Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2011

Tu vaccineras quand tu le pourras : un refus de vaccination – Petite histoire de la vaccination



Petite histoire de la consultation :

C’est une jeune patiente la trentaine qui consulte pour la mise à jour de ses vaccinations.

Je lui demande si elle a son carnet de santé.

Non.

Je lui réponds, qu’à son âge, il est indispensable d’avoir un vaccin tétravalent : Diphtérie Tétanos Coqueluche acellulaire Polio. Et de préciser que la coqueluche ce n’est pas tellement pour elle (quoi que si elle se chope une coqueluche elle toussera pendant trois mois) mais, surtout, c’est pour protéger les nourrissons de 0 à 4 mois qui, eux, termineront à l’hôpital, la coqueluche, chez un nourrisson, peut poser de gros problèmes.
Mais, me précisa t elle, je n’ai pas d’enfants !

Certes, mais vous êtes amenée à côtoyer des nourrissons de 0 à 4 mois, et si vous développez une coqueluche…

Elle me répond que, si ce n’est pas indispensable elle préfère s’en passer.

Je lui rappelle, aussi, si elle se souvient d’avoir eue deux injections du vaccin Rougeole Oreillon Rubéole.

E n effet, actuellement, il y a une campagne massive de rappel de vaccination ROR, car on sait, maintenant, qu’une seule injection ne protège pas suffisamment

Elle n’est pas chaude non plus.

Elle repartira donc avec un seul vaccin trivalent : DTPolio.



Source : http://drgamin.blogspot.com/2010/06/les-vaccins-1-tetanos...


La mode est au retour à la Nature, dans ce monde pollué à Donf, au Bio, au naturel, et à l’évitement de la médecine  scientifique pour les médecines douces, les « médecines » parallèles, appelées, aussi, non conventionnelles (je les appelle, moi, les médecines perpendiculaires) la naturopathie, l’homéopathie, la médecine traditionnelle chinoise (acupuncture), sans compter les techniques de manipulations (chiropraxie, ostéopathie), et la phytothérapie, et l’aromathérapie qui utilise les huiles essentielles.

Au moins, les vrais rebouteux savaient réduire une luxation de l’épaule ou de la mâchoire, eux.

Mais ce problème de refus de vaccination date même du début de l’invention de la vaccination par Jenner (en fait, la technique de variolisation a été inventé, en Chine, il y a fort longtemps. Plus récemment sont apparues les ligues anti vaccinales.

Bref, c’est désolant.



Petite histoire de la vaccination :

Le 14 mai 1796, Edward Jenner, chirurgien, inocule, la picotteà James Phipps, un jeune garçon de huit ans, avec le contenu des vésicules de vaccine de la main de Sarah Nelmes, une trayeuse qui avait contracté la vaccine (surnommée picotte, une sorte de variole atténuée) transmise par une vache nommée Blossom.
En fait, un agriculteur du Dorset, Benjamin Jesty, a réussi à induire une immunité artificielle chez sa femme et ses deux enfants avec la vaccine au cours d'une épidémie de variole en 1774, mais ce n’est qu’après les travaux de Jenner, une vingtaine d'années plus tard, que le procédé a été largement compris. En effet, il est généralement admis que Jenner n'était pas au courant du succès de Jesty et est arrivé, indépendamment, aux mêmes conclusions.

C’est pour cela que cette méthode s’appelle Vaccination qui vient du mot latin vacca qui signifie vache.

Mais bien avant existait une méthode vaccinale que la vaccination, beaucoup plus dangereuse, la variolisation. Cette technique remonte de la Chine ancienne. Elle consisterait à inoculer, par le nez, avec un petit tube en cuivre, à partir des vésicules, une variole chez des malades présentant une forme atténuée de la variole. La petite histoire dit que c’était, surtout, pour protéger le visage et le corps des cicatrices de la petite vérole, chez les travailleuses du sexe qui travaillaient dans des maisons spécialisées.

La pratique s'est progressivement propagée le long de la route de la soie.

La technique est importée en Occident au début du XVIIIe siècle, par Lady Mary Wortley Montagu, la femme de l'ambassadeur d'Angleterre en Turquie, qui la fait pratiquer sur ses propres enfants.

La variole a été totalement éradiquée en... 1980 !



Références :

Vaccination : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vaccination
Variolisation : http://fr.wikipedia.org/wiki/Variolisation
Edward Jenner : http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Jenner


04/11/2011

Les corbeaux dans la ville



Dans la « Grande Ville » où j’habite, depuis quelques temps, un phénomène écologique (au sens biologique du terme) étonnant et inattendu s’est produit.

Outre, cela n’est pas récent, la colonisation ancienne par les pigeons (qui dégradent les belles pierres par leurs déjections et peuvent être porteur de l’Ornithose-Psittacose, une maladie transmissible à l’homme), l’invasion, à certaines périodes de l’année, quand il commence à faire froid, par une nuée d’étourneaux, les étourneaux étant attirés par la chaleur de la ville (pour une fois que la « Grande Ville » est chaleureuse), ce comportement des étourneaux est , ce que l'on appelle, en éthologie, un tropisme. Ces étourneaux créent une nuisance, inattendue, avec une importante la pollution, redoutable pour les voitures, due aux déjections de ces volatiles.

Est apparu, alors, la colonisation de la « Grande Ville » par des corbeaux, rajoutant, ainsi, par leur cris une ambiance macabre et renforçant, ainsi, l’aspect, inhumain, parfois, de la « Grande Ville ».

