurs mois. Les algues sont riches en iode. Elle s’était donc saturé, en iode, sa thyroïde, d’où son hypothyroïdie.


Quelques réflexions farfelues que m’inspire cette « histoire de chasse » :

1°) Comme quoi, même les compléments alimentaires peuvent avoir des effets secondaires.

2°) Ou comment se rendre malade quand on est en bonne santé.

3°) La cinquantaine est un cap difficile à franchir, tant pour les hommes que pour les femmes.

4°) La patte de lapin, c’est quand même moins dangereux.

05/02/2013

Confraternité




Il n’y a rien de plus irritant pour un Médecin Généraliste que le non respect de la confraternité.

Un exemple :

J’ai l’habitude d’adresser mes patients diabétique à l’Hôpital de Grandville dans le service de diabétologie et d'endocrinologie. Car en ville vous envoyez le patient et vous ne le revoyez plus (bonjour la confraternité).

Mais là n’est pas le propos.

J’adressais au Patron du service, et plus le temps passait moins il passait de temps en consultation, si bien que deux de mes patients allèrent- voir dans une clinique, car ils ne supportaient plus cette situation.

Eh bien, je n’ai pas été déçu !

Je n’ai reçu aucun courrier je renouvelle, certes les ordonnances, mais je n’ai pas de justificatif, cela peut, éventuellement poser problème au niveau médico-légal s’il ya un « «accident ».

Depuis, j’ai changé mon fusil d’épaule, j’envoie toujours à l’hôpital, mais à un P.H. (Praticien Hospitalier) qui prend plus de temps et, en plus, j’ai mon courrier, ainsi…

Tout le monde est content.

01/02/2013

Une drôle de consultation




On sonne.

Je fais un drôle de métier.

En effet,  j’ai ce privilège de faire un métier, ou l’on sonne et j’arrive comme un maître d’hôtel, ou plutôt comme un larbin.

La suite penche plutôt comme la seconde formulation.

On sonne, je vais vers la salle d’attente, c’était, le soir, en toute fin de consultation, je me préparait juste à partir.

Une femme avec son fils de 17 ans entre téléphone portable vissé à l’oreille et me dis, je suis à vous dans 5 minutes, prenez mon fils dans le bureau en attendant.

La consultation concernait le gamin. Samedi dernier, ils avaient appelé SOS Médecin, car il avait mal de gorge, mais surtout mal à l’oreille droite. Et voilà que je te mette un antibio pour la gorge, un corticoïde pout la gorge et l’oreille et, cerise sur le gâteau, un antibio local pour cette malheureuse oreille.

Je lui pose plusieurs questions qui sont un peu évasives, parfois totalement contradictoires.

Au bout de cinq minutes, la mère rentre dan le bureau, sans frapper. Cela tombait bien, cela faisait une minutes que j’avais fini mon « interrogatoire » peu fructueux, je meublais, heureusement peu de temps, la conversation.

Je passais donc à l’examen clinique, rien à la gorge, par contre, de l’oreille ne suintait une sorte de liquide verdâtre, ou l’examen otoscopique était totalement impossible a pratiquer.

La soluce, direction la case ORL.

La politesse, de nos jours, je vous le dis ma bonne dame, la politesse, de nos jours, se perd de façon inquiétante.

Il y a, aussi, des coups de pieds au cul qui se perdent… !

29/01/2013

Diane 35*, la chasseresse et les prescriptions en dehors des indications thérapeutiques (hors AMM)

 

 

Diane 35* est responsable de 4 décès en 25 ans (embolies pulmonaires).

http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/diane-35-...

Diane 35* a une particularité intéressante c’est que son AMM (Autorisation de Mise sur le Marché), cela est en début de la notice VIDAL sous la rubrique INDICATIONS, est assez restrictive.

