Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2009

Une galerie de photos sur les paquets de cigarettes

Lu sur 20minutes.fr

Des photos chocs sur les paquets de cigarette

Créé le 30.10.09 à 22h12 | Mis à jour le 30.10.09 à 22h26
Exemples de photos sur les paquets de cigarettes à l'étranger.
Exemples de photos sur les paquets de cigarettes à l'étranger./dr

SANTE - C'est l'idée de trois députés UMP...

Trois députés UMP, chargés par le président de leur groupe parlementaire Jean-François Copé de se pencher sur l'avenir des buralistes, estiment «inéluctable» l'introduction de photos choc sur les paquets de cigarettes et recommandent une seule face, le dos du paquet.

Dans leur rapport remis jeudi, et rendu public vendredi, Jean-Marie Binetruy, Thierry Lazarro et Richard Mallié expliquent que l'«introduction de photos choc semble inéluctable» et préconisent aux pouvoirs publics français de s'aligner sur ce qui se fait ailleurs en Europe: limiter ces photos à une seule face du paquet, le verso, et à 40% de la surface. Ces images représentent des poumons atteints, un malade sous assistance respiratoire, ou encore des dents extrêmement abîmées. Au recto, figurerait toujours les mentions de type «fumer tue»...

30/10/2009

Formation Médicale Continue (FMC)

 

Il fut un temps où la Visite Médicale était florissante

Il fut un temps où j’assistais régulièrement à des soirées de FMC, de qualité,  mais sponsorisées, il est vrai, par les Laboratoires Pharmaceutiques, il suffisait d’être vigilant lors de la visite médicale qui suivait et décrypter le subliminal du VM (Visiteur Médical).

Puis, enfin, est sortie, la loi du 27 janvier 1993, dite loi DMOS (Diverses mesures d’ordre social) repose sur le principe d’interdiction des avantages accordés aux professionnels de la santé. Référence ICI. Il faut bien dire qu'il y avait eu « quelques abus ».

Depuis, il est très difficile d’obtenir des échantillons médicaux voire impossible pour les médicaments génériques.

Depuis, le nombre de VM à chuté de façon importante (les Labos Pharmaceutiques taillant à vif dans la Force de Vente).

Depuis il y a une nette diminution de soirées de FMC sponsorisées et la qualité de la « prestation » est nettement de moins bonne « qualité ».

Depuis, je ne sors quasiment plus.

Comment faire ma Formation Médicale Continue ?

Les revues, trop astreignant. Pas un bon rapport qualité / prix ; Prescrire, trés bonne revue neutre car sans publicité, mais très chère.

Dernièrement je reçois un e-Mail du Vidal me vantant les mérites du Vidal Recos (référence ICI), un livre de plus de 1000 pages pour 39,90 € avec toutes les recommandations des différents organismes « recommandateurs ».

Bref, la voilà ma solution, honêtement, je ne pense pas me tromper.

Le fichier PDF du bon de souscription, imprimé, je commande.

C’était hier.

 

25/10/2009

Seul 17 % des français envisagent de se faire vacciner contre la grippe A

Lu sur 20minutes.fr

 

Les Français ne veulent pas se faire vacciner contre la grippe A

Créé le 24.10.09 à 12h11 | Mis à jour le 24.10.09 à 12h17 |
10 000 premières doses sont disponibles pour vacciner les personnels des HCL.
10 000 premières doses sont disponibles pour vacciner les personnels
des HCL./ B. AMSELLEM / 20 MINUTES

SANTE - Selon un sondage à paraître dimanche, seuls 17% envisage d'y recourir...

Le vaccin inquiète plus que la grippe A. Selon un sondage à paraître dimanche dans Ouest France, seuls 17% des Français envisagent de se faire vacciner contre le virus.


