Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2015

Un vilain petit singe

Abdallah le vilain petit gosse de Tintin au pays se l'or noir.
Crédit Photo : http://salem.blog.24heures.ch/archive/2008/07/index.html


Tous les jours, en allant  et venant de mon Cabinet Médical, je passe dans une rue qui, visiblement se rajeunit.

Les ancien propriétaires décédant sont remplacés par de nouveaux arrivants.

Ainsi défilent les générations, une poussant l'autre vers l’abime funeste.

Ainsi va la vie.

Je voyais le rajeunissement de la population aux travaux des maisons, les échafaudages en étant le témoin.

Gros travaux de rénovation et ravalement des façades.

Les gros travaux me laissait un peu perplexe avec l’abatage systématique des cloisons dans ces magnifiques maisons du XIX° siècle*.

Le ravalement, par contre, donnait un effet spectaculaire mettant en valeur les belles pierres de Grandville. Spectacle qui, tout les jours, me ravissait lors de mes déambulations pédestres.

Une de ces maisons était située à côté d'un collège.

Un après-midi ensoleillée, je vis une dame se retourner vers la maison en question. Intrigué, je me fis pareil, et vis un gamin d'une quinzaine d'années niché au plus haut de l'échafaudage de la maison en ravalement. Celui-ci était encouragé avec les hurlements de ses copains de classe.

Les enfants ont toujours eu le gout du risque, mais, il n'est pas impossible que les parents ont, de nos jours,  un peu lâché du lest vis à vis de leur protection, mais, aussi, et surtout, vis à vis de leur éducation.

A cette phrase, on passe pour des vieux cons et d'affreux fachos.

*P.S. : Ces maisons là étant dans un site protégé mais pas dans un cite classé.

05/04/2015

la petite histoire sur la vie de Jean-Baptiste Mercier Dupaty

Charles-Marguerite-Jean-Baptiste Mercier Dupaty

J'ai passé mes fêtes Pascales à La Rochelle.

En flânant dans la ville, je tombais en arrêt devant une plaque portant un nom, celui de Dupaty.

Qui pouvait bien être ce Dupaty ?

Je penchais pour un richissime armateur Rochelois du XVIII° siècle.

Eh bien non.

Jean-Baptiste Mercier Dupaty fut un magistrat français né à La Rochelle en 1746.

"En 1786, il défendit, soutenu par Condorcet et Lally-Tollendal, trois habitants de Chaumont, accusés d'un vol avec violences. Ces trois accusés furent condamnés à la roue. Le mémoire de Dupaty fut condamné et lacéré et brûlé par le bourreau. Dupaty y perdit la considération de ses collègues et devînt un pestiféré au sein du Parlement de Bordeaux. Finalement les condamnés seront réhabilités et ils seront libérés en décembre 17871."

A cette occasion, un journal satyrique, publia un dessin avec comme surnom le concernant, celui de Dupaté. Ce qui eu le don de le rendre fou de rage.

Ses ennemis firent alors courir la rumeur comme quoi Dupaty avait l'alcool mauvais  quand il était dans le pâté.

 

P.S. : Quelle est la part de vérité de celle inventée, je vous laisse chercher...

10/03/2015

Tenir le haut du pavé : Vieille expression française





Depuis quelques temps, déjà, j’utilise le tramway pour aller à ma consultation. Car il m’est devenu quasiment impossible de garer ma voiture près de ma maison.

Je vais donc à pied de ma maison à l’arrêt du tram et du tram à mon cabinet, ce qui me fait faire, en tout, quinze minutes de marche, soit une heure de marche par jour. Cela me change du manque d’activité physique que j’avais avant.



Je me fis la remarque, un jour de pluie, sous mon parapluie, qu’il valait mieux marcher près du bord du trottoir, c'est-à-dire marcher vers le bas du trottoir, tenir le bas du pavé pour ne pas se faire mouiller par l’eau coulant des toitures.

Mais, alors, pourquoi, le sens de cette vieille expression monnayeuse Française, et quelque part illogique : « tenir le haut du pavé » ?

Autrefois, les rues étaient pavées et étaient en pente* vers le milieu pour recueillir les eaux sales. Les gens de la haute « tenaient le haut du pavé » pour ne pas, ainsi, se faire éclabousser par les fanges. Ceux de la basse classe étaient, aussi, à juste titre, appelés saute ruisseau.

Voila pourquoi, moi, je préfère, maintenant, en restant prudent, cependant, et en évitant des éventuelles et perfides flaques d’eau et de voitures passant à toute vitesse.

 

*Référence : ICI et LA.

**Pente : En référence à mon article sur mon Blog : Quand faire construire une maison devient un véritable un véritable cauchemar Chapitre II - Le début de perte de confiance : la terrasse.

 Résumé des épisodes précédant ICI.

12/02/2015

Ski à Arcachon






On peut skier en plein été sur le Bassin d'Arcachon.

Sur... des aiguilles de pins.

Cela remonte, déjà, aux années 50.

08/01/2015

Le grand Duduche

 

 

 

 

 

 





Le Grand Duduche est un personnage, un lycéen, dessiné "à la plume", comme il tenait à le préciser, par Cabu, ressemblant étrangement et à son auteur. il est apparu dans le journal Pilote* en 1963, ce fut une suite de Bande Dessinées.

Il me fait l'effet de quelqu'un d'éternel Lycéen profondément, totalement désintéressé et profondément gentil, resté un peu au stade Lycéen.

Cabu, dessinateur, caricaturistes humoriste est né 13 janvier 1938 et mort assassiné, à l'âge de 77 ans, le 7 janvier 2015 lors d'un attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo

A la mémoire des victimes et de leurs familles atteints lors de cet attentat.

31/12/2014

Un premier de l’an baroque

Crédit Photo : http://www.logitheque.com/


Autant, quand j’étais enfant, je me souviens avec émotion et fébrilité de la Noël, des préparatifs qui commençaient très tôt.

Avec mes parents, nous allions en forêt, chercher un pin maritime, (ceci était plus ou mois toléré), du houx et de la mousse. La mousse c’était pour la superbe crèche avec ses santons.

Noël se passait avec mes parents mon frère et moi, La famille restreinte, étonnant non ?