INDICATIONS :
« Traitement de l’acné chez la femme : l’efficacité est modérée et ne s’observe qu’après plusieurs mois de traitement »

Il existe des traitements beaucoup plus efficaces dans l’acné mais pour l’acné très importante le traitement est beaucoup plus à risque (contre indication formelle : grossesse), surveillance du cholestérol et du bilan hépatique.

Quand on prescrit un médicament hors AMM on joue un peu aux apprentis sorciers surtout s’il peut y avoir un risque vital même aussi faible soit-il. C’est la notion bénéfice risque.

Un article de la MACSF (Mutuelle d’Assurance du Corps Sanitaire Français) qui assure les médecins vis-à-vis de la responsabilité professionnelle, intitulé :

Prescription médicale hors AMM : ce qui change en 2012

Cet article résume sous quelles conditions un médicament peut être prescrit hors AMM :

Une prescription hors AMM est autorisée si :
•    Il n'existe pas d'alternative médicamenteuse bénéficiant d'une AMM.
Il existe toutefois une recommandation temporaire d'utilisation ou, dans la négative, le prescripteur peut justifier que :
- le traitement est reconnu comme efficace et non dangereux par la communauté et la littérature scientifiques,
- son indication est « indispensable » au regard de l'état du patient, de sa demande et des connaissances scientifiques du moment.
•    Le prescripteur informe le patient
•    L'ordonnance fait l'objet d'une mention spécifique
•    La prescription est inscrite et motivée dans le dossier médical du patient
http://www.macsf.fr/vous-informer/prescription-medicale-h...

Pour les gens curieux un article de Wiki : « Liste de médicaments retirés du marché français ». http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_m%C3%A9dicaments_retir%C3%A9s_du_march%C3%A9_fran%C3%A7ais

Ceci étant, il y a parfois des effets secondaires de certains médicaments qui les écartent des indications pour lesquelles ils ont été inventés, par exemple :

En 1960 il a été remarqué qu’un médicament antituberculeux, le RIMIFON* (ISONIAZIDE) guérissait les tuberculeux atteints de dépression, le premier anti dépresseur était né (-une nouvelle classe thérapeutique aussi : les IMAO).

Plus récemment,  on découvrit qu’un médicament antihypertenseur (de moyenne efficacité) le PROPECIA* (FINASTERIDE) faisait pousser les poils nouvelle AMM Alopécie Androgéno Générique (efficace dans 30  des cas).

Encore plus récemment, un médicament antihypertenseur avec de très mauvais résultat clinique, avait un effet secondaire très intéressant chez les messieurs… au niveau de… l’érection, une nouvelle classe thérapeutique était née : les inhibiteurs de PDE5. Ce médicament célèbre est le VIAGRA* (SILDENAFIL).

Comme quoi, des fois, il faut savoir utiliser les effets secondaires des médicaments

Cerise sur le gâteau un médicament a fait beaucoup parler de lui, la Thalidomide, est de nouveau utilisée en médecine, notamment le Myélome Multiple. La forme Lévogyre protège contre les nausées et inhibe la production de TNFa (ce qui a pour conséquence son efficacité dans le traitement de certaines tumeurs ou syndrome inflammatoire).
http://www.pharmacorama.com/Rubriques/Output/Cytokine2.php


27/01/2013

Les "joies" et les risques du diagnostic par téléphone



Le téléphone sonne... Un samedi matin.

 - Est-ce vous travaillez le samedi ?

 - Il y a bien longtemps que je ne travaille plus le samedi matin, que vous arrives-t-il ?

 - C'est ma copine, elle est clouée au lit avec 39,5 de température et des courbatures.

 - En pleine épidémie de grippe ,cela semble évident : elle a la grippe. Mais...

 - C'est certainement la grippe. Donnez lui du DAFALGAN 1000 mg 4 fois par jour (1 cp toutes les 6 h) et qu'elle boive beaucoup, en particulier des boissons pétillantes qui sont riches en bicarbonates*, quand à l'alimentation, quelque chose de léger (yaourts, compote de pomme).