S’y sont rajoutés, l’acclimatation des merles qui farfouillent la terre de la « Grande Ville », eh oui, les oiseaux survivent, et même vivent, grâce aux espaces verts résistants encore à la pression des promoteurs, mais aussi au fait qu'ils n'ont aucun prédateurs.

Phénomène plus intéressant, sur la pelouse qui entoure la résidence où est situé mon cabinet, de nombreuses pies viennent becqueter (au sens non argotique du mot).

Les oiseaux s’adaptent particulièrement bien au biotope urbain.

Cela confirme bien les théories du naturaliste anglais Charles Darwin, au siècle dernier, la théorie de l'évolution et la sélection naturelle, publiées, dans son livre de 1859, "De l'origine des espèces".

Mais, commence à se poser, de facto, un problème préoccupant, le problème démographique des espèces aviaires urbaines.

Je ne vois plus qu’une seule et unique solution, pour résoudre ces problèmes de nuisances préoccupants… En tapant sur la démographie des volatiles urbains, pour cela...

Supprimer tout les espaces verts de la « Grande Ville ».


Sinon pourrait se réaliser, un jour, ce film prémonitoire :



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Oiseaux (The Birds) est un film américain réalisé par Alfred Hitchcock et sorti sur les écrans américains en mars 1963. Il est inspiré d'une nouvelle de la romancière britannique Daphné du Maurier publiée en 1952.

30/10/2011

Utilisation de l’échelle EVA dans l’évaluation de la douleur en psychiatrie



Dans son Blog Borée (le vent du nord) a publié, récemment, un article : Pardon Alfonse.

Dans cet article, il aborde la façon déconcertante dont sont perçus, par le Médecin Généraliste, les patients plus ou moins Psys, mais plutôt plus Psys que moins.

Je me permis de faire un commentaire.


Commentaire Dr Sangsue

"La Psychiatrie, tout au moins de mon temps, n’était pas le point fort de l’enseignement du Généraliste, contrairement à le Neurologie, alors que l’on voit plus de pathologies Psy que de pathologies Neuro.

Ces malades sont déroutants et encombrent les urgences, pour, effectivement, dans la majorité des cas, des Attaques de Panique.

Pourquoi ces patients ne sont-ils pas vus par des Psychiatres ? Après tout, on adresse bien au Cardio pour « une affaire de cœur ».

Il est vrai que convaincre un patient de consulter un Psy est chose difficile, surtout si c’est un homme de plus de 50 ans.

Il est vrai, aussi, que vu le nombre sans cesse décroissant des Psychiatres, avec, actuellement, des rendez-vous à 4 mois…

Ce manque de Spécialistes se fait cruellement sentir, aussi, en Gynéco et en Pédiatrie.

Il va peut être falloir que le Généraliste (de ville, je ne parle que de ce je connais) se remette à la Pédiatrie et à la Gynéco et se mette, sérieusement, à la Psychiatrie.

Je pense que l’on peut coter l’anxiété d’une Attaque de Panique grâce à l’échelle EVA, on a, parfois, des surprises."



Extrait réponse Borée

"...Quatrième point : coter une anxiété selon une échelle EVA ? Je déteste les échelles EVA. Je déteste les aides-soignantes qui entrent dans une chambre sans dire bonjour à un patient en fin de vie en lui demandant de coter sa douleur."



Un livre a changé ma vie dans l’abord du traitement des maladies psychiques : C’est le DSM IV.

Il faut dire, qu’avant, devant ma mise en échec par les malades Psys, un peu comme Borée, dans son article, nous comte Alphonse. J’ai, assez rapidement compris que la Psychiatrie ne m’avait, quasiment pas, été enseignée. Comme un Médecin ne peut diagnostiquer que les pathologies qu’il connaît, il ne me restait plus qu’à apprendre ce que l’on ne m’avait pas enseigné, les pathologies psychiatriques.

Ces livres de psychiatries furent les premiers livres qui changèrent, fondamentalement, ma vision de la Psychiatrie et des « Malades Mentaux ».

Schématiquement, le DSM IV (qui est en voie de remplacement par le DSM-5), permet avec des critères d’inclusion, de confirmer ou d’infirmer un diagnostic Psy.

Cet outil fabuleux permet une assez grande précision diagnostique.

Les principales pathologies psychiatriques, en Médecine Générale, sont les Etats Dépressifs et les Troubles Anxieux.

Ces deux types de pathologies sont, en fait, pour les patients Psys, l’équivalent d’une véritable (psychique, certes, mais une véritable souffrance, certains patients en arrivant à se suicider devant l’intensité de cette souffrance).

D’où me vint l’idée d’utiliser l’échelle EVA pour « coter » l’intensité de la douleur Psychique.

En fait, je n’avais rien inventé.

Je n’en veux pour preuve l’article suivant, publié en 2008 dans l'Information Psychiatrique :

« La douleur en santé mentale : première enquête nationale auprès des PH chefs de service de psychiatrie générale et de pharmacie ».


Cet article fait référence a une enquête réalisé, en 2005, auprès de chefs des services de psychiatrie générale des centres hospitaliers (CH) et des centres hospitaliers spécialisés (CHS) ainsi qu’à 203 chefs des services de pharmacie des CHS.