Au menu, foie gras maison préparée par ma mère, puis canette de barbarie farcie aux marrons, accompagnée d’un bon Médoc et l'éternelle et succulente bûche de noël à la crème.

Autant je garde un souvenir médiocre, de mes premiers de l’an qui se passaient, tristement, toujours avec les mêmes membres restreints de ma famille, seule du côté de mon père d’ailleurs. Nous étions six en tout et pour tout.

Tous les ans.

Mes parents n’ayant pas d’amis.

Assez baroque comme situation vous en conviendrez ; baroque pris, ici, dans le sens d'inattendu, bizarre, excentrique.

En partant de ce terme baroque, et en essayant de vous divertir en cette fin d’année, je vais essayer de faire un peu de musicologie sauvage.

D’abord, il nous faut commencer par une définition du sens artistique du mot baroque.

Le baroque est un mouvement artistique qui trouve son origine dès le milieu du XVIe siècle. Le baroque, et qui touche tous les domaines, en particulier la musique.

Pour ce qui est du domaine qui m’intéresse, la musique du milieu du XVIe siècle, musique dite « Baroque », j’ai envie, comme je vous l’ai dit plus haut, de m’amuser un peu et si je peux vous divertir… J’en serai ravi.

C’est Jean-Claude Malgoire, en créant le premiers ensemble de musique baroque « la grande écurie et la chambre du roy » qui remit au gout du jour le « Baroque en France.


Un chef d’orchestre particulier, Ton Koopman a la particularité, lui, de n’interpréter la musique dite « Baroque » qu’avec des instruments d’époque. Il essaye, ainsi, de reproduire au maximum la musique baroque telle qu’elle devait être à l’époque.

Le "son baroque"

Imitation qui se veut parfaite, trop parfaite.


Attention aux incertitudes qui vont suivre. Cependant, essentielles pour comprendre, l'idée directrice y est, tout à moins pour moi.

Ceci-dit J.S.B., Jean Sébastien Bach, pour les intimes, père de nombreux enfants et Kapellmeister du prince de Hanovre, gagnait chichement sa vie.

J.S.B., gagnant chichement sa vie, faisait, avec ses copains, des bœufs à la sorties des bars, pour arrondir ses fins de mois et nourrir sa nombreuse famille.

C’est ainsi que, pour les connaisseurs, se ressemblent étrangement le concerto pour deux violons, le concerto pour trois violons. On retrouve certains passages dans les concertos Brandebourgeois.

J. S. B. se plagiait lui-même… mais avec quel génie.

Pour mois c’est mon maître.

C'est pour cela que la musique « Baroque » est avant tout une musique s’apparentant énormément au Jazz, c’est même le style musical précurseur du Jazz.

Or le Jazz, c’est la liberté, l’improvisation, c’est la vie, pas la rigueur d’interprétation. Chaque interprétation se doit d’être changeante au niveau des lignes mélodiques même si l’on y retrouve l’essentiel.

Le but, c’est de jouer, au sens de s’amuser.

Ton Koopman fait, à mon avis, de la musique parfaite mais figée, sans aucune originalité, pas vivante.

Un interprète fascinant est Glen Gould http://fr.wikipedia.org/wiki/Glenn_Gould , à tel point que l’on disait de lui qu’il ne jouait pas du Bach, mais du Gould.

Chez lui, on retrouve cette sensation de liberté vis-à-vis de la musique « Baroque », du Jazz pur.

Il avait cette particularité qu'il... chantait en jouant.


La technique pianistique, à mon humble avis après avoir visionné Gould en plein interprétation, attention, je vais me faire taper dessus, c’est que Gould avait tendance à jouer au piano comme on joue du clavecin, ça y est, je suis K.O.

Lui aussi faisait du Jazz.

Voila ma conception de la musique « Baroque », elle a inventé le Jazz.

Une idée baroque, non ?

A noter que le ragtime est le "vrai" précurseur du jazz.

Maple Leaf Rag Played by Scott Joplin

 

Bonne année 2015 à tous.

07/12/2014

La consigne




Il fut un temps où la consigne était de mise.

Je veux dire par consigne, le fait de ramener ses bouteilles aux commerçants.

Celui qui le faisait, le faisait contre rétribution, certes petite, mais une rétribution sonnante et trébuchante.

Il avait donc un intérêt positif, renforçant en terme pavlovien et comme on dit, aussi, en comportementalisme, la récompense marchant mieux que la punition.

En était dérivé un petit métier. Des personnes désargentées arrivaient à gagner un peu d'argent sans faire la manche, en ramenant ces « consignes » comme on disait à l’époque. Car les petits ruisseaux font les grandes rivières. Bien sûr, ils n'étaient pas Crésus.

Quand j'étais adolescent, j'ai même connu une machine installée à l'entrée du supermarché du coin qui rendait la monnaie quand on lui ramenait les bouteilles consignées.

Cet automate annonçait le début de la fin de cette époque de la consigne.

Ce n'est pas que je sois nostalgique, mais…

Je constate que, à notre époque écologique, on rend le peuple écocitoyen en lui donnant...

La consigne…

De ramener ses bouteilles...

Sans rémunération cette fois.

 

03/12/2014

Je vous annonce la mort d'un Blog

Crédit Photo : http://www.1-referencement.com/

 


C’est toujours dur d’annoncer la mort d’un Blog.

En effet, comme dans la vie, les Blogs évoluent dans le temps, ils naissent vivent, meurent et tombent dans l'oubli.


Crédit Photo : https://blutriskell.wordpress.com/tag/morte/

Un Blog nait, tout petit nourrisson, tout fragile, grandit, atteint sa maturité, puis, au fil des temps, l’auteur, commence à s’user, le Blog vieillit et baisse dans les "sondages". Ce qui décourage encore plus son auteur qui cesse sa publication.

Le Blog est mort.

En effet, le temps s'écoule. Le tic tac de l'horloge est impitoyable.



D'après un poème de Charles Baudelaire


Dans un de mes articles : "Bigard et le Docteur Sangsue", Je citais un des un des premier Blog Médical majeur, "Grange Blanche le blog d'un cardiologue" qui eu l'immense mérite de recenser tous les Blogs Médicaux d'une part et d'avoir l'idée géniale de créer le "Carnaval des Blog Médicaux" : Une joute d'articles entre les différents Blogs Médicaux qui voulaient bien y participer, nous étions un peu moins d’une dizaine, et ce à trois sessions, au moment du carnaval, bien évidemment, c’est là que l’on peut se libérer de tous les jougs qui nous entravent.