Mais, surtout, si cela ne va pas mieux...

Appelez S.O.S. Médecins...

(En effet, je pense dans ma tête (en général, je pense avec ma tête, ce qui ne m'empêche pas, parfois de penser comme un pied) ; des fois que ce serait autre chose... Une Pyélonéphrite par exemple.

Je me méfie toujours de "consultations" par téléphone" même les renseignements par téléphone, j'ne n'aime pas trop, déjà que je peux faire des conneries en consultation de visu, le tient à portée de vue, moi, bien au chaud dans mon cabinet, dans  mon élément, avec touts mes instruments et médicaments de démonstration (en particulier, les différents dispositifs, pour le traitement de la maladie asthmatique).

Elle vient me voir. Ouf, elle n'est pas morte !, Elle vient me voir, car comme j'ai expliqué à son copain, elle présente un V grippal (avec, seulement 38,5 de température, c'est pour cela qu'elle est venue à mon cabinet), dû a une belle superbe infection pulmonaire (un bronchite).

Je lui prescrit donc, un antibiotique basique (CLAMOXYL*, pardon AMOXICILLINE, sinon la Sécu va me tomber dessus à bras raccourci).

 - vous m'avez bien soigné, alors je viens vous voir.

 - Je lui donne, son traitement et un arrêt de travail bien mérité et, surtout justifié.

Signer le papier de Médecin Traitant je surnomme ce papier le "Pacte du Diable".

C'est alors qu'elle me dit que la grippe lui a déclenché un mal de tête, mais qu'il lui arrive, aussi qu'elle est sujette, très souvent d'avoir made tête mal de tête.

 - Comment se caractérise la douleur lors d'une crise Touche t elle la moitié du crane (douleur en hémi cranie) ?
 - Oui.

 - Qu'elle la durée, de 7 à 77 ans (zut, là c'est Tintin !) de 7 à 72 h (3 jours)?
 - Oui.

 - Toujours du même côté ?

 - Non.

Avez vous, lors des douleurs des douleurs avec ou sans aura ( scotomes scintillants visions colorées) avant l'apparition de la douleur?

 - votre mère a t'elle ce type de douleur ?

 - Oui.

Ce sont vraiment de crises de migraine.

 - Et a quelle fréquence avez vous ces crises ?

 - Environ deux fois par... semaine. Ah, j'oubliais, mon ancien Médecin Généraliste, avant que je déménage, m'avait donné ça (un médicament du laboratoire PFIZER, du RELPAX*), je lui dis que c'est exactement cette classe médicamenteuse qu'il faut donner. Mais comme je lui explique, "Chaque Médecin a ces dadas, moi, j'aime bien l'ALMOGRAN* qui a, un peu, moins de risque d'interactions médicamenteuses.

Mais cela est le traitement de la cris migraineuse, mais il y a, aussi le traitement de fond qui a pour but d'espacer les crises, voir de les faire disparaître totalement. Pour cela, je vais vous donner de l'AVLOCARDYL* (pardon le générique, le propranolol).

La maladie migraineuse, tout comme l'Asthme sont des maladies sous diagnostiquées et, par conséquences, sous traitées.

Trois maladies diagnostiquées (et traitées) pour 23,00 €.

J'ai ouï dire, qu'en Allemagne, tout conseil par téléphone est honoré.

* les eaux pétillantes sont des eaux minérales (qui contiennent des minéraux ce qui leur donnent du goût) par rapport aux eaux cristallines (inodores incolores et insipides, sans minéraux) que l'on peut mettre dans les batteries des voiture et donner aux nourrissons). D'ailleurs, ces deux types d'eaux sont rangées dans deux rayons différents dans les rayons des supermarchés.

25/01/2013

De nos jours, la politesse se perd



Oui, je vous le dis, mes bons amis, de nos jour, la politesse se perd.