« La question 8 concernait l’utilisation de l’échelle visuelle analogique EVA : par le répondeur lui-même, dans son service, dans son établissement.

Question 8
Seuls 16 % des psychiatres utilisent l’EVA, 68 % ne l’utilisent pas et 16 % ignorent ce qu’est l’EVA. On utilise l’EVA dans 15 % des services de psychiatrie générale des CHS et dans 18 % des services de psychiatrie générale des CH et l’on ignore ce qu’est l’EVA dans 15 % des services de CHS contre 20 % des services de CH. L’âge du PH répondeur n’apparaît pas comme un facteur influençant l’utilisation de l’EVA. »

Etonnant non ?



Les enfants qui souffrent ont souvent du mal à le dire.
Alors, ils dessinent. Dépression, anorexie, autisme, abus sexuels... : leur douleur s'exprime à coups de défigurations, de corps mutilés, de couleurs criardes ou de confusion labyrinthiques. Témoignage bouleversant, ce livre est une plongée, à travers 130 œuvres, dans l'imaginaire visuel de ces enfants, prisonniers de leur silence. Dessins, collages, sculptures disent tous, souvent avec violence, la peur et la solitude, ainsi qu'un formidable désir de vivre.
Véritables lueurs d'espoir, ces œuvres sont autant de fenêtres entrouvertes sur ces mondes à part.



DSM IV : Manuel diagnostique et statistique de DSM IV ou de DSM4 - des troubles mentaux. En fait, ce manuel a été rédigé pour une meilleure prescription des médicaments.

Echelle EVA : Echelle visuelle analogique (EVA). Echelle permettant d’évaluer la douleur entre 0 et 10.

25/10/2011

La pissotière de l'impératrice

 


Contrairement à ce que vous pourriez penser, ce titre ne désigne pas quelque vespasienne impériale.

Il s’agit, en réalité, d’un vin de Bordeaux, dans l’appellation Bordeaux Supérieur.

Ce vignoble se situe au nord ouest de Saint-Emilion.

Pourquoi porte-t-il ce nom pour le moins original.

La petite histoire raconte que l’Impératrice Joséphine de Beauharnais, dont le mariage fut dissout très peu de temps après, accompagnait Napoléon vers les guerres d’Espagne fut prise, subitement, d’un besoin pressant, justement devant cette parcelle, d’où le nom qui immortalisa l’endroit de l’impérial (et impérieux) besoin.

Cette histoire me fait penser à un autre empereur, l'empereur Vespasien.

L'argent n'a pas d'odeur, l'impôt sur l'urine et les vespasiennes :

Une vespasienne est un urinoir public pour hommes, placé sur les trottoirs ou dans des aires publiques.

La vespasienne doit son nom à l'empereur romain Vespasien, qui a crée un impôt spécial atteignant la collecte de l'urine, utilisée par les teinturiers pour préparer les étoffes avant de les mettre en couleur ou, quelquefois, pour dégraisser les laines, les étoffes.

Moqué pour cet impôt, il aurait répondu : « L'argent n'a pas d'odeur » (« pecunia non olet »), phrase devenue proverbiale.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vespasienne

 

Source: http://blogs.ionis-group.com/iseg/bordeaux/

Référence :

http://lenaweb.voila.net/Josephine.htm
http://www.journalepicurien.com/tag/uriner/

12/10/2011

Cris de Femmes, la fin d’un amour






Ces deux chanson sur un amour finissant ont ceci de fascinant, c’est qu’à « quelques années » d’intervalles, le cri de désespoir est toujours le même, toujours aussi fort, c’est un cri viscéral qui sort des tripes.


Demain tu te marie - Patricia Carli - 1963




Un año de amor - Luz Casal - 1992

Par contre la vision de l’homme, dans cette chanson, « Désormais », d’Aznavour est, à mon avis, plus plate, bien que ce soit une chanson remarquable et remarquablement interprétée. Il y a comme une discordance entre les paroles et la musique et, de plus, on dirait que l’émotion est vécue de l’extérieur, alors que chez les femme le cri sort de l'intérieur (comportement masculin opposé au comportement féminin ?).


Désormais - Charles Aznavour - 1969

02/10/2011

La méthode Ogino : La petite histoire d’une méthode contraceptive écologique mais peu fiable

Source : http://beaujarret.fiftiz.fr/



Tout le monde a entendu parler de la Méthode Ogino.

Tout le monde croit que c’est une méthode contraceptive.

Eh bien, ce n’est pas du tout ça.

Le pauvre Ogino ne doit pas arrêter de se retourner dans sa tombe, déjà de son vivant…

Kyusaku Ogino était un gynécologue japonais qui, en 1924, découvrit la loi qui porte son nom : La « Loi Ogino ». D’après la physiologie du cycle menstruel, découvert par lui, il donnait la période de fécondité du cycle menstruel, ce qui permettait aux couples désirant un enfant, de gérer l'acte procréatif avec un maximum de chance de succès (on est ici dans la statistique).

Cette méthode, au début, n’était pas du tout une méthode contraceptive, elle était tout à fait à l’opposé.

En 1928, un gynécologue autrichien, Hermann Knaus, confirma la loi Ogino, et rajouta son nom à la loi qui s’appela, désormais : La « Loi Ogino-Knaus ». Mais, lui, déforma la loi Ogino en disant que la Loi Ogino-Knaus pouvait être utilisée comme méthode contraceptive.