Seuls 7% disent avoir «certainement» l'intention de se faire vacciner, 10% déclarant qu'ils le feront «probablement», alors que la campagne de vaccination vient de commencer pour les professionnels de la santé. Les opposants au vaccin sont plus tranchés: 49% des Français ne veulent «certainement pas» se faire vacciner et 33% «probablement pas», soit un total de 82% de la population hostile au vaccin. A noter que 1% de l'échantillon s'est déjà fait vacciner...

23/10/2009

Ereutophobie

 

 

Un jeune homme, étudiant d'une école d'ingénieur en informatique en fin de cursus, viens me voir pour une gastroentérite.

Il se plaint surtout de douleurs abdominales, il n'a pas été opéré de l'appendice, mais l'examen clinique réfute cette hypothèse.

- « Votre gastroentérite, je n'y crois pas trop ».

- « Et alors qu'es-ce que cela pourrait-être » ?

- « Le stress » ?

- « Pourtant tout va bien ».

- « Vous n'avez pas du tout de soucis » ?

- « Il est vrai que pour parler devant un auditoire... »

- « Êtes-vous timide » ?

- « Oui ».

- « La timidité est-elle une maladie » ?

- « Non, je ne pense pas ».

- « Désolé de vous contredire, mais la timidité est une maladie reconnue par le DSM IV sous le nom de Phobie Sociale ».

- « Moi, ma maladie ce serait plutôt l'Ereutophobie ».

- « Vous avez peur de rougir en public ».

- « Oui ».

- « Avez-vous une bonne estime de vous ».

- « Non ».

- « Savez-vous que tout cela peut se traiter efficacement par une thérapie comportementale » ?

 

Voilà comment se déroule une consultation en Médecine Générale, trier le bon grain de l'ivraie.

13/10/2009

Je pisse des lames de rasoir

 

Un patient, que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam, est dans ma salle d'attent, il m'intrigue de part son physique et son comportement par trop réservé.

Son tour venant il me dit : "Je pisse des lames de rasoir, je dois avoir une cystite".

Moi de lui demander : " avez-vous de la fièvre ?

- Oui, un peu.

- Avez-vous des courbatures ?

- Pas vraiment, mais j'ai un peu mal au bas du dos.

- Avez-vous du mal à uriner ?

- Un peu, mais comment savez vous tout cela ?

- Vous avez une prostatite, car une cystite chez l'homme est une prostatite.

Je lui donne un antibiotique en une seule prise (TAVANIC*), pour cinq jours, le temps de recevoir les résultats d'analyses.

Je lui prescrit donc une analyse de sang avec VS CRP qui sont aumetées en cas d'infection NFS qui devrat montrer une augmentation des globules blancs et une analyse d'urine à la recherche de la petite bébette qui ronge vraissemblablement sa prostate.

Il reviens trois jours plus tard avec ses résultats : la VS est au plafond la CRP aussi et la bébette est un echérichia coli.

Je lui renouvelle sa prescription de TAVANIC* pour trois semaines.

Mais là ou sa cloche, c'est qu'il m'avoue que ce n'est pas la première fois qu'il a ce type de pathologie, et qu'une fois, on lui a même enfoncé un tube dans la verge.

Dubitatif, je me pose la question de savoir si ce n'est pas lui qui ne s'enfonçait pas lui même des trucs dans l'urèthre...

Son histoire me fis songer à ce cher Baron de Münchausen et son syndrome de Münchausen.

Mais je vois le mal partout...

En fin de consultation

Cela fait déjà plusieurs fois qu’il vient me voir pour des douleurs au cou.

Cela fait plusieurs fois, déjà, que je lui prescris le même traitement

Mais cette fois, il n’est pas seul, il vient avec sa petite copine.

Celle-ci me dit qu’il souffre d’abcès mal placés. Il a déjà consulté un dermatologue libéral qui ,à cause de sa CMU, ne l’a pas vraiment écouté.

Après avoir pris le temps de l’écoute, je lui rédige une lettre pour une consultation auprès d’un praticien hospitalier dans un service de dermatologie du CHU de la grande ville.