Pas plus tard que ce matin, j’allais me faire faire une prise de sang. Il faut bien, de temps en temps, surveiller la machine.

Dans une rue étroite, tournante, mal aisée, trois forts chevaux tiraient un coche*… Euh, non, là c’est Jean De La Fontaine.

Dans une rue étroite, Je reculais un peu difficilement pour ne pas accrocher les véhicules garés des deux côtés et pour laisser passer deux voitures. Il se trouve que les deux véhicules en question, étaient conduites par des femmes (le hasard fait parfois mal les choses) et, cerise sur le gâteau, une avait le téléphone portable vissé à l’oreille.

Et bien, croyez le si vous voulez, aucune des deux ne m’a remercié de mon geste chevaleresque.

S...

 

*

24/01/2013

Les Thiols ou Mercaptans




Depuis la fuite de gaz, enfin du gaz malodorant, appelé Mercaptan, un petit rappel me paraît nécessaire.

La première fois que j'en entendis parler fut pendant mes cours de chimie lors de ma première années de médecine, la description de le magnifique odeur de ce corps chimique est assez poétique

Les Thiols, ou mercaptans (du latin mercurius captans, « qui capte le mercure »), est molécule comportant un groupement thiol -SH attaché à un atome de carbone. Les thiols ont été découverts par William Christopher Zeise.
Les Mercaptans ont une forte odeur d'œuf pourri. Les thiols sont utilisés notamment pour la fabrication de « boules puantes ». Ou en additif : Ils sont ajoutés en très faible dose au gaz domestique, car celui-ci est inodore.
D'après Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Thiol

Paradoxalement, les Mercaptans sont, aussi, utilisés en parfumerie.

 


le Radical Thiol





21/01/2013

Le guérisseur



Dans Grandville, il ya des voyants, cela est assez courant.

Dans Grand ville, il y a, aussi, des guérisseurs, cela et moins fréquent. Il y a des guérisseurs blancs et des guérisseurs de couleur, du type "Docteur Mamadou qui guéri l'impuissance et fait venir ou revenir l'être cher".

Dans Grandville, les voyants sont nettement plus nombreux que les guérisseurs.

Un guérisseur (un blanc, en l'espèce), fit, il y a quelques temps de cela une erreur monumentale.

Une nounou de 63 ans, agrée par la DDASS, une femme bien, responsable, s'occupant très bien des enfants qui lui étaient confiés, avait un seul défaut, elle consultait un guérisseur, assez régulièrement pour des petits soucis de la vie quotidienne que n'écoutent pas les médecins.

Ce guérisseur exerçait sa profession dans la banlieue de Grandville.

Depuis... pas mal de temps, elle consultait ce guérisseur, pour un écoulement du mamelon à un sein. A chaque consultation, outre l'argent qu'il lui prenait, il lui répétait que, avec ses soins, cet écoulement allait se tarir.

Au bout... D'UN AN ! Elle consulta un médecin qui l'adressa, illico, au centre anti cancéreux de Grandville.

Il s'agissait bien d'un cancer du sein NON TRAITE DEPUIS... UN AN !


Source : http://patricklarme.com/blog/wp-content/uploads/2012/02/G...

12/01/2013

Petite cause grands effets

 

Une jeune patiente est venue me consulter il y a de cela quelques temps déjà.

Elle était venue à consulte à la suite d’une hospitalisation dans une clinique psy pour état dépressif.

Il faut dire qu’elle était télé opératrice chez un opérateur téléphonique, elle avait beaucoup de pression de la part de son superviseur, comme tout ses coreligionnaires, il faut le dire par ailleurs. Qui plus est, elle abhorrait ce métier.

Elle tint quatre ans, puis fit un burn out salvateur.

Le seul hic c’est qu’elle fut transportée aux urgences psychiatriques de Grandville où l’on la rejeta, au motif qu’elle n’était, « pas assez folle ». Elle fut donc transéatée dans une clinique privée psy.