Le Docteur Sangsue, naturellement participa à ces trois épisodes.

Ces épisodes eurent lieu sur son blog hébergé par Hautetfort, puis il créa un nouveau Blog sous le nom "Grange Blanche" sur son propre site.

Au départ, les blogs s'émerveillaient de tout ! J''avais même écris un article sur "Les marronniers et l'heure d'été" reprenant un de mes articles : "L'histoire de l'heure d'été/hiver", le principe même du marronnier, en terme journalistique : un article qui revient tous les ans et qui permet de boucler les trous du journal.

Mon Blog a été crée le 7 juillet 2007, sept ans déjà ! Avec, comme titre "Première" est resté aussi diversifié qu'avant, il est resté fidèle au cahier des charge du début des "Blogs Médicaux". Certes mon blog a mûri. Mais Il faut dire, qu'avec les Réseaux Sociaux les Blogs ont perdus de l'intérêt, voire, commencent à être dépassés. Pourtant dans un Blog le lecteur prend du plaisir à lire et l'"écrivain", bien grand mot s'il en est, à écrire. Un autre aspect méconnu, l'"écrivain" essaye d'écrire de mieux en mieux pour capter l'intérêt du lecteur, et pour cela, cela peut paraitre paradoxal, apprend véritablement à écrire de mieux en mieux, enfin, tout au moins,essaye, en tout cas il y prend un infini plaisir.

Personnellement je me force à faire des articles courts qui sont beaucoup plus captivant, car lassant moins l'attention.

Au tout début, dans les "Blogs Médicaux", il n'y avait pas que de la Médecine.

Puis apparurent les Blogs Médicaux que j'appelle "Intégristes" ne parlant que de Médecine et surtout de la relation Médecin Malade et du respect du patient, perdant parfois toute notion avec la réalité : Le Médecin existe aussi et doit savoir se faire respecter, certes avec tact et mesure.

Un Blog sortait du lot, celui de Borée, mais devant la dégradation du statut de Généraliste, de sa qualité de vie et de sa charge de travail, il dévissa sa plaque et son Blog mourut de lui même. Il raconte cela très bien dans un de ses deniers article en date du 18 mars 2013 : "Fin de partie".

Puis "Grange Blanche" évolua, surtout, vers des articles cardiologiques très pointus que les articles "grand "public" originaux et divertissants de l'ancien temps.

Mon Blog est resté fidèle à ses origines, il est resté très diversifié, dès son départ le 7 juillet... 2007 ! Sous le titre : Première. Il avait pour objectif d'alterner, Médecine, recettes de cuisine, œnologie, et articles divers, de préférences humoristiques parfois coup de gueule, parfois "scientifiques" et j'en passe… Tout ceci faisant, vraiment plutôt, un blog atypique médical, mais recensé par Teads LABS, ICI,  , dans la rubrique : Top Blogs.

Au départ, j’annonçais la couleur : "Blog atypique expérimental".

Bien sûr mon Blog a évolué, moins d'émerveillement, avec plus de "réflexion, mais autant de verve, car dans ma tête j'ai quinze ans).

La maturité d'un Blog est due à la maturité du "Blogmestre".

Malheureusement, Le " Blog d’un Cardiologue", après sept ans de publications régulières vient de mettre fin à son aventure.

Son auteur, sous le pseudonyme de "Lawrence Passemore" de son vrai nom, Jean-Marie Vailloud, vient de clôturer son Blog.

C'est la vie.

 

khaled - c'est la vie

 

Je m’aperçoit en cliquant sur le lien que son blog existe toujours, Son auteur a changé d'avis.

Il en est de même pour le blog de Borée, Borée vient à nouveau de publier .

La morale est qu’il faut toujours actualises ses liens.

03/11/2014

Merci pour la pièce

 

 

Cliquez sur la carte

 Par ce bel été indien.

qui se prolonge de façon inespéré, un de mes patient de 68 ans, en profita pour amener son petit fils se balader sur l'avenue.



de grand ville.

Sa prostate le travaillant, il dit a son garçonnet, tu voit petit, pour pisser en ville, il faut payer : "l'argent n'a pas d'odeur", c'est un certain Monsieur Vespasien qui était un grand chef Romain, un Empereur, qui a tenu ces propos il y a très longtemps de cela, il a , ainsi inventé les vespasiennes. Il fit des toilette publique payantes, un impôt qui utilisait un besoin naturel obligatoire, pisser. Pour te montrer comment faire, je vais t'inviter à boire un sirop. Ça te dit gredin.

Le gredin était ravi de l'aubaine qui lui était offerte. Il ne comprenait pas trop ce que lui disait son grand père, mais la perspective de boire un sirop de fraise bien frais, par cette température caniculaire, en plein mois de septembre, après une marche harassante, était inespéré. A chacun son plaisir ; lui d'étancher sa soif, son grand père d'épancher sa vessie.

De toute les façon, le grand père lui aurait offert un rafraichissement. Il adorait ce gamin.

Or donc, ils s'assoient à la table d'un bar, une table un peu sale. Un serveur peu gracieux s'approche. Le grand père passe commande mais le serveur ne nettoie pas la table. Le grand père lui en fait gentiment la remarque celui-ci s'exécute de mauvaise grâce.

Avant de partir, le grand père de laisser une petite pièce, une piécette : 10 cent d'euros. Le gamin de dire "dis grand père que fais-tu"

"Ben tu vois, je laisse la pièce. Et tu vois plus la prestation est bonne enfin, je veux dire le service est bon plus la pièce st grosse. Plus le serveur est mauvais, comme ce monsieur, plus la pièce sera petite".

Sur ces entrefaites, Ils se lèvent et vont soulager leurs vessies, enfin, surtout le grand père.

En partant, le serveur leur dit tout haut "Merci pour la pièce".

Le grand père de répondre illico "Merci pour le service".

Le garçonnet n'était pas peu fier de son grand père qui avait cloué le bec à ce vilain monsieur.