Ogino s’opposa à cette dérive, disant qu’il y aurait trop d’échec et que ça conduirait à un nombre importent de grossesses non désiré, avec un risque, important, d’avortements.

Le taux d'échec, avec la méthode Ogino Knaus, est de… 28 % !*

Alors que le taux d’échec du bon vieux préservatif est, seulement, de… 4 % !*

La méthode Ogino fut utilisée larga manu dans les années 50, elle fut d’ailleurs reconnue, comme méthode contraceptive, par l’Eglise Catholique, en 1951.


Comme Ogino l'avait prédit, On ne compte plus les grossesse non désirées qui ont données le jour aux "bébés Ogino", on devrait dire, plutôt, aux "bébés Knaus".

La pilule contraceptive fut mise au point, en 1958, par Grégory Pincus. Elle fut commercialisée en Amérique à partir de 1960, elle ne fut autorisée, en France, qu’en 1967, grâce à la Loi Neuwirth. Le taux d’échec de la contraception orale, lors d’une bonne utilisation (pas d’oubli) est de 0,3 %*. Mais, là, c’est une autre histoire.



* Efficacité des méthodes contraceptives :
http://fr.wikipedia.org/

 

Témoignage : http://www.ciao.fr/Par_D__Avis_556080

 

Pour ceux que cela intéresse, calculette Ogino :
http://www.aly-abbara.com/

 

A lire :
http://beaujarret.fiftiz.fr/

http://fr.wikipedia.org/

"L'Œuvre de Dieu, la part du Diable" (titre original : The Cider House Rules), roman de l'écrivain américain John Irving publié en 1985.

http://fr.wikipedia.org/

24/09/2011

Le Pendule et la Boule de Cristal : Une nouvelle façon de porter un diagnostic médical

                     Source : http://www.gothique-boutique.eu/



Qui se souvient de Madame Soleil, égérie de la voyance, pardon de l’astrologie, de 1970 à 1980, immortalisée par le Président Pompidou, par cette réplique célèbre, « je ne suis pas Madame Soleil ». Elle animait, dans les années 1970, une émission, qui la rendue célèbre, sur l’antenne d’Europe 1.

Le Médecin Généraliste, pour peu qu’il ait une bonne écoute, peut faire un très bon voyant, même s’il porte des lunettes.

En effet, en Médecine Générale, le diagnostic médical, se fait, à 80 % par l’interrogatoire (10 % relève de l’examen clinique et 10 % des examens para cliniques que sont la Biologie et la Radiologie ou l’Échographie).

Pour les consultations qui relèvent de la Psychiatrie, eh oui, le généraliste fait bien de la cardiologie (30% de son activité) pourquoi ne ferait-il pas correctement de la Psychiatrie (je veux dire traiter les Troubles Anxieux et les États Dépressifs, tout en envoyant judicieusement au spécialiste).

Pour les consultations qui relèvent de la Psychiatrie, c’est beaucoup mieux, le diagnostic relève, à 100 %, de l’interrogatoire.

C’est pour cela que, bien souvent, je me prend à rêver, d’acquérir un pendule et une boule de cristal. Je pense que ces instruments impressionneraient beaucoup plus les gens que le stéthoscope et l’appareil à tension, trop galvaudés de nos jours.

Ne vous y trompez pas, actuellement, fleurissent, depuis un certain temps, des pratique médicales relevant de la Magie (cela a toujours existé depuis que l’homme et homme et que la femme et femme, un bon nombre de remèdes de bonnes femmes en sont l’illustration).

Qui se souvient de la laser thérapie des années 90 ?

Maintenant, la mode est à l'Ostéopathie. On se dirige, tout droit, vers le tout ostéopathique, du mal de dent au cor au pied.

Je crois savoir, que l’interrogatoire en homéopathie est assez surprenant, quand aux différents pouls des acupuncteurs cela doit interpeller, quelque peu, les cardiologues.

Si, maintenant, le Médecin Généraliste veut, à nouveau, le respect de ses patients, il doit, pour cela savoir les impressionner comme du temps de Molière : « Clysterium donare, Postea seignare, Enuita purgare » (lire le malade imaginaire).

Et si le reouveau de la Médecine Générale était dans le Pendule et la Boule de Cristal... j’allais oublier les Runes !




Source : http://le.monde.de.momo.free.fr/Accueil.htm

 

 

Quelques notions fondamentales sur les principales Patamédecines :

Acupuncture : médecine traditionnelle chinoise se base sur des concepts pré-scientifiques et vitalistes. L'acupuncture a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO le 16 novembre 2010.

Homéopathie : inventée par Samuel Hahnemann, en 1796, Médecin Allemand plus exactement, il était Saxon repose sur trois principes : la similitude, l'individualisation des cas et l'infinitésimal

Ostéopathie : Créée en 1874 par le médecin américain Andrew Taylor Still, l'ostéopathie est fondée sur des techniques manuelles visant à la conservation ou la restauration de la mobilité des différentes structures de l'organisme.

A lire avec intérêt un article qui passe en revue un nombre assez fascinant des médecines perpendiculaires:

http://et-pourtant-elle-tourne.blogspot.com/search/label/patam%C3%A9decine

Référence :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Acupuncture
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hom%C3%A9opathie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ost%C3%A9opathie

17/09/2011

Vers un Accouchement Moderne Démesuré : Les excès de l'Accouchement Programmé et de la Péridurale




J'ai comme habitude, cela m'arrive, rarement, de publier dans mon blog, un commentaire que j'ai laissé sur un autre blog et concernant un article qui m'a beaucoup plu, car très pertinent.