Elle vint me noir au sortir de ce séjour un peu disproportionné vu sa pathologie somme tout assez légère et qui aurait put, fort bien, être traitée en ambulatoire par un psychiatre de ville, voire un généraliste connaissant, tant soi peut, la psychiatrie.

Elle vit un médecin conseil qui lui remit un papier de longue maladie à remplir, par mes soins, au motif d’état dépressif. Je trouvais cette démarche démesurée, et lui expliquer que, si un jour, elle demandait un prêt, on lui poserait des questions sur son passé médical. Je lui déconseillais de remplir ce type de papier.

Là, le médecin conseil se comporta comme un… enfoiré (excusez moi du mot), il écrivit à la patiente que si ce ne remplissait pas ce formulaire, il lui sucrait ses indemnités journalières.

La main forcée, je remplis le papier.

Lors d’une soirée de FMC (Formation Médicale Continue) fort intéressante, un psychiatre atypique, les meilleurs) dit qu’un bon psychiatre est un médecin qui change le mode de vie de son patient.

Le rêve de cette patiente, était d’être esthéticienne.

La boite de téléphonie lui paya cette formation.

Mais lord ‘un stage en parfumerie, ou elle restait debout toute la journée elle revint me voir pour une gonalgie (douleur au genou) le droit en l’occurrence. Hélas pour elle c’est à ce genou qu’elle avait fait, étant adolescente, une arthrite septique (une infection du genou) et avait "bénéficiée" d’une intervention chirurgicale, l’IRM mit en évidence une atteinte du cartilage.

Je l’adressais à mon rhumatologue préféré qui préconisa, dans son genou, des injections d’acide hyaluronique.

La station debout devenant problématique, il fallait envisager « une reconvention professionnelle »

Décidément, comme le disait Coluche : « Il y a des gens qui sont plus égaux que d’autres ».

07/01/2013

ALOSTIL* VIAGRA* même combat



Quel rapport entre ces deux médicaments me direz vous. Surtout que, si vous connaissez bien le VIAGRA, il y a peu de chance que vous connaissiez l'ALOSTIL*.

Ces deux médicaments ont en commun, entre autre, le fait de ne pas être remboursés par la Sécurité Sociale.

Mais, alors ?

L'ALOSTIL* ou MINOXIDYL en DCI (Dénomination Commune Internationale, ou nom du générique) et un médicament qui a une action, dans 30 % des cas sur L'Alopécie Androgéno Génétique, la chute des cheveux, qui se voit surtout chez l'homme.

Le VIAGRA* ou SILDENAFIL (DCI) est, comme vous le savez en un médicament remarquablement efficace dans les bonnes indications des impuissances (Stress, état des artères péniennes, diabète...). Le VIAGRA est remboursé dans une seule pathologie l'HTAP (Hypertension Artérielle Pulmonaire, pathologie, entre autre déclenchée par l'utilisation du MEDIATOR*).

Bon d'accord, mais après ? Les indications thérapeutiques sont totalement différentes.

L'histoire de la découverte thérapeutique du MINOXIDIL est intéressante. Au départ, il était testé comme anti hypertenseur, son action était très modérée dans l'Hypertension. Mais on lui découvrit un effet secondaire intéressant, une hypertrichose (la pousse des poils). Sa carrière était lancée, il eut dans 30 % des cas une efficacité remarquable sur l'Alopécie Androgéno Génétique.

Quand au VIAGRA*, sa découverte, suivit un parcours identique. Au départ, testé comme anti hypertenseur il avait une efficacité limitée. Mais l'attention des chercheurs fut attirée par le fait que les messieurs testés en redemandés, car leurs performances étaient nettement augmentée. C'est cet effet secondaire qui fit le succès de cette molécule.

Comme quoi, les effets secondaires de certains médicaments font le succès d'un médicament.