09/10/2014

Divorce chez le Docteur Sangsue

 


Voilà, depuis quelque temps, déjà, il y avait de l’eau dans le gaz dans notre relation.

Depuis dix ans, il fallait bien que cela arrive un jour.

Une séparation devenait inévitable.

Il fallait que je prenne le taureau par les cornes et lui annoncer, car elle se fermait les yeux, de peur d’affronter la dure réalité en face.

Je pris mon courage à deux mains.

Courage, Docteur Sangsue, ne l’annonce pas brutalement, surtout ne dis pas : « Entre nous, c’est fini ».

Vas-y tout en finesse. Parle du bon vieux temps, de l’usure du temps. Que tu ne regrette rien. Que si c’était à refaire, tu le referais...



Non, non, rassurez-vous, tout va bien avec ma mie. Bien sûr, il y a des moments de « frictions ». Elle a si mauvais caractère, elle est, si chiante, parfois ! Mais c’est un amour… le reste du temps.

C’est d’une patiente dont je vous parle. J’ai décidé de me… séparer d’elle. Expression tellement plus humaine que de dire : « Celle là, je la vire ! ».


Elle devenait de plus en plus chiante.

27/09/2014

La naissance du surf à Lacanau-Océan : la vraie histoire vécue par le Docteur Sangsue

 


La naissance du Surf est apparue, à Lacanau-Océan, dans les années 1960.

J'ai déjà abordé l'histoire de Lacanau Océan dans un article précédant.

J’ai vécu l'arrivée de ce sport nouveau en France. Celui-ci a été introduit par Joël de Rosnay et Arnaud de Rosnay, à Biarritz. Ceux-ci l'ont ramenés d’Hawaï.

Je l’ai vécu personnellement avec un ami d’enfance qui avait ramené de Biarritz un surf Barland, le seul shapeur à l'époque. C’est en regardant Monsieur Maugard, que nous apprîmes à maitriser le maniement de la planche de surf et le fartage à la paraffine, à l’époque la paraffine qu'utilisaient nos grand mères pour recouvrir la confiture dans les pots pour que celle-ci se conserve bien.

C’est Je Docteur Francis Maugard qui l’a ramené, lors de vacances à Biarritz, à Lacanau-Océan, alors station balnéaire familiale totalement inconnue.

C’est en regardant pratiquer Monsieur Maugard, que nous apprîmes, en balbutiant, le Surf.

C'était à la première plage Sud encore appelée par nous "Petite Plage" en réalité la plage l'écureuil, par rapport à la plage centrale que nous avions baptisée "Grande Plage".

Bien sûr, ce Surf là n’avait pas grand chose à voir avec les Surfeurs de maintenant qui rigoleraient de notre « technique » débutante, quoique...

Mais c’était, déjà, la glisse, une sensation purement jouissive, en accord parfait avec le cadre magnifique de la Côte Aquitaine dont la plage nous appartenait à nous tout seuls.

Des Écolos avant l'heure, mais des authentiques, ceux là, nous étions.

Oui, déjà, nous "montions sur la planche", comme me l'a demandé ma mie, ce qui m'a profondément vexé, vous vous en doutez.

Le rêve !

La plage était à nous, pour nous tout seul, au Sud. De temps en temps, un double bang, celui des Mirages IV du Centre d'Essai des Landes (C.E.L.) qui passaient le mur du son. Le C.E.L. comprenait un des deux Phares d'Hourtin.

Puis le premier décollage de l'Alouette II de la Protection Civile dans les années 70.

Depuis, la station a décollée dans les années 80, après, je m’en souviens, le passage du Tour de France qui fut redoutablement efficace, pour lancer cette station qui ne demandait rien à personne, mais qui avait tant à offrir.

Ce fut le début de la mort du Surf pour nous, d’autant plus que les études nous prîmes une grande partie de notre temps, et que nos centres d’intérêt s'éloignèrent de « Loisir » fabuleux à l’époque.

La planche fut vendue.

Lacanau-Océan devenant, très rapidement, un « Spot » à la mode, fort prisé des professionnels débutants, pour devenir celui des professionnels aguéris et célèbre : Le Lacanau Pro, maintenant Soöruz Lacanau Pro se déroulant fin août.

En fait, un Spot, un peu moins réputé, à mon avis, que celui de Biarritz, à cause de ses vagues, parfois, défaillantes.

Ainsi va la vie.

Depuis, Lacanau-Océan est devenue une station balnéaire à la mode, impraticable pour moi, trop de monde l'été.

Adieu la nature…

Pour la petite histoire, c'est à Lacanau-Océan, en réalité au Moutchic, que passe le 45° parallèle.

Un lien vers la surf music, pour connaître et écouter les groupes de cette musique de glisse à cette époque.

Un aperçu de ce style de musique sur YouTube ICI.

The Ventures ~ Walk Don't Run

 

The Shadows / FBI / Crackerjack 1961

 

The Pharos - Pintor - Del-Fi - Surf

Kazi Aniruddha "Mafe Karo"

THE TORMENTOS - Il Diavolo In Corpo

28/05/2014

PONT PONT PONT PONT. Air connu

Crédit Photo : Wikipédia - Pont Valentré (Lot)

Un pont que j'affectionne particulièrement et qui me rappelle de bons souvenirs. Cahors est une belle ville.

La petite histoire conte que l'architecte consciencieux (ils ne le sont pas tous maintenant), sur la fin de la construction rencontra un problème de taille une pierre n'arrêtait pas de tomber bloquant, ainsi, l'avancement des travaux. Le Diable lui apparut et lui proposa un pacte. Cet architecte consciencieux vendit, alors son âme au Diable et les travaux s'achevèrent miraculeusement.




Le Blog sera indisponible, pour cause de PONT, jusqu’à dimanche, mais, aussi, en fonction, de mon inspiration.

Savez-vous à quoi je vais employer mon temps pendant cette période de loisir ?

A travailler pour la Maison, bien sûr !

J’ai une allé en pavés qui va du portail au garage et qui longe une partie de la maison jusqu’à la porte de la cuisine. Ma mission : faire les joints avec du sable fin. Enfin, s’il ne pleut pas.