Le blog est celui de "Péripéties d'un 7nain en Tchéquie" et cet article s'intitule "Et la liberté d'accoucher?".

Je vous conseille vivement de lire cet article.




Commentaire (un peu remanié) de cet article

J'emploierai plutôt le terme de "Poule en Batterie" pour désigner la future maman. Là où, effectivement, il y a excès, c'est sur la "Péridurale" et l'"Accouchement Programmé", un peu moins pour la "Césarienne".

Tout acte médical est potentiellement responsable d'effets iatrogènes : par exemple, histoire vécue, récemment, par une de mes patiente ; péridurale trop poussée, la patiente ne ressent plus rien et ne peut pas pousser, pose de spatules, atteinte du plancher pelvien => Incontinence Urinaire d'Effort.

Par contre, l'Accouchement à Domicile (AAD), me pose question, il peut y avoir soucis si, par exemple, il y a un problème hémorragique ou un problème néonatal pour le nouveau né.

A l'époque de Semmelweis*, l'inventeur de l'Aseptie, il valait mieux, effectivement, accoucher chez soi plutôt qu'à l'hôpital, tout au moins dans la partie octroyée aux médecins (par opposition à celle des sages femmes), et ce, à cause de la Fièvre Puerpérale (qui est une Infection Nosocomiale), certes, de nos jours, la "Pourriture d'Hôpital"** (Infections Nosocomiales) existe toujours, mais, heureusement, exceptionnellement.
Tout au plus peut on se poser question sur la fermeture généralisée, pour des raisons de rentabilité, mais aussi de sécurité, de toutes les maternités de proximité, pour ne laisser que des maternités mammouth à haut rendement, mais plus sures car prés de la banque du sang et du néo natal, mais à risque potentiel, plus élevé, d'Infections Nosocomiales.

Cela est dans la continuité de l'histoire récente des hôpitaux, au XIX siècle est apparu, pour des raisons d'hygiène***, l'hôpital pavillonnaire, ce type de conception hospitalière a été remplacé, en 1930 par l'hôpital bloc avec une augmentation des maladies nosocomiales, en voie de régression, maintenant (on redécouvre les règles d'asepsie) ; l'histoire est un éternel recommencement, on regroupe les malades avec l'épée de damoclès de la pourriture d'hôpital.

C'est vrai, qu'actuellement, Péridurale (confort pour la mère : ne pas souffrir) et Accouchements Programmés (confort pour l'accoucheur : diminuer les riques) sont légions, comme il fut un temps, pas si lointain, pour la césarienne (confort pour l'accoucheur : plus de sécurité).

Mais je pense, sincèrement, qu'il il ne faut pas tomber d'un excès dans l'autre.






Ignace Philippe Semmelweis


A lire : "Semmelweis" de Louis-Ferdinand Céline (sa thèse en medecine de 1924) que l'on trouve dans toutes les bonnes librairies.

 

* Il semblerait que Semmelweis a souffert, toute sa vie, d'un Trouble Bipolaire. Il est mort, vraisemblablement, atteint d’une Maladie d’Alzheimer, d’une sorte de septicémie, à la suite des coups administrés par le personnel soignant de l’asile psychiatrique où il avait été interné, car, du fait de sa démence, il était devenu très violent.

** Ce terme vient du temps, au milieu du XVIIIe siècle, où l'on couchait,  tête-bêche, au nombre de trois à six, les malades sur le même lit. On peut lire, à ce propos, "Le nosocomium et la matrice du retiolus" d'Eytan Ellenberg".

*** D'après les théories hygiènistes de l'époque, il fallait que l'air circule.

10/09/2011

La Passion du Vin (LPV) : Un site pour choisir son vin

LPV : La Passion du Vin

 

Si vous voulez développer vos connaissances en œnologie de dégustation  pratique, je vous conseille le site suivant :

http://lapassionduvin.com/

Vous y trouverez des forums de discussions, ma fois, forts intéressants et de bon aloi.

Un exemple :
http://lapassionduvin.com/phorum/list.php?3

Une page au hasard sur le château Chantegrive (en rouge)et Chantegrive Cuvée Caroline en blanc) :
http://lapassionduvin.com/phorum/read.php?3,6659,page=4

05/09/2011

Symphonie inachevée





Parfois, l’exercice de la médecine réserve quelques surprises, laissant, parfois, un arrière goût amer.

Une jeune fille de 15 ans est amenée par sa mère pour une asthénie (fatigue) intense. Elle est suivie par un autre médecin. Vous lui faite passer un bilan biologique sanguin et urinaire plus que complet et préciser de revenir avec les résultats. Le bilan vous est envoyé par le labo et bingo la cause est évidente : C’est une MNI (Mononucléose Infectieuse). Depuis, pas de nouvelle.

Une patiente de 28 ans, enceinte, de son troisième enfant, vient vous voit car elle a mal sur le côté du dos et des brûlures en urinant ; cela sent la pyélonéphrite. Vous lui prescrivez un bilan sanguin et urinaire et un antibiotique compatible avec sa grossesse, tout en la prévenant qu’il pouvait y avoir une résistance à cet antibiotique, vous lui précisez donc que l’on se revoie dés qu’elle aura les résultats. Depuis, pas de nouvelle. Malheureusement la bactérie est résistante à antibiotique prescrit, il y en avait deux principaux prescriptibles et comme le choix est probabiliste, je suis tombé sur le mauvais.