Allez, une autre, pour la route.

Dans les années soixante, un des traitements antibiotique très efficace dans le traitement de la Tuberculose, s'appelait le RIMIFON* (IZONIAZIDE en DCI). On découvrit alors un effet secondaire inattendu : Les patients tuberculeux qui avaient une comorbidité dépressive, guérissaient de leur dépression, le premier anti dépresseur était né, abvec la découverte d'une nouvelle classe thérapeutique, les IMAO A.

01/01/2013

Bonne Années 2013, et surtout... Bonne Santé

Bon, je sais, ce dessin est un peu trash, mais je n'ai pas pu résiister

 

Ce dessin illustre, magnifiquement bien, la citation : CARPE DIEM.

23/12/2012

La Pharmacie

J’aimais bien aller dans cette pharmacie, qui était, presque comme une pharmacie de campagne, implantée dans une maison individuelle aux volets vert olive.

J’aimais bien aller dans cette pharmacie, pendant quelques jours de pont, quand il m’arrivait quelque bricole médicale, moi ou à ma mie. J’aimais bien, quand ce n’était pas trop méchant aller chercher quelques médicaments.

Progressivement, la clientèle augmentant la pharmacienne s’associa avec un autre pharmacien ; on embaucha des Préparatrices en Pharmacies aux jolies blouses roses, seuls les deux pharmaciens ayant droit à la prestigieuse blouse blanche.

Mais, cela n’était pas suffisant, un centre commercial se créa autour d’un Super U, un restaurant déménagea, un boulanger suivit le pas.

La pharmacie, pour ne pas rester à la traine, s’y déplaça.

 

« Non je ne me souviens plus du nom du bal perdu ».



14/12/2012

L’Hymne national de la Grande Bretagne et sa petite histoire

Le Roi Louis XIV

Pour rester dans l’atmosphère de l’article précédant, et surtout des derniers commetaires, je vous propose un petit divertissement historico-médico-musico-royal.

Le 18 novembre 1686, au matin, Charles-François Félix opère le Roi Soleil de sa fistule anale après s'être fait la main sur des malades des hospices parisiens.

Il doit ré intervenir plusieurs fois au mois de décembre, et jusqu'en janvier 1687, avant que le roi ne commence à se remettre des différentes interventions.

A cette occasion, et pour soutenir la difficile épreuve que traverse le roi, Madame de Brinon, religieuse supérieure et co-fondatrice de l'établissement "la Maison royale de Saint-Louis", située à Saint-Cyr, a écrit un petit motet que le surintendant de la musique Jean-Baptiste Lully a fort obligeamment mis en musique.

En 1714, le compositeur allemand Georg Friedrich Haendel est en voyage à Paris. Tandis qu'il visite la Maison royale de Saint-Louis, il obtient la permission de recopier l'air et les paroles de la chanson qui fut écrite et mise en musique presque 30 ans plutôt.

Haëndel traduit les paroles, et offre l'oeuvre au roi Georges Ier en s'en appropriant la paternité.

Ainsi est né, de la  fistule anale du Roi Louis XIV, l'Hymne de la Grande Bretagne : "God save the King".




Sources :

 - God save the Qeen et l’anus de Louis XIV : http://trefaucube.free.fr/index.php?id=146
 - Ces Malades qi nos gouvernent Pierre Accoce et Pierre Rentchnick : http://www.lespagespolitiquesdemirabelle.net/article-ces-...

09/12/2012

Comment choisir son médecin traitant

Panoramix, Le Druide. BD Astérix - Goscinny et Uderzo



Sachant que, comme dans toute profession, il est parfois difficile de trier le bon grain de l'ivraie, on peut, décemment, se poser la question essentielle : comment choisir son médecin traitant (son généraliste) en ayant le moins de chance possible de se tromper de boutique.