Cédit Photo : http://www.briot.be/dallage-pierre.html

07/02/2014

Tête de Veau sauce gribiche à la cocotte minute - Fast Cookink - Docteur Sangsue

 


La Tête Veau, un plat que j'adore, un plat de brasserie, que ma mie n'aime pas vu son aspect gélatineux.

Ingrédients pour 4 personnes

1/2 tête de veau roulée toute prête
1 cuillère à soupe de farine
1/2 citron
1 oignon
1 clou de girofle
1 bouquet garni
2 gousses d'ail
l carotte

1 poireau

I brin de céleri

gros sel poivre en grain

Sauce Gribiche (pour un bol)

8 cuillères à soupe d'huile
2 œufs durs
1 cuillère à soupe de moutarde
3 cornichons et quelques câpres
1 petit bouquet de ciboulette
poivre du moulin, sel• 8 cuillère à soupe d'huile

Étapes de préparation

1 - Mettez la tête de veau dans la cocotte minute avec de l'eau froide, additionnée d'un jus de citron. Mettez y un oignon piqué de deux clous de girofle, les légumes coupés en morceaux et un bouquet garni.

2 - Mettez la farine dans un bol. Ajoutez en remuant un verre d'eau froide, mélangez bien pour qu'il n'y ait pas de grumeaux, versez ce mélange dans la cocotte minute.

3 - Couvrez largement d'eau froide, assaisonnez de sel, poivre, quelques grains de poivre et laissez cuire après que la soupape tourne environ 30 min.

4 - préparez la sauce gribiche :
Mettre les œufs dans une casserole d'eau froide, porter à ébullition et cuire à petit feu pendant une dizaine de minutes. Cette opération peut être réalisée par avance, le temps que les œufs refroidissent. Débarrasser les œufs de leur coquille et séparer les blancs des jaunes. Dans un bol, écraser les jaunes à la fourchette et les travailler avec la moutarde, le sel et le poivre. Délayer la pâte obtenue avec le vinaigre. Incorporer l'huile en tournant un peu comme une mayonnaise. Quand elle est prise ajouter les cornichons coupés en petits morceaux. Ajouter la ciboulette hachés. Ajouter les blanc écrasés à la fourchette

5 - Quand la tête est cuite, sortez-la de la marmite avec une écumoire. Coupez-la en tranches épaisses, disposez dans le plat de service chaud, mettez une cuillère de gribiche sur chaque tranche et servez le reste de sauce à part dans un ramequin.

 

Si vous voulez consulter tous mes posts de cuisine, c'est ICI.

 

 

Pourquoi le 21 janvier certaines personne mangent-elles de la tête de veau ?

Louis XVI fut guillotiné le 21 janvier 1793. C'est ce jour là, le 21 janvier, que, en hommage de la révolution, certains mangent de la tête de veau. Ce jour là, également, d'autres mangent de la tête en tant que partisan de l'abolition de la peine de mort sur toute la planète (lire ICI).

16/01/2014

Le regard d'une Femme "moderne" - Une leçon de Photographie

Helmut Newton, "Woman Examining Man", Saint Tropez, 1975, courtesy of Hamiltons Gallery
Crédit Photo : http://ftape.com/media/?p=1427

 

Note Artistique :

Dans cette photographie, superbe, d'Helmut Newton, il faut noter deux choses :

 - Le regard concupiscent de la femme envers l'homme, un regard que ferait... un mec.
 - Le jambes écartées de la femme, c'est le comportement d'un... mec.

 - Quand au regard de l'homme, ce n'est pas un regard, c'est une ombre, on peut le qualifier de fantomatique.

 - L'homme est effacé, il est dans l'ombre la tête coupée, le femme en pleine lumière avec un regard plus qu'expressif.

Ces deux premiers comportements sont les comportements d'une Femme "moderne".

Ce type de comportement pourrait faire peur à certains... Hommes "modernes", d'où le regard fantomatique.

Le fait que l'homme soit effacé montre bien que la femme, plus que d'être l’égale des hommes, les dépasse ce qui renforce, pour les hommes, la peur des femmes.

Fort heureusement, si certains comportements se rapprochent de ceux d'un mec, la très grande majorité restent ceux d'une femme.

D'autre part reste, aussi, le cerveau. Mais, hélas, cela ne se voit pas sur une photographie.

Rappelons que cette photographie date de 1975 (Helmut Newton est né en 1920 et mort en 2004).

Note technique :

Pour faire une photo comme cela il faut que le shoot soit posé, c'est une véritable mise en scène, comme pour un tableau.

Je ne parlerai pas de l'éclairage, fondamental dans les photographies noir et blanc. Dans cette photographie, il est à noter que, techniquement, la partie droite de la photo est traitées en Low Key, alors que la partie gauche est traitée en High Key, donnant plus de force à la femme.

En général, les photographes utilisent ces techniques de façon isolée dans une seule photo, on dit, celle-ci est réalisée en High Key, telle autre en Low Key.

L'association géniales de ces deux techniques photographique dans la même photographie, traduit bien la maîtrise de son art par Helmut Newton.

 

A visionner : Émission Diffusé sur Arte le dimanche 19 janvier 2014 à 12:04 - Durée : 26 min.

LES PRIMITIFS DE LA PHOTOGRAPHIE 1850-1860 Au milieu du XIXe siècle, vingt-cinq ans après son invention, la photographie apparaît comme une curiosité scientifique. Mais entre 1850 et 1860, une dizaine de personnalités, en France et en Angleterre, vont se battre pour faire admettre que la photographie est un art.

http://www.arte.tv/guide/fr/043733-000/photo

 

Lien : Pour ceux qui seraient intéressés par mes posts sur la photographie, c'est ICI.

 

Une Femme moderne

23/11/2013

Un effet secondaire peu connu du BI PRODENID*, l'Affaire du poison








Patient de 55 ans.

Il consulte pour la première fois.

Il est suivi par un rhumatologue pour une pathologie de type arthrite inflammatoire, une spondylarthrite ankylosante http://fr.wikipedia.org/wiki/Spondylarthrite_ankylosante. Pour cela ce spécialiste l'a mis sous faible dose d'un anti inflammatoire, du BI PROFENID* en l'occurrence, et pour protéger son estomac, un IPP (EUPANTOL*).