J’aurais pu passer à côté du point principal de la consultation, ce pour quoi ils étaient venus, car dans un premier temps, outre son problème de cou, il m’avait demandé e lui prescrire une pommade pour ses kystes sébacés.

La fin de consultation réserve parfois des surprises.

En partant sa copine me remercie pour mon écoute, c’est la moindre des choses.

12/10/2009

Ton médecin tu respecteras

Purpura pétéchial : http://fr.wikipedia.org/

 

Un patient, que je connais de longue date, me téléphone en pleine consultation, il est chef de cuisine : « Vous terminez quand ? Je peux venir à la fin de votre consultation ? »

Naturellement IL arrive en retard.

IL consulte car IL a vu apparaître quelque chose sur son pied et cela fait… 10 jours.

Il me sort une boite de médicament que je ne lui ai jamais prescrite, de l’ALPRAZOLAM.

- « C’est mon Psychiatre qui me l’a prescrit ».

- « Pourquoi ? »

- « Pour mes attaques de panique ».

- « Mais on donne des anti dépresseurs sérotoninergiques »…

- « Je ne vous avait pas indiqué un Psy ? »

- « Si, mais c’était pas facile pour se garer ».

J’oubliais de vous dire aussi, pendant votre absence j’ai appelé SOS Médecin pour mon épaule, il m’a pris la tension et m’a dis d’aller voir mon cardiologue, j’ai donc pris rendez vous avec le Dr X (mon cardiologue) qui m’a prescris une prise de sang et, demain, je passe un épreuve d’effort.

Moi qui tordais déjà le nez, je me le retors grave, j’en ai mal encore.

Après ces émotions, je regarde donc son éruption, elle est formée d’un piqueté rouge ne disparaissant pas à la pression (signe de la vitropression), c’est un purpura pétéchial.

- « Vous ne pensez pas que ce pourrait être ce médicament ? »

- « Je ne pense pas, mais il faut consulter un dermatologue, je vous fait une lettre ».

- « Et l’ALPRAZOLAM qu’es ce que j’en fais ? »

- « Voyez avec votre Psychiatre ».

Je ne peux plus ouvrir la bouche

 

C'est ce que me dis cette jeune patiente à peine entrée dans mon cabinet médical.

"Cela a commencé hier et ça va en s'aggravant".

A l'examen, effectivement, elle ne peut ouvrir la bouche : c'est un trismus !

Elle est à jour de son vaccin antitétanique, ce n'est pas un tétanos, elle n'a pas mal de gorge, ce n'est pas, non plus, un phlegmon péri amygdalien, mais il lui reste une dent de sagesse au niveau mandibulaire droit.

Bingo : c'est une complication de sa dent de sagesse !

Je l'adresse aux urgence où elle sera adressée en stomatologie pour une avlution.

09/10/2009

Un malade qui porte à droite

 

 

Un patient nouveau vient me consulter car il présente des démangeaisons inguino crurales droites et pour cela un médecin lui a donné une pommade antimycosique de l'ECONAZOLE.

A l'interrogatoire, je sais déjà qu'il porte à droite*

Ce patient a un érythrasma.


Érythrasma

Infection cutanée bénigne siégeant dans les zones des plis (entre les testicules et l'aine, aux aisselles, sous les seins et entre les orteils). Elle est favorisée par la transpiration excessive (hyperhidrose), l'obésité et une hygiène défectueuse.

Causes

Pendant longtemps, on a accusé les mycoses (présence de champignons de type candida ou dermatophyte) d'être à l'origine de l'érythrasma. En fait, il n'en est rien : il s'agit d'une bactérie, corynebacterium minutissimum.

 

* On dit qu'un homme porte à droite quand il porte dans son slip pénis et testicule sur le coté droit ce qui favorise la transpiration et le développement de l'érythrasma

08/10/2009

ERRARE HUMANUM EST PERSEVERARE DIABOLICUM

 

L'évaluation de la fonction rénale se fait par le dosage, dans le sang, d'un acide aminé, la créatinine, et ,par extrapolation, le calcul de la « clairance de la créatinine » qui évalue l'élimination rénale à l'aide de deux formules, l'une dite de Crockoft et Gault, l'autre dénommée MDRD, la seconde étant plus précise, notamment quand on avance en âge.