J’imagine la tête des confrères voyant les analyse biologiques avec le diagnostic leur tombant tout rôti dans la gorge.

Qu’ais je ai pu dire ou faire pour que ces patientes ne reviennent pas me voir en consultation avec leurs analyses ?

Voila une question digne d’un groupe Balint*.

Et si, tout simplement, ces patientes portaient, elles aussi, une grosse part de responsabilité, quand un médecin vous dit de revenir, c’est impoli de ne pas le faire, point barre.

 

*Un groupe Balint est un groupe de médecins généralistes encadrée par un "superviseur", un psychiatre, discutant autour de la relation médecin malade, chaque médecin racontant une histoire frustrante, ce "cas clinique" étant décortiqué par l'assemblée et managé par le "superviseur.

La relation médecin malade est une chose, la psychiatrie en est une autre.

 

27/08/2011

Deux tours de clé et puis s’en vont : Une illustration de l'Injonction Paradoxale


Cette petite histoire illustre bien la théorie de l’Injonction Paradoxale bien connue des comportementalistes.

Cette théorie se résume en une phrase : si l’on veut que quelqu’un fasse quelque chose, il faut l’autoriser à ne pas le faire.

L’inverse est vrai : si l’on oblige quelqu’un à faire quelque chose, il y a de fortes chances qu’il ne le fasse pas (hors contrainte imposée par le travail).

Dans la Résidence ou j’exerce, j’étais excédé, chaque fois que j’allais dans le local poubelle de trouver fermée la porte à double tour (quel intérêt à voler les ordures, les poubelles à la rigueur, et encore…).

Je fermais donc systématiquement à un tour cette porte fatidique. Jusqu’au jour ou le mouvement s’inversa, la porte restait de plus en plus fermée à simple tour.

J’usqu’au jour, où le Syndicat des copropriétaires ferma la résidence avec un superbe portail coulissant vert, un feu clignotant jaune et une lampe halogène.

Mon esprit tordu se vengea de façon potache : je décidais de fermer la porte des poubelles à double tour (des fois qu’on nous volerait nos poubelles… Non mais !).

Quelques temps plus tard, une résidente me fis la remarque : »Il y a quelqu’un qui ferme la porte du local à poubelle à double tour, et de rajouter, ce n’est pas vous ? Moi de répondre illico Non bien sûr.

Moi de pouffer de rire intérieurement.

L’Injonction Paradoxale, c’est ça !




P. S. : Le comportementalisme a une démarche sensiblement différente de la psychanalyse, quoique…



25/08/2011

Radioactivité au cimetière d’Escoublac

Source : http://www.unesourisetmoi.info/

 

Trouvé sur internet dans le Blog « La vie à  La Baule »


Un article récent daté du 1 avril 2011.

"Pourquoi le cimetière d'Escoublac a une radioactivité anormalement élevée ? Les experts sont perplexes. C'est pourtant simple : un certain nombre d'ouvriers de la mine d'uranium de Piriac étaient contaminés et certains habitaient La Baule. Donc, ils furent enterrés à Escoublac. Ce sont leurs ossements qui émettent cette radioactivité un peu élevée (mais sans danger) : et cela va encore durer 3500 ans !!!!"

24/08/2011

Médecin d’Etat Civil

Source : http://art-maniac.over-blog.com/article-2953514.html


Au début de ma carrière, je fus, pendant quelques années, "Médecin d'Etat Civil" adjoint d'une commune de l'agglomération prés la Grande Ville.

Concrètement, cela consistait a établir les constats de décès et essayer, dans la mesure du possible, de s'approcher le plus possible du diagnostic du décès (c'est très loin du métier du Médecin Légiste, spécialité hospitalière presque plus légale que médicale), tout cela à des fins statistiques.

La façon la plus simple de constater le décès est de vérifier le réflexe pupillaire, avec une lampe, à la mort la pupille ne réagit plus à la lumière le mort est en mydriase bilatérale (les yeux dilatés), le test de la glace que l'on place sous le nez est beaucoup moins pratique.

D'ailleurs autrefois, le croque mort, pour vérifier la mort de la personne, croquait littéralement un orteil.

Une hantise humaine, être enterré de son vivant, cela évoque les "contes extraordinaires" d'Edgard Allan Poe. Pour cela il existe un délai d'inhumation de 24 h c'est l'article R.361-13 du Code des communes (Les dimanches et jours fériés ne sont pas pris en compte dans le calcul de ces délais).

Cela m'a permis de voir quelques réalités troublantes et crues qui permettent de toucher la vraie vie, la réalité, pas l’illusion, les fausses valeurs, dans laquelle vivent un bon nombre de gens.