Le malade s'en trouva transformé, disparu ses douleurs et raideurs lombaire matinale, plus de blocage le matin, plus, de dérouillage matinal. Un véritable miracle. Ce fut, quasiment, Lourdes à domicile.

Il consulte pour une toux chronique, à l'interrogatoire, je lui pose la question de savoir depuis quand il présente cette tout gênante.

 - "C'est arrivé peu de temps après que j'ai commencé à prendre le BI PROFENID".

Je me précipite sr le VIDAL, et, à, je tombe sur un effet secondaire de ce médicament fabuleux, mais qui fait partie de la classe des médicaments les plus dangereux, les Anti Inflammatoires Non Stéroïdiens, que les médecins dénomment AINS.

Citation du Vidal :

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :
•    Rare : crise d'asthme.
•    Fréquence indéterminée : bronchospasme, en particulier chez les sujets allergiques à l'aspirine et aux autres AINS, rhinites.

Un effet secondaire qui m'était totalement inconnu.

Je lui donne, alors, un traitement corticoïde inhalé pour traiter cet asthme induit par le BI PROFENID* salvateur et lui prescris de l'AIROMIR*et du QVAR*.

Je lui précise d'en avertir son rhumatologue, et lui dit que, grâce à ce contre poison (le QVAR*), il devait pouvoir supporter le poison (BI PROFENID*) dont il ne pourrait se passer vu le miracle opéré.



Mon titre fait un petit clin d'oeil à l'Affaire des Poisons.

L'affaire des Poisons est une série de scandales impliquant des empoisonnements survenus entre 1679 et 1682, sous le règne de Louis XIV, qui secouèrent Paris et la Cour. Plusieurs personnalités éminentes de l’aristocratie furent impliquées, et ces affaires installèrent un climat hystérique de « chasse aux sorcières » et aux empoisonneuses.

Merci Wikipedia - http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_Poisons

15/11/2013

Halte au lapinisme

Crédit Photo : http://jeuxsoc.fr/jeann

 

 

"Plus un chien est grand, plus il fait de grosses crottes". (Proverbe Chinois).

 

Je me permets de répondre à deux commentaires concernant mon dernier post "La palombe et le sanglier".

Ces deux commentaires m'ont procuré énormément de plaisir à les lire.

Je pars du principe que les divergences d'opinions peuvent être rudes mais doivent être constructives et, surtout, permettent de passer d'agréables moments.

Merci Artémis pour tes précisions juridique pour le moins... "précises". Cela caractérise bien la démarche juridique quasi scientifique (en fait, l'application d'une logique scientifique) bien que le droit touche les sciences humaine.

Laurence, je ne voudrais pas me fâcher avec toi, j'ai parfois un parler maladroit et un certain manque de culture, voire un manque certain, ma culture, hélas est autodidacte et présente donc des trous à l'emporte pièce parfois d'une profondeur déconcertante.
Je suis, cependant, un adorateur, et un admirateur, de la vie en général et du génie déployé par Dame nature pour arriver à faire vivre en harmonie des espèces hostiles entre elles (l'Homme en est une racaille par son savoir, son pouvoir et, surtout, son intérêt).

Mais je pense connaître un peu la Biologie, c'est elle, c'est mon amour pour elle, qui m'a amené à faire de la Médecine.

Merci Laurence de m'avoir appris ce mot agrainage, je le répète, maque de culture. Je connaissais le mot élevage indispensable pour le lâcher de faisans qui est effectivement une façon pour le mois "particulière" de chasser. Ce lâcher me fait songer au sketch des inconnus sur "la chasse à la Galinette cendrée", qui donne une image des chasseurs un peu "space".

Effectivement, il ne faut pas confondre torchons et serviette, mais cela me semble un peu surprenant de nourrir une espèce nuisible en voie d'explosion, sans que la chasse suive.

J'ai omis, dans mon "articulet", un point essentiel de l'écologie, l’Écologie juridique. Pour moi, elle est aussi sérieuse et importante que l’Écologie scientifique. Elle est très importante car, dans la mesure du possible, hormis les pression des lobby politiques locaux généraux mais aussi de la mouvance des associations écologistes et des partis écologistes officiels ou rattachés pour la "bonne" cause. Tout cela étant chapeauté par le "Gouvernement européen", l’Écologie juridique essaye d'empêcher des débordements trop importants.

Le "Gouvernement" européen a des directives qui ont, parfois des effets surprenants et comiques.

Il m'arrive, parfois, d'avoir, dans mon cabinet médical feutré, des consultations franchement marrante. Je soigne une patiente, juriste à la DDE, elle s'occupe de ce qu'il reste à l’État, c'est à dire pratiquement plus grand chose, elle s'occupe des routes et des autoroutes. Je dis le peu qu'il reste car pratiquement tout a été concédé à des grands groupes privés (attention à l'augmentation du prix des péages et quid de l'entretien) naturellement, toute l'infrastructure à été effectuée par l’État Français.

Cette patiente me raconta qu'une petite grenouille protégée dévia considérablement le tracé d'une autoroute, sous la pression d'une association écologiste grâce à une directive européenne. Bon, je sais, il est nécessaire de préserver cette espèce, mais pour les habitants d'un village ou d'une partie d'une ville, on ne s'embarrasse, sans aucun scrupule, d'une telle considération.

Autre fait plus comique, elle me raconta, un jour béni, qu'elle s'occupait d'un contentieux avec des lapins.

 -Des lapins !

lui dis-je estomaqué. Avec elle je m'attendais, désormais, à tout. Je m'attendais à la voir convoquer dans son bureau Jeannot lapin avec son béret en paille et sa carotte au bec. Que nenni, c'était une horde de lapins qui, non chassés au furet par son administration, proliféraient de façon dramatique.

Ils n'avaient pas besoin d'agrainage , ils se servaient dans les champs voisins au grand dam des agriculteurs qui assignèrent l'administration. Ma juriste géra donc la famille nombreuse Jeannot lapin ou plutôt ses générations florissantes.

Faute de maintient de la population "Lapinienne", ma patiente a perdue face aux avocats de la partie adverse, et son administration fut condamnée à verser (nous indirectement) une somme rondelette aux agriculteurs "dégrainés".