Dernièrement, un Laboratoire d'Analyse Médicale, le même qui m'avait trouvé un résultat un peu bas de la clairance de la créatinine, qui s'est avéré normale en... changeant de labo, dernièrement, ce même laboratoire, me retourne un dosage pour une patiente apparemment normale un résultat pour le moins discordant signé de la main du biologiste avec le Crockoft et Gault normal et un MDR signant une insuffisance rénale très grave nécessitant une dialyse et inscrivant le patient sur la liste des malades en attente de greffe rénale.

Ce qui est gênant, c'est que le biologiste ne se soit pas rendu compte de ce résultat pour le moins discordant.

P.S. : Une évaluation simple de la fonction rénale est faite par le dosage de la créatinine, et de l'urée, qui toutes deux sont éliminés par le rein. Dans ce cas, la créatinine était tout ce qui a de plus normal. Cherchez l'erreur,,,

P.P.S. : Va-t-il falloir, comme au bon vieux temps, que je calcule moi même, avec des abaques, ce fameux calcul de la « clairance de la créatinine » ?

 

Article entièrement réalisé avec la distribution Linux openSUSE 11.1

01/10/2009

Maladie de Lyme, Piroplasmose, Syphilis et autres joyeusetées

Ce petit article de "la revue de la littérature" sommaire (très) sur les maladie causées par les tiques est dédié à Lénia.

 

La Maladie de Lyme

La borréliose de Lyme touche le plus souvent des ruraux ayant des activités en extérieur, de mai à octobre. Sont exposées aussi, toutes les personnes ayant des activités de plein air, que ce soit pour des occupations professionnelles ou ludiques.
Il est admis que le risque de transmission de la maladie augmente avec le temps de fixation de la tique contaminée. Avant 24 heures ce risque est restreint ; il atteint les 100 % après 72 heures.
B. Gilot a montré que 90 % des 309 sites étudiés en France (de 1993 à 1996) recelaient Ixodes ricinus. En moyenne, 10 à 15 % de ces tiques sont porteuses de B.
burgdorferi, avec d'importantes variations locales.

En Europe, le risque de contamination par morsure est supposé inférieur à 1%, ce que contredisent 2 enquêtes, l'une dans le sud-ouest de l’Allemagne, avec un taux de transmission de 2,9%, l'autre dans l'ouest de la Suisse avec un taux de séroconversion de 4,5 % sur 376 patients. Lorsque la tique est porteuse de B. burgdorferi sl, le risque de transmission serait de l'ordre de 7 à 10 % . Cette transmission est accrue s’il s’agit d’une nymphe et si la durée d’attachement de la tique se prolonge. Cependant il n'existe pas de temps minimal qui garantisse l'absence de contamination. Ce temps peut être estimé en fonction de la réplétion de la tique fixée, voir conduite à tenir.

Référence : www.maladies-a-tiques.com/

 

LA PIROPLASMOSE

C’est la tique qui transmet cette maladie au chien, via sa salive anticoagulante injectée au moment d’aspirer le sang de l’animal et qui abrite les parasites de la piroplasmose. Ces derniers se propagent alors dans les globules rouges qu’ils font éclater en s’y multipliant, provoquant une anémie. Les reins et le foie se retrouvent également intoxiqués par les déchets des globules rouges.

Cette affection est l’une des plus courantes chez le chien et bon nombre d’entre eux en sont victimes chaque année. Les chiens de chasse, ou vivant en extérieur, sont les victimes les plus courantes de cette maladie, mais tous sont susceptibles de l’attraper, d’où nécessité de la vaccination. Cette affection , n’est cependant transmissible ni à l’homme ni aux autres animaux.