Quelques exemples frappants :

- Suicide chez une fille de douze ans autopsiée sur la demande des parents.
- Demande, par la famille, de briser la rigidité cadavérique car le corps était recroquevillé sur lui même.
- Deux ruptures de varices œsophagiennes le même jour l'un, chez lui, dans un lit médicalisé, d'un cancer du foie, l'autre, chez lui, avec l'hématémèse et les bouteilles autour du corps (diagnostic cirrhose du foie).
- Lors du décès d'un malade sa femme me demande si on meurt à l'heure de sa naissance.
- sur réquisition de la police, en garde, une dame de 80 ans trouvée morte dans sa douche, le nez déformé, le décès n’étant pas récent (comment le dater : au pif, cela n’a aucune importance dans ce cas et permet de délivrer le permis d’inhumer, de toutes les façons la dame est bien morte et de mort naturelle.
- Sur réquisition de la police, en garde, une dame de 80 ans retrouvée morte allongée dans sa cuisine (jour du décès probable la veille ou le jour même, heure du décès inconnu).
- Sur réquisition, décès d’une jeune fille de 20 ans écrasée par un bus.

La mort fait peur, la maladie aussi, il est dit qu'un bon nombre de médecins ont fait des études de médecine pour conjurer cette peur, cette phobie, cette nosophobie. Mais, heureusement, toutes les maladies ne sont pas mortelles, la grosse majorité d’ailleurs ne l’est pas, mais il existe des pathologies qui sont de véritables saloperies.

Le Médecin de Ville est beaucoup moins confronté  à la mort, de nos jours, qu’autrefois, car on meurt beaucoup plus à l’hôpital ou en Maison de Retraite.

 

Illustration VARANDA : http://petitpierrot.vefblog.net/7.html

 

Il y a peu de chance que l'on amène quelque chose dans l'autre monde (s'il existe).

La seule égalité qui existe pour les êtres humains, c'est l'égalité devant la mort. Le reste n'est que poudre aux yeux.

THANATOFRANCE – Ecoles et Préparation au Diplôme National de THANATOPRACTEUR.

Image issue de l'en tête du site Thanatofrance

Dans la série le site du jour, je vous propose aujourd’hui Thanatofrance.

L’intitulé lu sur le site :

"Souhaitant promouvoir la profession de thanatopracteur et d'élaborer également une aide aux étudiants thanatopracteurs, des thanatopracteurs professionnels ainsi qu'un collège de thanatopracteurs avons souhaité mettre en ligne ce site qui nous l'espérons vous apportera toutes les aides en vue de la préparation au diplôme National de Thanatopracteur. Toutes suggestions étant bien venues ! – Le Président THANATOFRANCE. 21, Rue Hôtel des Postes 06000 NICE. Siret : 50778661400010 – APE : 9499Z."

http://thanatofrance.wordpress.com/

21/08/2011

La confiture

Pour conclure cette session culinaire, un petit entremet.

 

20/08/2011

La petite histoire de la ville de Listrac Médoc


Au fin fond du Médoc se trouve un petit village du nom de Listrac Médoc.

Je me propose de vous conter brièvement l’étonnante histoire de ce petit village de LISTRAC en Médoc.

Au départ ce village s’appelait TRAC, jusqu'au jour ou Sa Majesté le Roi Louis XIV vint à Bordeaux, on lui construisit, spécialement pour lui, à cette occasion la place Royale qui est maintenant la Place de la Bourse. A cette occasion un Château en Médoc pris le nom de Château Beychevelle (Baisse voile) car il baissa une voile en l'honneur du Roi qui descendait la Garonne.

Le Roi Louis XIV décida de serrer quelques mains de Médocains profonds, on choisi, pour lui, TRAC en Médoc.

En récompense le village s'appela LISTRAC MEDOC (LIS pour Lys et TRAC pour TRAC).

Etonnant non ?


Un lieu dit de Listrac s’appelle le Fourcas (fourcas en patois veut dire en hauteur ce qui donne de bonnes croupes graveleuses pour le vin, car il y a une bonne exposition au soleil), de cette appellation Listrac sont nés les deux très bons châteaux Fourcas Dupré et Fourcas Hosten.

Recette de la piperade façon Docteur Sangsue : Poulet et Thon Basquaise

 Poivrons

 

"La piperade (de l'occitan béarnais piperrada, pipèr: piment rouge, piperrada en castillan) est un accompagnement gastronomique d'origine basque qui est servi généralement avec des viandes et du poisson. Le nom vient de biper (piment en euskara)."

Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Piperade

 

Ingrédients :

1 Kg ½ de tomates de Marmande

2 poivrons (rouge ou verts)

3 tranches de ventrèche

1 oignon

2 échalotes

4 gousses d’ail

1 bouquet garni (persil, thym, laurier)

1 morceau de sucre

 Préparation :

Couper les tranches de ventrèches en morceaux, les faire revenir avec un peu d’huile d’olive, bien les dorer.

 Une fois dorées les réserver.

 Couper les échalotes en rondelles et l’oignons en tranches, les faire blondir dans la graisse des lardons. Une fois dorés, rajoutez-y les lardons et les tomates coupées en dés ainsi que les poivrons. Rajoutez-y l’ail coupé en morceaux et le bouquet garni, et le morceau de sucre (pour atténuer l’acidité de la tomate).

 Saler, poivrer avec du poivre en moulin.

 Laisser cuire à l’étouffée pendant une demie heure, puis laisser réduire la sauce (il faut bien compter plus d’une heure) pour obtenir une sauce épaisse.

 Dégustation :

On peut déguster la piperade avec du poulet juste doré et revenu dans la piperade (pour terminer la cuisson et donner du goût à la préparation). C’est le fameux poulet basquaise.

 

La piperade peut se déguster avec du thon, à la place du poulet (attention, pas trop cuire le thon, sinon c’est sec), c’est le fameux thon basquaise.