Halte au lapinisme, pourquoi ce titre ?

Il est de très mauvais goût de préconiser, de nos jours, une quelconque théorie ayant trait au Malthusianisme écologique.

Cependant, il n'y a qu'à ce souvenir de la politique nataliste des années 50 qui retarda de façon importante l'arrivée de la pilule et de ce sacrilège, pour certains, que fut l'avortement (hélas, entre de maux, il faut choisir le moindre) ce qui eut, quelque peu, des effets délétères.

Une théorie contre celle du Malthusianisme pur dit que l'homme s'adapte à tout changement important dans sa croissance démographique (l'utilisation de la culture intensive permettant de nourrir la population). Dans les années 50, pour améliorer la qualité de vie et détruire les taudis puis dans les années 60, face au rapatriement et à l'afflux important des "pieds noirs" (un flux d'immigration expérimental massif mal vécu par certains "bons" Français, vis à vis, pourtant, de leur compatriote) C'est suite aux idées et aux travaux expérimentaux de cet architecte de génie, Le Corbusier, que l'on entassa les gens dans des habitations en hauteur ce qui permis d'augmenter de façon drastique le "taux d'habitant / m²"... Et la création des citées si communes de nos jours.

Tout cela en déformant allégrement l'esprit de Le Corbusier qui œuvrait pour le bien être des habitants.

Je n'en veux pour preuve la surprise que provoque la visite de la cité Frugès, à Pessac, près de Bordeaux. Le Corbusier était un visionnaire (ses baies vitrées illuminent le séjour), certes ses terrasses (importées des pays du Maghreb) furent discutable dans une région avec trois mois d'été et beaucoup de pluie. Le Corbusier avait, aussi, un côté humaniste ses appartements étaient des lieux de vies dans cette cité (qui était ouvrière, au départ) pas mal de ces appartements sont toujours habitées de nos jours.

Ces citées sont quasi invivables pour leurs habitants ! Certaines en voie de rénovation, la plus part en voie de démolition.

Une chose est certaine la terre n'est pas extensible, on peu construire encore sur la mer, mais le taux de déjections humaine (pipi caca) est quasi constant pour un individu et ce quelque soit sa race, et puis tôt ou tard, les homme se taperont dessus faute d'espace et de qualité de vie suffisante.

Face à Malthus décrié, il y a Darwin  qui est plus tendance.

Attention cependant, si l'on applique la théorie de Darwin, à ne pas tomber de l'arbre où l'on est niché tout en haut.

C'est vrai, on est bien loin de la palombe, mais assez proche, cependant, de Jeannot lapin.

Cependant, si j'avais intitulé ma "fable" "Le lapin et le sanglier", il n'y aurait eu aucun charme, aucune originalité et nous n'aurions pas le plaisir de débattre ainsi.

Laurence, j'aime beaucoup te lire, j'espère que tu continuera à venir sur mon blog mais j'espère, surtout, ne pas t'avoir choqué par mes propos parfois, un peu, décousus.

 

 

 

In fine,  ATTENTION, DANGER !

"Plus un chien est grand, plus il fait de grosses crottes". (Proverbe Chinois).

 

 

15/01/2013

Le Poulet

 

Ames sensibles s'abstenir, sautez la première ligne.

 


J'ai connu le temps ou le poulet n'était pas vidé. Même celui où on le tuait vider de son sang pour faire la sanquette, le plumer et le vider.

J'ai, donc, connu le temps ou l'on se vidait le poulet soi même. Je l'ai fait, personnellement, et sans dégoût.

Quand j'étais bambins Je pouvais jouer avec les tendons des pattes qui se recroquevillaient, puis, plus tard, je les passait au feu, dieu que cela sentait bon, tout cela pour les mettre dans une soupe, les pattes ainsi préparées étaient un pur régal.

En vidant le poulet on récupérait le foie la rate le gésier et... le cœur. Le plus difficile consistait en ne pas crever la vésicule biliaire qui adhérait bien au foie.

La récompense : manger le foie le rate le gésier et le cœur, revenus à la poêle.

De nos jours, le poulet vidé et effilé n'a plus de rate de foie de gésier, exit le cœur, aussi.

Un de mes derniers plaisir était de manger les poumons. Dans mon dernier poulet, ils avaient réussi a aspirer les poumons. Tout cela pour faire des croquettes.

Il ne me reste plus, quand je cure la carcasse, un de mes plaisirs favoris, que les reins, mais pour combien de temps encore...

Par contre, ils laissent, toujours, un morceau de graisse, ce qui rajoute du poids.

Qu'elle époque épique !*



* "Yolaine de la Bigne, journaliste de presse écrite et de radio depuis plus de vingt ans, se fait connaître avec ses chroniques sur France Info (« Quelle époque épique ! ») de 1988 à 2001, où elle suit les tendances de société."
Source : http://editions.flammarion.com/Peoples_Detail.cfm?ID=1476...

 

A ce propos, un vidéo pleine d'anecdotes sur la restauration par...

14/12/2012

L’Hymne national de la Grande Bretagne et sa petite histoire

Le Roi Louis XIV

Pour rester dans l’atmosphère de l’article précédant, et surtout des derniers commetaires, je vous propose un petit divertissement historico-médico-musico-royal.

Le 18 novembre 1686, au matin, Charles-François Félix opère le Roi Soleil de sa fistule anale après s'être fait la main sur des malades des hospices parisiens.

Il doit ré intervenir plusieurs fois au mois de décembre, et jusqu'en janvier 1687, avant que le roi ne commence à se remettre des différentes interventions.

A cette occasion, et pour soutenir la difficile épreuve que traverse le roi, Madame de Brinon, religieuse supérieure et co-fondatrice de l'établissement "la Maison royale de Saint-Louis", située à Saint-Cyr, a écrit un petit motet que le surintendant de la musique Jean-Baptiste Lully a fort obligeamment mis en musique.

En 1714, le compositeur allemand Georg Friedrich Haendel est en voyage à Paris. Tandis qu'il visite la Maison royale de Saint-Louis, il obtient la permission de recopier l'air et les paroles de la chanson qui fut écrite et mise en musique presque 30 ans plutôt.

Haëndel traduit les paroles, et offre l'oeuvre au roi Georges Ier en s'en appropriant la paternité.