En effet, il ne faut pas se le cacher, certains médecins sont nuls, tant du point de vue des connaissance que, surtout de l'intellect (l'intelligence pure). D'autres, travaillent au charme, pour se constituer une clientèle rondelette, plutôt ronde que lette, d'ailleurs.

J'ai une théorie qui vaut ce qu'elle vaut : le corps humain est une mécanique, certes une mécanique qui pense et qui se reproduit, mais une mécanique quand même, et dont on connait, de façon de plus en plus affinée, le mode de fonctionnement. Ma théorie, qui vaut ce qu'elle vaut, se rapproche et prend modèle sur l’animal-machine de Descartes.

Comme les appareils électroménager, les automobiles, le corps humain tombe en panne, en début de vie et en fin de vie. il est donc inutile de prendre une extension de garantie pour un nourrisson. Mais qu'es ce que je raconte !

La courbe de consommation médicale est intéressante à étudier. Pour les hommes, c'est simple, il y a un pic, somme toute assez bas, en début de vie, puis la courbe augmente lentement et décolle après 50 ans. Pour les femmes c'est un peu plus complexe, c'est normal, car la gent féminine a toujours plus complexe que son homologue masculin. Pour les femmes il y a la même courbe que pour les hommes, hormis le fait qu'il y a une surconsommation médicale entre 20 et 40 ans (période reproductive, avec les accouchements).

Comme il est normal que le patient ne puisse juger ses connaissances techniques (comme un garagiste), à quoi peut-il se raccrocher pour ne pas se tromper dans le choix de son mécanicien auto, non, pardon, de son technicien du corps humain.

Un bon médecin généraliste est un médecin qui écoute, avec attention le patient. En effet, en Médecine Générale, le diagnostic d'une maladie, se fait à 80 % à l'interrogatoire du patient, seulement 10 % à l'examen clinique et 10 % aux examens para clinique (prise de sang, radio, scanner, IRM...).

De préférence, aussi, un bon médecin généraliste devrait avoir de bonnes connaissances en Psychiatrie, ce qui est difficile, de nos jours, car l'enseignement de cette spécialité fait, actuellement cruellement défaut, cala a peut-être changé depuis mes études, il y a de cela quelques années, il est vrai, mais cela m'étonnerait beaucoup.

En un mot comme en cent, personnellement, un bon médecin généraliste est, entre autre, un bon technicien qui pend son temps pour faire son diagnostic, qui connait ses limites et, celles-ci franchies, adresse, sans aucun scrupule, au bon spécialiste (un bon médecin doit avoir un carnet d'adresse bien fourni) Si le médecin généraliste n'est pas trop mauvais, le spécialiste le sera aussi (un bon médecin peut reconnaitre un autre bon médecin sur des critères purement professionnels).

Donc, dans la majorité des cas on peut juger son médecin de cette façon si le médecin généraliste sait bien écouter, c'est que le courant passe. Ceci étant, la majorité de la bobologie à tendance à guérir toute seule, ce qui fait, à mon avis, la réussite des médecines douces, par contre, face aux pathologie sérieuse, ce que j'appelle les vraies maladies, tant physiques que psychiques, on pourra juger le MG sur le fait que, s'il trouve la panne (la maladie), et applique une thérapeutique adaptée, la panne doit être "dépannée", et tout naturellement la symptomatologie dela pathologie doit disparaître, si la maladie est curable.

Ceci peut-être schématique et d'autant plus difficile quand on est face à un médecin qui travaille au charme.

Si un médecin, légalement, à une obligation de moyens, on peut étendre, avec prudence, cette notion, vers une sorte de compromis avec obligation de résultat, tout en cachant que l'erreur est humaine (l'homme n'étant, pas, totalement, une machine).

Voilà, si ce petit article a pu vous aider, j'en serai ravi.

Ah, un dernier mot, méfiez-vous d'un apprenti sorcier.



l'apprenti sorcier Paul Dukas vu par walt disney dans le Film Fantasia