 Autrement, avec de pâtes, la piperade se tient bien.

 On peut aussi déguster la piperade froide (avec des pâtes par exemple), avis aux amateurs.

 

 

Poulet basquaise

Source : http://fredkitchen.canalblog.com/archives/2005/11/02/inde...

 

Avec quoi boire un plat à base de piperade ?

En été, un rosé ou un blanc, éventuellement de la bière basque (EKI ou OLDARKI bière au Patxaran, un apéritif basque) on peut aussi boire un Saint Nicolas de Bourgueil bien frais..

En hiver on peut tenter un rouge, un Irrouléguy, un bordeaux ou un vin des Pays de Loire (Chinon, Saint Nicolas de Bourgueil)  feront l'affaire.

05/08/2011

Cuisson des Mogettes semi-fraîches façon Docteur Sangsue

Mogettes

 

Petite recette culinaire issue de mes pérégrinations vacanciennes. La gastronomie fait, aussi, partie de la culture.

 

"La mogette, parfois orthographiée mojhette ou mojette (voir l’article Parlanjhe), est un haricot blanc sec de l’espèce Phaseolus vulgaris, également appelé « lingot ».

Spécialité culinaire de Vendée et du Poitou-Charentes, elle se déguste traditionnellement avec le jambon vendéen ou encore bien chaude sur une tartine grillée frottée à l'ail et bien beurrée (gralée de mogette)."
Source Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mogette


Je vous propose la recette  de la cuisson des mojette façon Docteur Sangsue.

Ingrédients :
3 kilos de Mogettes à ouvrir pour extraire les haricots
Des lardons
Couenne de porc (pas indispensable)
1 oignon
1 belle carottes
2 belles tomates
1 bouquet garni (ail,thym, laurier, persil)

Préparation :

Il faut d'abord écosser la bête (les mogettes).

Couper l’oignon en lamelles.
Dans une cocotte-minute, faites revenir les lardons, quand ils sont bien dorés et ont craché leur gras, les réserver.
Faites revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit bien doré, rajoutez-y la carotte dès le début, s’il n’y a pas assez de gras, rajoutez un peu d’huile d’olive.
Quand l’oignon est bien doré, rajouter les tomates concassées et le bouquet garni.

On obtient une sorte de purée rouge et odorante.

Cuisson :
Il ne reste plus qu’à mettre les mogettes dans la cocotte-minute, les recouvrir d’eau et les faire cuire 10 minutes.

Les mogettes accompagnent à ravir un gigot de mouton.

Comme vin, un vin léger, un vin rouge de l’Ile de Ré.

04/07/2011

L'aspect méconnu de Jim Morrison : l'étudiant brillant

"Sitôt sorti du lycée, Morrison s'installe chez ses grands-parents à Clearwater pour suivre des cours au Saint Petersburg Junior College. En particulier, il s'inscrit dans deux cursus qui le marqueront profondément : d'une part, un cours sur la « philosophie de la contestation », qui lui permet d'étudier Montaigne, Jean-Jacques Rousseau, David Hume, Jean-Paul Sartre et Friedrich Nietzsche ; d'autre part, un cours sur la « psychologie des foules » inspiré de l'ouvrage de Gustave Le Bon La Psychologie des foules.

Morrison se montre, dans ce cours, très brillant. Le Professeur James Geschwender reste stupéfait devant ses connaissances. Il maitrise parfaitement non seulement l'ouvrage de Gustave Le Bon, mais aussi Sigmund Freud et Carl Gustav Jung . Les autres étudiants, complètement dépassés, assistent, stupéfaits, à des dialogues entre le professeur et Morrison, lesquels tentent d'incorporer l'apport de la psychanalyse à la réflexion de Le Bon. Dans son mémoire final, Morrison, s'appuyant sur l'idée jungienne d'un inconscient collectif, évoque l'idée de névroses touchant de nombreuses personnes dans un groupe (des « névroses sociales », si l'on ose dire) et il spécule sur la possibilité de traiter ces névroses par des thérapies de groupe. James Geschwender déclarera plus tard que ce mémoire « aurait pu devenir une thèse solide »".

Wikipédia

 

Jim Morrison est décédé, à Paris, le 3 juillet 1971, à  28 ans, d’une mort mystérieuse (infactus, overdose, complot...).



 

30/06/2011

Quand des musiciens classiques interprètent Les Beatles

L'autre jour, c'était hier, j'écoutais France Musique, en allant au turf, je suis tombé sur quelque chose ressemblant à ça :

 

 

Pas trop mal ficélé is n't it, is it ? Yes it is.

Quel hommage : Tout un orchestre pour 4 guitarres, par contre les voix, irremplaçables, restent les mélodies.

Ce qui est interressant dans l'histoire c'est que les airs baroques durent plus longtemps qu'une chanson de 3 minutes ; les artiste comme Les Beatles chantent et jouent en même temps alors qu'un chanteur d'opéra doit pouvoir chanter plus longtemps.

Si les temps sont calculés comme cela, au niveau de la musique classique c'est pour que le corps puisse tenir, mais si pour le rock, pop, folk, la durée est de trois minutes n'est ce pas pour remplir la face d'un 45 tours* ?

Mais, qu'es ce qu'un 45 tour ?

 

* Ou plutôt d'un 78 tour (celui ci contenent un air par face, le 45 tour contenant 2 airs par face)