Ainsi est né, de la  fistule anale du Roi Louis XIV, l'Hymne de la Grande Bretagne : "God save the King".




Sources :

 - God save the Qeen et l’anus de Louis XIV : http://trefaucube.free.fr/index.php?id=146
 - Ces Malades qi nos gouvernent Pierre Accoce et Pierre Rentchnick : http://www.lespagespolitiquesdemirabelle.net/article-ces-...

09/11/2012

Site Internet de Photographies Vintages (photographies anciennes)

Il y a quelques temps déjà, j’ai dégoté de derrière les fagots (enfin Internet plutôt), un site de photos (surtout de photos) et de quelques gifs animés vintages (anciennes).

Un exemple de cette URL*:


Jack Nicholson at home in Los Angeles, 1969.

Ce site est absolument fabuleux en richesse et en diversité.

Il montre, en outre, la vie quotidienne des générations antérieures, surtout des années 50, mais, aussi, des années 10 aux années 90.

Bonne découverte sur ce site :

http://vintagepics.centerblog.net/




Nota Bene :

* Le sigle URL (de l'anglais Uniform Resource Locator, littéralement « localisateur uniforme de ressource »), auquel se substitue informellement le terme adresse web, désigne une chaîne de caractères utilisée pour adresser les ressources du World Wide Web : document HTML, image, son, forum Usenet, boîte aux lettres électronique, entre autres. Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Uniform_Resource_Locator.

* Un fichier avec l’extension gif (Graphics Interchange Format) (littéralement « format d'échange d'images »), est un format d'image numérique. Les fichier gifs animés, comme le nom l’indique permet de voir des images animés. http://fr.wikipedia.org/wiki/Graphics_Interchange_Format.

Exemple :



Vie domestique

27/10/2012

L’automne est là, les marronniers aussi : A propos de l'heure d'hiver

 

Un marronnier, en terme journalistique est un évènement qui revient périodiquement, annuellement, le plus souvent.

Nous sommes, ici, en présence d’un gros marronnier bi annuel. Le changement d’heure, dans ce cas on et gâté, car il revient donc deux fois par an, comme les équinoxes et les solstices (d’hiver et d’été) On est gâté, car, il ya l’heure d’été et l’heure d’hiver*.

Le marronnier permet, aussi de meubler dans un journal, voire de délayer, pour remplir de l’espace, dans le journal, ou quand on est à cors d’articles beaucoup plus important, cela permet, ainsi, facilement de boucler le journal facilement

Voici un article que j’ai pondu il ya quelques temps : sur le changement d’heure, une vaste bêtise devant l’éternel. Merci Monsieur Benjamin Franklin (l’inventeur du Paratonnerre, et ambassadeur en Europe).

Voici mon article, voilà, je n’ai plus rien à faire, place au marronnier qui date du… 27/10/2007 (déjà !).

 

L'histoire de l'heure d'été/hiver




« Cette idée de l'heure d'été/hiver, date de 1784. Elle est de Benjamin Franklin et exposée de manière un peu fantaisiste sous forme de lettre envoyée par Franklin au Journal de Paris qui la publie le 26 avril 1784.
 
Il commence en décrivant la démonstration à laquelle il avait assisté la veille d'une nouvelle lampe à huile. Il relate la discussion qui s'en était suivie à propos du rapport huile consommée/lumière produite.
 
Le sujet en tête, il entre chez lui et s'endort vers 3-4 heures du matin. Un bruit le réveille vers 6 heures et il s'étonne d'une grande clarté dans sa chambre. Il pense d'abord à ces fameuses lampes éclairant sa chambre mais constate, en fait, que ce sont les rayons du Soleil levant qui pénètrent dans la pièce. La lecture d'un almanach lui confirme que le Soleil se lèvera encore de plus en plus tôt jusqu'à fin juin.
 
"Cet événement me fit penser à des choses plus importantes et plus sérieuses. Si je n'avais pas été éveillé si tôt le matin, j'aurais dormi six heures de plus à la lumière du Soleil, et, par contre, aurait passé six heures la nuit suivante à la lumière des chandelles."
 
Et il poursuit : " En partant du principe qu'il y a 100 000 familles à Paris et que ces familles consomment la nuit 1/2 livre de bougies et chandelles par jour... En estimant de 6 à 8 heures la durée moyenne entre l'heure de lever du soleil et la nôtre... il y a donc 7 heures par nuit pendant lesquelles nous brûlons des bougies, on en arrive au décompte suivant :
 
En six mois entre le 20 mars et le 20 septembre, il y a 183 nuits. 7 heures par nuit d'utilisation de bougie. La multiplication donne 1 281 heures. Ces 1 281 heures multipliées par 100 000 donnent 128 100 000.
Chaque bougie exige 1/2 livre de suif et de cire, soit un total de 64.050.000 livres. À un prix de trente sols par livre de suif et de cire on en arrive à 96.075.000 tournois de livre." Euh... un tournoi de livre, c'est combien d'euros ?
 
Bref, Franklin conclut par "...une immense somme que la ville de Paris pourrait sauver chaque année !"
 
Cependant, tout le monde n'est pas d'accord avec cette idée lumineuse. Une association contre l'heure d'été s'est formée et Eléonore Gabarain est présidente de l'Association française contre l'heure d'été double, elle a succédée a son créateur, le professeur Boris Sandler, professeur de pédiatrie qui avait noté des troubles chez ses petits patients lors du passage à l'heure d'été.
 
Un rapport du Sénat dit en conclusion : "Il ressort de l'ensemble de cette étude que les avantages annoncés ou attendus du changement semestriel de l'heure ne sont pas suffisamment importants pour compenser les inconvénients ressentis par les populations. En conséquence, la logique conduit à souhaiter l'abandon de ce dispositif artificiel et de revenir à un déroulement plus naturel du temps."
 
Pour la petite histoire, les parents de Benjamin Franklin tenaient un magasin d'artisan en bougies et savons, il n'y a qu'un pas pour penser que Benjamin Franklin nous fait économiser des bouts de chandelles. »



Dans le cas de l’heure d’été, c’est l’hiver qui frappe à notre porte (un beau marronnier, de… 1969). Un marron glacé, en cette période préhivernale.