Référence : www.chien.com/

 

Syphilis et Maladie de Lyme

Comparable à la syphilis par son évolution en trois phases, la maladie de Lyme doit son nom à une localité des USA. Une épidémie prolongée (7 ans) y a permis de comprendre que les diverses manifestations (signes cliniques) qui définissent à présent cette maladie provenaient d'une seule et même cause : l'inoculation d'un spirochète (sorte de bactérie en forme de vrille), du genre Borrelia, par une espèce locale de tiques (Arachnides Acariens Ixodidés).

Référence : www.bruchenvironnement.org/

 

 

Nota Bene

Si la piroplasmose n'est pas transmissible à l'homme, la Maladie de Lyme est transmissible au chien et, dans une moindre mesure, au chat.

Référence : www.aufuret.ch/

 

Article réalisé selon la méthode du  CCA "Copier Coller Assembler".

29/09/2009

Troubles Anxieux et environnements virtuels

Fasciculation

 

La fasciculation est une contraction involontaire et isolée d'un faisceau musculaire...

Les causes de ce symptôme sont nombreuses bien que très souvent bénignes (on parle de BFS pour Benign Fasciculation Syndrom)...

Wikipedia

22/09/2009

Une patiente fidèle



Une de mes patientes, jeune et fidèle, consulte pour une douleur au genou gauche.

Je lui fais passer une radio simple des deux genoux avec incidences fémoro-patellaires et une échographie du genou gauche avec échographie du creux poplité (le nom scientifique pour désigner l’arrière du genou), car elle se plaint aussi derrière le genou.

Le bilan radiologique reviens avec la notion d’une tendance à la luxation rotulienne externe prédominant à gauche, pouvant évoquer un syndrome rotulien par insuffisance du vaste interne.

L’échographie met en évidence une tendinite rotulienne, mais sans kyste poplité.

Je lui prescris donc quinze séances de kinésithérapie des deux vaste interne pour recentrer ses rotules.

Elle revient me voir quelques temps plus tard, sous prétexte que son kiné lui aurais conseillé de passer une IRM. Elle revient donc pour que je lui rédige un bon d’IRM.

Je cède à sa demande des fois que je passerais à côté d’une pathologie type une pathologie méniscale, bien que la symptomatologie ne s’y prête guère.

L’IRM reviens avec une légère atteinte du cartilage au niveau des condyles fémoraux surtout à gauche et… présence d’un kyste synovial gauche.

Ma fidèle patient me dit alors qu’elle désire consulter à la clinique du sport.

Quand elle me remet la lettre du chirurgien du sport, à la consultation suivante, je ne puis m’empêcher de sourire, en effet voici un extrait de cette lettre :

« L’examen clinique de Mademoiselle X retrouve en fait une décompensation d’un syndrome fémoro-patellaire et d’une tendinite sous rotulienne. A noter que cette pathologie est d’ailleurs bilatérale mais moindre au niveau du genou droit ».

En définitive le chirurgien du sport retrouve exactement ce que j’avais trouvé.

Quand au traitement ?

« Je lui donne un protocole de rééducation adapté ».

Etonnant non ?

Conduite à tenir devant une anomalie biologique

 

La créatinine est une protéine qui vient de la dégradation des cellules musculaires.

La créatinine est éliminée par les reins et permet ainsi d’évaluer le fonctionnement du rein et de dépister une éventuelle insuffisance rénale par le calcul de la « clairance de la créatinine ».

Autrefois ce calcul se faisait par des abaques puis par des réglettes.

Maintenant, grâce aux ordinateurs, les laboratoires sont capables de le calculer directement et pour chaque patient d’effectuer le calcul de la clairance de la créatinine.

Il existe deux formules pour calculer la clairance, la pus précise est la formule dite MDRD. Il m’a fallu plus de deux ans d'attente pour que les laboratoires d’analyses médicales me la calcule.

Maintenant que j’ai ce calcul, il m’est arrivé l’histoire suivante.

Dernièrement, un patient bénéficie d’un bilan biologique systématique. A la lecture du résultat, il revient avec un résultat de clairance de la créatinine révélant une insuffisance rénale modérée.

Je décide donc de procéder, logiquement, à un deuxième dosage.

Le patient, change, de lui-même, de laboratoire et, oh surprise… le résultat reviens normal.

Moralité : En cas d’anomalie, il ne suffit pas de refaire l’analyse, il faut peut-être, aussi, changer de laboratoire.

19/09/2009

Crash Test

En cinquante ans la sécurité passive des automobiles a fait de grands progrès, la preuve ce crash test : En particulier, la ceinture de sécurité, l'air bag, l'habitacle renforcé, l'avant des véhicules est étudié pour absorber au maximum l'énergie cinétique (proportionnelle au carré de la vitesse : E = 1/2 m v²), le capot devient flexible. Il est vrai qu'il est dommage de sacrifier une Chevrolet Bel Air de 1959.

 

Petit histoire de la stévia

Lu sur www.passeportsante.net/


Historique du stévia

Les Indiens Guarani d’Amérique du Sud ajoutaient à leurs infusions de plantes des feuilles de stévia pour les adoucir. Au Brésil et au Paraguay, on les utilise depuis des siècles en cuisine. En Amérique latine, la phytothérapie traditionnelle considère le stévia comme hypoglycémiant, hypotenseur, diurétique et cardiotonique.

Il a quand même fallu attendre le début du XXe siècle pour qu’on commence réellement à s’intéresser aux stéviosides de la plante, qui possèdent un pouvoir sucrant de 100 à 300 fois supérieur à celui du sucre sans aucune calorie. Les stéviosides font partie de la famille des glucosides, des substances végétales cristallines qui produisent du sucre après avoir été absorbées par l'organisme.

Au début des années 1970, le Japon a interdit l’usage des édulcorants artificiels (aspartame, saccharine) parce que les autorités craignaient leurs effets négatifs sur la santé humaine. Au même moment, un consortium japonais mettait au point une méthode d’extraction des glucosides du stévia. L’État japonais a alors autorisé l’extrait de stévia comme édulcorant alimentaire. Son usage s'est rapidement répandu en Asie et en Amérique du Sud. Il est désormais présent dans quantité de produits agroalimentaires sur ces continents : de la sauce soya aux boissons gazeuses en passant par la gomme à mâcher, les tortillas et les gâteaux de riz.

En 1991, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a statué que le stévia était inacceptable comme additif alimentaire et en a interdit l’importation. Sous la pression des consommateurs et des distributeurs, la FDA a autorisé, en 1995, la vente du stévia (plante brute et extraits), mais seulement à titre de supplément alimentaire et non pas d’additifs ajouté aux produits transformés. La situation réglementaire était la même au Canada et aux États-Unis, du moins jusqu’en 2008.

En Europe, le stévia, sous toutes ses formes, est considéré comme un nouvel aliment et doit donc faire l’objet d’une autorisation de mise en marché. Il se pourrait cependant que la situation change, dans la mouvance des autorisations accordées en 2008 aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

Un arrêté du Journal officiel vient d'autoriser* l'utilisation d'un extrait (appelé rébaudioside A) de cette plante sud-américaine à très haut pouvoir sucrant pour la fabrication d'un édulcorant. Source 20minutes.fr

 

* En France

La stevia, l'édulcorant de demain

Lu sur 20minutes.fr

On a testé la stevia, l'édulcorant du futur

Créé le 18.09.09 à 19h04 | Mis à jour le 18.09.09 à 19h34 |
Différentes présentations de stevia, édulcorant naturel à haut pouvoir sucrant.
Différentes présentations de stevia, édulcorant naturel à haut
pouvoir sucrant. /Julien Ménielle/20minutes.fr


ALIMENTATION - Autorisée en France depuis peu, la plante sud-américaine suscite attentes et curiosités. Mais au fait, quel goût ça a?...

«C'est très sucré, avec un goût très légèrement réglissé.» La description du goût de la stevia, édulcorant naturel annoncé comme le remplaçant de l'aspartame, par son distributeur Guayapi a aiguisé la curiosité et l'appétit de 20minutes.fr. Ni une ni deux, la rédaction s'est procuré des échantillons. Nos impressions...

Les feuilles séchées
Bon, a priori, elles ne sont pas utilisées sous cette forme, mais on a goûté quand même. Effectivement, c'est sucré, avec en plus cette impression d'avoir bu une tasse de thé mal filtré.
Verdict: Non noté.

Extrait liquide
Obtenu après infusion des feuilles dans de l'eau. Pouvoir sucrant: 200 à 300 fois celui de la saccharose.
Soyons honnêtes: pur, c'est imbuvable. Les grimaces des membres de la rédaction ne laissent aucun doute à ce sujet. «Mais dilué, c'est pas mal», juge l'un de nos éminents confrères. Vu qu'il se situe au firmament de notre hiérarchie, on n'a rien osé dire. Mais dans son coin, une journaliste souffle: «Même longtemps après, il reste un goût de mauvaise réglisse.»
Verdict: Beurk.

Poudre verte
Feuilles séchées et pulvérisées. Pouvoir sucrant: 15 fois celui de la saccharose.
La texture est particulière, et le goût ressemble beaucoup à celui des feuilles. C'est sucré mais le goût de réglisse reste très fort, même dilué dans de l'eau. Pas désagréable mais trop présent pour passer inaperçu, avec le risque de couvrir le goût de la boisson ou des aliments.
Verdict: Pas terrible.

Poudre blanche
Obtenu par raffinement. Pouvoir sucrant: le même que la saccharose.
C'est a priori la forme qu'on trouvera le plus facilement dans le commerce. Le petit goût de réglisse est toujours présent, mais bien plus discret qu'avec la poudre verte. «C'est pas désagréable», ose un collègue. En tout cas, à l'unanimité, c'est meilleur que l'aspartame. Petit bémol: pour sucrer correctement un café, il faut mettre la dose, plus qu'avec de la saccharose, à vue de nez.
Verdict: Validé par la rédac.

>> Pour tout savoir sur la stevia, cliquez ici.
Julien Ménielle

Grippe A (H1N1) suite

18/09/2009

Dring !

 

-« Allo, Docteur Sangsue, je suis externe à l’hôpital X (l’hôpital psy de la grande ville), je vous téléphone pour un de vos patients, Monsieur Y ? On aimerait savoir s’il n’est pas allergique au TEGRETOL*.

-« Comment va-t-il ? Il a développé un Etat Mélancolique sur son Trouble Bipolaire ».

-« On lui a fait des électrochocs sans grand succès et avec les neurologues, on aimerait essayer le TEGRETOL*, s’il n’est pas allergique ».

-Effectivement, cela me dis quelque chose. Pourquoi ne pas téléphoner à son Psychiatre chimiothérapeute, car il a deux Psys, un chimiothérapeute et un Psychothérapeute ».

-« Pourriez-vous me communiquer ses coordonnées » ?

-Attendez, je regarde le dossier, car il m’a écris il n’y a pas longtemps (contrairement à l’hôpital Psy de la grande ville chez qui c’est silence radio, sauf ce coup de fil de l’externe, même pas l’interne). Il s’agit du Docteur Ellébore* ».

 

Ce petit entretien téléphonique appelle plusieurs commentaires.

-N’eut- il pas été plus simple de demander au patient l’adresse de son Psy chimiothérapeute ?

-Heureusement que le Psy chimiothérapeute m’avait écris, car je ne me souvenais pas de son nom.

-Pourquoi l’hôpital Psy de la grande ville écris-t-il si peu, manque-t-il à ce point de secrétaires ?

 

* Ellebore : Racine d'une saveur nauséabonde, très âcre, amère, d'une odeur virulente; elle est un purgatif violent.

Les anciens vantaient l'ellébore d'Anticyre contre la folie & l'imbécillité (ICI)